AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Julia Kerninon (Traducteur)
EAN : 9782413081784
240 pages
La Croisée (07/02/2024)
3.96/5   25 notes
Résumé :
Années 80, nord de l’Angleterre. Yrsa grandit avec son frère Little Roo et sa mère infirmière, dans un quotidien que leurs rêveries d’enfants illuminent. Mais leur mère les confie un jour à leurs grands-parents, très religieux. Tiraillée entre une éducation sévère et ses désirs naissants, Yrsa va vivre, de manière sourde puis frontale, l’emprise des hommes sur son corps transformé. Il va falloir partir. Il va falloir se battre.

Poétesse reconnue, coll... >Voir plus
Que lire après La Vie précieuseVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 25 notes
« The Terrible », c'est le titre original de ce livre et qui, maintenant que je l'ai terminé, prend beaucoup plus de sens que « La vie précieuse », titre choisi par les éditions françaises. Publié pour la première fois en 2018, ce roman autobiographique fort atypique a visiblement eu son petit succès, mais ce n'est que cette année qu'il a été traduit et publié en France (le 7 février prochain plus précisément).

Fort atypique vous disais-je, il l'est sans aucun doute. Yrsa Daley-Ward est poétesse et ça se ressent dans tout son récit, dans lequel elle nous raconte à sa manière son enfance, son adolescence et ses débuts dans la vie active. Élevés par une mère célibataire, infirmière de nuit qui se tue à la tâche et douée pour se trouver des hommes plus boulets qu'autre chose, Yrsa et son frère sont ensuite confiés à leurs grands-parents, où l'éducation ultra-religieuse et les règles strictes sont de rigueur. Plus tard, ce sont ses débuts à Manchester sur lesquels elle revient, puis à Londres, où soirées à n'en plus finir riment avec alcool et drogue. de son enfance à sa sortie du lycée et bien après, Yrsa se cherche, se découvre, se teste, parfois au-delà des limites.

Fort atypique donc, par une enfance et un passé familial hors du commun. Fort atypique, car Yrsa est également une enfant/ado/femme qui n'a pas toujours suivi les chemins les plus faciles et qui lui étaient destinés. Mais aussi fort atypique, par une mise en forme du récit inhabituelle. Et fort atypique, par un style propre à l'autrice, coupant et sulfureux.

L'autrice évoque des faits peu évidents à admettre/confier, enfin j'imagine, mais qu'elle assume entièrement. Avec ses mots et ses phrases parfois décousus, c'est avant tout ses ressentis qu'elle partage avec nous. Son récit transpire la sincérité et c'est ce qui nous accroche dès le départ. À chaque étape de sa vie, viennent s'ancrer des doutes et des questions, des envies et des besoins, des ressentis et des émotions qu'elle n'hésite pas à retranscrire dans son livre. Elle décortique toute son enfance et sa jeunesse : la découverte de son corps qui change, sa mère qui lui manque, son frère dont elle se sent très proche sans se sentir obligée d'être constamment là pour lui, l'euphorie des drogues et alcools sur son mal-être, son passé d'escort-girl et les factures qui s'accumulent. À la sortie du lycée, elle aurait dû aller à la fac et avoir une vie bien rangée, mais elle a fait un tout autre choix, a pris une toute autre voie, sinueuse, et c'est ça qu'elle nous conte.

Et elle le fait bien, à sa manière certes, mais c'est percutant, honnête et profond. C'est un style auquel il faut s'habituer mais je m'y suis rapidement fait. Certains chapitres font trois pages, d'autres ne comptent qu'une dizaine de lignes. Certaines phrases sont coupées à un ou plusieurs endroits pour mieux en retrouver la suite après un saut de ligne. Certaines sont ponctuées normalement, d'autres au contraire brillent par l'absence de virgules. On pourrait croire, comme ça, que ça part dans tous les sens. Et pourtant, ce n'est absolument pas le cas, l'histoire d'Yrsa est structurée et le récit bien organisé, bien que d'une manière inhabituelle. Tel un grand poème en vers libre, très introspectif, c'est ainsi que l'autrice se raconte et ça a bien fonctionné sur moi.

C'est souvent sombre, mais pas si oppressant. La lecture se veut facile et rapide, les pages se tournent toutes seules, et on en arrive au bout sans crier gare. Je n'ai pas vu le temps passer, le récit est happant et joliment écrit, poétique et pesant tout à la fois.

Je remercie Déborah de Babelio et les éditions La Croisée pour cette jolie découverte, en avant-première qui plus est, dans le cadre d'une masse critique privilégiée.
Commenter  J’apprécie          824
Après des débuts difficiles comme actrice et mannequin, la Britannique Yrsa Daley-Ward s'est fait connaître avec Bone, un recueil de poésie en spoken word, cette technique qui joue sur les sonorités et le rythme pour oraliser et musicaliser un texte. Cinq ans plus tard, en 2019, son autobiographie The Terrible, elle aussi très originalement stylisée, remportait le PEN/Ackerley Prize. Ce livre est aujourd'hui traduit en français sous le titre La vie précieuse.


Née d'une mère jamaïcaine et d'un père nigérian qui l'a abandonnée à la naissance, Yrsa grandit sur fond de discrimination raciale dans l'Angleterre des années 1990. Sa mère infirmière de nuit menant une vie instable et difficile, ce sont ses grands-parents, membres intégristes de l'Église adventiste du septième jour, qui, de ses sept à onze ans, l'élèvent avec son frère Little Roo dans l'outrance rigoriste de leur cadre moral et religieux. le contraste est absolu avec la vie bohème et l'indépendance totale que les deux enfants retrouvent à leur retour chez leur mère. Leur parcours d'adolescents s'avère alors chaotique, entre drogue mais aussi prostitution pour Yrsa, alors que la précarité et son tempérament – « le terrible » dont elle raconte les frasques et les éclats comme s'il était une créature autonome en elle – la jettent dans une errance de tous les excès. Heureusement, du pire finit quand même par jaillir la lumière, lorsque la poésie devient son exutoire et sa bouée de sauvetage.


L'écriture d'Yrsa a la fluorescence d'un diamant noir. Elle irradie du fond de l'obscurité, accroche la lumière aux arêtes vives d'une voix qui a trouvé dans la stylisation poétique un mode d'expression aussi viscéral qu'élégant, frontal mais jamais cru, mêlant le silex de sa lucidité d'adulte à la tendreté de son ressenti d'enfant, pour un récit sombre où triomphent malgré tout espoir et résilience. Entre prose et vers libres, l'oralité poétique du texte sait si bien jouer du rythme des mots et de la mise en page, de ruptures en ellipses et accélérations, de passages développés en fragments lapidaires, variant autant les effets sonores que visuels au gré d'une composition de page variée et inventive, que d'emblée captivé par la sincérité, la force et l'originalité du récit, l'on y plonge dès son exergue déjà singulier pour ne plus en émerger avant son point final, surpris, impressionné, conquis.


En trouvant dans l'écriture le palissage qui manquait à son existence de plante poussée sauvagement dans une marge sociale et familiale, Yrsa Daley-Ward est aussi devenue une alchimiste des sentiments et des sensations, transmutés ici en une oeuvre poétique et littéraire réellement belle et singulière, puissante et profonde. Un livre étonnant et marquant, qui se dévore d'une traite. Coup de coeur.


Merci à Babelio et aux éditions La Croisée pour cette découverte en avant-première.
Lien : https://leslecturesdecanneti..
Commenter  J’apprécie          878
Le titre original de ce récit à l'écriture inoubliable qui restera en moi très longtemps était «  The Terrible » paru en 2018 , traduit de l'anglais seulement en 2024 , je ne ne sais pas pourquoi.
Les éditions françaises ont choisi un autre titre.

Un roman autobiographique passionnant de bout en bout ,écrit par une poétesse reconnue dont on sent l'âme incandescente, la passion , la sincérité, une écriture atypique, touchante, ultra moderne , il me semble , une explosion de chapitres fort différents, une déflagration, : phrases coupées à un ou plusieurs endroits, saut de ligne, parfois absence de virgule, sans majuscules , ça part dans toutes les directions parfois , tel un poème infini ,libre, unique qui donne une impulsion , un souffle, de la vitalité , de la force , aux propos .

Une expérience de lecture unique , jouant avec les formes , la typographie, un style profond, audacieux, étincelant, pétri d'envolées pleines de vie , de rage ou de désespoir…..des mots , des phrases parfois décousues, sombres , intenses .

Dans les années 80, elle nous conte à sa manière son enfance et son adolescence , elle détaille avec grâce ces années, où elle grandit entre son frère Roo, et sa mère, infirmière de nuit dans un quotidien où elle grandira tant bien que mal .
Leur mère les confiera un jour à ses grands - parents , adventistes , férus de religion, très stricts aux rituels sévères dénués de fantaisie …
Plus tard , elle nous livre ses débuts à Manchester , la découverte de son corps qui change , ses désirs naissants ,ses passions , sinueuses, l'intensité de ses émotions, une ado rebelle, l'extraordinaire euphorie des drogues et de l'alcool , son frère qui lui manque …..

Elle devra s'en sortir assez seule dans un milieu raciste, blanc, surtout exposée aux regards concupiscents d'hommes très sensibles à sa beauté .
Elle se cherche, , se teste , à la limite du danger ….. ses mémoires d'escort perdue à Londres, les factures amoncelées.




Elle s'affranchit de toutes les règles , sauf , bien sûr , celles de l'orthographe , elle imposera sa voix de femme libre…..
Une sorte de liberté dans l'art de l'écriture .
Je n'en dirai pas plus .
Une vraie , authentique artiste , une femme déterminée , vivante , en pleine conquête d'elle - même , militante , féministe en diable , intersection elle .
Elle évoluera par la force de son caractère et son intelligence aiguisée.
Elle impose sa voix : «  La beauté fait rester les gens , pensai - je .
La beauté pousse les gens à écouter La beauté fait tomber les gens amoureux et les rend patauds » .

«  sa respiration change
elle la sent chaude, qui gronde
qui grandit dans son ventre
jusqu'à ses orteils
ses jambes commencent à trembler
et
voilà » .
«  Tout ce qui me vient c'est
La beauté rend tout supportable » …….

Un récit impressionnant maîtrisant à la perfection les sensations et les sentiments , impossible à lâcher., étincelant , au style envoûtant, libre , fort et sulfureux .
Un gros coup de coeur , vraiment .
Mais ce n'est que mon avis, bien sûr .
Je remercie chaleureusement Déborah, Masse Critique , Babelio et les éditions
«  la croisée » pour l'envoi de ce récit inventif et réjouissant, à l'originalité sans égal, édifiant, astucieux , surprenant , sans complaisance, vif , qui touche au coeur .
Peut - être ne plaira t- il pas à tout le monde tellement il est atypique ….


..


Commenter  J’apprécie          425
Gros (très gros) coup de coeur.

D'entrée le style, libre, les pensées claires, la détermination, la poésie du texte, tout m'a enchantée. Une déflagration, une révélation. Je l'ai lu d'une traite cette nuit et là au réveil, je veux écrire cette critique pendant que je suis encore sous le choc.
L'histoire: dans les années 80, Marcia, une jeune fille de quatorze ans enceinte, débarque de Jamaïque pour rejoindre ses parents installés en Angleterre. Sa mère va étudier et deviendra infirmière, et elle aura encore deux enfants, de pères différents. Yrsa, la seule fille, va devoir grandir et s'en sortir dans un milieu inconnu, blanc et souvent raciste, au milieu d'hommes qui ne restent pas insensibles à sa beauté précoce. Pour la protéger, sa mère l'éloigne provisoirement en la confiant à ses grands parents, des adventistes très religieux, terrorisant. Par la force de son caractère, par l'intelligence, et par la beauté dont elle se sert quelques fois, elle va s'affranchir de tous ces obstacles pour devenir une femme libre.
L'histoire en elle-même est édifiante à tous points de vue mais surtout c'est le style de l'autrice qui donne du souffle, de la vie au récit: c'est comme si le livre était écrit en 3D.
J'ai déjà eu ce genre de choc une ou deux fois, toujours avec des autrices contemporaines (et souvent britanniques ou canadiennes) qui défiaient la langue et le roman ou la poésie en s'affranchissant d'à peu près toutes les règles (sauf celle de l'orthographe) pour sublimer la liberté dans l'art et c'est vraiment ce que j'ai ressenti, là, cette nuit.
Je ne peux rien dire de plus sinon qu'à mon sens, une porte s'est ouverte sur l'avenir de l'écriture en tant qu'art.
Je tiens à remercier avec la plus grande sincérité Babelio et les éditions La Croisée, pour m'avoir offert l'honneur de cette nuit blanche, fiévreuse, et le bouleversement que cette lecture m'a procuré.
NB: ce livre a été publié en 2018. Je ne sais pas pourquoi il n'apparait qu'aujourd'hui?
Commenter  J’apprécie          289
Dans les années 80, en Angleterre, Yrsa et son frère, Little Roo, grandissent avec leur mère infirmière. Mais le quotidien est trop dur avec le travail de cette dernière, elle les envoie chez ses parents, membres de l'Eglise adventiste du septième jour, qui ont une éducation sévère avec leurs petits-enfants. Yrsa raconte son enfance puis son passage à l'âge adulte, entre prose et poésie.
J'ai beaucoup aimé cette autobiographie d'Yrsa Daley-Ward. J'ai découvert sa sensibilité, sa fragilité à travers ses courts chapitres : son enfance entre ses grands-parents intransigeants et sa mère trop absente. Heureusement, elle a son frère qui a une place tout près de lui. L'adolescence est plus difficile, elle a du mal à se retrouver, la découverte du sexe, de la drogue, elle sent le Terrible en elle qui prend parfois le contrôle sur elle. Elle n'a pas eu la vie facile, il lui faut appréhender son corps qui change vite, ses sentiments, ses envies changeantes, son désir de ne plus penser, juste se laisser porter... et puis sa passion qui sort comme une bouée de sauvetage.
Ce n'est pas un roman linéaire, Yrsa se laisse porter par ses émotions, aussi bien dans sa vie que sur le papier. C'est fort, intime, bouleversant, on n'en ressort pas indemne.
Merci à Masse Critique et aux éditions La Croisée pour cette autobiographique poignante.


Commenter  J’apprécie          220


critiques presse (1)
LeMonde
04 mars 2024
On lui doit aussi ce roman autobiographique, qui séduit par la force de la voix narrative et par son inventivité graphique et poétique.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Nous avons beaucoup, beaucoup de règles.
Nous laver dans la baignoire avec attention et en pleine conscience, sans jamais oublier de se rincer.
Essorer les serviettes dans le sens des aiguilles d'une montre, puis dans le sens opposé, puis de nouveau dans le sens des aiguilles d'une montre.
Aider Grand-mère à laver les habits à la main dans la baignoire le dimanche.
Boire des boissons amères pour purger le sang.
Boire des tisanes médicinales pour purger le sang.
Boire de l'eau chaude pour purger le sang.
Assister à des réunions de prière pour purger l'âme.
Commenter  J’apprécie          290
«  Fais - moi la lecture ! disait Maman;
et bon sang, nous lisions .
Nous passions nos vies à lire.Dès le tout début.
Des mondes chauds et épais qu’on trouvait dans
les livres avec la coccinelle et le petit pingouin
sur la tranche.
Des mondentiers liquides et montagneux .
Pourquoi est- ce que personne n’a aidé la Petite Poule
Rouge à faire la cuisine ?
Ou
Pourquoi est - ce que le chat était si méchant ? » .
Commenter  J’apprécie          60
C'est comme ça que ça se passe.
Tu commences à avoir des jours tristes. Tu commences à comprendre ce que « sombrer » veut dire.
Sombrer c'est quand tout
semble gris foncé. Tu as désespérément envie de quelque chose
Mais tu ne sais pas quoi.
Commenter  J’apprécie          110
«  Nous avons beaucoup, beaucoup de règles.
Nous laver dans la baignoire avec attention et en pleine conscience, sans jamais oublier de se rincer .
Essorer les serviettes dans le sens des aiguilles d’une montre, puis dans le sens opposé, puis de nouveau dans le sens des aiguilles d’une montre ……[…………].
Boire des boissons amères pour purger le sang.
Boire des tisanes médicinales pour purger le sang .[ …..] .
Nous chantons beaucoup d’hymnes avec des mots , comme
«  Lave - moi et je serai plus blanc que neige. »
Commenter  J’apprécie          30
« Je pense qu'elle nous aime un peu, mais pas autant que les mamans des autres. »
« C'est parce qu'on est noirs ? Grand-père dit que tout le monde déteste les Noirs. »
« Non. Parce que les gens à l'église sont des gens de couleur et ils sont tous avec leurs mamans. Et Maman est de couleur aussi ! »
Commenter  J’apprécie          40

Video de Yrsa Daley-Ward (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yrsa Daley-Ward
Lecture par l'autrice & Julia Kerninon Rencontre animée par Jennifer Padjemi Années 80 dans le nord de l'Angleterre. Yrsa grandit avec son frère Roo et sa mère infirmière. Démunie, leur mère les confie à leurs grands-parents, membres de l'Église Adventiste du 7e jour. Au fil des ans, Yrsa subit, de façon insidieuse puis frontale et traumatique, l'emprise des hommes sur son corps transformé.
Le récit d'Yrsa est le contrepied poétique et touchant au male gaze, par la voix mutante d'une enfant, d'une soeur, d'une ado, d'une escort, d'une poétesse dans l'âme, d'une femme en plein empowerment. La Vie précieuse est un ultra-moderne récit de formation, qui rappelle les effets de composition cinglants de la réalisatrice Michaela Coel (série I May Destroy You) et les envolées pleines de vie et de rage de Kae Tempest. Libre, déterminée, militante féministe et intersectionnelle, Yrsa Daley-Ward a imposé sa voix dans le monde entier, saluée par le Pen Prize du meilleur roman autobiographique. Elle a par ailleurs collaboré avec Beyoncé en 2020 pour le film et l'album Black is King.
+ Lire la suite
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus

Lecteurs (78) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}