AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1096535084
Éditeur : Marest Éditeur (23/01/2018)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Paris, la Cinémathèque. Camille, une actrice en devenir, rencontre Paul qui se rêve réalisateur. Ensemble, ils tentent de tourner une version ultra-moderne de L’Odyssée.

Brune Platine est le portrait d’un monde, à l’ère du numérique, où la quête de l’autre se conjugue avec les désirs d’écran. Mais ce roman relève aussi d’un voyage mental étonnant : c’est une escapade dans un musée vivant, vaste chambre de résonances animée d’œuvres éternelles. Un roma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
jjp
  04 février 2018
La lecture de cette fiction est attachante, le choix des mots et le rythme des différents temps et supports d'écriture qui sont présents y contribuent. Ils développent avec les qualités de l'écriture, une forme de jubilation du lecteur à ne pas interrompre sa lecture, à continuer pour connaître l'évolution des séquences littéraires du livre et la relation entre les deux personnages, qui très vite jouent à construire des séquences du film de Paul. J'ai apprécié le choix et la récurrence de certains mots qui parlent des corps et des fragments de corps d'une façon suave et poètique, ainsi que les détails descriptifs ou évocateurs des matières souples des vêtements des personnages. le texte porte une charge érotique et sexuelle subtile qui s'amplifie tout au long de l'ouvrage. J'aime beaucoup, dans la dernière partie du livre, la prise en main d'un auto filmage par le personnage de Camille, la manière dont cela est écrit et cette vitesse, cette manière accélérée mise en route dans ce paragraphe. Je regrette que les petites reproduction des photogrammes des films cités en références ne soient pas d'une meilleure qualité et je suis réservé quand au choix typographique de certaines polices et corps de caractères choisi pour les échanges mail que je trouve trop "marqué ou archétypiques" par exemple celle utilisée pour les messages du personnage de Paul. Un beau et étrange texte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Agathethebook
  06 février 2018
Une belle découverte !
Cet OLNI (Objet Littéraire Non Identifié) est un film dans le roman, une revisite ultra moderne de l'Odyssée à travers une foultitude de références cinématographiques et musicales.
Paul et Camille (comme dans le Mépris) se rencontrent à la cinémathèque de Paris, lui le réalisateur et elle la comédienne tous deux en mal de reconnaissance. Les dialogues percutent fort dès le départ, réparties fines empruntées au cinéma se retrouvent dans les textos et mails qu'ils s'échangent intensément. Paul a un projet : le Projet-Pénélope. Revisiter l'Odyssée en remplaçant la toile tissée par la toile virtuelle qui elle ne se détisse pas : placer Pénélope dans un peep-show,qui en attendant Ulysse, offre des fragments d'elle-même à ses prétendants de Pigalle. Camille adhère au projet et ce n'est pas sa blonde chevelure qu'il l'empêchera de devenir la Brune Pénélope. Brune platine, voilà ce qu'elle veut devenir aux yeux de Paul.
Le désir est partout dans ce roman, une fine tension érotique se dégage de chaque page de ce roman lui-même construit de dialogues, illustrations, séquences youtube, messages, lettres… L'ivresse du septième Art apporté ici dans la littérature est totalement inédit et remarquablement maitrisé, un hommage à tous les grands classiques du cinéma, d'Hitchcock à Truffaut en écoutant Bashung ou Blondie… un défi brillant et ultra moderne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NathalieEperdue
  01 février 2018
Je n 'avais pas dévoré un roman depuis longtemps..."brune platine" m' a attrapée ;je me suis calée sur les rythmes de ses pas à moins que ce soit le rythme des pulsations !
Cette lecture est telle une valse espiègle qui vient titiller le souvenir de nos Amours  tantôt  trop lâches ,tantôt irraisonnées...
Un bel équilibre offrant une solide documentation et la légèreté qui fait voler les jupes avec élégance, un récit moderne et intemporel. ..
Bref , Camille m'a fait du bien ,tout simplement.
Mes amies l'auront en cadeau ,Camille doit rayonner !
Commenter  J’apprécie          20
LecturesNouvelles
  03 février 2018
"C'est un livre sur les traces perdues du désir, un livre où le cinéma sert de lanterne, c'est un récit sur la vie impossible de personnages dans le cinéma, mais aussi la vie impossible de personnages sans le cinéma. C'est un monde d'image et d'amour qui ne se disent pas, sinon dans les voix des cinéastes et des acteurs qui traversent le livre et les personnages, de Godard à Bergman en passant par Truffaut, Sautet, Lynch et tant d'autres. C'est un livre qui s'écoute comme le murmure de Camille, une blonde amoureuse perdue devant le dictaphone de son téléphone."
Sébastien Rongier pour Remue.net
Lien : http://remue.net/spip.php?ar..
Commenter  J’apprécie          20
LaureDubrac
  04 août 2018
Un roman moderne, intelligent et poétique. Subtilement envoûtant. le désir est roi dans l'univers de cette Brune platine. A lire d'urgence !
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LaureDubracLaureDubrac   04 août 2018
Les petits mots reprennent la forme des billets d’antan, nostalgiques. Avant le temps où l’on se tenait l’un contre l’autre au bout du fil et malgré le fil, le temps où l’on se tenait dans les voix. Eux se tiennent dans les doigts. Pour faire taire la distance, le manque. Sans les voix. Ils convoquent la silhouette, la présence, le son de l’autre. Retrouver son odeur dans les mots. Les billets de verre se transmettent comme un jeu et s’amusent à se prendre pour un jeu. Sans fil, pas moyen de s’attacher, semblent-ils égrainer au rythme de la pulsation des doigts. Pas moyen de se lier trop fort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LecturesNouvellesLecturesNouvelles   03 février 2018
Elle appuie sur la touche rouge. Stop. Il faudra lui envoyer le fichier. Elle n’a pas le courage de reprendre leurs essais, de les monter avec sa voix à l’arrière-plan. Voix off, voix étouffée, voix du passé sur images à jamais perdues. L’écran devenu miroir noir reflète une version d’elle lointaine, fantomatique. Un astre mort. « Nous ne nous verrons plus. » Elle sent sa gorge dévaler.
Commenter  J’apprécie          10
MarionFremontMarionFremont   02 mars 2018
Des mots qui disent l’évanouissement du monde alentour, comme si au-delà de l’écran plus rien ne devait exister. Et l’écran maintient les corps à bonne distance.
Commenter  J’apprécie          10
LecturesNouvellesLecturesNouvelles   03 février 2018
Parfois c'est comme si la vie avait vu trop de films, alors elle balbutie, imite et rejoue mais ce n'est jamais le bon film.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Séverine Danflous (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Séverine Danflous
Entretien avec Séverine Danflous à propos de son live : "Brune platine" publié aux éditions Marest
autres livres classés : désirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Séverine Danflous (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5424 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre