AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213613680
276 pages
Éditeur : Fayard (02/10/2002)
3.41/5   11 notes
Résumé :

En s'accusant d'un double meurtre, il voulait soulager sa conscience, seulement, il a foutu le bordel dans la mienne ! Figure-toi que depuis quinze piges, un autre mec moisit au ballon par ma faute. Evidemment, je libère l'innocent, mais cet enfoiré joue les comptables et me promet deux nouveaux morts. Et v'là qu'en suce, mon Béru est obligé d'endosser l'habit de feu pour piéger un psychopathe. Dantesque ! Si t'as envie de désopiler tout en chocottant da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
paulmaugendre
  03 octobre 2020
Bérurier, toujours égal à lui-même, et San-Antonio fils ont la redoutable charge de recueillir la plainte de madame Godagno, Pélagie de son prénom, charmante et jeune quadragénaire, qui vient d'être agressée chez elle par un pompier.
Pour preuve elle est en peignoir et nue dessous, ce que Béru demande à constater de visu. La procédure explique-t-il. Donc madame Godagno vient d'être agressée par un pompier, du moins par un individu casqué, brandissant une hache de pompier, mais la figure masquée par une cagoule.
Sur ce entre dans le bureau des pleurs San-Antonio père qui assiste à la fin de la déposition. le mari de madame Godagno est parti sans crier gare en ne lui laissant que quelques bricoles intimes dont des olibos, d'ailleurs elle a amené les objets du délit qui servent au lit, tandis que l'agresseur a dérobé quelques ustensiles dont on se demande à quoi cela pourra lui servir. Fin de la récréation car une autre affaire bientôt accapare le commissaire, autrement plus sérieuse. Et c'est là qu'on voit à quoi le commis sert.
Un patient en fin de vie dans un hôpital parisien désire le rencontrer. Malade du sida, il avoue être le coupable d'un meurtre perpétré quelques années auparavant. Un aveu qui contrarie San-Antonio car il avait arrêté le présumé coupable qui depuis passe ses jours en prison. Trop de faits concrets accusent le malade et l'inculpé du nom de Carmino est libéré. Seulement, peu après l'infirmière qui s'occupait du malade est retrouvée assassinée. Carmino échappe à la surveillance des policiers qui devaient le pister.
Le pompier dont s'est plainte madame Godagno fait à nouveau parler de lui, enchaînant ses méfaits, et les crimes de sang, et le seul moyen possible pour découvrir son identité conduit à ce que Béru intègre une compagnie de pompiers. Ce qui l'amènera à circonscrire un incendie dans des conditions particulières.

Si l'intrigue de cette histoire est bien menée, ce sont les délires linguistiques qui prévalent. Les jeux de mot, les à-peu-près, les calembours, les situations humoristiques, décapantes, oserai-je écrire jouissives et grivoises, gauloises puisque nous sommes en France, s'enchaînent les unes derrières les autres comme des chenilles processionnaires.
Mais parfois, c'est un peu trop et l'aimerait pouvoir suivre l'histoire en toute sérénité, car l'attention est bien souvent accaparée par la logorrhée verbale au détriment du suivi de la narration. Ce n'est qu'un détail, mais qui compte pour le lecteur.
Tel père, tel fils, et l'on sent une continuité dans l'oeuvre dardienne concernant les aventures du commissaire chéri de ces dames. Commissaire qui va ressentir des sueurs froides mais Salami, entre autre, est là pour rétablir bon ordre dans la maison.
Patrice Dard retrouve la verve de la première période consacrée à la saga du trio composé de San-Antonio, Béru et Pinaud, oui le vieux débris fait également partie de la distribution, et le style m'incite à penser fortement que les derniers ouvrages de Frédéric Dard sous le pseudo de San-Antonio sont peut-être de son cru. Comme le volume titré Napoléon Pommier paru le 11 mai 2000, soit quelques jours avant le décès de Frédéric Dard le 6 juin 2000.

Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
anne270281
  11 septembre 2016
Honte sur moi je n'avais jamais lu de San Antonio. Mais comme j'ai adoré je m'appelle Requiem et je t' et qu'il y a des références à ce héros je me devais d'en lire au moins un. le soucis c'est que j'ai choisi un livre des nouvelles aventures de San Antonio je ne saurais dire s'il y a beaucoup de différences avec les premiers.
Quand j'ai commencé ce livre je me suis dit dans 2 jours il est fini en effet ce volume n'est pas très épais. Et bien c'est une erreur j'ai mis du temps à le lire pas parce qu'il ne m'intéressait pas mais parce qu'il est bourré de jeux de mots alors on le savoure et on rit....
Ce qui m'intéresse dans un livre en règle général c'est l'histoire il faut qu'elle m'embarque et bien ici on s'en fout un peu de l'histoire. On s'arrête plus sur l'écriture de l'auteur et sur ses personnages.
J'ai aimé San Antonio mais il y a tellement de jeux de mots qu'on en oublie un peu l'histoire et pour moi c'est dommage.
Mais ce n'est que mon avis....
Commenter  J’apprécie          00
BVIALLET
  23 mai 2012
Un certain Wilhelm Sadoz, à l'article de la mort s'accuse des meurtres d'une pharmacienne et de sa fille qui ont eu lieu quatorze années plus tôt. Par cet aveu, il disculpe celui que San Antonio avait mis sous les verrous, Carmino Bourassa, un italo-canadien qui avait tout avoué à l'époque. le célèbre commissaire aurait-il fait condamner un innocent et, à sa grande honte, raté une enquête ? Bérurier se retrouve obligé d'endosser l'uniforme des soldats du feu pour démasquer un psychopathe. Sans oublier Pinaud, ruiné par de mauvais placements en Bourse qui doit reprendre du service aux côtés du propre fils de San-A...
Ce joyeux polar est sous-titré « Les nouvelles aventures de San-Antonio » car, depuis la mort du grand Frédéric, c'est son fils Patrice qui a repris la plume pour continuer « l'oeuvre » prolifique de son père. Mais pour qui a aimé les San-Antonio première mouture, il ne sera pas dépaysé par celles-ci. Même gouaille, même style fleuri d'argot, de calembours et de jeux de mots plus ou moins réussis. L'histoire policière est bien menée et se lit dans la foulée. Après tout, elle n'est pas essentielle. L'important, c'est la rigolade, la détente, la gouaille, en compagnie de personnages picaresques, caricaturaux, déjantés et tonitruants. Et le lecteur ne boude pas son plaisir même si quelquefois (ou souvent) le rire est un peu gras...
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Video de Patrice Dard (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Dard
Le Cercle du Hérisson - Interview de Patrice Dard
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16958 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre