AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782264055521
216 pages
10-18 (15/03/2012)
3.11/5   9 notes
Résumé :
D'Aristophane à Céline en passant par Shakespeare, Voltaire ou Rimbaud, la littérature est tout entière traversée par l'art subtil de l'insulte. Balayant largement les genres et les époques, cette anthologie fait la part belle à l'invective fleurie, à la grossièreté crasse, au raffinement perfide, et démontre l'inventivité sans limite déployée par les grands auteurs pour dire du mal de leur prochain. Le premier être humain à jeter une insulte plutôt qu'une pierre e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Torellion
  15 mars 2017
Elsa Delachair nous présente une Anthologie de l'insulte.
Alléchant, cet ouvrage nous laisse sur notre faim. Les textes sont certes savoureux, plein de verves et de talents ; cependant que l'enchaînement laisse parfois à désirer.
L'auteur de ce recueil n'apporte pas de plus-value aux extraits choisis.
Une anthologie est un choix significatif de textes, en raison de leur originalité, de leur beauté, du plaisir qu'ils procurent et surtout de leur valeur illustrative au parcours ou au thème retenu. Et ici, nul thème majeur hors celui de l'insulte, pas de rythme entre les textes, aucune mise en parallèle...
Un florilège sympathique quoiqu'un peu léger.
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   25 juin 2022
On peut, à la rigueur, serrer la main à un journaliste. OÙ a-t-on vu d’ailleurs qu’un homme qui avait serré la main à un journaliste, épouvanté de son déshonneur, se soit jamais brûlé la cervelle, ou même ait essayé de se la brûler seulement ? Sa mère l’a-t-elle chassé, disant : Va, Va, tu n’es pas sorti de mon sein ? Sa chaste fiancée s’est-elle faite religieuse, et quand il s’est présenté à la grille du couvent, où peut-être une autre démence après tout l’avait poussée, s’est-il entendu dire par la tourière : Arrière, tu as serré la main d’un journaliste ? Non. Je dirai bien plus : il y a des gens qui tiennent pour flatteur de connaître un rédacteur au Petit Var, et même à Y Intransigeant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   25 juin 2022
Non. Je dirai bien plus : il y a des gens qui tiennent pour flatteur de connaître un rédacteur au Petit Var, et même à Y Intransigeant. Bien que l’on puisse considérer ce genre de jugement comme l’effet d’une perversion qualifiée, ou tout au moins d’une imbécillité crasse, il faudrait que je fusse de bien mauvaise foi pour passer silence sur une particularité si intéressante, d’ailleurs omise au Dictionnaire dont l’article journaliste témoigne surtout de la terreur répugnante des académiciens devant les périodiques, comme dit la poste. Donc je déclare qu’il est possible de serrer la main d’un journaliste. Sous certaines réserves, s’entend. Se laver ensuite. Et pas seulement la main contaminée, mais tout le reste du corps, particulièrement les parties sexuelles, pour ce qu’on sait encore très mal comment le journaliste empoisonne ses victimes, et qu’il n’est pas très sûr qu’il ne dégage pas par tous les pores de la peau ou du vêtement une espèce de venin volatile et singulièrement infecte qui serait d’une aptitude extraordinaire à se loger dans les plis de flexion, même les mieux cachés par l’habitude et la décence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 juin 2022
Les paroles passent tous les actes. Je n’avais jamais imaginé qu’une fille, même dressée aux vices, pût dire de pareils mots à sa propre mère. Elle articulait au hasard, d’une voix sans suite, sans raison, pour la joie de lancer les injures dans le désordre et l’incohérence où elle les avait mâchées :

« Ne me touche pas ! je t’emmerde ! je t’emmerde ! et je foutrai le camp cette nuit ! Je t’emmerde, sale vache ! sale grue ! sale gousse ! sale enculée ! sale maquerelle ! sale putain ! Tu ne veux pas qu’on t’appelle comme ça ? Putain ! Putain ! Putain ! Putain ! Putain ! Putain ! Putain ! Putain ! Putain ! Putain ! Fille de putain ! Mère de putains, gousse de putains, branleuse de putains. Je ne suis pas une putain, moi, je suis une pucelle ! Tu as laissé vendre ton pucelage par ta putain de mère, mais moi je ne suis pas une andouille comme toi ! je ne te laisse pas vendre mon pucelage, je le donne ! Tiens, regarde-le, sale maquerelle ! regarde-le, ma garce ! tu en voulais cent louis, tu n’en auras pas cent sous ! tu n’en auras que du foutre et du sang dans la gueule ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 juin 2022
Et tu oublies, homme de foi mauvaise, tu oublies d’ajouter général qui est le mot important ! Et général de quoi ? De l’ensemble des nations ! cria Saltiel avec un geste large qui enveloppait la planète. Imbécile, homme d’ignorance noire, noire comme l’interstice de tes orteils que j’ai vus pour ma douleur et ma honte l’autre soir, ô puant véritable, fils des trente-six pères et neveu des entremetteuses, ô postérité des faux-monnayeurs, ô issu des ordures, ô Mattathias de vomissement, ô Arabe, apprends de moi puisque, sans instruction, tu n’as jamais été bon qu’à chercher des sous dans les ruisseaux ou à pressurer des bambins de pêche, apprends de moi, hyène du pourcentage, apprends la signification du mot secrétaire. Secrétaire veut dire celui qui connaît les secrets. Et les secrets de qui ? De toutes les nations !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 juin 2022
Ce minable fait penser à un chien que tout le monde chasse et déteste ; il lorgne l’os qu’il ne peut mordre et se met à aboyer si vigoureusement que force est de comprendre qu’il meurt de faim. Au cours de ma vie, j’ai vu beaucoup de fous, d’insolents, d’envieux, de méchants, d’injustes, de vaniteux, d’entêtés, d’arrogants, de grossiers et d’ingrats ; mais folie, insolence, jalousie, méchanceté, injustice, vanité, entêtement, arrogance, grossièreté et ingratitude comme les siens, jamais. Le scélérat, gonflé d’un orgueil qui lui promet une renommée de grand poète, ne fait que se complaire en soi-même. Il se prend à témoin des louanges qu’il croit mériter, il devient son propre adorateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Elsa Delachair (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Delachair
Elsa Delachair - L'art de l'insulte
autres livres classés : insultesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox