AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782332522467
Éditeur : Edilivre-Aparis (10/12/2012)
5/5   1 notes
Résumé :
Ce roman retrace les aventures des héros de Roméo et Juliette dans leur jeunesse. Car Roméo, Mercutio et Benvolio, liés par une solide amitié plus forte qu’aucun lien du sang, ont eu une vie bien remplie, avant l’histoire officielle ! Se jouant des lois et des hommes, ils croquent la vie à pleines dents avec une folle insouciance, comme s’ils savaient déjà, au fond de leur cœur, combien chaque heure est précieuse.

Rivalité avec les Capulet, histoires... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
herve77100
  30 mai 2015
Un roman qui se lit assez facilement, prenant, les personnages sont très attachants, chacun ayant sa propre personnalité. Les aventures sont très rythmées et tout s'enchaîne avec un naturel très agréable à la lecture qui donne envie de lire d'une seule traite ce roman. Je retiens surtout la belle amitié liant les personnages, le dévouement des uns vis-à-vis des autres, une réelle fraternité qui est touchante.
Commenter  J’apprécie          10
mary1744
  30 mai 2015
Un livre frais et pleins de rebondissements. L'auteur étoffe les personnages originaux de " Roméo et Juliette ", ce qui les rend très attachants. Les aventures s'enchaînent, savamment orchestrées par une écriture intelligente, donnant au roman une dimension palpitante.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
mary1744mary1744   03 juin 2015
Ils se figèrent soudain. Arrivés à un carrefour, une dizaine de gardes avaient surgi d'une rue transversale et leur barrait le passage. Roméo et Mercutio échangèrent des regards sidérés. Ah non, pas si près du but ! Pas après avoir attendu toute une interminable journée ! C'était trop injuste !
- Rendez-vous, bandits ! Vous vous expliquerez avec messire le comte ! lança le capitaine de Benetolli, monté à cheval, tandis que ses hommes les encerclaient.
Sans se consulter, tacitement, les deux jeunes hommes tournèrent brusquement les talons et décampèrent. Ils foncèrent dans l'espace encore libre entre les gardes, les prenant de vitesse, et décampèrent par la rue d'où ils venaient. Des cris, des appels fusèrent derrière eux, les aiguillonnant de plus bel. Au hasard, Roméo obliquait dans telle ou telle rue, sans se soucier de la direction, seulement des cris qui les poursuivaient.
Très vite ils furent en nage, le cœur battant à tout rompre, la gorge sèche et le souffle court. Dans leur course désespérée, le bruit de leurs pas résonnait dans les ruelles peu à peu désertes, aussi fort que les battements saccadés qui cognaient dans leurs poitrines. [...]
Ils débouchèrent bientôt sur une petite place aussi déserte que les autres, garnie d'une fontaine de pierre en son milieu. De l'autre côté, on apercevait enfin le port au bout d'une longue ruelle aux échoppes fermées. L'obscurité gagnait de plus en plus, l'air se refroidissait nettement, mais on y voyait encore assez clair pour se diriger.
Et soudain, un bruit de sabot, et le capitaine des gardes fit irruption devant eux. Il mena son cheval droit sur les jeunes gens, un sourire triomphant aux lèvres.
- J'étais sûr que vous gagneriez le port, fit-il en descendant de sa monture, puis en dégainant son épée. J'ai laissé mes hommes vous courser, en me doutant bien que deux jeunes gens agiles comme vous n'auraient aucun mal à les semer... Il ne me restait plus qu'à vous prendre de vitesse, ajouta-t-il en flattant l'encolure de son cheval. Mes hommes ne vont pas tarder à me rejoindre. [...] A présent donnez-moi vos armes, vous deux, et plus vite que ça !
- Que non ! fit Roméo avec un bond en arrière, en dégainant sa propre épée. Vous n'aurez pas la prétention de porter la main sur le fils du comte Montaigu !
- ... et sur le neveu de votre prince !
- Enfants ! jeta le capitaine avec mépris. Vous vous croyez encore à Vérone ? Mais le prince et toute sa clique sont loin ! Ici, vous devrez répondre du cambriolage du palais du comte Rafaeli, et croyez-moi cela risque de mal se finir, neveu de prince ou pas ! Pour preuve, mon maître m’a demandé de vous ramener… morts ou vifs !
Roméo et Mercutio déglutirent à ces mots, sentant que leur sort serait des plus funestes en cas de défaite.
― Mercutio, dit Roméo en lui fourrant le papier entre les mains, prends le document et cours au port rejoindre Benvolio et les autres. Je te couvre.
― Mais…
― Cours ! Vous me délivrerez plus tard !
Sans lui laisser le temps d’ajouter quoi que ce soit, Roméo se jeta sur le capitaine qui se préparait lui-même à les attaquer. Deux gamins ne lui faisaient pas peur, à lui, un homme d’arme plus qu’aguerri !
Les fers s’engagèrent, l’épée légère du jeune homme contre la lourde masse de celle du garde, impitoyable pour le jeune fou qui osait le défier. Mercutio passa le papier à sa ceinture puis courut vers la rue qui menait au port… avant de ralentir, s’arrêter.
Déjà, Roméo se retrouvait en fâcheuse posture. Face au garde, le jeune homme reculait sans cesse, accusant chaque coup, qu’il parait pourtant avec adresse. Mais le garde avait hâte d’en finir et abattait son arme de toutes ses forces, pressé de mettre la main sur le reste du trio avant qu’il ne s’échappe. Roméo, le front couvert de sueur, tentait de faire barrage, mais ses parades étaient de plus en plus maladroites, de plus en plus désespérées.
Alors Mercutio fit demi-tour, et revint se jeter dans la bataille.
Épée au clair, il bondit entre son ami et le capitaine des gardes, parant de sa propre épée le coup qui s’abattait. Roméo recula de quelques pas, un peu sonné, tandis que Mercutio, farouche, déterminé, engageait le fer contre leur adversaire, avec une haine au moins égale dans le regard.
― Mercutio ! appela son ami. Que…
― Prends le papier ! cria le jeune homme en balançant vivement le précieux document au loin. Va le mettre en sécurité, c’est moi qui te couvre !
Reconnaissant que Mercutio était bien meilleur escrimeur que lui, Roméo ramassa le papier, rangea son épée, et courut à son tour vers la rue menant au port. Il se retourna pourtant, juste le temps de voir son ami, las des parades, attaquer courageusement leur adversaire avec un cri de rage. Le garde recula d’un pas, mais lui rendit ensuite coup pour coup.
Ce fut au tour de Mercutio de reculer, pas après pas, se jetant de côté pour ne pas être acculé à la fontaine. Il était certes meilleur que Roméo, mais avait grandement surestimé ses capacités face à un soldat. Malgré sa résistance, l’issue du combat ne faisait guère de doute.
Désespéré pour son meilleur ami, Roméo dut se résoudre à l’abandonner, en se jurant de le délivrer plus tard. Ce fut un véritable crève-cœur, mais il tourna les talons et s’enfuit en courant, le précieux document à la ceinture. Après la rue, le port, et la barque promise. Le salut était proche !
Il avait déjà commencé à remonter la rue, quand il se retourna une dernière fois vers la place. Et là, son cœur manqua un battement. Sous ses yeux, Mercutio, pressé par le garde, trébucha en arrière, bascula, et sa tête vint cogner contre la pierre froide de la fontaine.
Tout le sang de Roméo se glaça dans ses veines. Le corps de son ami retomba, inerte, sur le sol en terre battue. Ce fut juste à temps qu’il vit le garde se détourner de la scène et se ruer dans sa direction. Comme dans un mauvais rêve, irréel, Roméo reprit sa course, distançant le garde grâce à l’avance qu’il avait déjà prise.
Arrivé sur les quais, il repéra facilement Benvolio et les pages au complet à bord d’une barque légère munie d’un mat, et courut à perdre haleine vers eux.
― Benvolioooooo !!! s’époumona le jeune homme, éperdu de désespoir.
Son cousin l’aperçut à son tour et ordonna aux pages de larguer les amarres. Sans ralentir sa course, Roméo bondit à bord et tomba au fond, tandis que la barque quittait le quai au moment où le garde débouchait à son tour sur le port.
― Où est Mercutio ? demanda Benvolio alors que l’embarcation s’éloignait, sous les cris de malédiction du capitaine.
― Plus tard ! fit Roméo, qui ne se sentait pas le courage d’avouer à son cousin que leur ami n’était peut-être plus de ce monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mary1744mary1744   03 juin 2015
La salle était aussi miteuse qu'ils l'avaient redouté. L'espace, confiné, obscur, était rempli de petites tables bondées de clients, que quelques lanternes éclairaient d'une lumière chiche, sous un brouhaha assourdissant de cris et de rires. La clientèle semblait rassembler tout le bas-peuple de la cité, des canailles à l'air sournois, des maraudeurs en quête d'un endroit tranquille où écouler le fruit de leurs rapines.
Roméo, Mercutio et Benvolio passèrent entre les tables en prenant soin de ne heurter personne, essayant d'ignorer les regards méfiants qui s'accrochaient à leur passage. Les robes, tuniques et capes qu'ils portaient, bien que d'une grande simplicité et défraîchies par le voyage, devaient néanmoins les désigner comme des petits bourgeois, ou au moins des fils de commerçants aisés. A cela s'ajoutait leur jeune âge, qui amena plus d'un sourire ironique sur les trognes barbues. [...]
Roméo se campa devant le barbu, qui le toisa sans ciller.
- Bonsoir, Messire, dit le jeune homme. On nous a dit que vous et vos gars seriez intéressés par un travail que nous proposons.
- Quel genre de travail ? demanda l'autre tout en restant de marbre.
- Le genre peu honorable mais bien payé.
L'homme, qui devait bien avoir la cinquantaine, mais au visage complètement mangé par sa barbe épaisse, sembla réfléchir un instant. Chaque seconde qui passait semait un peu plus l'angoisse dans les cœurs des trois amis. Mais il était trop tard pour faire marche arrière. Maintenant qu'ils étaient engagés, ils devaient aller jusqu'au bout. [...]
- De quoi s'agit-il exactement, et de combien d'hommes avez-vous besoin ? demanda finalement le brigand.
En disant cela, il remua pour la première fois et se pencha vers eux par-dessus la table.
- Nous avons un compte à régler avec le comte Benetolli, annonça Roméo, qui avait pris la direction des opérations.
Les deux autres la lui laissaient volontiers. Mercutio craignait de commettre encore une bévue, et Benvolio ne s'en sentait pas le courage.
- Il passe la nuit dans l'une des auberges de la ville, mais reprendra la route demain matin, continua le jeune homme. Il s'agit de lui tendre une embuscade et de piller tout ce qui peut l'être.
- Votre comte doit voyager avec une escorte ? Combien sont-ils ?
- Une vingtaine de gardes l'accompagnent.
- Peste ! fit le barbu. Ce ne sera pas une mince affaire !
- Certes non, c'est pourquoi nous avons besoin d'hommes résolus.
- Et combien vous proposez-vous de nous payer, pour cela ? demanda le brigand.
- Le comte transporte avec lui nombre de malles qui devraient largement vous dédommager...
A ces mots, l'homme se leva d'un bond de sa chaise, furieux :
- Et vous vous figurez que nous allons nous contenter de ces promesses ? Ma parole ! Vous n'êtes que trois gamins, laissez ce genre d'entreprise aux grandes personnes ! Si vous croyez que moi et mes hommes allons risquer nos vies sur la foi de quelques vagues promesses, vous pouvez retourner dans les jupes de vos mères !
Sur cet éclat, quasiment toute la salle s'était retournée vers leur table. Les trois amis rougirent jusqu'aux oreilles.
- Votre prix sera le nôtre, intervint Mercutio. Cependant, il vous faudra attendre demain matin pour le recevoir, quand nous vous aurons vu de nos yeux vous mettre en route pour l'embuscade.
- Voilà enfin une parole sensée, grogna le barbu en se rasseyant. Mais il me faudra quand même un petit acompte.
- Je crains que non. Jusqu'à demain, vous devrez vous contenter de notre parole. Nous n'avons rien emmené sur nous par précaution, juste de quoi nous payer un verre.
- Voilà de sages paroles, tu as la caboche bien remplie, gamin. Va pour demain matin, dans ce cas. Rendez-vous ici à l'aube.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mary1744mary1744   03 juin 2015
L'auberge du Cavaliere bianco résonnait de rires et de joie ce soir-là, indifférents à la pluie qui persistait au-dehors. La nuit achevait de tomber, mais déjà les trois grands lustres illuminaient largement la salle commune, où deux gaillards avaient sorti, l'un son violon, l'autre son flûtiau, et jouaient à qui chanterait le plus fort. [...]
Soudain un rire strident et sonore domina le brouhaha, mais sans attirer l'attention des autres clients, habitués. Le regard de maître Roberto se tourna vers la table d'où le rire avait fusé. Cette table, idéalement située près de la cheminée, était exclusivement réservée à ses occupants actuels, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit. [...] Maître Roberto afficha un petit sourire en coin.
- Tout se passe-t-il comme vous le souhaitez, Messires ? vint-il demander à ces trois jeunes seigneurs d'à peine vingt ans, par simple plaisir de leur adresser la parole.
- Pour le mieux, maître, assura l'un d'eux, un jeune homme à l'air angélique, affublé d'une tignasse blonde résolument indisciplinée.
- Pour le mieux ! s'exclama le rieur en se levant presque d'indignation. Tu te moques, Benvolio ! Et notre pichet à moitié vide, y songes-tu ?
- Je le vois à moitié plein, moi, Mercutio, sourit le jeune homme, une lueur rieuse dans ses prunelles bleues.
- Il n'y a qu'un moyen de nous mettre d'accord, décréta le second. Maître Roberto, allez sur l'instant nous remplir ce pichet de votre petit vin de Bardolino !
- J'y cours, Messire, s'inclina l'aubergiste en l'emportant.
- Eh bien, Roméo, reprit Mercutio en se laissant aller contre le dossier de sa chaise, te voilà donc de nouveau libre ? J'ai peine à y croire !
- Hélas, soupira l'interpellé, un beau jeune homme aux cheveux noirs et aux yeux sombres. Cela n'aura pas duré bien longtemps.
- Hélas ! Il dit hélas ! Alors que c'est lui qui l'a quittée ! Es-tu fou, ami ?
[...]
- Mais assez de ce sujet ! lança Mercutio gaîment. Voilà Benvolio qui revient, et en fort charmante compagnie, ma foi ! En voilà un qui ne dormira pas seul, cette nuit ! As-tu déjà oublié Flavia ?
- Ne fais pas attention à lui, fit Benvolio à sa compagne dans un sourire. Amis, je vous présente la signorina Selena, qui vient d'arriver en ville pour retrouver sa tante, notre merveilleuse donna Livia. [..] Quelques amis l'ont amenée dans notre auberge en lui vantant le bon vin de maître Roberto.
- Loués soient ses amis ! s'exclama Mercutio. en s'emparant d'une de ses fines mains pour y déposer un baiser. Ils ne pouvaient faire meilleur choix que de nous amener leur charmante compagne ! Grâce à eux, j'aurai eu la joie ce soir de poser les yeux sur la plus magnifique créature que Dieu fit sur terre...
- Paix, Mercutio ! Tu ne t'arrêtes jamais ? fit Benvolio en riant. Selena est ici pour s'amuser, point pour la galanterie.
- Et pourquoi pas ? répliqua son ami. Si l'on s'en tenait toujours à ce qui est prévu, la vie serait d'un monotone ! Dieu sait qu'il y a plusieurs façons de s'amuser, si mademoiselle le souhaite...
- Mademoiselle se passera de tes services pour ce soir, ami ! sourit Benvolio en passant un bras sous celui de son ami pour l'entraîner.
- Ah peste ! Je vois où tu veux en venir ! fit Mercutio en souriant à son tour. Notre bon Roméo dévisage notre amie avec les yeux d'un hibou qui va tomber de son perchoir. Le voilà devenu aussi muet qu'une carpe et aussi rouge qu'une écrevisse ! Soit, alors, je m'incline.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mary1744mary1744   03 juin 2015
En quelques mots, il raconta au comte médusé leur plan scabreux pour tenter d’entrer dans ses bonnes grâces. Celui-ci, effaré, ouvrit à nouveau de grands yeux.
- Mais c’est de la folie… ! fit-il, n’en revenant pas. Vous n’êtes que trois jeunes fous complètement inconscients !
- Peut-être, concéda Roméo avec un sourire ironique, mais ces trois jeunes fous sont en passe de faire échouer un complot contre un souverain, de libérer une jeune fille injustement enfermée, cela après s’être battu victorieusement contre une escouade du guet, avoir berné à deux reprises des sentinelles aguerries, et – j’oubliais ! – avoir tenu en échec toute une meute de gardes lancés à leurs trousses.
Le comte Benetolli sentit une colère noire prendre le dessus et le faire bouillir de la tête aux pieds. Son visage entier devint rouge vif, tandis qu’il serrait furieusement les poings.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : romeo et julietteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Marylène Delaisement (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4172 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre