AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2918541168
Éditeur : Homme Sans Nom (01/03/2015)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 26 notes)
Résumé :
« Maintenant, il faut souhaiter qu’il meure vite. »
Mais les souhaits, par pur esprit de contradiction, se réalisent rarement et Ed ne meurt pas. Condamné à l’isolement à vie dans la pire des prisons spatiales pour un crime qu’il n’a pas commis, le jeune homme agonise lentement et avec beaucoup d’application.
Alors que débute sa vingt et unième année d’incarcération, une chose tout à fait improbable et imprévue se produit : Ed s’évade du seul endroit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Ichirin-No-Hana
  28 mars 2017
Après avoir adoré son roman policier J'agonise fort bien, merci, c'est avec beaucoup d'envie que j'ai découvert un autre roman d'Oren Miller : le Roi Sombre. Et ce fut encore une fois une lecture prenante et pleine de qualités.
Avec le Roi Sombre, Oren Miller nous propose une réécriture du très célèbre Comte de Monte Cristo d'Alexandre Dumas dans un univers de science-fiction. Ed (en référence à Edmond Dantès), est un jeune étudiant qui, bien qu'il vienne d'une planète et d'un milieu plutôt modeste, a tout pour réussir. Amoureux et fiancé à une jeune fille de bonne famille, il est très intelligent et voit les plus hautes places lui ouvrir ses bras. Cependant, Ed va être accusé de terrorisme et c'est sans passer par la case départ qu'il va se retrouver enfermé dans la prison la plus sécurisée de la galaxie. Après quelques années enfermées dans sa cellule sans aucun contact avec quiconque (pas même avec les surveillants) et proche de la folie, Ed fera la connaissance d'une entité sans corps qui va lui ouvrir les yeux sur le complot qui l'a fait atterrir ici. Io, prénom donné à l'entité, va alors faire subir un entraînement physique à Ed et va lui partager toutes ses connaissances en vue de l'aider à s'évader. Après trente années d'incarcération, Ed, en s'évadant, deviendra Hisham, être froid et calculateur et n'aura plus qu'un objectif : sa vengeance.
L'histoire tient place dans une galaxie où l'on aura l'occasion de découvrir différentes stations stellaires et différentes entités extraterrestres. Bien que le roman soit un tome unique, l'auteure a su créer un univers cohérent et dont on intègre les codes très rapidement sans nous ennuyer avec des descriptions interminables. Oren Miller sait nous intriguer et nous immerger dans son monde. L'intrigue est prenante et pleine de rebondissements. de la même façon que dans son roman J'agonise fort bien, merci (qui est plus récent que le Roi Sombre), Oren Miller alternera des passages sombres et profonds avec des dialogues pleins de verve et extrêmement exquis. Ed est un personnage principal très intéressant à suivre. On suit son évolution de jeune premier plutôt naïf mais très intelligent et ambitieux à ce personnage obnubilé par sa vengeance et sans aucune empathie. Pour assouvir sa vengeance, Hisham/Ed rencontrera Jatalan, pirate de l'espace et Kajal, personnage sauvé par Ed lors d'un procès. Ce trio est un trio très fort et qui offre énormément au récit notamment par les échanges piquants entre les personnages mais également dans leurs rôles pratique et dans le soutien et la remise en cause du personnage d'Hisham.
Encore une belle proposition de la part d'Oren Miller, auteure au style très reconnaissable et pleine d'imagination. Bon je vous laisse, je m'en vais acquérir les autres romans de l'auteure !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
Supy
  18 avril 2015
Voilà un livre dont j'attendais la sortie avec une impatience folle. Je peux vous dire que, ni une ni deux, j'ai sauté dessus au Salon du Livre (malgré le fait que je ne voulais pas craquer) et que je l'ai lu très rapidement après mon retour. de plus, l'auteur est fort sympathique et me donnait fortement envie de découvrir son univers. Et, promis, l'illustration fort intrigante que j'ai eu avec le livre n'y est pour rien ;)
Ce livre est une revisite du célèbre Comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas. N'ayant pas lu l'original, je ne vais pas m'attarder des masses sur ce point. Pour ce que j'en sais, j'ai révélé beaucoup de références à l'oeuvre originale. En tout cas, l'histoire est similaire avec cette histoire de captivité et de vengeance.
Ce qui m'a le plus surprise dans ce livre, c'est son incroyable complexité psychologique. J'ai toujours tendance à déplorer un manque dans mes lectures habituelles mais là, j'ai été servi et pas qu'un peu ! Oren Miller a parfaitement travaillé les caractères de ses personnages. Et c'est avec grand plaisir que je me suis mise à les décortiquer au fil de ma lecture.
Hisham, ou Ed de son nouveau nom, est certainement le personnage le plus marquant étant donné qu'il est la figure de prou de l'histoire. C'est un personnage torturé, fantasque, qui a perdu la raison à cause de son enfermement dans la prison d'If. Il passe de blanc à noir et se destine à semer le chaos sur son passage pour crier vengeance. Mais avant ça, il était un jeune étudiant brillant, destinée à une grande carrière politique, et fiancé à l'une des plus belles jeune femme qu'il avait pu rencontrer dans sa jeunesse. On a vraiment deux faces très différentes d'une même personne. Et je peux vous dire que c'est un régal de voir l'évolution qu'il existe entre celles-ci !
Les autres personnages ne sont pas en reste. Quand je vous dis que c'est l'atout du livre, ce n'est vraiment pas pour rien ! Parmi eux, celui que j'ai le plus aimé au point d'en devenir gaga, c'est Jatalan (le fameux personnage de l'illustration). C'est un personnage également fort charismatique mais d'une autre manière qu'Ed. S'il manipule lui aussi les mots à la perfection, c'est plutôt pour offrir des répliques cinglantes et je vous avoue que c'est ce qui m'a fait craqué dans ce personnage. Son franc parlé n'a aucune limite et nous offre au fil de la lecture de bon moment d'humour. C'est aussi le personnage le plus loyal du roman selon moi ce qui le rend encore plus particulier, un caractère tout en contradiction entre ce qu'il veut être et ce qu'il laisse paraître.
Pour ce qui est de l'intrigue, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Chaque page apporte son lot de détails et de rebondissements au point qu'on savoure la lecture mot après mot pour être sûr de ne pas laisser une seule information. le Roi Sombre nous balade entre vengeance et intrigues politiques vers la conquête du pouvoir d'Ixion, la station-cité la plus riche. Il est question de bras de fer, d'affrontements, de déchéances et de coups bas entre les différents personnages. C'est à qui manipulera les autres le mieux.
Et tout cela nous est servi par une plume implacable. Oren Miller a le don de captiver son lectorat à travers ses mots, ça ne fait aucun doute pour moi. Rien n'est laissé au hasard, aucune place à l'interprétation. Les mots sont durs à certains moments. Je dois également souligner un talent incroyable pour créer la répartie idéale pour les différents dialogues. C'est accrocheur et j'en ai redemandé. C'est d'ailleurs ma seule bête noire : que ce livre soit un simple one-shot. J'aurais aimé poursuivre l'aventure au côté des personnages.
Le Roi Sombre d'Oren Miller fait figure de révélation pour moi. Ce livre est absolument parfait et m'a fait voyagé à travers l'espace pour poursuive une quête jalonnée de vengeance et d'intrigues politiques. Et pour une fois, j'ai trouvé un livre où la psychologie des personnages est à son summum, rien n'a rajouter, rien n'a déplorer. Je ne peux que le recommander au plus grand nombre. D'ailleurs, si vous n'avez pas encore craquer pour ce livre, c'est que vous avez loupé votre vie =D
Lien : http://www.imaginaire-de-sup..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
BlackWolf
  31 janvier 2016
En Résumé : J'ai passé un moment de lecture assez sympathique avec ce roman qui nous propose une réécriture du Comte de Monte-Cristo qui , sans non plus se révéler exceptionnelle, offre un divertissement efficace. L'intrigue est porté par un rythme vif et entrainant et par un humour et un cynisme qui offre un plus à l'ensemble avec quelques moments forts. L'univers se révèle solide, que ce soit dans ses intrigues politiques ou dans son aspect social, mais voilà parait ne rien apporter de plus dans cette réécriture, même si ce n'est en rien bloquant ou frustrant. Les personnages principaux ne manquent pas de charismes et d'attraits, se révélant ainsi attachants, bien porté par leurs envies et leurs émotions, même si parfois j'ai trouvé qu'ils manquaient un peu de profondeur. Domage que les personnages plus secondaires soit parfois un peu caricaturaux. Je regretterai par contre un Deus Ex Machina un peu trop facile, un certain manque de difficulté dans la quête du héros qui se ressent encore plus, je trouve, quand l'on connait l'histoire de Dumas et enfin certains passages traités un peu trop rapidement. La plume de l'auteur se révèle vivante, entrainante et pleine d'humour, plongeant ainsi assez facilement le lecteur dans son récit. Au final un roman divertissant avec ses qualités et ses défauts, qui se révèle agréable à découvrir. Je lirai d'autres écrits de l'auteur sans soucis.

Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
blackfallenangel
  13 avril 2016
Ed Noxx a une vie de rêve : étudiant exceptionnel entouré de ses amis Solal, Nérion et Orféo, il s'apprête à se fiancer à la superbe Messaline et à partir pour Ixion en tant que titulaire de la première bourse d'installation sur Ixion et comme premier assistant d'Harlan Tibérius, un de ses professeurs qui a accepté là-bas un poste de conseiller auprès du Président. Tout est pour le mieux...
Tout ? Non, car Ed, soupçonné de terrorisme et de complicité dans un attentat terroriste, va être emprisonné dans la pire des prisons qui soit dans l'univers: Ikaro Filaki, plus couramment appelée IF, où les prisonniers n'ont aucun contact avec l'extérieur et sont parqués dans des cages hermétiques.Bref, une prison dont on ne revient pas et dont on ne s'évade jamais...
C'est là-bas qu'Ed va faire la connaissance de Io, mystérieuse entité qui a décidé de l'observer et de l'éduquer dans de nombreux domaines. Et miracle ! Après plus de vingt ans enfermé, « l'animal » le plus dangereux que les gardiens de la prison d'IF aient vu naître parvient à s'échapper. Ed, désormais connu sous le nom d'Hisham Kesari, n'a dès lors plus qu'une idée en tête : réunir une équipe efficace dans le seul but de se venger de tous ceux qui l'ont piégé et fait emprisonner alors qu'il était innocent !
La trame de l'histoire vous rappellera peut être celle d'un autre roman très connu de la littérature française : le Comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas (avec la collaboration d'Auguste Maquet) Car oui, le roi sombre est librement inspiré de cette oeuvre qu'Oren Miller transpose avec talent dans un univers de science-fiction.
Alors, oui, ce livre n'est pas un ouvrage aussi littéraire (descriptions, phrases longues...) que le Comte de Monte-Cristo, mais il n'en demeure pas moins qu'il m'a procuré un excellent moment de lecture avec un humour noir absolument cynique et dévastateur... D'aucun dirait qu'ayant fait des études universitaires proches de celles de l'auteur, j'ai retrouvé un humour auquel je suis sensible... Mais pas que ça.
Car les personnages sont bien « fouillés » et même si le héros est devenu quelqu'un de « sinistre », alors qu'il était auparavant quelqu'un de « lumineux », le lecteur qui suit son histoire depuis le début des événements en parvient à le comprendre et à se dire que s'il se trouvait dans la même situation, il ferait pareil, du moins au début... car attendez vous à des passages extrêmement sombres et à des personnages plus que détestables.
Ainsi, notamment, Claudia Magnus, femme de juge, qui aurait du être quelqu'un de respectable mais qui s'avère être une criminelle sanguinaire « de la plus belle eau »... un bel enrobage autour d'une cruauté sans fin. Ou encore les amis d'Ed qui ont somme toute finalement tout fait pour lui voler ce qu'ils convoitaient : l'un, la femme ; l'autre, la position...
Heureusement pour lui, Ed fera de nouvelles connaissances qui pourraient le réconcilier avec les êtres humains... que dis-je, humanoïdes. Il ne faut pas oublier que nous sommes dans un roman de science-fiction ! Et bien qu'Ed ait parfois des côtés exaspérants du fait de son « omniscience », il y a toujours des événements ou des gens qui lui rappellent qu'il reste malgré tout un être humain, quoiqu'extrêmement riche et puissant. Mais cela sera-t-il suffisant pour qu'il parvienne à ses fins ?
De plus, le roman bénéficie d'une écriture « simple » (pas trop de descriptions, de détails...), et efficace avec, comme indiqué plus haut, un humour noir omniprésent qui va choquer ou faire que le lecteur va être définitivement accroché ! Il n'y a presque aucun temps mort dans le récit. Car chaque petit événement constitue en fait un morceau de ce puzzle qu'est la vengeance d'Ed... La question dont vous trouverez la réponse en lisant le livre étant : Comment va se finir cette histoire ?
Un petit bémol à cette lecture (qui autrement aura été parfaite) : je n'ai pas vraiment compris l'utilité de l'épilogue... Un recommencement ?
Lien : http://www.auboudoirecarlate..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Carolivra
  06 juillet 2016
Attention coup de coeur assumé! J'ai réitéré avec un titre des éditions de L'Homme sans nom mais surtout d'Oren Miller dont j'avais déjà lu le superbement bien écrit J'agonise fort bien, merci!
Avec le Roi Sombre, je persiste et signe en affirmant qu'Oren Miller possède une plume aiguisée et bien fournie. L'auteur nous propose, ni plus ni moins, une nouvelle version du Comte de Monte Cristo à la sauce Space Opera. En effet, dans ce roman, le lecteur suit les aventures de Ed. A la suite d'une erreur, Ed est accusé de terrorisme. Il est alors envoyé à IF, initiales d'une prison dont on ne revient jamais.
Ed y fait la connaissance d'une entité étrange qui va l'aider à s'évader. Ed devient alors Hisham et n'aura de cesse de vouloir se venger de ceux qui ont causé sa perte.
J'ai adoré cette version futuriste qui se déroule dans la galaxie. L'auteur a su habilement jouer avec les codes en plaçant son intrigue sur Ixion, station stellaire, régie par une caste d'aristocrates aux noms étrangement romains: Nérion, Messaline ou encore Claudia sont des personnages qui font bien sûr écho à leurs illustres prédécesseurs. Les pirates interstellaires sont aussi légions et c'est en s'alliant à l'un d'eux que Hisham-Ed réussira à accomplir sa vengeance.
Oren Miller ne se complaît pas dans la facilité. Certains passages sont assez obscurs lorsqu'il y explique notamment le fonctionnement juridique de la station Ixion mais cela apporte plus de profondeur au roman. Son style est addictif et comme dans son autre roman déjà lu et chroniqué sur le blog, l'auteur aime tailler ses dialogues au cordeau. Même si je les trouve moins aboutis, j'ai adoré les échanges entre le pirate Jatalan et Hisham, plein de verve et de vivacité.
J'ai bien sûr adoré le personnage principal d'Hisham qui renonce à tout pour assouvir sa vengeance. Cette soif de vengeance est le fil conducteur de l'intrigue et on suit avec délices la mise en place des pièges par Hisham. Sa personnalité est attachante et évolue au fil du roman. C'est un personnage meurtri, empli d'une vengeance sanglante, cependant au fil de sa quête, il va devoir faire des choix et se rendre compte que la vengeance n'est pas la seule solution.
Le personnage secondaire c'est aussi l'univers créé et décrit par l'auteur. Il nous plonge au coeur d'un monde dans lequel les hommes auraient créé des stations stellaires. C'est vraiment passionnant d'imaginer toutes ces machines, ces vaisseaux spatiaux et ces villes gigantesques dans lesquels vivent les humains. J'ai eu souvent en tête le film de Luc Besson le Cinquième élément pour m'imaginer les êtres vivants et l'architecture de ces mondes plongés au coeur des galaxies.
Avec le Roi sombre, Oren Miller revisite le Comte de Monte Cristo et c'est vraiment réussi. Ce one-shot sort des sentiers battus et donne envie de découvrir ou redécouvrir le classique d'Alexandre Dumas.
Lien : https://carolivre.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Ichirin-No-HanaIchirin-No-Hana   14 mars 2017
Ne cachant rien de son humeur, il était ce qu'il disait être, faisait ce qu'il disait, pensait ce qu'il disait et disait ce qu'il pensait. Bref, Jatalan était un volcan actif qui vomissait de ses entrailles à peu près tout ce qui traversait sa tête de bois.
Donc, il était consterné.
- Sinon, pour faire avancer le débat, je propose de te carrer la cartouche du réacteur dans le fion et de vérifier si ça joue sur les propulseurs.
- Ecoutez, patron, tenta d'argumenter le chef mécano, c'est pas si simple...
- Bien sûr que si. Penche-toi et tousse un coup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Ichirin-No-HanaIchirin-No-Hana   13 mars 2017
- Tu vas m'obliger à reparler de ton problème.
- Quel problème ?
- Ton problème de perception.
- Je n'ai pas de problème de perception.
- Si. Comme tous ceux de ton espèce. Vous avez trois yeux. Du coup, vous pensez que vous voyez des trucs que les autres race voient pas . Il est pas mort parce que l'ordinateur, là, il dit qu'il est en bonne santé (Le gardien émit un grognement avant de conclure, sans appel :) Trois yeux, ça veut juste dire un de trop. C'est tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
henrikaemmerlenhenrikaemmerlen   07 octobre 2015
Eh ouais, Hisham, continua le pirate, décidément avide de phrases. Je suis moins con que j'en ai l'air. Et c'est parce que j'ai passé la majeure partie de ma vie entouré d'abrutis aussi fidèles qu'une pute au rabais que je sais pas comment tourne le monde et comment doivent fonctionner les rapport entre les gens.
Commenter  J’apprécie          50
AngelArekinAngelArekin   27 mars 2015
Mais comme le lieu de détention d'Ed était parfaitement entretenu, voire un tantinet immaculé, il avait plus de chances de croiser Dieu dans sa cellule qu'un microbe. Il deviendrait donc un vieux dingue en excellente santé.
Commenter  J’apprécie          60
BleuopaleBleuopale   05 avril 2017
« — Tu te fais trop de soucis, coupa Claudia. Après ce genre de drame, c’est normal qu’un grand ménage ait lieu. Alister dit que c’est pour assainir la société. Elle se purge après avoir été blessée. Sa manière à elle de se soigner, tu comprends. Je trouve que tout ceci est plutôt rassurant.
— Comment ça, « rassurant » ?
— Eh bien, pontifia Claudia, ça prouve que le système fonctionne. Si Ixion peut faire tomber un sénateur de l’envergure d’Arènes, cela veut dire qu’aucun privilège ne met à l’abri, et qu’en cas de graves dysfonctionnements la station sait se défendre. Pour un politicien véreux, combien ont du talent et de l’ambition ? Je souhaite, pour ma part, que ces arrestations se multiplient. Cela renouvellera les acteurs de notre politique. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Oren Miller (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Oren Miller
Conférence tenue par Oren Miller lors de Geekopolis 2015.
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2094 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
. .