AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290133442
Éditeur : J'ai Lu (21/09/2016)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 581 notes)
Résumé :
Travis Maddox est sexy, bâti comme un dieu et couvert de tatouages. Il participe à des combats clandestins la nuit et drague tout ce qui bouge le reste du temps. Exactement le genre de mec qu’Abby doit éviter si elle veut réussir à démarrer une nouvelle vie. Mais Travis insiste et lui propose un pari. Si elle gagne, il renonce au sexe pendant un mois. Si elle perd, elle s’installe chez lui pendant un mois. Ce qu’il ignore, c’est qu’il a affaire à bien plus joueur qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (184) Voir plus Ajouter une critique
Luna05
01 mars 2014
Avant de commencer ce billet je tiens à signaler que cette nouvelle lecture s'est déroulée dans le cadre de l'opération « Masse critique ». Je remercie donc le site Babelio et « les Editions J'ai Lu » pour ce partenariat.
Voici un titre qui a su grandement se faire désirer. Tout d'abord annoncé avec enthousiasme pour 2013, puis repoussé en Janvier 2014 le voilà enfin entre nos petites mains. « Beautiful Disaster » fait bel et bien partie de ces oeuvres appartenant au genre New-Adult étiquetées comme future phénomène littéraire de par son succès rencontré Outre-Atlantique. Allait-il faire les mêmes ravages chez nous ou serait-ce une déception de plus dans le monde si riche et vaste de la littérature ? Plus qu'une seule façon de le découvrir. Let's go !
Dès le premier chapitre Jamie McGuire nous emporte dans son récit grâce à sa plume fluide et très addictive nous faisant dévorer sans aucune retenue cet ouvrage. C'est par le biais de son héroïne, Abby Abernathy, que nous pénètrerons dans cet univers universitaire rythmé par les jours de cours, les sorties arrosées entre ami(e)s et quelques combats illégaux du Cercle. Un récit conté à une voix qui aurait néanmoins gagné plus de profondeur avec la narration de Travis Maddox au vu des péripéties que le couple devra endurer et nous fera subir.
Voici un titre qui m'a absolument déstabilisé mais dans le plus mauvais sens du terme. Après avoir lu tant de chroniques élogieuses autour du phénomène Beautiful Disaster, je ne m'attendais absolument pas à devoir essuyer une telle déception et amertume lors de cette lecture, énervement d'autant plus grand que j'avais vraiment adoré la première partie qui s'est vue par la suite lamentablement gâchée.
Je vais tenter de restituer au mieux mon ressenti de lecture en débutant tout d'abord par ce qui m'a fait chavirer avant la chute fatale.
Je dois dire que dès les premiers chapitres j'ai littéralement succombé à cette ambiance bonne enfant dans laquelle baignait Abby, Travis, America et Shepley. Une atmosphère de campus où naitra une relation semi conflictuelle entre Abby et Travis. Un jeu du chat et de la souris grisant agrémenté par des répliques délicieusement croustillantes et piquantes entre une Abby bien décidée à ne pas être une conquête de plus et un Travis irrémédiablement attiré par la seule femme lui résistant sans sourciller. Un conflit où découlera une véritable amitié mais ou prédominera toujours une certaine ambiguïté. Nous suivrons donc ce couple d'ami(e)s dans leur vie de tous les jours dans les bons et mauvais moments avec dans leur sillage une tension sexuelle omniprésente et croissante. Chacun tentera de ne pas dépasser la ligne blanche, Abby afin de se protéger car sachant pertinemment qu'un homme comme Travis ne peut changer et ce dernier de crainte de perdre la jeune femme pour de bon. Ces deux complices nous gratifieront de passages absolument drôles, tour à tour tendres et romantiques toujours saupoudrés de malice. On sourit et rit des maladresses de Travis et de ses échecs quant à contenir sa jalousie. Pour exemples les passages où ce dernier, tel un sale gamin, prenait plaisir à interrompre les rendez-vous entre Abby et le pauvre Parker. J'ai également beaucoup apprécié l'entourage de ces deux-là que cela soit la très attachante et surprotectrice América la meilleure amie d'Abby, le cousin de Travis, Shepley et Finch l'ami gay des deux jeunes femmes. Même le pauvre Parker Hayes bien que faire valoir est parvenu à s'attirer ma sympathie. Qu'est-ce que j'ai pu adorer ce début de roman. Je me languissais de très vite poursuivre cette lecture chaque soir avec l'envie de découvrir le moment où Travis et Abby cèderaient enfin à l'inéducable. C'est hélas à partir de cet instant qu'arrivèrent pour moi, la fin des réjouissances et le début de mon ultime déception…
Je vais dès à présent aborder les détails ayant fait de cet ouvrage une lecture rageante et absolument catastrophique, pour cette occasion citons d'ailleurs une de mes copinautes Vidia : « Ce livre porte à merveille son titre, Un magnifique désastre ». À partir du moment où le couple a sauté le pas ce roman est devenu totalement chaotique et ce pour plusieurs raisons. La relation si belle et mignonne du début laissera place à un lien destructeur, toxique et surtout extrême porté par des personnages devenus détestables au possible mais surtout incohérents psychologiquement. Dès leur première fois le charme sera irrévocablement rompu et la tension disparaitra irrémédiablement nous offrant des scènes d'amour tièdes et d'une platitude navrante. Des rapports expédiés ni une ni deux dépourvus d'émotions, passion et intensité, des scènes décevantes au vu de toute la tension accumulée depuis leur première rencontre. Une romance dont le cheminement n'aura eu de cesse de décevoir passant d'une relation toute mignonne à une torturée pour devenir niaise et totalement indigeste. Jamie McGuire s'est lamentablement planté avec ce revirement faisant perdre à ce roman toute crédibilité. Des personnalités devenant stéréotypés, prises de tête dont les réflexions et actions ne trouvent finalement aucun fondement dans leur passé. J'attendais beaucoup du secret d'Abby espérant y trouver une justification plausible quant à ses agissements et attitude avec Travis mais une fois ce dernier révélé le soufflet c'est lamentablement dégonflé me privant de mon dernier espoir quant à retrouver l'étincelle des débuts. La seule pensée m'ayant traversé fut « tout ça pour ça » ? Poursuivons avec l'héroïne. Abby est un personnage que j'appréciais beaucoup et comprenais au début, sa verve et son humour ne cessant de me faire sourire, hélas, son changement à 180° invraisemblable m'a salement laissé perplexe. Femme égoïste et versatile demandant à son homme de changer puis, deux pages plus tard, de corriger un étudiant lui ayant manqué de respect pour ensuite paniquer face à un Travis ne parvenant pas à contrôler sa colère…Abby alternera des phases douces avec le pauvre Parker et agira comme la dernière des garces sans sourciller, pour exemples les passages du coup de téléphone et celui de la pizzeria qui m'ont tout bonnement dégoûté, ce dernier n'avait pas mérité tout ça. Jeune femme censée être sans expériences mais qui agira plus tard de manière tout autre en allumant délibérément des étudiants pour se venger de Travis, l'ivresse n'excuse pas tout. Procédé on ne peut plus immature en désaccord avec le caractère mature d'Abby en début de roman.
Parlons à présent du cas Travis Maddox. Véritable cliché ambulant mais dont la personnalité est curieusement bien passée dès le départ. Grand, musclé et tatoué le bad boy dans toute sa splendeur se déplaçant à moto et, ou, chacune de ses apparitions rend extatique une meute de jeunes femmes voulant finir dans son lit, c'est véridique. Homme Impulsif se complaisant dans les relations faciles et sans lendemain, Travis, en plus d'étudier le droit arrondi ses fins de mois en participant à des combats clandestins sur les campus. Homme assez indépendant et idolâtré de tous qui verra son monde basculer dès sa première rencontre avec Abby. Étudiant assez drôle qui n'aura de cesse de taquiner la jeune femme et qui fera tout pour la garder auprès de lui. Ce personnage a été un véritable coup de coeur pour moi au début car s'étant révélé très attachant mais également touchant et vulnérable avec Abby. Homme très possessif, protecteur et jaloux, Travis nous gratifiera de passages aussi amusants qu'émouvants, il perdra néanmoins tout charisme une fois lié intimement à la jeune femme. le Travis fier et sure de lui se muera à mon grand regret en une lavette bien plus pathétique que touchante…Un homme dominé par ses crises de violence et de possessivité, ne parvenant à expulser sa rage qu'en se battant pour un rien et par peur de perdre « sa Poulette ». Des réactions excessives limite pathologique devenant à la longue lassantes, redondantes et agaçantes. A la fin j'ai cessé de compter ses pétages de plomb, c'est tout dire.
Qu'ajouter de plus mis à part que ces personnages immatures pas encore tout à fait sorti de l'adolescence n'ont eu de cesse de m'exaspérer et m'en ont fait payer le prix fort lors de cette lecture.
Beautiful Disaster a été pour moi une véritable déception à la hauteur de toutes les attentes que j'avais fondées sur ce titre. Je m'attendais à ressentir des émotions, de la passion et de l'intensité mais rien de tout ceci ne m'a frappé de plein fouet mis à part l'amertume et l'agacement se disputant à l'ennui. Un héros excessif et pathétique face à une héroïne détestable formant un couple au combien torturé, fatigant et peu crédible. Deux titres New-Adult à mon actif et deux échecs récalcitrants également, on ne m'y reprendra pas avant un moment.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          158
Vidia
27 février 2014
Beautiful Disaster → Magnifique Désastre !
Au titre de ce tome j'aurais du avoir la puce à l'oreille. J'avais entendu des éloges sur ce bouquin alors c'est impatiente que je l'ai pris pour une lecture commune, notre toute première avec Luna05. Il me tardait de rencontrer Travis Maddox, tombeur de ses dames et boxeur lors de combats clandestins à la personnalité charmante et au combien plaisante. Physique de rêve, tatouages, répartie comme il faut, il avait tout pour me faire tomber sous son charme et ça n'a pas loupé. Il m'a envoûté des les premières pages addictives de l'histoire. Et je précise seules les premières pages sont addictives !!
Notre héroïne Abby m'a également plut au début, jeune femme qui ne se laisse pas démonter par Travis, embarquée par sa meilleure amie pour aller voir un combat et bien entendu la rencontre qu'on souhaite arrive dés les premières pages !
Si au début la tension entre nos deux héros nous tient en haleine, nous frustre mais nous attirer à lire la suite, je dois dire, et désolée de ne pas plaire à tout le monde que dés l'instant où ils ont couché ensemble et que le stade ami est dépassé c'est la chute vers la déception et pire encore vers le désastre total !
L'auteure m'a complètement perdue sur toute la ligne ! C'est incohérent, c'est absolument pas crédible du tout ! Elle fait passer la jeunesse américaine pour des jeunes qui boivent jusqu'à l'ivresse, qui se battent dans la cafétéria sans être renvoyé, sans l'intervention de directeur ou d'enseignants ! Travis étudie le droit pénal et le voilà à faire des combats clandestin, munie d'une violence et d'une colère hallucinante voir parfois dangereuse pour une fois face à Abby perdre ses cacahuètes pour ne pas être vulgaire et je pèse mes mots tant je suis déçue, amère et en colère contre un récit si bien commencé au début et si catastrophique par la suite.
Poulette, dans la version VO étant pigeon, a le surnom qui lui va parfaitement ! J'ai eu envie de lui mettre des gifles tout au long de la deuxième partie du bouquin ! Elle ne sait pas ce qu'elle veut, elle met Travis en danger, elle allume des mecs alors qu'elle est fraîchement une jeune femme qui connaît le sexe, elle boit jusqu'à l'ivresse, elle sort avec Parker pour le planter dès que Travis claque des doigts non mais sérieusement au bout d'un moment c'est des coups de pieds aux fesses qui lui faut ! Je pensais la comprendre en apprenant son passé et la encore déception ! Elle tente d'oublier et de ne pas revenir en arrière, un conflit la tiraille avec son père pour au final qu'on apprenne que c'est pas grand chose ( excusez moi mais j'ai lu pire comme passé!)
Et le comble de cette histoire sont les scènes de sexe où j'avais l'impression de lire la reproduction entre deux poissons rouges ! Alors peut-être que je vais être traitée de perverse, mais là franchement c'est de l'abus ! Pas d'émotions, expédié en quatre phrases du genre : ils font leur affaire et basta ! La première fois de Abby n'a pas été du tout mais du tout romantique et mis en valeur et c'est amener d'une façon hallucinante. Travis est triste, elle ne veut pas voir ça sur son visage alors elle lui offre sa virginité en pensant par la même occasion qu'après l'attrait qu'il avait sur elle disparaisse ! Non mais du délire !
Ensuite c'est la course a : je t'aime moi non plus, je te fuis tu me suis, tu me suis je te fuis pour que ça se réconcilie sous la couette, avec une bonne dose de larmes et pour repartir deux minutes après ! Travis a perdu toute sa crédibilité en devenant un fou à l'obsession voir maladive et malsaine envers Abby. Quant à elle, c'est une vraie girouette qui retourne vers son semi ex et qui provoque les nerfs sensibles de Travis !
L'auteure nous raconte des passages où j'ai l'impression de lire l'histoire de deux enfants ! Ou est leur maturité ? Ou est la virilité de Travis ? Ou sont les choix fixes de Abby ?
Et la cerise sur le gâteau cette fin encore moins crédible que le reste me faisant presque rire amèrement par ce désastre ! Guimauve quand tu nous écoeures...
Point positif oui oui il y en a quelques uns je dirais America et Shepley les meilleurs ami qui relèvent le niveau bien que j'ai cru que l'auteure allait tout foutre en l'air également lors de moments où j'ai en envie de m'arracher les cheveux ! Ah n'oublions pas Toto le chien qui le pauvre n'est sûrement pas au bout de ses peines !
Les frères de Travis aussi m'ont l'air intéressant et donne envie de les connaître mais si c'est pour tomber encore une fois de haut je pense passer mon tour !
Ça été laborieux et long pour que je termine ce livre qui tourne en boucle sur ce couple aussi instable que le Titanic après avoir percuté l'iceberg ! L'image de ce couple de dix neuf ans n'est vraiment pas à prendre pour exemple !
Alors je reconnais que le début est très bien, addictif, amusant, charmant mais une fois qu'ils ont croqué ce maudit fruit défendu, c'est l'empoisonnement garantie !
Je terminerai donc ma chronique qui risque de m'attirer des foudres en disant que chacun a son propre avis, que nous avons le droit a la liberté d'expression ! Je n'ai absolument pas aimé ! Si l'auteure avait pris une autre direction j'aurai sûrement plus adhérer au vue du début a fort potentiel, hélas sa plume en a décidé autrement ! Chacun ses goûts, des lectrices ont aimé, d'autre non, il faut de tout pour faire un monde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Hillel
27 janvier 2014
Attention: ne me frappez pas! Ce n'est que mon avis!
Depuis pas mal de temps, depuis qu'il est déjà sorti en V.O, j'entends parler de ce bouquin. Et toujours en bien. Une "histoire poignante", une "romance magnifique", une "histoire d'amour passionnante"... du coup je me suis embarquée dans l'aventure, alors que ce n'est pas trop mon genre de roman, je voulais me faire ma propre idée.
Je m'attendais à une romance érotique passionnante, de celles qui cartonnent en ce moment et qui raflent l'unanimité des lectrices. Mais je ne savais pas qu'il s'agissait d'un roman young-adult, ou "New-adult" qui mettait en scène de jeunes étudiants. du coup, pas de scènes trop hot. OK, ça me va, c'est pas franchement mon truc non plus...
Finalement j'ai refermé le livre complètement déçue. Je me suis dit, "c'est ça l'histoire passionnante et bouleversante?", une romance mielleuse et niaise?
D'un côté on a une héroïne de 19 ans immature et capricieuse qui ne sait jamais ce qu'elle veut. D'un autre, un jeune garçon amoureux à outrance plein de répliques toutes prêtes: "je t'aime" "je ne peux pas vivre sans toi", et qui appelle sa copine "Poulette" à tour de bras, si bien que ça en devient lassant. Complètement niais et stéréotypé... Un héros au passage qui massacre ses adversaires, les laisse en sang sans aucun scrupule, et tout le monde trouve ça normal. Sa copine est même admirative face à sa jolie musculature, sans avoir aucun problème de conscience à le voir massacrer des visages!!!
Pour les clichés machistes on y est à fond, le mec viril et tatoué qui s'est tapé presque toutes les filles du campus, qui est jaloux, possessif, et prêt à ensanglanter la tête de chaque mec qui regarde de trop près sa belle. HELP!!! J'ai réellement passé l'âge de ces bêtises!
Et en plus du cliché machiste on a celui du parfait romantique. En effet, l'auteur veut nous faire croire que les mecs de 19 ans sont tant "fleur bleu", près à tout pour leur copine, à se mettre à leurs pieds, à genoux, à sortir des déclarations passionnées comme ils respirent, et sont prêts à s'engager pour la vie... A 19 ans?! Qui leurre-t-on? Et le héros n'est même pas le seul à agir ainsi, en parallèle nous suivons un couple assez fusionnel pour former le gentil petit couple parfait. Celui d'America et Sherp (d'ailleurs c'est quoi ces prénoms?) Et puis il y aussi le "gendre idéal", Parker celui qui offre une gourmette en diamants au bout d'une semaine de petits bisous... RE-HELP!!!
Bon d'accord à 19 ans, on peut vouloir s'attacher, se mettre en couple, et rêver d'éternité... Mais franchement j'ai eu l'impression d'avoir un épisode "d'Edward et Bella à la fac" ou simplement un épisode de "Gossip-Girls" ou de "Beverly Hills".
Au bout des 400 et quelques pages je me suis dit, mais changez un peu de disques les cocos, on tourne en rond depuis trop longtemps! Un peu de psychologie, un peu d'intensité, foutez-vous sur la gueule...faites quelque chose d'intéressant quoi! J'attendais même des scènes de sexe pimentées tellement je trouvais tout ça lassant. C'est vous dire! Moi, celle qui a résisté à "50 Nuances de Grey", celle qui s'énerve quand c'est trop sexe, j'étais prête à en lire pour relancer mon intérêt pour le récit! Finalement je jubilais presque quand enfin arrivait une scène où les héros étaient bourrés et faisaient n'importe quoi!!! Je dois être maso!
Alors vous devez vous demander ce qui a fait le succès de ce roman? C'est incontestablement son côté addictif, sa simplicité et rapidité de lecture, (ou plutôt d'écriture), qui nous font l'avaler d'une traite. Effectivement, je n'ai pu lâcher mon livre, véritablement happée par ce scénario romantique et cherchant à y retrouver des solutions, pour des héros qui se tournent autour sans cesse.
En bref, je ne doute aucunement que les fans de romances en tous genres vont apprécier ce titre. Par contre, celles (inutile de parler au masculin, nous sommes bien d'accord), qui recherchent un peu d'originalité, un peu de piment, de rythme, une histoire passionnée où se mêlent les genres, peuvent passer leur tour. On est dans la caricature d'une histoire d'amour d'étudiants de fac. Les chapitres alternent proposant essentiellement des dialogues mettant en scène les personnages à la cafet, à l'appart, en soirée, en cours...l'alcool, les conquêtes d'un soir, et les rumeurs.
J'aurai eu envie d'un peu plus de complications, autour des combats du héros par exemple, du passé trouble de l'héroïne, dont on ne sait finalement pas grand chose. Je me disais bon c'est bien joli tout ça mais maintenant passons aux choses sérieuses. Travis va se faire arrêter, il va y avoir un mort, un renvoi de la fac, un truc un peu hard quoi!
Et bien non. Tout tourne autour de leur histoire de coeur. Finalement c'est très dommage, parce que j'ai senti du potentiel, au milieu du livre, lorsque la bande de potes s'embarque à Las-Vegas, je me suis dit, ah enfin, l'intrigue commence. On prend un tournant intéressant, les jeux d'argent, la mafia, la tentation... On sortait enfin du cadre "d'Hélène et les garçons"! Mais ce n'est que de courte durée. Et mon engouement est retombé comme un soufflet. Et puis cette fin... qui dégouline de clichés!!! RE-RE-HELP!!!
Au final, pour ma part, une réelle déception, mais un livre qui se lit tout seul, qui ne va pas faire augmenter notre Q.I. mais qui nous fait passer un agréable moment.
Autre point positif tout de même, la couverture est très réussie. Mais ce n'est que le joli paquet pour un cadeau bien vide à mon sens...

Lien : http://leslivresdalily.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1711
Sissidebeauregard
31 octobre 2013
** spoiler alert **
Il ne sortira en France qu'en Janvier 2014 d'après les rumeurs...
L'histoire : Abby rentre à l'université avec sa meilleure pote America (pas de commentaire sur le choix des prénoms...) et rencontre le beau et dangereux Travis qui passe ses soirées à se taper toutes les filles qui passent ou à démonter la tronche de ses petits camarades de classe dans des combats clandestins (je note au passage que ce n'est pas une université où les étudiants ont l'air de beaucoup travailler et où les profs et les responsables administratifs sont remarquablement absents ce qui permet à Travis de péter la gueule de l'intégralité de sa promo sans jamais avoir le moindre problème).
Je ne sais pas pourquoi je l'ai lu, je suis tombée sur une review goodreads qui l'encensait, j'avais mon kindle à la main et quelques heures à tuer. Globalement, le début de l'histoire se lit facilement. Travis court après Abby puis Abby court après Travis, puis Abby et Travis sont amis, puis Travis fait un plan à 3 pour énerver Abby, puis ENFIN, Travis et Abby couchent ensemble.
Les gros moins : Travis est une brute sanguinaire, alcoolique, sexiste, jaloux, possessif et à la limite du harcèlement. Il frappe jusqu'au sang plusieurs personnages qui n'ont eu que le tort de parler à sa copine/ex-copine/futur copine. Je comprends le fantasme du Bad Boy tatoué au côté dark, mais franchement je ne conçois pas vraiment qu'on trouve le personnage attachant, il a toutes les caractéristiques du misogyne qui finira par taper sur sa femme.
Abby est une cruche et je n'ai pas compris pourquoi Travis qui méprise l'intégralité des filles de l'université (ce qui ne l'empêche pas de les sauter) s'intéresse à elle. Je ne peux pas en dire plus sur elle, parce que c'est tout ce que j'ai compris du personnage, l'auteur ne nous donnant aucune info, si ce n'est qu'elle porte des "cardigans" et étudie la compta...
Pour finir, il est ridicule qu'ils se marient à 19 ans à Las Vegas et la fin est vraiment d'une niaiserie sans nom. Notamment quand ils achètent un chien et se tatouent leur nom respectif sur le corps... et le passage de Travis de psychopathe sanguinaire à prince charmant n'est absolument pas crédible.
Bref, pas top, un beau cliché sans intérêt.
Sur Facebook : https://www.facebook.com/sissi.chicklit
Lien : http://fan-de-chicklit.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          248
Hamisoitil
17 février 2014
A chaud, je donne mon avis sur cette lecture assez bien réussite. Je dois dire que j'ai été assez surprise de cette lecture, cette histoire entre nos deux personnages principaux. On va dire que le tout ressemble de loin aux histoires comme les twilight love, irrésistible alchimie....enfin, ç'est mon ressenti.
J'ai trouvé l'émotion beaucoup plus forte ici en tout cas chez le principal intéressé, Travis Maddox. Parce que lui, pour être accro à la nana dès le premier regard, c'est juste trop beau quoi. On apprécie de voir cet amour en devenir presque une passion, douloureux même pour les deux mais à quel prix ? Parce que lui, c'est un combattant, il aime se battre, il a besoin de ça limite pour survivre et payer ses études à la fac. C'est le gars-voyou que toutes les filles du campus rêveraient d'avoir dans son lit et d'ailleurs, c'est pas lui qui dirait non.
Mais quand cette fille, Abby, qui sort d'un petit bled débarque dans cette fac pour recommencer tout à zéro avec sa meilleure amie, tout va basculer pour lui comme pour elle. A travers eux, on va tout ressentir. On passera par tous les stades de l'amour jusqu'à frôler la folie (je ne sais même pas si le mot est juste). Ça devient flippant parce qu'aimer à ce point avec un caractère impulsif à en devenir fou, au point que cela t'empêche de dormir, de penser, de raisonner correctement, c'est vraiment malsain pour la santé voire pour l'autre. Et pourtant....
On aura droit à tout dedans et c'est ça qui est plus le réaliste, parce qu'à cet age, l'amour de l'autre, une fois trouvé est sincère et parfois dangereux. On sort tout juste de l'adolescence et on devient adulte. Les bonnes méthodes ne sont pas encore là. Les mots, les gestes sont parfois mal choisis. Tout est amplifié, incontrôlable, exagéré parce que l'on se demande pourquoi l'autre ne voit pas à quel point on l'aime. On se fait du mal, on se déchire, on se sépare, l'amour est compliqué à cet age. Sans oublier la jalousie qui sera omniprésente dans ce couple/ami qui viendra pimenter tout ça.
Ça ne sera pas facile également de voir la personne que tu aimes dans les bras d'un autre. de la voir s'épanouir avec lui, se faire belle pour lui. le coeur se brisera plus d'une fois, croyez-moi. Et les larmes seront au rendez-vous. Mais heureusement qu'un pari changera la donne. Un pari où tous les deux devront être sous le même toit pendant une période d'un mois. L'avoir pour soi, rien que pour soi. Passer un maximum de temps ensemble, s'occuper d'elle, lui prouver que sa place est auprès de lui et lui auprès d'elle. Cela va être beau. On y prend gout d'ailleurs. Un vrai petit nid douillet, dans une petite bulle rien qu'à eux mais délicat à la fois, car il ne faut pas qu'il découvre son secret. Ce secret qui l'a poussée à venir ici, dans cette ville, loin de sa famille. Et le passé rattrape toujours, en tout cas dans les romans, sinon ce n'est pas marrant.
C'est un amour passionnel qui les rend dinguo tous les deux. Quand, elle, fait tout pour repousser ses avances (enfin, à sa façon) parce qu'il lui rappelle trop son passé douloureux. Et bien, lui, s'arrange pour être à ses côtés tout le temps. Tu te demandes même à quel moment, ils vont en cours. Il y a des scènes où parfois ça frôlait le ridicule. Mais j'ai mis sur le compte de la jeunesse.
Voilà, c'est une lecture très sympathique. Et malgré mon age, j'ai beaucoup appréciée ce roman new adult. Je recommande
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Citations & extraits (97) Voir plus Ajouter une citation
SusanaribeiroSusanaribeiro23 novembre 2013
« I don't get scared very often, » he said finally. « I was scared the first morning I woke up and you weren't here. I was scared when you left me after Vegas. I was scared when I thought I was going to have to tell my dad that Trent had died in that building. But when I saw you across the flames in that basement... I was terrified. I made it to the door, was a few feet from the exit, and I couldn't leave. »
« What do you mean ? Are you crazy ? » I said, my head jerking up to look into his eyes.
« I've never been so clear about anything in my life. I turning around, made my way to that room you were in, and there you were. Nothing else mattered. I didn't even know if we would make it out or not, I just wanted to be where you were, whatever that meant. The only thing I'm afraid of is a life without you, Pigeon. »
I leaned up, kissing his lips tenderly. When our mouths parted, I smiled. « Then you have nothing to be afraid of. We're forever. »
He sighed. « I'd do it all over again, you know. I wouldn't trade one second if it meant we were right here in this moment. »
My eyes felt heavy, and I took a deep breath. My lungs protested, still burning from the smoke. I coughed a bit and then relaxed, feeling Travis's warm lips against my forehead. His hands glided over my damp hair, and I could hear his heart beating steady in his chest.
« This is it, » he said with a sigh.
« What ? »
« The moment. When I watch you sleeping... that peace on your face ? This is it. I haven't had it since before my mom died, but I can feel it again. » He took another deep breath, and pulled me closer. « I knew the second I met you that there were something about you I needed. Turns out it wasn't something about you at all. It was just you. »
The corner of my mouth turned up as I buried my face into his chest. « It's us, Trav. Nothing makes sense unless we're together. Have you noticed that ? »
« Noticed ? I've been telling you that all year ! » he teased. « It's official. Bimbos, fights, leaving, Parker, Vegas... even fires... our relationship an with-stand anything ».
I lifted my head up once more, noticing the contentment in his eyes as he looked at me. It was similar to the peace I had seen on his face after I lost the bet to stay with him in the apartment, after I told him I loved him for the first time, and the morning after the Valentine's dance. It was similar, but different. This was absolute – permanent. The cautious hope had vanished from his eyes, unqualified trust taking its place.
I recognized it only because his eyes mirrored what I was feeling.
« Vegas ? » I asked.
His brow furrowed, unsure of where I was headed. « Yeah ? »
« Have you thought about going back ? »
His eyebrows shot up. « I don't think that's a good idea for me. »
« What if we just went for a night ? »
He looked around the dark room, confused. « A night ? »
« Marry me, » I said without hesitation. I was surprised at how quickly and easily the words came.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SusanaribeiroSusanaribeiro23 novembre 2013
I looked down as he placed the small velvet square on his chest, reaching behind him to rest his head on his arm.
« What's that ? » I asked.
« What does it look like ? »
« Okay. Let me rephrase my question : When did you get that ? »
Travis inhaled, and he did, the box rose with his chest and fell when he pushed the air from his lungs. « A while ago. »
« Trav... »
« I just happened to see it one day, and I knew there was only one place it could belong... on your little perfect little finger. »
« One day when ? »
« Does it matter ? he rebutted. He squirmed a bit, and I couldn't help but laugh.
« Can I see it ? » I smiled, suddenly feeling a bit giddy.
His smile matched mine, and he looked to the box. « Open it. »
I touched it with one finger, feeling the lush velvet under my fingertip. I grasped the golden seal with both hands, slowly pulling the lid open. A glimmer caught my eye and I slammed the lid shut.
« Travis ! » I wailed.
« I knew you'd freak out ! » he said, sitting up and cupping his hands over mine.
I could feel the box pressing against both oh my palms, feeling like a prickly grenade that could detonate at any moment. I closed my eyes and shook my head. « Are you insane ? »
« I know. I know what you're thinking, but I had to. It was the One. And I was right ! I haven't seen once since that was as perfect as this one !»
My eyes popped open and instead of the anxious pair of brown eyes I expected, he was beaming with pride. He gently peeled my hands from the case and pulled the lid open, pulling the ring from the tiny slit that held it in place. The large, round diamond glittered even in the dim light, catching the moonlight in every facet.
« It's... my God, it's amazing, » I whispered as he took my left hand in his.
« Can I put it on your finger ? » he asked, peering up at me. When I nodded, he pressed his lips together, sliding the silver band over my knuckle, holding it in place for a moment before letting go. « Now it's amazing. »
We both stared at my hand for a moment, equally shocked at the contrast of the large diamond sitting atop my small, slender finger. The band spanned the bottom of my finger, splitting in two on each side as it reached the solitaire, smaller diamonds lining each sliver of white gold.
« You could have put a down payment on a car for this, » I said under my breath, unable to put any strenght behind my voice.
My eyes followed my hand as Travis brought it up to his lips. « I've imagined what this would look like on your hand a million times. Now that it's here... »
« What ? » I smiled, watching him stare at my hand with an emotional grin. He looked up at me. « I thought I was going to have to swear five years before I'd feel like this. »
« I wanted it as much as you did. I've just got a hell of a poker face, » I said, pressing my lips against his.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SusanaribeiroSusanaribeiro23 novembre 2013
The way we couldn't seem to stay away from each other was unexplicable, but I didn't need an explanation anymore. I didn't even need an excuse. In that moment, I only needed him.
« I want you. »
« I need you to say it, » he said.
My insides were screaming for him and I couldn't stand it a second longer. « I'll say whatever you want. »
« Then say that you belong to me. Say that you'll take me back. I won't do this unless we're together. »
« We're never really been apart, have we ? » I asked, hoping it was enough.
He shook his head, his lips sweeping across mine.
« I need to hear you say it. I need to know you're mine. »
« I've been yours since the second we met. »
My voice took the tone of begging. Any other time I would have been embarrassed, but I was beyond regret. I had fought my feelings, guarded them, and bottled them up. I had experienced the happiest moment of my life while at Eastern, all of them with Travis. Fighting, laughing, loving or crying, if it was with him, I was where I wanted to be.
One side of his mouth turned up as he touched my face, and then his lips touched mine in a tender kiss. When I pulled him against me ; he didn't resist. His muscles tensed, and he held his breath as he slid inside me.
« Say it again, » he said.
« I'm yours. » I breathed. Every nerve, inside and out, ached for more. « I don't ever want to be apart from you again. »
« Promise me, » he said, groaning with another thrust.
« I love you. I'll love you forever. » The words were more of a sigh, but I met his eyes when I said them I could see the uncertainty in his eyes vanish, and even in the dim light, his face brightened.
Finally satisfied, he sealed his mouth over mine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
gabrielleviszsgabrielleviszs15 novembre 2014
— À... à quoi tu joues, Benny? demandai-je, figée.
— Mick m’a appelé, ce soir. Il m’a dit que c’était toi qui réglerais sa dette.
— C’est pour lui rendre service. Je ne te dois rien, moi, répliquai-je sèchement.
Je sentais l’instinct de survie prendre le dessus. Benny posa ses deux coudes grassouillets sur son bureau.
— J’ai bien envie de lui donner une bonne leçon, à Mick. Et j’aimerais savoir si tu as vraiment de la chance, petite.
Travis bondit de son fauteuil et m’entraîna dans son sillage. Il me fit passer derrière lui et recula en direction de la porte.
— Josiah est de l’autre côté, jeune homme. Vous pensez passer par où pour vous échapper, exactement ?
Je m’étais trompée. Avant de réfléchir à la façon dont je pouvais peut-être amadouer Benny, j’aurais dû tenir compte du fait que Mick souhaitait avant tout sauver sa peau, et Benny gagner de l’argent.
— Travis... soufflai-je en voyant l’un des sbires du mafieux s’approcher.
Il se redressa, paré au combat.
— J’espère que vous savez, Benny, que si je liquide vos hommes, ce n’est pas par manque de respect pour vous. Mais j’aime cette fille, et je ne peux pas vous laisser lui faire du mal.
Benny éclata d’un rire grinçant.
— Alors là, je dois reconnaître, fiston, que de tous ceux qui ont jamais franchi cette porte, c’est toi qui as la plus belle paire de couilles ! Laisse-moi t’expliquer ce qui va se passer. Le plus grand, là, sur ta droite, c’est David, et s’il n'arrive[…]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SusanaribeiroSusanaribeiro23 novembre 2013
I kissed him, touching the sides of his face with tenderness. « Yes, dummy. I promised, didn't I ? I told you everything you wanted to hear, we're back together, and you're still not happy ? »
His face compressed around his smile.
« Travis, stop. I love you. » I said, smoothing the worried lines around his eyes. « This absurd standoff could have been over at Thanksgiving, but... »
« Wait... what ? » he interrupted, leaning back.
« I was fully prepared to give in on Thanksgiving, but you said you were done trying to make me happy, and I was too proud to tell you that I wanted you back. »
« Are you fucking kidding me ? I was just trying to make it easier on you ! Do you know how miserable I've been ? »
I frowned. « You looked just fine after break. »
« That was for you ! I was afraid I'd lose you if I didn't pretend to be okay with just being friends. I could have been with you this whole time ? What the fuck, Pigeon ? »
« I... » I couldn't argue ; he was right. I had made us both suffer, and I had no excuse. « I'm sorry. »
« You're sorry ? I damn near drank myself to death, I could barely get ouf of bed, I shattered my phone into a million of pieces on New Year's Eve to keep from calling you... and you're sorry ? »
I bit my lip and nodded, ashamed. I had no idea what he'd been through, and hearing him say the words made a sharp pain twist inside my chest. « I'm so... so sorry. »
« You're forgiven, » he said with a grin. « Don't ever do it again. »
« I won't. I promise. »
He flashed his dimple and shook his head. « I fucking love you. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2407 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .