AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782917191873
72 pages
Berg International (27/04/2013)
4.67/5   3 notes
Résumé :
Enregistré au Festival d‘Avignon le 18 Juillet 2013

Lu par Emmanuelle Riva

«Charlotte Delbo fut l’assistante de Louis Jouvet au Théâtre de l’Athénée avant d’entrer dans la Résistance.Elle est arrêtée avec son mari Georges Dudach le 2mars 1942. Le 23 avril 1945, après vingt-sept mois de captivité dans les camps d’Auschwitz-Birkenau et de Ravensbrück, elle fut libérée par la Croix-Rouge et internée en Suède. Elle n’avait pas encore trente... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Warrenbismuth
  17 décembre 2021
En 1975, Charlotte DELBO prend la plume pour s'adresser une dernière fois à Louis JOUVET, homme de théâtre et acteur décédé en 1951. Avant la seconde guerre mondiale, tous deux ont travaillé ensemble pour le théâtre, Charlotte fait ici preuve d'une grande reconnaissance envers l'homme qui l'a formée, lui a donné l'envie et la passion, et dont elle devint l'assistante. Mais la guerre est passée par là, Charlotte DELBO est déportée en janvier 1943 et définitivement traumatisée. La plus grande partie de son oeuvre portera les stigmates de cette expérience mortifère.
Dans un préambule rédigé en 1972, l'autrice prévient quant au futur choix de son titre : « Les créatures du poète ne sont pas créatures charnelles, c'est pourquoi je les nomme spectres. Elles sont plus vraies que les créatures de chair et de sang parce qu'elles sont inépuisables. C'est pourquoi elles sont mes amis, nos compagnons, ceux grâce à qui nous sommes reliés aux êtres humains, dans la chaîne des êtres et dans la chaîne de l'histoire ».
Charlotte DELBO a terriblement souffert de la déportation en camp de concentration. C'est alors qu'enfin un peu apaisée en 1975, plus de 30 ans après son calvaire, elle trouve l'énergie nécessaire pour rédiger ce texte de seulement quelques dizaines de pages en forme d'hommage à son maître Louis JOUVET. Raviver sa mémoire est pour elle un exercice de toute une vie.
Dans une poésie en prose au style précis et distancié, Charlotte DELBO évoque ses souvenirs, ceux d'août 1939 alors que le monde paraît encore en paix. Elle fait oeuvre de mémoire littéraire, convoquant STENDHAL, BALZAC, DICKENS, PROUST, FLAUBERT et quelques autres. Mais son amour pour le théâtre est vivace, elle s'en explique par l'intermédiaire de personnages fictifs de la création théâtrale, celle de Jean GIRAUDOUX, SHAKESPEARE, MARIVAUX, etc.
Charlotte DELBO fait revivre quasi charnellement ces figures, analyse la différence entre personnages de roman et de théâtre. « le personnage de roman est suivi tout au long de son existence. le personnage de théâtre est pris au moment de sa vie où il se déclare. Il est pris dans une action dont l'agencement est tel qu'il ne peut y échapper. Il faut que cette action soit décisive. C'est la vie même du héros qui est en jeu, quelquefois plus que sa vie, l'idéal qu'il incarne. Lorsque le personnage de théâtre entre dans cette action, il y entre tout entier. Il est obligé de se déclarer en tant que caractère et en tant que héros, c'est dans cette action décisive qu'il se livre ». le héros théâtral est à la fois une figure abstraite créée par un auteur, devenant concrète et vivante dès qu'elle est jouée par un comédien. « Un personnage de théâtre s'agite et ne tient pas dans une cellule en lecture ». Les figures théâtrales ne vivent que dans un monde libre.
Lors de sa déportation, Charlotte DELBO a peu l'occasion de lire. Cependant, « La chartreuse de Parme » circule sous le manteau, l'occasion pour la prisonnière de s'y plonger et de faire vivre en pensée le héros Fabrice del Dongo. Elle se souvient que le danger paralyse l'imagination, la rend aride.
Charlotte évoque avec douleur son voyage en train vers l'enfer, avec ses compagnes d'infortune. C'est à l'arrivée du convoi que les héros théâtraux semblent l'avoir abandonnée, sauf le Alceste d'EURIPIDE. Mais pour un temps seulement. « Là où les humains souffraient et mouraient, les personnages de théâtre ne pouvaient pas vivre. le personnage succombait, ou plutôt cessait d'être, et c'était comme s'il n'avait jamais été ».
Charlotte DELBO livre ici son rapport tout personnel, passionnel et profondément respectueux aux héros théâtraux, en même temps qu'elle diffuse une sorte d'autoportrait de l'absence, celle d'après son retour dans la « vraie » vie, son mutisme, son incapacité à ouvrir un livre, à l'explorer, à lui trouver une utilité, tant elle en imagine le sens caché et les non-dits. Avec pudeur, retrait, mais toujours avec cette émotion palpable, Charlotte DELBO se raconte en remettant en scène des figures notoires du théâtre si chères à son vieil ami disparu, Louis JOUVET.
Ce récit est un document à part dans l'oeuvre de Charlotte DELBO, même si le thème de la déportation est très prégnant. Il est à la fois un souvenir douloureux d'une déportation à jamais ancrée dans sa mémoire, ainsi qu'un hymne à la vie, pour ne jamais désespérer. Il est enfin une déclaration d'amour quasi universelle au théâtre, celui que Louis JOUVET lui a fait tant aimer. Édité pour la première fois dès 1977, il est une part singulière mais très cohérente dans l'oeuvre magistrale de Charlotte DELBO.
https://deslivresrances.blogspot.fr/
Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Videos de Charlotte Delbo (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charlotte Delbo
Charlotte Delbo : Spectres, mes compagnons - Lettre à Louis Jouvet (France Culture / Théâtre et Cie). Texte présenté par Geneviève Brisac. Réalisation : Marguerite Gateau, avec des archives INA. En partenariat avec l’association “Les Amis de Charlotte Delbo”. http://www.charlottedelbo.org/. Conseillère littéraire : Céline Geoffroy. Enregistré au Festival d’Avignon le 18 Juillet 2013. Diffusion sur France Culture le 2 octobre 2016. Texte lu par Emmanuelle Riva. Photographie : Charlotte Delbo, via le site internet de “L'association des amis de Charlotte” • Crédits : @copyright Schwab. « Charlotte Delbo fut l’assistante de Louis Jouvet au Théâtre de l’Athénée avant d’entrer dans la Résistance. Elle est arrêtée avec son mari Georges Dudach le 2 mars 1942. Le 23 avril 1945, après vingt-sept mois de captivité dans les camps d’Auschwitz-Birkenau et de Ravensbrück, elle fut libérée par la Croix-Rouge et internée en Suède. Elle n’avait pas encore trente-deux ans. Des deux cent trente prisonnières de son convoi, elles n’étaient plus que quarante-neuf. Et Charlotte Delbo se préparait à consacrer le restant de ses jours à trouver les mots justes, à écrire des livres et des pièces de théâtre pour faire vivre la mémoire et les mots de ses amies assassinées, et de son mari fusillé. La première chose qu’elle fit, le 17 mai 1945, ce fut d’écrire une lettre. On peut imaginer dans quel état de faiblesse elle se trouvait. C’était une lettre à Louis Jouvet, qui disait : « Je reviens pour entendre votre voix. » Il y eut d’autres lettres, jusqu’à cette dernière qu’Emmanuelle Riva lira, une lettre non envoyée, non terminée, non reçue, interrompue par la mort de Louis Jouvet, en 1951. Une lettre comme un testament politique et littéraire, où le courage, la peur, le rêve et la pitié pèsent leur juste poids. » Geneviève Brisac Cette lecture de « Spectres, mes compagnons » est agrémentée d'extraits de la Radioscopie consacrée à Charlotte Delbo, produit par Jacques Chancel et diffusée le 2 avril 1974. Remerciements à Claude-Alice Peyrottes, présidente d'honneur de “L'association des amis de Charlotte”. Source : France Culture
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus





Quiz Voir plus

Le nombre mystérieux

n / 20

Cinq semaines en ballon
Un capitaine de quinze ans
Deux ans de vacances

13 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : nombres , titres , roman , filmsCréer un quiz sur ce livre