AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782913372825
232 pages
Éditeur : La Fabrique éditions (17/10/2008)

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :

L'idéologie dominante nous enjoint de tolérer l'Autre. Il est question dans ce livre de divers Autres, de groupes opprimés et stigmatisés, les femmes, les homos, les Arabes, les Noirs... Leurs modes d'oppression ont un point commun: leur statut inférieur s'explique par leur altérité. S'ils sont là où ils sont - en bas - c'est parce qu'ils sont différents. L'injonction humaniste à les tolérer ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
malecturotheque
  04 février 2021
Je ne vais pas vous mentir, il y a bien plus de choses à dire sur ce livre que ce que je ne fais dans ma chronique. Mais voilà, c'est un essai et, en plus de développer des idées et de présenter des faits, comme tout autre essai, il invite à la réflexion, à se questionner et questionner le monde dans lequel nous vivons… sauf que je ne suis pas là pour vous faire une dissertation, simplement une chronique pour vous expliquer pourquoi j'ai aimé Classer, dominer – Qui sont les autres ? de Christine Delphy.
Pour commencer, si Classer, dominer a été publié en 2008, il est bon de noter qu'il s'agit d'un regroupement de textes, d'articles et de discours de Delphy rédigés ou prononcés entre 1996 et 2006, et ils reviennent sur les événements et lois qui faisaient l'actualité. de fait, ça m'a beaucoup parlé car j'ai vécu ces choses et je commençais à les comprendre, de mon jeune âge. Je pense notamment aux attentats du 11 septembre 2001 et tout ce qui en a découlé. de lire cet essai vingt ans plus tard, ça m'a permis d'avoir un recul sur les événements et plus de maturité. Je pense que pour les personnes qui étaient encore des nourrissons à l'époque, le livre va peut-être parfois paraître opaque – pas difficile à comprendre, mais d'une époque lointaine. Toutefois, je le pense accessible à toutes et tous, déjà parce que ce qui y est écrit est simple à comprendre et, à part le début où certains paragraphes méritent un peu de concentration, il se lit bien, il n'y a pas de notions abracadabrantesques… C'est le type d'essai par lequel il est simple de débuter si vous n'avez pas l'habitude de lire ce genre de livre. Et, maintenant que j'y pense, je crois que les touches de sarcasmes (très plaisantes) y sont un peu pour quelque chose, ajoutant une petite pointe d'humour à un sujet lourd.
« Qui sont les autres? » interroge le titre et Delphy y répond dès le début de l'ouvrage : ce sont les personnes qui ne sont pas dans la norme. Quelle est cette norme ? L'homme blanc hétéro (aujourd'hui, nous rajouterions « cisgenre »). Je ne me souvenais pas du résumé et j'ai été surprise que la sociologue nous y réponde si vite ; de quoi allait-elle bien pouvoir nous parler par la suite ? Eh bien elle nous donne des exemples d'oppression des Uns sur les Autres par le biais de l'actualité, que ce soit le droit des hétérosexuel·les à s'afficher en public, se marier… contrairement aux homosexuel·les (les choses ont certes évolué depuis, mais ce n'est pas encore ça), que ce soit les droits que s'octroie un pays (les Etats-Unis d'Amérique) sur des personnes qu'il emprisonne, torture, etc. (Guantanamo), que ce soit les pouvoirs des Blanc·hes sur les Noir·es, etc. Il y a énormément de sujets qui sont traités et ils sont tous très intéressants et pertinents. Si le chapitre sur les homos m'a moins passionnée que d'autres, celui sur le voile m'a beaucoup plu (rappel du contexte : au début des années 2000, l'Etat français a fait passé une loi sur le port du voile et c'était, de ce qu'il s'en disait, une question de laïcité).
Bien sûr et hélas, subir une oppression n'empêche pas d'en subir une autre (ou d'autres). Vous pouvez très bien être une femme (l'Autre des Uns, les Uns étant les hommes) et noire (les Un·es étant les Blanc·hes), etc. Classer, dominer est riche d'informations, de réflexions, et pourtant il se contente de quelques oppressions ; il n'y est pas question de classe, de validisme, etc. Si on voulait parler de tout, je pense qu'il faudrait bien dix essais de ce format, et ce ne serait probablement qu'effleurer certains points ! Cela dit, celui-ci nous permet déjà de réfléchir et rien n'empêche de s'interroger sur d'autres sujets par la suite. A dire vrai, je trouve que là est tout l'intérêt d'un essai : une fois lu, on y pense encore, on envisage différemment les choses…
Enfin, je partage avec vous une chose qui me semble essentielle de retenir de Classer, dominer : nous vivons dans un système oppressif et, par conséquent, nous ne sommes jamais neutre. Qu'on le veuille ou non, nous sommes toujours dominant·es et dominé·es.
Bonne lecture à vous, et bonne réflexion.
Lien : https://malecturotheque.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   15 novembre 2013
La description des légumes n’a pas les caractères d’une ordination : choux-fleurs, carottes, auber­gines, poivrons, ne sont pas distingués dans un souci hiérarchique. En revanche, quand cette caté­ gorisation est à la fois dichotomique et exhaustive, quand tous les légumes ou tous les êtres humains sont classés dans une catégorisation qui ne com­prend que deux termes, et dont aucun légume ou être humain ne peut sortir car ne pas appartenir à une catégorie implique nécessairement d’appar­tenir à l’autre, cette catégorisation est faite dans le but de les hiérarchiser : l’une des catégories est for­cément supérieure à l’autre et l’autre forcément inférieure à la première.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   15 novembre 2013
L’autre aspect de ce refus, c’est qu’en les nommant, l’Autre, l’inférieur, le Noir, la femme, le pédé, la gouine usurpent leur privilège. Et leur privilège, c’est justement de nommer les indivi­dus, de les rassembler en catégories indépendam­ment de ce que les intéressés disent ou veulent, de les classer. Parce que classer, c’est hiérarchiser. Parce qu’aucun nom n’est neutre: «homo­sexuelle », ce n’est pas une description, c’est le nom d’une catégorie sociale inférieure. C’est ce qu’on fait à l’Autre. C’est comme ça qu’on signale que l' Autre est Autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SarahcarabinSarahcarabin   07 janvier 2018
Le regroupement des homos, c'est du com-mu-ta-ris-me, ni plus ni moins. Personne ne sait exactement ce que c'est - c'est la fonction du mot politique que d'être flou et plein de menaces d'autant plus terribles qu'elles sont moins précises. On craint le pire.

Un État gay en Ariège, peut-être ?

Cette hystérie est surprenante, et son prétexte plus encore. Le communautarisme, le vrai, c'est la coexistence dans un même État de règles différentes pour des segments différents de la population, qu'on appelle alors des communautés. C'est le cas au Liban, où les Druzes ont un droit civil différent des Maronites, qui ont un droit civil différent des musulmans. C'est le cas en Israël, en Inde (entre autres pays), où des « codes de statut personnel » règlent le mariage, la succession, etc., selon l'appartenance religieuse des gens. Ce n'est pas, à ma connaissance, ce que demandent les mouvements homo, ni ici ni ailleurs. En fait, ils demandent très exactement le contraire : ils demandent à ce que la loi commune leur soit appliquée ; à ce que soient abrogées les exceptions et dérogations qui les constituent en catégorie spécifique. C'est la situation présente qui constitue un communautarisme de fait ; pas leur fait, mais celui de la société qui les traite de façon discriminatoire. Et ils veulent la fin de cette situation. (p. 84-85)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SarahcarabinSarahcarabin   07 janvier 2018
Parce que classer, c'est hiérarchiser. Parce qu'aucun nom n'est neutre : « homosexuelle », ce n'est pas une description, c'est le nom d'une catégorie sociale inférieure. C'est ce qu'on fait à l'Autre. C'est comme ça qu'on signale que l'Autre est Autre.
Quand l'Autre rend réciproque ce processus qui est par définition non-réciproque, il/elle bouleverse la règle du jeu, il/elle met en cause au moins symboliquement l'ensemble de l'organisation sociale. Car les dominé-e-s sont dominé-e-s soi-disant en raison de leurs caractéristiques spécifiques ; mais nommer les dominants c'est les spécifier à leur tour. Et les spécifier d'une façon qui annule, toujours sur le plan symbolique, leur supériorité : car il existe une égalité formelle entre les appellations, du moins du point de vue de la prétention à l'universalité ; « blanc-he » est aussi particulier que « noir-e » ou « homosexuel-le ». Remplacer l'opposition « général » versus « spécifique » par l'opposition entre deux particularités, c'est s'attaquer au tabou des tabous, au sacré : à la mainmise des Uns sur l'universel. (p. 40)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   15 novembre 2013
Nous vivons dans un univers où il est non seulement normal de pré­férer un individu à un autre, un parent à un étran­ger, un homme à une femme, un «vrai » Français à un Arabe (dit aussi « Français de papier ») ; mais où cela fait partie des prérogatives de tout patron, et où il a raison de suivre ces préférences qui assu­rent que chacun-e est à sa place, que l’ordre social
est respecté: les Arabes faisant du «travail d’Arabe », les femmes du « travail de femme ». Tout à coup, on leur dit que ce qu’ils font, avec un fort
sentiment de leur bon droit et de leur utilité sociale, est non seulement moralement, mais peut-être même juridiquement répréhensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Christine Delphy (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Delphy
Il y a 50 ans, neuf féministes rendaient hommage à la femme du Soldat inconnu sous l'Arc de triomphe. Réprimées, médiatisées, elles écrivent sans le savoir l'acte de naissance du "Mouvement de libération des femmes" (MLF) qui structurera le mouvement féministe français. Des années plus tard, Christine Delphy s'en souvient.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
>Sciences sociales : généralités>Groupes sociaux>Groupes raciaux, ethniques, nationaux (234)
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre