AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Sciama (Traducteur)Albert Memmi (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070400506
Éditeur : Gallimard (24/05/1996)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 88 notes)
Résumé :
En dépit des bouleversements psychologiques et sociaux qu'il exige, cet ouvrage ne veut que proposer la solution de bon sens au problème de la place des Noirs dans la société américaine. Malgré le ton parfois menaçant, malgré la satire souvent mordante, La prochaine fois, le feu est avant tout un appel à la modération, une ultime tentative de compromis (en 1963) entre les extrémistes des deux bords aveuglés par la passion. Tant par l'actualité des phénomènes dont il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
de
  02 septembre 2012
Nous ne serons libres que le jour où les autres le seront
Relire ce petit ouvrage écrit en 1962/1963 permet de se remémorer une situation et une politique institutionnelle de ségrégation aux États-Unis qui se verront profondément modifiées par la conquête de droits. Une conquête inachevée, qui a emprunté des chemins complexes : celui de l'auto-organisation des Afro-Américain-e-s, à la fois dans des structures non-mixtes et dans des convergences difficiles à construire. Il nous donne aussi l'occasion de compléter, d'actualiser les analyses lucides de James Baldwin sur les effets multiples, profonds et dévastateurs du racisme, de comparer (analogies et différences, persistances et re-formulations, déplacements et recompositions) les rapports sociaux racialisés (« Humainement, personnellement la couleur n'existe pas. Politiquement elle existe ») à travers le temps et l'espace. Et de mettre en évidence ce qui ailleurs est invisibilisé, les privilèges liés à cette couleur blanche jamais nommée.
Ce livre n'est pas simplement important par ses analyses mais par la forme, les mots qu'utilisent l'auteur, y compris, son titre « La prochaine fois, le feu ». Un livre qui dit l'indicible, qui donne parole aux cris assourdis, puis aux musiques du refus.
Le premier texte « Et mon cachot trembla » se présente comme une lettre « à l'occasion du centenaire de l'Émancipation » (l'abolition de l'esclavage au cours de la guerre civile) d'un oncle à son neveu, relégué au fond d'un ghetto, par « cette nation innocente ». Les deux portent le même prénom. Ils sont noirs et confrontés « pour cette seule raison » à l'ennemi. L'oncle souligne « Les détails et symboles de ta vie ont été construits selon un plan délibéré, destiné à t'amener à croire ce que les Blancs disent de toi. Tâche, s'il te plaît, de te souvenir que ce qu'ils croient, de même que ce qu'ils te font et t'obligent à supporter ne porte pas témoignage de ton infériorité mais de leur cruauté et de leur peur ». Les dominants construisent un monde rétréci pour les dominé-e-s et leur tendent un miroir pour que celles-ci et ceux-ci se découvrent en image diminuée, négative de ce qu'elles et ils sont. La dévalorisation insidieusement prend des habits dont le tailleur ne semble plus être ni le coupeur, ni le monteur ni le couturier.
Le second texte, beaucoup plus long, « Lettre d'une région de mon esprit », au titre principal « Au pied De La Croix » commence par la crise religieuse prolongée de l'auteur lors de l'été de ces quatorze ans. Frayeur des changements de corps, des transformations, de l'indéfinissable, de l'école apparue « sous les couleurs d'un jeu auquel personne ne pouvait gagner ».
Si beaucoup de choses semblent incompréhensibles, « Point n'est besoin d'être maladivement sensible pour être exaspéré par les humiliations incessantes, gratuites auxquelles nous étions exposés chaque jour ouvrable, toute la journée ».
D'un coté l'amour chrétien prôné, de l'autre la réalité. Les uns tiennent des discours enchantés, « Mais ce que le Noir connaît du monde blanc ne saurait susciter en lui aucun respect pour les principes selon lesquels ce monde prétend vivre ». le monde est Blanc, le paradis et Dieu aussi…(Lire James Baldwin, La Conversion, 1952, publication Rivages 1999).
La rupture avec la religion viendra plus tard. D'autres, avec Elijah (Muhammad) et la Nation of Islam (les “Black Muslims”), s'inventeront une autre histoire, autour de la fierté, du séparatisme… James Baldwin explique mais n'adhère pas. L'auteur montre que les termes « civilisé » et « chrétien » résonnent de manière très étrange, aux oreilles de celles et ceux jugé-e-s indignes de ces deux caractérisations « lorsqu'une nation chrétienne se livre à une immonde orgie de violence telle que celle à laquelle s'est livrée l'Allemagne du IIIe Reich ».
Ici, nous pourrions en dire autant de la France, de ses conquêtes et massacres coloniaux, ou du monde dit libre et démocratique intervenant en Corée, au Vietnam, en Afghanistan, en Irak, etc., la liste est longue et s'allonge sous le drapeau extensible et à géométrie variable de la « liberté exportée » sauf pour les Palestinien-ne-s ou les Rroms, par exemple.
Et James Baldwin d'ajouter : « Toute prétention à une supériorité quelconque, sauf dans le domaine technologique, qu'ont pu entretenir les nations chrétiennes, a, en ce qui me concerne, été réduite à néant par l'existence même du IIIe Reich. Les Blancs furent et sont encore stupéfaits par l'holocauste dont l'Allemagne fut le théâtre. Ils ne savaient pas qu'ils étaient capables de choses pareilles. Mais je doute fort que les Noirs en aient été surpris ; au moins au même degré. Quant à moi, le sort des juifs et l'indifférence du monde à leur égard m'avaient rempli de frayeur. Je ne pouvais m'empêcher, pendant ces pénibles années, de penser que cette indifférence des hommes, au sujet de laquelle j'avais déjà tant appris, était ce à quoi je pouvais m'attendre le jour où les États-Unis décideraient d'assassiner leurs nègres systématiquement au lieu de petit à petit et à l'aveuglette. »
Dans cet Univers « comme un tambour creux », l'angoisse, au-delà de toute description. « Elle se déplaçait en moi comme ces inondations qui dévastent des comtés, rasant tout, arrachant les enfants à leurs parents, les amants les uns aux autres, transformant tout en un néant anonyme ». La solitude, l'isolement aussi, face au « nigger » asséné dans un bar et « pas un seul client du bar n'avait fait quoi que ce soit pour nous aider ».
Sans oublier les Noirs combattants en Europe recevant moins d'égard que les prisonniers de guerre allemands mais « qui en même temps, en tant qu'être humain, se sent beaucoup plus libre qu'il ne lui avait jamais été donné de pouvoir le faire CHEZ LUI. »
L'auteur souligne que « Ce n'est pas à coups d'arguments qu'on peut transformer l'expérience d'une vie » et « il n'existe tout simplement aucune possibilité d'une transformation véritable de la situation des Noirs sans que soient transformées radicalement les structures politiques et sociales des États-Unis avec tout ce que cela implique ».
Comme le dit très justement Albert Memmi dans sa préface « On dit toujours que quelqu'un exagère quand il décrit une injustice à des gens qui ne veulent pas en entendre parler ». Exagération ou « légèreté » de celles et ceux qui concluent « sur le malheur de quelqu'un avant de l'entendre lui ».
Et il faut entendre/comprendre que d'hier à aujourd'hui, « puisque les principes ont été trop longtemps servi à mystifier et à écraser l'opprimé »…
« L'eau ne tombera plus
Il me reste le feu… » (citation finale de James Baldwin, tirée d'une chanson écrite par un esclave).
Pas plus que les États-Unis n'était une « nation » blanche, nos sociétés ne le sont.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
PiertyM
  24 mars 2014
L'amour arrache les masques sans lesquels nous craignons de ne pouvoir vivre et derrière lesquels nous savons que nous sommes incapables de le faire.
Commenter  J’apprécie          170
nico6358
  03 août 2019
La prochaine fois le feu est un essai qui se lit d'une traite, comme on écoute un plaidoyer de cour. Comme un plaidoyer, et différemment de nombre d'essais, il fait appel au coeur du lecteur autant qu'à sa raison. Par sa structure, déjà: il faut en attendre le dernier tiers pour connaître la pensée de Baldwin, les deux premiers étant une description, à vrai dire bien plus : une autobiographie qui met le lecteur en état de comprendre sa pensée.
Par là, Baldwin est un auteur majeur, qui réussit à rendre universel son expérience tout en conservant l'humilité de ne parler que de ce qu'il a vécut en propre. Il nous rappelle discrètement qu'il n'oublie pas, et ne sous estime pas, le malheur des autres populations qu'on a catégorisées puis opprimées en Amérique, mais ne s'appesantit pas. La force de sa vision, sa conception de l'humanité qui renvoie la société blanche américaine à un infantilisme suffisent amplement à nourrir le texte, sans avoir besoin de masque.
C'est là tout le fond de la pensée de Baldwin : l'infantilisme des faux semblants. Ces faux semblants que les opprimés, les pauvres, les descendants d'esclave, n'ont pas les moyens de s'offrir. Ceci les faisant rester vivants, humains. Cette vision claire, sans concession, permet aussi à Baldwin d'échapper aux pièges que la société américaine avait engendrés à son époque : piège de la vengeance, piège du sectarisme, piège de l'acceptation profonde de l'idée de racisme et de ségrégation qui mène à croire nécessaire de vivre séparément de ses oppresseurs.
Tout ceci est concentré dans les 100 pages de la prochaine fois le feu, véritable miracle de littérature qui nous fait pénétrer dans l'état atroce de la société américaine, en tout cas de l'époque et sans doute pour partie d'aujourd'hui, et qui nous amène dans notre propre inhumanité quotidienne. Baldwin nous fait percevoir tout le chemin que nous avons nous aussi à parcourir, où que nous vivions et quelle que soit la couleur, l'origine, la vie ou que sais-je des gens qu'on catégorise nous même pour les opprimer, et c'est à dire dans la pensée de Baldwin, pour les oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rotko
  28 avril 2017
J'ai dû parcourir en temps limité la prochaine fois, le feu, mais suffisamment pour voir l'intérêt de cet essai.
Baldwin se fonde sur ses propres expériences et livre de belles analyses sur le comportement délinquant et l'aliénation de l'opprimé.
Le vol ? il dirait volontiers avec le neveu de Rameau de Diderot qu'il s'agit de « restitution ». Devant un ordre fondamentalement injuste, un comportement de resquilleur est une réaction saine. Baldwin le dit mieux que moi.
Le sentiment d'infériorité et les tabous à ne pas transgresser sont transmis par les paroles et les inflexions de la voix du père.
Citation : « Les domestiques noirs depuis des générations, emportent frauduleusement différentes bricoles des maisons des Blancs, et les Blancs s'en sont toujours hautement félicités, car ceci calme en eux un vague sentiment de culpabilité et témoigne de la supériorité intrinsèque de la race blanche.
[…] de toute façon, les Blancs qui avaient volé aux Noirs leur liberté, et à qui ce vol profitait à chaque instant de leur vie ne se trouvaient pas dans une position morale très forte. Ils avaient pour eux les juges, les jurys, les fusils de chasse, la loi, en un mot le pouvoir. Mais il s'agissait d'un pouvoir criminel, qu'il convenait non pas de respecter. »
James Baldwin examine aussi l'aliénation religieuse, (il fut pasteur quelques années), l'esprit de secte des black muslims, le message du jazz et la prétendue innocence de ceux qui profitent d'un ordre injuste tout en s'en lavant les mains.
Autant dire que ce livre vaut la peine d'être lu pour les réflexions qu'il suscite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Levant
  01 mai 2018
L'homme, quelles que soient sa couleur, sa religion, ses opinions politiques, est-il plus vertueux parce qu'il est opprimé ? Certes pas. Mais tant qu'il est opprimé, l'espèce humaine étant ce qu'elle est, cet homme dispose de ce supplément de légitimité à revendiquer les mêmes défauts que ceux de son oppresseur… justiciables des mêmes châtiments.
Et s'il y parvient, sa supériorité sera alors de ne pas faire usage de ce nouveau droit.
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
romaindacostaromaindacosta   03 décembre 2019
La plus dangereuse création de toute société, quelle qu'elle soit, est l'homme qui n'a plus rien à perdre.
Commenter  J’apprécie          10
romaindacostaromaindacosta   02 décembre 2019
Tu étais né dans une société qui affirmait avec une précision brutale et de toutes les façons possibles que tu étais une quantité humaine absolument négligeable. On n'attendait pas de toi que tu aspires à l'excellence. On attendait de toi que tu pactises avec la médiocrité.
Commenter  J’apprécie          00
dede   02 septembre 2012
Toute prétention à une supériorité quelconque, sauf dans le domaine technologique, qu’ont pu entretenir les nations chrétiennes, a, en ce qui me concerne, été réduite à néant par l’existence même du IIIe Reich. Les Blancs furent et sont encore stupéfaits par l’holocauste dont l’Allemagne fut le théâtre. Ils ne savaient pas qu’ils étaient capables de choses pareilles. Mais je doute fort que les Noirs en aient été surpris ; au moins au même degré. Quant à moi, le sort des juifs et l’indifférence du monde à leur égard m’avaient rempli de frayeur. Je ne pouvais m’empêcher, pendant ces pénibles années, de penser que cette indifférence des hommes, au sujet de laquelle j’avais déjà tant appris, était ce à quoi je pouvais m’attendre le jour où les États-Unis décideraient d’assassiner leurs nègres systématiquement au lieu de petit à petit et à l’aveuglette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Sodapop_CurtisSodapop_Curtis   18 juin 2014
All I really remember is the pain, the unspeakable pain ; it was as though I were yelling up to Heaven and Heaven would not hear me. And if Heaven would not hear me, if love would not descend from Heaven ― to wash me, to make me clean ― then utter disaster was my portion. Yes, it does indeed mean something ― something unspeakable ― to be born, in a white country, an Anglo-Teutonic, antisexual country, black. You very soon, without knowing it, give up all hope of communion. Black people, mainly, look down or look up but do not look at each other, not at you, and white people, mainly, look away. And the universe is simply a sounding drum ; there is no way whatever, so it seemed then and has sometimes seemed since, to get through a life, to love your wife and children, or your friends, or your mother and father, or to be loved.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
dede   02 septembre 2012
Les détails et symboles de ta vie ont été construits selon un plan délibéré, destiné à t’amener à croire ce que les Blancs disent de toi. Tâche, s’il te plaît, de te souvenir que ce qu’ils croient, de même que ce qu’ils te font et t’obligent à supporter ne porte pas témoignage de ton infériorité mais de leur cruauté et de leur peur
Commenter  J’apprécie          140
Videos de James Baldwin (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Baldwin
Raoul Peck parlant de son film sur James Baldwin "I'm not your negro" - RFI
Dans la catégorie : Sociologie des françaisVoir plus
>Groupes sociaux>Groupes raciaux, ethniques, nationaux>Sociologie des français (135)
autres livres classés : afro-américainsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
428 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre