AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Gueorgui Demidov (Autre)Antonio Garcia (Traducteur)Alexandra Gaillard (Traducteur)Colette Stoïanov (Traducteur)
EAN : 9782940628865
320 pages
Editions des Syrtes (22/04/2021)
4.5/5   2 notes
Résumé :

Doubar et autres récits du Goulag est le premier recueil des trois tomes (actuellement en traduction) de Gueorgui Demidov, auteur oublié du Goulag, véritable écrivain, égal de Varlam Chalamov et d’Alexandre Soljenitsyne.

Il est exceptionnel de découvrir une trace littéraire méconnue du Goulag. Tel est le cas des récits de Gueorgui Demidov, témoignages de ses quatorze années passées à la Kolyma, ce « pole de la férocité » de la géographie conce... >Voir plus
Que lire après Doubar et autres récitsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Dans la famille Littérature concentrationnaire, je demande Gueorgui DEMIDOV ! Physicien de grand talent arrêté en 1938 pour activité politique, DEMIDOV est envoyé dans un des camps de la tristement célèbre Kolyma. Ces récits, rédigés entre 1966 et 1974, représentent un témoignage d'envergure sur ce que fut le destin des prisonniers de la Kolyma.

Gueorgui DEMIDOV (1908-1987) fut déporté durant 18 ans. Dans ces textes, il se souvient de l'atmosphère des camps de la Kolyma, avec notamment ces prisonniers creusant eux-mêmes les tombes des nombreux morts dans un sol gelé, morts recouverts de deux sacs (car les planches pourtant pourries paraissaient trop luxueuses pour leur confectionner des cercueils). Si le camp situé à un kilomètre de la mer et dans lequel survit tant bien que mal DEMIDOV est mixte, les relations physiques avec les femmes sont interdites. Il raconte entre autres comment il a dû transporter puis enterrer un jeune enfant mort en camp (séquence horreur).

DEMIDOV dresse le portrait d'un peintre bègue délinquant respecté par les truands du camp, artiste n'ayant jamais connu la liberté. Un dur à cuire réalisant ses oeuvres sur des bouts de contre-plaqué. Puis c'est le tour de la présentation d'un garde qui va péter les plombs après avoir lui aussi connu l'enfer : « le camp avait été conçu pour cinq ou six mille hommes, mais ils étaient parfois quarante mille à s'entasser là. On manquait de bateaux, mais les convois amenaient presque chaque jour leur cargaison vivante. La dysenterie faisait des ravages. À l'extrémité du camp le plus éloigné, le long du dôme protecteur, s'étendait le cimetière de ceux qui n'avaient pas pu attendre le bateau. Des dizaines de cadavres, que l'on jetait là chaque jour, étaient entassés dans les petites tombes remplies d'eau marécageuses ; les fossoyeurs, choisis parmi les détenus, s'affairaient de l'aube au soir, trempés jusqu'aux os et gardés par les hommes munis de fusils ».

La Kolyma renferment de nombreuses mines d'or près du cercle polaire. C'est là que les prisonniers creusent lorsqu'ils ne réalisent pas de trous dans la terre pour enterrer leurs congénères. Ils abattent également des arbres pour le bois de chauffage. L'auteur, comme bon nombre de ses co-détenus, tente de s'oublier par le sommeil. Les bagarres sont nombreuses et violentes, l'atmosphère irrespirable avec une surpopulation s'entassant par parfois moins 60 degrés. Un détenu, qui va devenir le héros de l'un des textes, écrit une lettre avec son propre sang. DEMIDOV va suivre sa destinée. Elle est bouleversante.

L'auteur sait utiliser l'argot pour faire parler les prisonniers. La force de ce recueil réside dans le fait que certains des textes sont rédigés comme de longues nouvelles littéraires, comme pour les rendre émotionnellement plus accessibles. DEMIDOV sait aussi manipuler l'humour, sans doute pour les mêmes raisons. Prisonnier reconnu pour sa dextérité et son innovation en ingénierie, il se révèle possesseur d'une plume s'alliant parfaitement à ce qu'il veut partager. Il sait enrober son style pour faire passer la pilule, sur les atroces conditions de détention, mais aussi sur les connivences, les traîtrises, les abus de pouvoir.

Ce récit est dense et peut difficilement être résumé en seulement quelques paragraphes. Il ne se contente pas de décrire le quotidien des prisonniers, il glisse intelligemment son objectif vers les gardiens de camp, vers la condition des femmes détenues, ou encore du côté de la hiérarchie se bâtissant presque naturellement au sein du camp. Il insiste dans un dernier et long chapitre sur le travail et le sort des procureurs. Il n'omet pas les détails, d'allures détachées voire inoffensives, qui pourtant sont empreints d'une image forte faisant froid dans le dos : « Au plafond, une ampoule luisait faiblement, sans doute allumée vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Elle était couverte d'un épais plafonnier, coiffé d'un abat-jour en gros fil de fer, dans le but évident d'empêcher les suicides : même en supposant que le prisonnier parvienne à atteindre le plafond, il ne pourrait pas saisir les fils électriques. La prison faisait des efforts louables pour conserver la vie de ses habitants ». Peu avant la fin de ce témoignage saisissant, DEMIDOV parle de nécrophagie au sein des camps, l'horreur semble absolue. Il la rend néanmoins supportable par son style d'écriture.

Il est impossible de ne pas relier ces récits du goulag au copieux « Récits de la Kolyma » de Varlam CHALAMOV (livre déjà présenté ici) et ses 1500 pages vertigineuses. Ici, fort de « seulement » 270 pages, le témoignage est pourtant dense, riche, et relate dans le détail l'enfer de la Kolyma. DEMIDOV et CHALAMOV se sont connus, ils furent même détenus ensemble dans les camps de la Kolyma et entreprirent ensuite une correspondance qui tourna court : démarrée en 1965, CHALAMOV reproche en 1967 à DEMIDOV de trop appuyer ses récits par un choix littéraire qu'il condamne. La brouille est immédiate. Pourtant, CHALAMOV, toujours dans son recueil, avait rendu hommage à DEMIDOV dans deux textes où il le mettait en scène.

La préface en forme de biographie rapide de DEMIDOV est signée Luba JURGENSON. Quant à la postface, elle est l'oeuvre de la propre fille de DEMIDOV, Valentina DEMIDOVA. En quelques pages seulement, elle fait revivre son père avec brio et nous apprend entre autres dans un hommage poignant comment elle a vécu l'absence de père jusqu'à l'aube de ses 20 ans.

Ce « Doubar » fut déjà édité en 1991, mais ici nous avons droit à une récente réédition qui tient toutes ses promesses, parue en 2021 aux éditions des Syrtes, spécialisées en littérature russe, éditions qui ambitionnent par ailleurs d'éditer l'intégrale des textes de Gueorgui DEMIDOV. Pour ce premier volet traduit du russe par Antonio GARCIA, Alexandra GAILLARD et Colette STOÏANOV, le voyage vaut largement le détour et s'inscrit comme l'un de ces indispensables témoignages de littérature concentrationnaire.

« La vérité ne triomphera jamais chez nous, en Russie ».

https://deslivresrances.blogspot.com/

Lien : https://deslivresrances.blog..
Commenter  J’apprécie          40
Lorsque l'on évoque les écrivains du goulag, deux noms viennent immédiatement en tête : ceux de Soljenitsyne ou Chalamov.

Pourtant, d'autres ont écrits sur ce monde concentrationnaire, mais n'ont pas eu la même reconnaissance internationale. Et ce, malgré un talent évident comme cela est le cas pour Gueorgui Demidov.

Ce physicien a été condamné à 18 ans de déportation. À son retour, il a ressenti la nécessité d'écrire sur cette terrible expérience. Ses récits ont circulé, clandestinement, avant d'être confisqués par le KGB. Ils ne seront restitués à sa famille en 1988, soit un an après sa mort.

Gueorgui Demidov utilise donc son vécu de prisonnier pour nous raconter le goulag. S'accrochant à un petit détail qui,dans cette horreur, révèle toute son importance.

Dans Doubar, c'est ainsi l'ensevelissement d'un nouveau-né qui, aussi étrange que cela puisse paraître, est comme une lueur d'espoir et d'humanité pour le zek chargé de la besogne.

Ou bien, c'est la réalisation d'une oeuvre d'art qui consume un prisonnier, lui permettant de survivre à travers elle, au-delà de sa mort.

L'auteur nous entraîne, également, dans les pas d'un gardien, dépassé par ce milieu concentrationnaire, incapable de le comprendre.

Ces récits sont très touchants, plein d'empathie pour tous ces destins brisés.

Demidov s'attache à rendre une dignité, une humanité perdue pour ces détenus que les conditions de détention rendaient sensibles à la seule satisfaction de leurs besoins primaires : manger, se réchauffer, se reposer.

Les différents récits éclairent, de même, la mécanique du régime soviétique, de son auto-destruction, conduisant à se trouver perpétuellement des ennemis même parmi les fidèles, cela ressortant particulièrement de la nouvelle "Les deux procureurs".

L'éclairage particulier sur les différents aspects du goulag, sur ses différents "protagonistes", le tout servi par une très belle plume font de ce livre un coup de coeur pour moi.

Les éditions des Syrtes ont décidé de publier l'ensemble de l'oeuvre de Demidov, et vu la qualité de ce premier livre, j'ai vraiment hâte de lire les autres.

Et vous, avez-vous envie de découvrir ces récits du goulag ?
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
J'étais encore sous l'influence de mes pensées sur le combat du Vivant et de la Matière morte et ne voulais pas que le froid chaos des glaces et des monts engloutisse et dissolve trop vite les restes de ce petit être humain. C'est probablement pour cette raison, suivant en cela l'antique besoin de l'Homme doué de raison de croire à la Vie même après la mort, que j'avais, presque inconsciemment, dressé ce signe de Vie sur la tombe du petit défunt. Ce signe était primitif et fruste, mais c'était le symbole de cette géométrie parfaite à laquelle le chaos est étranger et hostile. C'était sans doute une idée semblable qui avait poussé à ériger des monuments funéraires tels que les obélisques, les pyramides ou les croix elles-mêmes.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Gueorgui Demidov (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gueorgui Demidov
Rencontre en ligne avec Luba Jurgenson et Nicolas Werth, avec la participation de Valentina Demidova, fille de l'auteur à l'occasion de la parution de "Doubar et autres récits du Goulag", de Gueorgui Demidov aux éditions des Syrtes
La rencontre a eu lieu mardi 18 mai
Gueorgui Demidov est né à Saint-Pétersbourg en 1909. Il a obtenu son premier brevet d'invention à 21 ans. En 1938, alors qu'il est ingénieur physicien à l'institut de physique de Kharkov, il a été arrêté par le NKVD en tant que « terroriste trotskiste », condamné à huit ans de travaux forcés et envoyé à Kolyma. Pendant dix ans, il a été affecté aux travaux dits « communs ». En 1946, après avoir purgé sa peine, il est à nouveau condamné à dix ans. En 1951 il est relégué à Inta, dans la république des Komis. Il ne sera réhabilité qu'en 1958, et il s'installe alors à Oukhta, puis à Kalouga. Père d'une fille qui avait quelques mois lors de son arrestation, il ne l'a revue que dix-neuf ans après.
Tous ses manuscrits lui sont confisqués en 1980 par le KGB et ils ne seront restitués à sa fille qu'en 1988, soit un an après sa mort.
"Doubar : et autres récits du goulag", de Gueorgui Demidov Traduit du russe par Antoine Garcia, Alexandra Gaillard & Colette Stoïanov 320 pages, 22€ Paru le 22 avril 2021 aux Éditions des Syrtes
Ce premier volume, réédition revue et augmentée d'un livre paru en français en 1991 aux éditions Hachette/Le Progrès sera suivi de deux volumes de récits inédits en français, traduits par Luba Jurgenson et Nicolas Werth.
+ Lire la suite
autres livres classés : camps de concentrationVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (13) Voir plus



Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
441 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre

{* *}