AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Marc Rouillan (Préfacier, etc.)Thierry Guitard (Illustrateur)
ISBN : 2952829217
Éditeur : Libertalia (30/11/2007)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
En août 1923, Albert Londres se rend en Guyane où il visite les bagnes coloniaux. Aux îles du Salut, il rencontre Eugène Dieudonné, un forçat anarchiste, ancien membre de la bande à Bonnot. Celui-ci l’aide à prendre conscience de la réalité brute du système carcéral. Quelques semaines plus tard, le grand reporter livre au Petit Journal l’un des plus vibrants réquisitoires de toute l’histoire de la presse.
Juillet 1927. Au terme d’une troisième tentative d’éva... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Alcapone
  15 octobre 2013
Réédités pour la première fois depuis 1935 par les Éditions Libertalia, les récits d'Eugène Dieudonné (ex-membre de la Bande à Bonnot) rappellent au cruel souvenir de cette administration pénitentiaire française qui se débarrassait de ses indésirables en les envoyant aux bagnes d'outre-mer. C'est à la demande d'Albert Londres, que l'ancien anarchiste, après avoir été gracié, met en mots ses souvenirs. Ses témoignages ainsi que ceux du journaliste et de Paul Roussenq concordent : cette expérience traumatisante transforme les hommes et ne laisse aucun indemne. L'égalité n'y est pas de mise. Seule domine la loi de la jungle. Car à l'école de la Tentiaire, seuls les plus forts, les solides, les plus intègres ou les plus malins peuvent caresser l'espoir de s'en sortir. Comme le montre Dieudonné avec pertinence, outre le facteur caractère, il y a aussi la chance. Il y a en effet autant de destins que de bagnards. Comme certains, Dieudonné a donné des années de sa vie (14 ans) pour des crimes qu'il n'a pas commis. C'est cher payé au nom de la Patrie. Pas de pathétisme pourtant dans le discours de l'auteur : la simplicité et la distance avec lesquelles il met en scène ses souvenirs accusent intelligemment les faits en même temps qu'elles donnent de la force au témoignage...
Avec la justesse qui marque ses propos, Dieudonné fait passer l'idée que le bagne ne s'arrête pas aux travaux forcés et à la vie dans les cases. Celui-ci s'inscrit géographiquement dans une contrée dont on ne peut ignorer le lien qu'elle a avec la France. La Guyane française dont la IIIe République avait décidé d'autorité qu'elle serait la terre de souffrance de ses éléments corrompus, cette même France qui voulait exploiter la main d'oeuvre de ses truands pour participer à la construction et l'expansion de ses colonies, Dieudonné en dénonce l'injustice en ces quelques phrases : "Mais une gangrène profonde, faite de tous les vices des hommes de toutes les races et de tous les pays, après s'être étendue sur tout le bagne, après avoir fait parfois contaminé des agents et leur enfants - je l'ai vu, j'ai des preuves - se faufile sournoisement au dehors, dans la population libre, surtout chez les plus pauvres d'entre les Noirs. Les meilleurs des Guyanais protestent contre le danger du bagne. Qu'avons-nous fait disent-ils, pour que la métropole nous envoie ses déchets ?" (p. 137). Voici un questionnement que je n'ai pas trouvé dans L'enfer du bagne de Paul Roussenq ou même dans le célèbre reportage Au bagne d'Albert Londres. Excepté Dieudonné, qui se soucie du sort des Guyanais ?
Et parce qu'il lève également le voile sur une partie occultée des conséquences subies par les populations colonisées, La vie des forçats est un témoignage perspicace qui apporte un point de vue critique intéressant. Au nom de la politique colonialiste, on oublie souvent les dommages colatéraux infligés aux autochtones. Dieudonné leur rend justice par ces quelques mots : "Et on voit un pays merveilleux, riche et presque vierge, mourir de la présence du bagne. Pour tout le monde, le nom de Cayenne est synonyme de bagne. Les Guyanais portent cette croix, semble t-il, pour racheter les péchés des Français. Ainsi, dit-on, le Christ portait la sienne pour racheter les péchés des hommes." (p.137). Déclaration gênante quand on y pense. Mais si pertinente. Rien ne se passe comme il faut en Guyane coloniale : on marche sur la tête. Il existe pourtant des moyens de réhabiliter les détenus (cf. les systèmes de détention américains de l'époque). Encore faut-il s'en donner la peine...
Synonyme d'iniquité que le bagne pour Dieudonné : "C'est l'envers de la vie. Les pas de chance, les gosses abandonnés, les mal-doués par la nature, les victimes de leur psychologie morbide, les détraqués y coudoient les crapules finies. Tous ces gens vivent pêle-mêle, enfermés dans les mêmes cases. A ce régime, un saint homme deviendrait un enragé. Qu'on ne s'étonne pas alors des assassinats, des viols, des priapées, des délations ou des révoltes des forçats. Qu'on s'étonne plutôt que de telles institutions existent encore à notre époque (...) Et que les hommes de bonne volonté, ceux qui sont favorisés par la nature ou par la chance, tendent une main secourable à leurs frères malheureux. Car les forçats, eux aussi, sont des hommes." (p.190-191). Heureusement, cette administration est aujourd'hui abolie. Mais se souvenir, c'est se rappeler de ne pas retomber dans l'erreur et c'est essayer de faire mieux à l'avenir (situation alarmante de nos prisons actuelles ?). La vie des forçats rapporte avec impartialité, les souvenirs lucides d'un ancien bagnard gracié et chose qui parait impossible... réhabilité... Une lueur d'espoir dans l'enfer du bagne. A lire absolument.
Lien : http://embuscades-alcapone.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Newi
  04 mai 2018
Eugène Dieudonné dans son récit, et c'est là à mon sens tout l'intérêt du livre, ne centre pas sur sa personne, mais décrit les atrocités du bagne dans leur ensemble, telles qu'il les a vécu et ressenti, les vols entre détenus, les viols, les couples forcés, les meurtres, le décadence de l'administration pénitentiaire française qui était au yeux du monde une honte suprême. Il décrit et dénonce ce que des gens ne veulent pas admettre, un voleur de poules se retrouvait avec un assassin dans le même bloc, la France ne voulait que se débarrasser des voleurs, mendiants, vagabonds......en plus des assassins, dans le but mensonger de peupler la colonie en faisant miroiter une concession en fin de peine, mais la fin de peine c'était le doublage, rester en Guyane le même nombre d'années que sa peine de bagne une fois celle-ci effectuée, le doublage c'était la mort, la vie de clochard sans travail à Cayenne ou Saint Laurent du Maroni. Les libérés n'avaient même pas de concession. 70 000 Forçats ont été déportés en Guyane entre 1852 et 1946. Il est important de comprendre ce que la France a eu de plus cruel en matière de punition carcérale. Lire ce livre apporte un éclairage plutôt intéressant, je le recommande vivement. Et pour ceux qui veulent complémenter le sujet, je recommande à juste titre, les livres de Albert LONDRES "Au bagne", Paul ROUSSENQ "l'enfer du bagne", Léon COLIN "des hommes et des bagnes pour ne citer que ceux là, mais les ouvrages ne manquent pas pour les passionnés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Hindy
  29 décembre 2010
Terrifiant de bout en bout.
Déshumanisation, abus, La France telle qu'on ne l'aime pas.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Eugène Dieudonné (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Dieudonné
Forçats Tome 1: Dans l'enfer du Bagne de Fabien Bedouel et Patrick Perna aux éditions Les Arènes
https://www.lagriffenoire.com/52034-bd-forcats-dans-l-enfer-du-bagne-vol1.html
Guyane française, 1923 La forêt vierge, les serpents venimeux, la chaleur étouffante...et le bagne. L existence des forçats ne tient qu à un fil : l'espoir fou de s évader de cette île du malheur. Au milieu des ténèbres, deux hommes : l'anarchiste Eugène Dieudonné, incarcéré depuis 10 ans pour un crime qu'il n a pas commis, et le grand reporter Albert Londres, venu « porter la plume dans la plaie » de ce monde inhumain. Leur amitié va changer l'histoire de ce bagne.

Forçats tome 2 : le Prix de la liberté de Pat Perna et Fabien Bedouel aux éditions Les Arènes
https://www.lagriffenoire.com/80120-bd-forcats-le-prix-de-la-liberte-vol2.html
De retour de Cayenne, le grand reporter Albert Londres engage une lutte sans merci contre le bagne. Dans le Petit Parisien, il raconte l'horreur de son voyage en Guyane et interpelle le ministre des Colonies. Parallèlement, il poursuit ses investigations pour faire innocenter Eugène Dieudonné, ralliant l'opinion publique à sa cause. Mais le temps presse... A bout de forces et de patience, l'anarchiste ne tiendra plus longtemps sur l'île du malheur. Confronté aux turpitudes journalistiques et aux lenteurs de la justice, Albert Londres devra déployer toute son énergie pour sauver son protégé et changer le cours de l'Histoire.
Vous pouvez commander Forçats tome 1 et 2 sur le site de la librairie en ligne : www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : guyaneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
609 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre