AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782361836429
368 pages
Éditeur : Les Moutons Electriques (31/12/2099)
3.33/5   3 notes
Résumé :
Cette synthèse présente l'ensemble des imaginaires inspirés par la culture celtique, dans le domaine des arts, de la musique, de la littérature ou encore des jeux, tout en analysant les idées préconçues et la part de l'imaginaire à la lumière des découvertes récentes. Avec des articles historiques et des points culturels.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Aderu
  22 novembre 2020
Joliment foutraque.
Une riche iconographie. Tout à fait massive et variée.
Mais trop partiellement reliée au texte. Un lien plus franc et constant avec les articles aurait été plus prenant et appréciable.
Pas de bios des auteurs et autrices.
Toutes les paroles ne se valent pas sur tous les sujets. C'est pour moi très problématique de ne pas pouvoir situer du tout qui écrit.
Un nombre incroyable de coquilles.
Des mots manquants, des mots en trop. Des caractères parasites, des "s" en trop, des "s" en moins, mot qui commence en italique et se finit sans, chiffres romains parfois en minuscules, etc. Je n'ai jamais vu autant de problèmes dans un livre fait par des pros. Je n'en reviens pas.
Cela donne une impression d'absence de relecture. Ce n'est bien sûr qu'une impression, car il y en a eu au moins deux.
Et au-delà, le livre manque d'homogénéisation dans la syntaxe.
Exemple "geis" qui n'a le droit à de l'italique qu'à sa 5 ou 6ème utilisation. le statut de l'italique est pour le moins aléatoire, et dépend de chaque auteur ou autrice.
Autre exemple, le format même des articles. Certains avec bibliographies, d'autres non. N'aurait-il pas été plus fluide de remplacer les énormes parenthèses du dernier article par des notes ? Un seul texte en utilise (et d'ailleurs il y en a une fantôme...).
Voici sur la forme.
Sur le fond cela donne beaucoup de redites et de redondances. Il y a des épisodes qui sont répétés je-ne-sais-combien de fois tout au long des articles. S'il y a temps d'histoires manquantes (comme annoncé dans l'introduction), pourquoi en cela ne pas avoir diversifié les exemples ?
De ma compréhension de la campagne Ulule et de l'introduction (et du paratexte promotionnel), l'objectif du livre était de dresser un "panorama de l'Imaginaire celtique". Mais le gros du livre ne concerne pas les productions artistiques. Certes les livres, les jeux, la musique, l'audiovisuel ou l'art pictural sont évoqués, mais c'est plus souvent un survol qu'un panorama !
Un encart d'une page sur la BD, avec un titre erroné et une maison d'édition différente de la réelle, alors que l'ouvrage en question voit sa couverture reproduite quelques dizaines de pages plus tôt dans un autre chapitre.
Une fois l'ouvrage refermé, j'en tire le sentiment d'en avoir plus lu (quantitativement) sur la musique que sur les livres ! Si en nombre de signes cumulés, les renvois à la littérature contemporaine dépassent l'imposant chapitre sur la musique, cela ne sera je crois pas de beaucoup !
Ce n'est pas vraiment ce que j'attendais.
Tout ceci donne l'impression d'un ouvrage de passionné.e.s mais écrit dans l'urgence ou se basant ponctuellement sur la mémoire.
Plus j'avançais, plus l'agacement grandissait.
Très déçu par ce beau livre. Très joli, certes, mais franchement bâclé sur la forme.
Sur le fond, c'est intéressant mais trop inégal, trop redondant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Fafnirlit
  05 avril 2021
C'est un très bel objet livre que nous propose ici Les Moutons Electriques. Les illustrations de toutes beautés sont abondantes, la mise en page est belle et la thématique est très intéressante.
Mais en refermant ce bel ouvrage, je suis un peu frustrée.

Les sujets abordés dans les différents articles et encarts sont passionnants, mais je suis restée souvent sur ma faim puisque j'ai eu la sensation que certains des auteurs n'approfondissaient pas leur réflexion. de plus, ayant lu les essais les uns à la suite des autres, j'ai eu l'impression de relire les mêmes choses.
Lire cet ouvrage en piochant au hasard est donc à mon sens préférable pour mieux l'apprécier.
Enfin, et c'est peut-être une déformation professionnelle, mais l'absence de bibliographie mets, selon moi, pas suffisamment en valeur les différentes références données au fil des pages. Une petite présentation des auteurs, de leurs différents écrits et de leur intérêt pour les thématiques ou encore la rédaction d'un glossaire n'aurait pas été non plus de trop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
AderuAderu   21 novembre 2020
Quant au divorce, il existait, selon la législation séculière irlandaise, une série de raisons légitimes à la séparation d'un couple :
I. La maladie qui rend le mariage impossible où invivable ;
II. Le pèlerinage entreprit par l'un ou l'autre des membres du partenariat, on voit là l'influence du christianisme ;
III. Une blessure ou un handicap inguérissable selon un médecin ou un avocat ;
IV. Quitter le territoire pour rechercher un ami ou venger un affront ;
V. Perte de santé mentale ;
VI. La stérilité de l'un ou l'autre ;
VII. La mort.
Il existe bien d'autres raisons légitimes pour l'un ou l'autre époux, y compris, par exemple, l'impuissance du mari. (133)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AderuAderu   22 novembre 2020
La nature du héros se révèle lorsque, mis face à la contradiction entre deux prescriptions, il choisit en connaissance de cause laquelle il défend et laquelle il rompt. Cuchulainn se retrouve ainsi amené à consommer de la viande de chien, ce qui lui était interdit, notamment parce que le chien est son "animal totem" pour ne pas déroger aux lois de l'hospitalité, qu'il tient pour plus sacrées encore que toutes les obligations rituelles. La violation devient donc paradoxalement un moyen de montrer la grandeur morale du héros. (201)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AderuAderu   21 novembre 2020
En 1919 Cicely Hamilton écrit A Pageant of Great Women. Dans cette pièce, 52 personnalités féminines historiques défilent. Boadicée mène le groupe des guerrière [sic] célèbres et c'est elle qui chasse le seul acteur de la pièce... qui joue le rôle du Préjugé.
De la même façon, quand Judy Chicago invite les grandes femmes de l'histoire dans The Dinner Party en 1979, Boadicée trouve naturellement sa place et une table dédiée. (137)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AderuAderu   20 novembre 2020
Pendant un millénaire et demi ou presque, la France commence naturellement avec les Francs, et tant pis au passage pour les Burgondes et Wisigoths qui se sont taillés eux aussi un territoire en Gaule romaine avant d'être absorbés ou chassés par Clovis et ses descendants. L'Histoire, comme toujours, est écrite par les vainqueurs. (75)
Commenter  J’apprécie          00
AderuAderu   20 novembre 2020
L'ancienne religion celtique a [...] totalement disparu avec la christianisation. Les anciennes divinités celtiques ont parfois survécu, localement. L'Irlande les a évhémérisées pour les intégrer à ses chroniques, et enrichir son patrimoine poétique. Le Pays de Galles en a fait des personnages de roman. (15)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sara Doke (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sara Doke
Avec Karin Tidbeck, Sara Doke et Jean Dagron
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2339 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre