AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782290167342
192 pages
J'ai Lu (13/03/2019)
4.19/5   80 notes
Résumé :
Ni animal, ni plante, ni champignon, le blob est une masse jaune à la texture spongieuse et aux capacités étonnantes ! Sans bouche, sans yeux ni estomac, cet organisme unicellulaire parvient néanmoins à voir et à digérer. Découpé en morceaux, il cicatrise en deux minutes, est capable de se reproduire (il présente pas moins de 720 sexes), de communiquer, de résoudre des énigmes et d'avoir différentes personnalités alors même qu'il n'a pas de cerveau. Dénué de membres... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 80 notes
5
9 avis
4
10 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

PhilippeCastellain
  01 janvier 2020
Oui, il m'arrive de critiquer des livres « à la mode ». Comme beaucoup, je l'ai découvert via la visite du zoo de Vincennes. La bestiole n'est, il faut bien le dire, pas des plus tourneboulantes à contempler. Mais les explications accompagnant ce jaune d'oeuf écrasé sur son bout de bois sont elles passionnantes ! On en redemande, on voit le livre à la sortie et pouf l'accident bête, un de plus alors qu'on ne sait déjà plus où les mettre.

Ce petit ouvrage, à la fois drôle, sérieux et bien écrit, permet d'enrichir les connaissances sur la bestiole, sur ses moeurs et ses différentes espèces. Mais surtout, il décrit les protocoles scientifiques ayant permis de faire les découvertes sur les facultés du blob. Comment formuler une hypothèse, mettre en place une expérience pour la tester, avec un nombre suffisant d'échantillons pour que ce soit représentatif, savoir abandonner sa théorie si les résultats l'exigent... Les bases. Trop souvent oubliées.

Le livre inclut, et c'est bien normal, un vibrant plaidoyer en faveur de la recherche fondamentale, plutôt mal en point ces temps-ci. Elle pointe les difficultés auxquelles font face les chercheurs, les principales étant le manque de moyens pour les recherches (la chasse aux financements finissant par prendre plus de temps que la recherche elle-même) et le désamour auquel elle est confrontée de la part de la population comme de ses représentants.

Il faut reconnaître que l'image de la recherche en a pris un coup ces derniers temps. En physique fondamentale, après 70 ans de travail et plusieurs dizaines de milliers d'articles, la théorie des cordes n'a toujours pas le plus petit début de preuve. En science sociale, la non reproductibilité de beaucoup d'expériences a fait parler d'elle, à juste titre. En biologie cellulaire, le scandale des cellules STAPS et les révélations qui ont suivi ont jeté un gros froid... Il est donc salvateur de rappeler qu'il y a des domaines où elle progresse, et où ses découvertes permettent régulièrement des avancées significatives. Rien que pour cela, ce livre mérite d'être lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
musaraneus
  11 décembre 2021
J'ai toujours adoré les expériences scientifiques. Depuis les lentilles dans le coton en classe de CP, l'élevage d'une colonie de fourmis en CM1, la dissection des pelotes de réjection et autres coeurs de bovins en 5ème, jusqu'à ce jour tragique de novembre 1995 où ma future grande carrière scientifique prit subitement fin avec l'explosion de ma paillasse de chimie, laquelle déclencha la hotte de sécurité de la classe (et la colère de ma prof), qui déclencha à son tour l'alarme incendie du collège (et la colère du proviseur), qui déclencha finalement (merveilleuse réaction en chaine !) le mécontentement de mes parents et ma privation des soirées x-files pour le reste du trimestre, autant dire la mort.
Vous imaginez donc mon excitation à la rentrée lorsque ma fille rentra du collège avec cette bombe : Sa classe a été sélectionnée pour travailler sur le projet Blob-ISS du CNRS, en simultané avec notre astronaute préféré, Thomas Pesquet, qui emmènera son propre blob dans l'espace !!
(« Les filles, maman est en PLS dans le salon, c'est normal ? » - « Oh oui, mais t'inquiète Papa, elle respire encore.»)
C'est bien beau tout ça mais au fait, c'est quoi un blob ?
Malgré son surnom de «champignon gluant », Physarum polycephalum n'est ni un champignon, ni un animal, pas même un végétal. Il s'agit en fait d'une seule cellule géante, étonnante de simplicité, classée faute de mieux parmi les amibes.
Jaune fluo et visqueuse, cette drôle de chose vivante possède d'incroyables capacité de régénération et d'apprentissage, est capable de tracer le chemin optimum entre deux points, de repérer parmi un panel de denrées alimentaires la plus adaptée à ses besoins nutritionnels et à sa croissance, de fusionner avec les copains pour partager son expérience et profiter de la leur, de s'auto-médiquer, de dépolluer l'environnement, etc.
Et tout ça sans cerveau !
De quoi étonner les scientifiques et aiguiser leur curiosité…
Toutes les infos sur ce drôle d'organisme unicellulaire qui mange des flocons d'avoine, et aussi quelques anecdotes sur le monde cruel de la recherche fondamentale, c'est ce qu'Audrey Dussutour, chercheuse et spécialiste française du blob, nous propose de découvrir dans ce petit livre aussi intéressant qu'amusant.
Et pour les curieux qui veulent en savoir plus sur le projet Blob-ISS, il est visible ici :
https://www.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/le-blob-dans-les-classes-et-dans-lespace
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          115
The_Noir
  24 mars 2019
Exercice délicat, parce que n'étant nullement intéressé par la biologie ni par l'éthologie mais intrigué par le commentaire d'un Babélien, j'ai décidé de lire cet opuscule un peu comme l'on lirait un ouvrage de science-fiction. Ce qui réussit assez bien parce cet unicellulaire qu'est le blob a des capacités d'expansion, de fusion, des facultés de mémorisation et d'intelligence étonnantes sinon inquiétantes dignes de la plus grande fantaisie d'un écrivain fantastique.
Cependant cette plongée dans un univers quasi littéraire est interrompue à de nombreuses reprises par les réflexions de l'auteure et chercheuse au CNRS. Cela qui nous ramène à cette réalité bien triste d'un société qui n'accorde que peu d'intérêts ou de moyens à la recherche fondamentale.
Commenter  J’apprécie          180
Aloysius3993
  03 juillet 2019
Le blob. « Des millions d'années d'optimisation. Ne devrions-nous pas nous en inspirer ? » Tel est l'objectif caché derrière la recherche fondamentale que nous expose l'autrice dans son livre. le biomimétisme permet d'orienter la recherche vers la problématique : « Comment améliorer notre mode de vie en nous inspirant de la nature ? » Les recherches autour du blob permettent, par exemple, d'envisager des solutions autour du transport humain ou dans l'électronique. Il possède, en effet, un système veineux extrêmement optimisé. Et cela parmi bien d'autres attributs intéressants…
Ce documentaire est conçu comme un carnet de route où l'autrice nous raconte son parcours de chercheuse et comment elle s'est intéressée au blob. Les chapitres sont construits autour d'une idée principale et sont relativement courts. Ce qui permet de bien appréhender des informations. le tout est soupoudré d'humour et d'anecdotes sur son travail de chercheuse.
Le livre permet d'avoir un aperçu des recherches d'Audrey Dussutour mais également du métier de chercheur. On se rend ainsi compte de toutes les difficultés que rencontre la recherche et de son importance dans notre société ! On découvre les enjeux cachés derrière la recherche et les dessous de la science. Une science expérimentale, sa construction millimètre par millimètre. Un livre pour rappeler au grand public que la recherche fondamentale est à la base de beaucoup d'avancées technologiques. Ce documentaire de vulgarisation scientifique est donc également un acte de communication. Il retrouve la trame du livre « le charme discret de l'intestin » de Giulia Enders qu'elle cite dans un de ses chapitres. Ayant moi-même touché du doigt la recherche appliquée : on se sert énormément des travaux publiés dans le cadre de la recherche fondamentale ! Ce livre permet de mettre ce phénomène en avant.
Pour parler un peu du blob : c'est un alien ! Certains l'ont d'ailleurs cru en le découvrant dans leur jardin ! Il possède des caractéristiques très particulières. Un être simple et pourtant très efficace.
En termes de contenu scientifique, c'est tout à fait abordable et donne envie d'aller plus loin sur les thèmes abordés. Les publications sont notamment citées en bas de pages pour les plus curieux ;)
L'autrice fait également des conférences de vulgarisation sur les blobs très appréciées et qu'on peut retrouver sur YT.
Un très chouette documentaire qui permet de découvrir le blob mais pas que. Audrey Dussutour s'est également fortement intéressée, entre autres, aux fourmis. Quelques petites anecdotes sur d'autres créatures donnent envie de lire d'autres documentaires scientifiques.
Un grand merci à la Masse Critique Babelio Non-fiction et aux éditions J'ailu pour m'avoir permis de le découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Seattleite
  25 juillet 2019
Un livre fascinant, lu d'une traite à la plage !
J'ai reçu ce livre documentaire dans le cadre d'une opération Masse Critique. Je l'avais sélectionné car l'une de mes élèves avait écrit un article sur le sujet, qui s'était révélé très populaire auprès de ses pairs.
En effet, le Blob fascine, il est mystérieux et d'apparence un peu « cracra », je pense qu'il rappelle aux enfants le « Slime » qu'ils adorent tripoter.
Je me suis attelée à cette lecture par devoir, mais j'ai tellement aimé que j'ai fini par en parler à tous les malheureux qui m'ont côtoyée cette semaine-là !
Non seulement le sujet du Blob et, plus largement, du comportement animalier et de ses applications possibles dans le domaine humain, est fascinant, mais il l'est d'autant plus ici grâce aux talents de vulgarisation de l'auteure.
Audrey Dussutour sait « faire simple », tout en rendant compte de ses recherches avec assez de détails pour que le lecteur se fasse une idée précise de sa méthodologie, son travail méticuleux et son quotidien de chercheuse.
Car c'est là le 2ème atout de ce livre : présenter le travail du chercheur en éthologie dans le milieu de la recherche fondamentale en France. En alternance avec des chapitres sur le Blob, l'auteure déroule sa carrière et par là-même nous donne à voir les coulisses de l'Université et du CNRS.
Je conseille ce livre à tout lycéen (voir collégien pour les passionnés de SVT) qui souhaite se faire une idée à propos de la méthode scientifique et du monde de la Recherche en France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
The_NoirThe_Noir   21 mars 2019
Le chercheur doit aussi toucher le grand public. Autant être honnête tout de suite, les instances d’évaluation ne considèrent pas cette mission comme prioritaire. Elles préfèrent se pencher sur le nombre de publications et de contrats que vous avez obtenus, la vulgarisation n’e’tant pas valorisée. Selon le Larousse, la vulgarisation consiste à mettre à la portée du plus grand nombre des connaissances techniques et scientifiques. C’est une belle définition mais le mot lui-même sonne >. Les chercheurs ont parfois l’impression que rendre la science accessible la désacralise. Certains collègues m’ont reproché de trop simplifier les choses lors de conférences destinées au grand public ou d’émissions de télé. Pourtant, simplifier n’est pas mentir ou déformer la réalité. C’est rendre accessible l’information scientifique. Simplifier ne rend pas moins intelligent, au contraire. ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LydlsLydls   21 août 2021
Cela s'appelle la sérendipité, le fait de réaliser une découverte de façon complètement inattendue à la suite d'un concours de circonstances fortuit, très souvent dans le cadre d'une recherche concernant un tout autre sujet ! La science est une longue route pavée de sérendipités.
Commenter  J’apprécie          53
AsakoAsako   02 septembre 2021
La nature, si tant est qu'on l'observe, est une source d'inspiration infinie. Les exemples sont nombreux. Afin de limiter le nuisances sonores, le TGV japonais s'est inspiré de la forme du bec du martin-pêcheur, oiseau aux couleurs chatoyantes qui plonge dans l'eau pour attraper des poissons.
Commenter  J’apprécie          30
FifilolotteBrindacierFifilolotteBrindacier   18 juillet 2019
Le blob ne constitue pas un pathogène, il n'est pas invasif, il n'embête personne. Il se tient paisible, mais n'a pas de réelle valeur économique.Il n'est pas bon à manger, sauf pour une tribu d'Amérique du Sud. Cependant, il se révèle vital pour le fonctionnement de nos écosystèmes. Ses particularités en font un être unique qui pourrait bien, un jour, sauver des vies !
Commenter  J’apprécie          20
LydlsLydls   24 août 2021
Selon le Larousse, la vulgarisation consiste à mettre à la portée du plus grand nombre des connaissances techniques et scientifiques. C'est une belle définition, mais le mot lui-même sonne "vulgaire".
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Audrey Dussutour (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Audrey Dussutour
Audrey Dussutour est biologiste, directrice de recherche au CNRS. Après avoir obtenu un doctorat d'éthologie en 2004, elle a effectué deux post-doctorats au Canada et en Australie, puis a été recrutée comme chercheure au CNRS en 2009. Depuis, elle travaille au Centre de recherches sur la cognition animale (CRCA – CNRS ; Université Toulouse III – Paul Sabatier). Son objectif de recherche est de comprendre comment des systèmes distribués, qu'ils soient des colonies de fourmis ou des organismes unicellulaires, interagissent avec leur environnement.
Les travaux de recherche d'Audrey Dussutour sur les déplacements collectifs des fourmis ont permis d'identifier les mécanismes de régulation du trafic en situation d'embouteillage et d'extraire des algorithmes de contrôle génériques qui peuvent s'appliquer à de nombreux domaines scientifiques. Ses travaux sur la nutrition collective ont démontré que les fourmis fonctionnent comme des « estomacs collectifs » en se partageant la distribution et la digestion des aliments. Les études sur le « blob » (Physarum polycephalum), un organisme composé d'une seule cellule, ont démontré que, bien que dépourvu d'organes, celui-ci est capable de réguler ses apports alimentaires lorsqu'il fait face à des défis nutritionnels complexes.
Dans un autre domaine, son équipe a démontré récemment que l'apprentissage est possible chez les blobs. Ces résultats inattendus de la part d'un organisme qui n'a pas de système nerveux, l'encouragent à porter un nouveau regard sur les organismes unicellulaires et sur la notion d'intelligence. L'ensemble de ses travaux a été récompensé par le prix le Monde de la recherche (2007), par la Société française pour l'étude du comportement animal (2009) et par l'Académie royale des sciences De Belgique (2011).
Depuis le début de sa carrière, Audrey Dussutour a à coeur de s'impliquer aussi dans le fonctionnement de la recherche au niveau national (évaluation des laboratoires et des chercheur.e.s, recrutement des chercheur.e.s) et dans la promotion de la curiosité scientifique et de la recherche fondamentale auprès du public avec des conférences, ateliers, émissions de radio/ TV, ouvrages…
Moi le Blog
Ouvrage paru aux Editions HumenSciences.
Voici l'histoire extraordinaire d'une créature unique dans le monde du vivant : le blob. Sans système nerveux, le blob apprend, mémorise et communique. Et, même coupé en deux, il ne meurt pas et donne deux individus autonomes. Pour la première fois, sous la plume alerte de la scientifique française qui le connaît le mieux, le blob se raconte. Monstre, objet de science, source d'innovations, chef gourmet, astronaute, compagnon domestique, coqueluche des médias, il partage avec vous ses aventures. En prime, ce livre vous donne les clés pour collecter un blob dans la nature, l'élever et tester ses capacités avec dix expériences simples à réaliser.
+ Lire la suite
autres livres classés : blobVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
372 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre