AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Khaled Osman (Traducteur)
ISBN : 2330081847
Éditeur : Actes Sud (06/09/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Saga familiale sur trois générations dans une Alexandrie parallèle et secrète, Les Femmes de Karantina offre une galerie de personnages truculents tous plus en délicatesse avec la loi les uns que les autres. A la veille de la Révolution, une histoire d’amour naît entre la fière et volontaire Inji et le miséreux et débrouillard Ali. Ayant causé la mort d’un homme lors d’une altercation, les deux amoureux fuient à Alexandrie pour s’y cacher. D’abord contraints de fair... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
traversay
  04 octobre 2017
Les femmes de Karantina, du nom d'un quartier d'Alexandrie, est une saga familiale sur trois générations, jusqu'en 2064 (?), pleine de violence, de coups fourrés et de règlements de compte radicaux. le Chicago d'al Capone, à côté de l'Alexandrie du XXIe siècle de Nael El-Toukhy, ressemble au pays des Bisounours ! Impossible de résumer l'intrigue, qui se renouvelle sans cesse et se termine par une symphonie héroïque, sanglante et tragique dans les tunnels de la ville. Ce qui fait d'abord le prix du roman, remarquablement traduit, c'est le regard de l'auteur, véritable metteur en scène de destins échevelés et de haines recuites, qui n'hésite pas à s'extraire du récit pour lancer quelques clins d'oeil complices au lecteur. El-Toukhy fait preuve d'un humour noir monstrueux et Les femmes de Karantina a tout d'un grand livre comique, imaginatif au possible, et rempli de personnages hauts en couleur. A vrai dire, avec ses dialogues très verts et caustiques, et ses punchlines dévastatrices, on se croirait presque chez Audiard ! Ce livre coloré et convulsif est marqué par le rôle important des femmes, un peu dans l'ombre au début du roman, puis de plus en plus dominatrices et pas moins cruelles que leurs compagnons mais plus subtiles, si l'on peut dire, dans l'exercice du pouvoir. Bien que se terminant en 2064, Les femmes de Karantina n'est absolument pas un roman de science-fiction, l'auteur se refusant à évoquer tout gadget futuriste. El-Toukhy appartient bien à la tradition des grands conteurs égyptiens mais avec une verve, une truculence et un sens de la torsion du langage époustouflants. le bijou secret de la rentrée littéraire !


Lien : http://cin-phile-m-----tait-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
angelita.manchado
  24 octobre 2017
Avis Les femmes de Karantina de Nael El-Toukhy
Je ne suis pas habituée des romans qui se passent au Moyen-Orient. J'ai dû en lire moins de cinq. S'ils ont été lus, c'est parce que l'occasion s'est présentée et qu'ils m'ont été envoyés dans le cadre de partenariats. Je n'ai jamais eu de soucis avec les auteurs et les histoires lus. Mais, j'en ai tellement dans ma PAL que ces romans ne sont pas mon domaine de prédilection. J'ai eu la chance d'être sélectionnée dans le cadre de Masse Critique de Babelio et j'ai reçu ce roman. Je ne regrette pas ma demande. Si je ne suis pas une habituée de ces romans, ces pays ne m'attirent pas particulièrement. N'y voyez aucun racisme de ma part. Pourtant, cette histoire me fait voir l'Egypte et ses habitants autrement. Je n'ai aucune idée préconçue sur les Musulmans, j'ai vécu à côté d'eux. Je les respecte comme ils me respectent. Même si je ne suis absolument pas croyante, leur religion ne me laisse pas indifférente, surtout lorsqu'elle n'est pas interprétée. Comme dans toute religion, il y a du bon et du mauvais. Mais ici, en définitive, il n'est pratiquement pas question, de religion.
J'ai été surprise par cette histoire et ces personnages qui se déroule sur trois générations. Trois générations de femmes, mais pas que. Il y a des hommes aussi. Sont-ils manipulés par les femmes ? Elles sont fortes, incroyablement fortes avec la première Injy, Egyptienne mais qui a vécu en Arabie Saoudite et qui est diplômée. Elle va rencontrer un lointain cousin. Sans trop y toucher, ils vont tomber amoureux. Leur fuite, après l'assassinat d'un homme, dans un quartier d'Alexandrie, ne leur permettra jamais de revenir. Injy, avec ses paroles, ses non-dits également, entraîne Ali pour qu'au fur et à mesure il venge la mort de son père. Entre assassinats, pouvoir, Inji et Ali vont devenir les maîtres, les héros de Karantina, un quartier où ils vont s'installer. le lecteur suit donc Injy, Ali, leurs amis d'un jour et ennemis d'un autre jour. Alexandrie et ce quartier de Karantina verront des luttes, des meurtres et ce n'est pas fini avec les générations qui arrivent, soit Hamada, le fils d'Injy et Ali et ensuite leurs petites filles. Ce sont donc deux familles qui vont tenter d'évincer l'autre.
Ce que j'aime bien avec cet auteur est qu'il annonce des faits, des vérités mais aussi des contre-vérités car rien n'est simple dans la vie. Un jour, tout peut être conforme à ce que l'on attend et un autre jour, ce sera le contraire. Cette étude de la société égyptienne et surtout celle d'Alexandrie démontre cette lutte de pouvoirs, cette lutte contre le pouvoir qui ne peut ou ne veut rien faire, à cause des pots de vin. Lutte contre le fondamentalisme, contre le régime et contre la morale égyptienne. Car oui, Inji et Ali, sous couvert d'un café, de donner des cours, ont ouvert un endroit où ils ont embauché des prostituées. Les dialogues sont riches, ils peuvent faire sourire. Ils ne prennent pas de gants lorsqu'ils parlent. L'auteur prend le lecteur à témoin et préfère raconter l'histoire, avec  des rappels du passé, avant que quelqu'un d'autre ne le fasse.
Immoralité, rumeurs, héroïsme, Histoire également avec ces légendes. J'ai trouvé ces personnages assez libérés ce à quoi je ne m'attendais pas, en définitive. Ce qui veut dire que nous sommes, quand même, conditionnés, par ce que l'on peut entendre à la télévision ou dans les journaux. J'ai juste un petit reproche à faire à l'auteur, mais ce n'est rien de grave. Oui, les jumelles sont bien deux. Il n'était pas nécessaire d'écrire et répéter les deux jumelles.
Lu dans le cadre de masse critique Babelio avec Actes Sud que je remercie.
Résumé Les femmes de Karantina de Nael El-Toukhy
2064 restera l'année la plus cruelle de l'histoire d'Alexandrie. Un chien meurt alors que sa femelle le cherche.
Beaucoup plus tôt, Ali, tient un magasin de vêtements avec son frère. Il rencontre Injy, qui se révèle être une lointaine cousine. Elle va l'amener à tomber amoureux d'elle.
Lien : http://wp.me/pqAN1-7Lo
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Albertine22
  17 octobre 2017
Avoir reçu un roman par l'opération Masse Critique a toujours été pour moi un grand plaisir. J'essaie de choisir au mieux en fonction de mes affinités avec un auteur ou attirée par une quatrième de couverture. C'est la première fois que je tombe sur un os, sur un livre que j'ai abandonné en cours de lecture. Et pourtant, je suis du genre pugnace et je sais l'immense travail d'écriture nécessaire afin de faire naître une histoire. J'ai trouvé les premières pages assez bluffantes, un futur proche post- apocalyptique et un amour naissant entre deux chiens galeux, pour lesquels on se surprend à éprouver une forme d'empathie. La suite s'est avérée moins plaisante. Je ne suis pas parvenue à surmonter mon antipathie pour les deux personnages principaux, dont les motivations restent pour moi un mystère. J'aurais aimé plonger dans cette Alexandrie interlope, d'ailleurs très bien rendue par l'auteur, mais les nombreux rappels historiques que je n'ai pas forcément compris ainsi que l'humour peut-être trop noir pour moi, m'ont maintenue à distance de cette saga égyptienne. D'autres lecteurs sauront, j'en suis persuadée, apprécier ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : anticipationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2121 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre