AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9787780038188
(20/01/2005)
3.75/5   1679 notes
Résumé :
Une famille d'Américains s'installe à Cholong-sur-Avre, en Normandie. Fred, le père, se prétend écrivain et prépare un livre sur le Débarquement. Maggie, la mère, est bénévole dans une association caritative et se surpasse dans la préparation des barbecues.

Belle, la fille, fait honneur à son prénom. Warren enfin a su se rendre indispensable pour tout et auprès de tous.

Une famille apparemment comme les autres, en somme.

... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (165) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 1679 notes

andman
  15 août 2015
« Malavita », la mauvaise vie, a-t-on idée d'appeler sa chienne ainsi ! La condition d'ex-affranchi conduirait-elle à l'autodérision ?
Des idées saugrenues, Giovanni Manzoni n'en manque pas. de là à imaginer le plus loyal des mafieux de Newark, un homme d'une férocité implacable, tomber un jour dans la trahison.
Aujourd'hui repenti, il a entraîné Maggie et leurs enfants Belle et Warren dans une fuite éperdue de ce côté-ci de l'Atlantique. Nuit et jour protégés par les services secrets américains, les Giovanni viennent d'aménager sous un nom d'emprunt dans une ville normande de moyenne importance. La région n'avait pas connu pareil débarquement depuis la guerre : ah ces américains, la discrétion n'est vraiment pas leur fort !

Tonino Benacquista signe avec « Malavita » un roman d'une drôlerie irrésistible, truffé de situations burlesques. Lorsqu'une fieffée crapule quasi analphabète passe du maniement des armes à celui d'un clavier de machine à écrire, son entourage forcément rit sous cape. Le lecteur lui aussi se délecte du piètre style littéraire de ce gangster qu'il vaut mieux ne pas contrarier.

Finir au pays des pommes le corps criblé de pruneaux : Giovanni connaît mieux que quiconque la loi du milieu. De nature insouciante il entend malgré les circonstances mener à sa guise sa petite vie de paria ; Giovanni Manzoni n'est pas homme à s'apitoyer sur son sort, qu'on se le tienne pour dit…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          824
Ladybirdy
  26 mai 2019
Malavita ravira certainement les fans de gangsters avec sa sauce bien épicée sicilienne où tous les mafiosos semblent jouer la girouette dans ce roman déjanté.
À l'affiche, nous avons la famille Blake. le père, la mère et ses deux enfants, Belle et Warren. La tribu quitte ses racines d'Amérique pour emménager dans un trou perdu de Normandie. D'entrée de jeu, on ressent que cette famille n'est pas toute juste et trimballe avec elle un lourd secret. La famille Blake se cache, se protège, mais aussi, elle y va cash. le père, Frédérick zone toute la journée en pyjama et pour se donner bonne conscience s'invente une nouvelle vie d'écrivain, lui qui ne retient même pas une liste de course. La mère, Maggie semble vouloir se racheter d'on ne sait quoi en accumulant les heures comme bénévole pour la bonne charité. Belle, quant à elle, est tellement belle qu'elle ne doit pas faire grand chose pour avoir le monde à ses pieds et Warren, tellement mafioso dans l'âme qu'il embobine les camarades d'école les uns après les autres.
J'ai adoré les premiers pages de cette histoire où j'ai pris un réel plaisir dans les tribulations de cette famille loufoque et un brin psychopathe. J'ai souri de nombreuses fois aux répliques et aux réactions des uns et des autres.
Néanmoins, la mayonnaise est retombée lorsque l'auteur bifurque à l'intérieur de ce fameux secret, y insérant une panoplie de personnages secondaires pour lesquels je me demande toujours ce qu'ils sont venus faire là. Et pendant tout ce temps, on perd littéralement la trace de la famille Blake.
L'épilogue m'a encore moins convaincue par son côté trop rocambolesque, vengeance, règlements de compte. Bref, je n'ai jamais vu le parrain parce que les histoires de mafia ne m'intéressent pas. J'aurai peut-être passé mon chemin en regardant de plus près le fin fond de ce roman. Par contre, la plume de Benacquista fut une belle surprise et je serai très curieuse de lire un second roman de cet auteur, en adéquation avec mes intérêts littéraires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          746
Missbouquin
  11 décembre 2012
Malavita fut une parenthèse littéraire délirante dans ma semaine de boulot. Emporté par hasard pour un trajet de RER, je me suis vite retrouvée happée par ce texte, fascinée par les personnages et l'histoire qui se déroulait sous mes yeux.
Une famille comme les autres s'installe dans la petite ville de Cholong-sur-Avre, en Normandie. Une famille apparemment comme les autres. Mais une chose est sûre, s'ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner …
Car la petite famille Blake, Américains fraîchement débarqués, cache bien des secrets. En l'occurrence que le père est un ancien mafieux, un repenti qui a balancé ses compagnons sous la pression, et qui aujourd'hui vit grâce au programme américain de protection des témoins … Seulement si Fred Blake est un repenti, ce n'est pas pour ça qu'il ne regrette la vie de prince noir qu'il menait à New York. le retour à la vie « normale » est bien dur (« Comment font les honnêtes gens ? Comment peuvent-ils vivre en se sentant si vulnérables ? Qu'est-ce que ça fait d'être une victime ? ») … le personnage de Fred est merveilleusement construit dans toute son ambiguïté d'ancien mafieux, de père de famille, et d'homme qui se cherche, et qui cherche une nouvelle raison de vivre.
Sans oublier que les mafieux américains sont toujours sur leurs traces …
« Combien vaut un homme ? Quel est le prix d'une vie humaine ? Savoir ce qu'on vaut, c'est comme connaître le jour de sa mort. Je vaux vingt millions de dollars. C'est énorme. Et bien moins que ce que je croyais. Je suis peut-être un des hommes les plus chers du monde. Valoir aussi cher et vivre une vie aussi merdique que la mienne, c'est le comble de la misère. »
En bref, tous les ingrédients sont là pour faire de ce roman un texte déjanté, surtout quand le fameux Fred se fait passer pour écrivain et finit par se lancer vraiment dans ses mémoires … Or, comme le disent ses enfants :
« - Trois mois qu'il s'enferme dans sa putain de véranda, dit-il, tout son vocabulaire doit y passer plusieurs fois par jour.
– Dis que ton père est analphabète …
– Mon père est un Américain de base, tu as oublié ce que c'était. Un type qui parle pour se faire comprendre, pas pour faire des phrases. Un homme qui n'a pas besoin de dire vous quand il sait dire tu. Un type qui est, qui a, qui dit et qui fait, il n'a pas besoin d'autres verbes. Un type qui ne dîne, ne déjeune et ne soupe jamais : il mange. Pour lui, le passé est ce qui arrivé avant le présent, et le futur ce qui arrivera après , à quoi bon compliquer ? As-tu déjà listé le nombre de choses que ton père est capable d'exprimer rien qu'avec le mot « fuck » ?
– Pas de cochonneries, s'il te plait.
– C'est bien autre chose que des cochonneries. « Fuck » dans sa bouche peut vouloir dire : « Mon Dieu, dans quelle panade me suis-je fourré ! », ou encore : » Ce gars-là va me le payer cher un jour », mais aussi « J'adore ce film ». Pourquoi un type comme lui aurait besoin d'écrire. »
Ce passage est parfaitement représentatif du ton employé tout au long du roman, et de l'humour – souvent noir - qui l'imprègne. Sans parler des piques constantes sur les cultures française (que de beurre et de crème !) et américaine (« de la grosse et grasse bouffe de Yankees »). L'auteur a un don pour décrire et faire vivre ses personnages, qui fait que ces derniers m'ont habité pendant plusieurs jours après avoir refermer ce livre …
Un roman riche, intéressant, et à découvrir à tout prix si vous avez besoin de vous détendre et de rigoler un bon coup ! Mais rassurez-vous, malgré les grosses ficelles et les caricatures, il ne manque tout de même pas d'un peu de sérieux (les réflexions sur l'écriture) et de profondeur. Et il a l'avantage de m'avoir donné envie de voir le Parrain (le film culte des mafieux) et Les Affranchis (le film qu'ils détestent car il les montre comme ils sont vraiment … « dépouillés de leur légende, n'apparaissaient plus que leur bêtise et leur cruauté. »). Des « personnages » qui fascinent, malgré nous, et qui sont pour quelque chose dans mon appréciation de ce roman. Car la « mauvaise vie » (la Malavita, qui désigne la terrible mafia américano-sicilienne) est toujours présente, au coin de l'oeil, avec ses tentations et ses pièges qui attendent les honnêtes gens …
Fort heureusement pour moi, il existe une suite qui m'attend sagement : Malavita encore. Je m'en lèche d'avance les babines littéraires.
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          641
Kittiwake
  22 juillet 2014
Malavita, c'est la mauvaise vie : celle de la Casa nostra et de ses capos, de ceux qui ont choisi le crime organisé et qui obéissent à un code d'honneur bien particulier. Alors le jour où l'un d'eux se décident à balancer et à passer dans le camp des repentis, contre une protection promise, c'est le début de la clandestinité, de l'itinérance, avec la famille et le chien (Malavita c'est lui). Lorsque l'on fait la connaissance des Blake (ex Manzoni) ils emménagent au coeur de la Normandie profonde dans une petite ville isolée. L'intégration se fait tant bien que mal : Fred, l'ex-mafieux trouve sa planche de salut en commençant à écrire ses mémoires (lui qui a du mal à rédiger une liste de courses!), Maggie se lance dans la solidarité, Belle…cultive sa beauté et Warren règne rapidement en petit chef, rêvant de rejoindre la terre de ses origines en digne successeur de son père.
Mais le destin peut dépendre d'une feuille de chou locale, dont le périple international pour le moins inattendu, va modifier la donne et débusquer les planqués….
Le tout est mené tambour battant, avec force humour et dérision, en alternant les récits, chaque personnage suivant son propre rythme et ses propres prérogatives.
C'est une confirmation de l'impression ressentie lors de la lecture de « Tout à l'ego » du même auteur : un style très agréable, une construction habile (impossible de s'ennuyer, risque même de nuits courtes…).
La mafia peut faire rire (et un peu peur quand même) : la preuve avec ce roman!
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572
Nastie92
  31 juillet 2014
Vous aimez les films sur la mafia ? Particulièrement les films pleins d'humour comme Mafia Blues avec l'incontournable Robert de Niro ? Foncez, ce livre est pour vous !
Voici donc un roman qui nous raconte sur un mode très humoristique la vie d'un repenti et de sa famille. Et cette vie est loin d'être de tout repos. La quatrième de couverture nous suggère : "s'ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner". Le conseil me semble judicieux car la famille Blake n'est pas une famille ordinaire.
L'équation semble d'emblée impossible : comment imaginer qu'une ex-famille mafieuse puisse vivre incognito dans un petit village normand jusque là bien tranquille ? Chassez le naturel, il revient au galop : les habitants de Cholong-sur-Avre vont vite s'apercevoir que leurs gentils voisins ne sont pas ce qu'ils semblent être.
J'ai beaucoup ri, je me suis vraiment régalée. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant, l'action est très bien menée, avec des surprises et des changements de rythme bienvenus. Les personnages sont très réussis. Pas étonnant que ce livre ait été adapté au cinéma, avec... Robert de Niro dans le rôle principal. Le sachant, je l'ai "vu" tout au long de ma lecture, et je ne peux pas imaginer meilleur interprète que lui pour jouer Fred Blake.
C'est fin et pétillant : un divertissement de très grande qualité, à lire de toute urgence si vous avez besoin de détendre vos zygomatiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          525

Citations et extraits (161) Voir plus Ajouter une citation
BMRBMR   30 juillet 2008
[... discussion entre les deux ados de la famille ... ]
- Trois mois qu'il s'enferme dans sa putain de véranda, dit-il, tout son vocabulaire doit y passer plusieurs fois par jour.
- Dis que ton père est analphabète ...
- Mon père est un Américain de base, tu as oublié ce que c'était. Un type qui parle pour se faire comprendre, pas pour faire des phrases. Un homme qui n'a pas besoin de dire vous quand il sait dire tu. Un type qui est, qui a, qui dit et qui fait, il n'a pas besoin d'autres verbes. Un type qui ne dîne, ne déjeune et ne soupe jamais : il mange. Pour lui, le passé est ce qui arrivé avant le présent, et le futur ce qui arrivera après , à quoi bon compliquer ? As-tu déjà listé le nombre de choses que ton père est capable d'exprimer rien qu'avec le mot "fuck" ?
- Pas de cochonneries, s'il te plait.
- C'est bien autre chose que des cochonneries. "Fuck" dans sa bouche peut vouloir dire : "Mon Dieu, dans quelle panade me suis-je fourré !", ou encore : " Ce gars-là va me le payer cher un jour", mais aussi "J'adore ce film". Pourquoi un type comme lui aurait besoin d'écrire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
Nastie92Nastie92   30 août 2014
Cinq individus, tous mâles, se tenaient en demi-cercle autour du barbecue, les yeux fixés sur la braise qui refusait de prendre, malgré le temps sec, malgré le matériel sophistiqué et les efforts du maître de maison, un vieux briscard en matière de grill.
- C'est pas comme ça qu'il faut faire... Faut plus de petit bois, monsieur Blake, vous avez mis le charbon trop vite.
[...]
- C'est pas comme ça qu'il faut faire. Moi, je ne mets pas de charbon de bois, je procède comme dans une cheminée, c'est plus long mais la braise est de bien meilleure qualité.
- C'est pas comme ça qu'il faut faire, ajouta un notable qui siégeait au conseil municipal. Vous utilisez des allume-feu, c'est toxique, et c'est pas du jeu. D'ailleurs, ce n'est même pas efficace, la preuve.
Sans le savoir, Fred vérifiait un théorème universel, qu'il se formula en ces termes : dès qu'un con essaie d'allumer un feu quelque part, il y en a quatre autres pour lui expliquer comment s'y prendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
TINUSIATINUSIA   11 août 2010
Fred s'interrogeait sur les mystère du point-virgule. Le point, il savait, la virgule, il savait, mais le point-virgule ? Comment une phrase pouvait-elle à la fois se terminer et se poursuivre ? Quelque chose bloquait mentalement, la représentation d'une fin continue, ou d'une continuité qui s'interrompt, ou l'inverse, ou quelque chose entre les deux, allez savoir. Qu'est-ce qui, dans la vie, pouvait correspondre à ce schéma ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
AmbagesAmbages   10 septembre 2015
Un jeu de mots... Comme si les mômes de Cholong, voire les professeurs d'anglais, même bardés de diplômes, pouvaient comprendre quoi que ce soit à l'humour du New Jersey ! Ce mélange de cynisme et de dérision qu'on se forge à coups de poings dans la gueule, dans la fusion des races, sur fond de désespoir urbain. Tout le contraire de Cholong ! Cet humour-là constituait parfois le dernier bien des exclus, leur seule dignité. A Newark, une bonne répartie pouvait vous éviter un coup de couteau dans les côtes, ou vous consoler de l'avoir reçu. Cet humour-là n'avait pas lu ses classiques mais les classiques avaient su s'en inspirer. Une bonne dose d'ironie, un trait d'euphémisme, un zeste de non-sens, une pointe de litote, et le tour était joué, mais pour jouer ce jour-là il fallait avoir eu faim et peur, traîné dans les caniveaux et pris toutes sortes de coups. Et comme une balle qui rate sa cible, une réplique mal décochée se révélait, le plus souvent, fatale.

p. 138
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Nastie92Nastie92   31 juillet 2014
- On peut savoir ce que tu fabriques avec cette machine à écrire ?
- J'écris.
- Ne te fous pas de moi, Giovanni.
Elle ne l’appelait par son vrai prénom que dans les situations extrêmes, très tendres ou très tendues. Il allait devoir avouer ce qu'il fabriquait dans la véranda dès 10 heures du matin, penché sur une vieillerie en bakélite, et rendre compte au siens de cette urgence de travail qui lui donnait une énergie rare et le plongeait dans un délicieux désarroi.
- Prends les voisins pour des cons si le cœur t'en dit, mais épargne-nous, tes gosses et moi.
- Puisque je te dis que j'ÉCRIS, nom de Dieu !
- Tu sais à peine lire ! Tu serais incapable d'écrire la moindre phrase que tu prononces ! C'est le voisin du 5 qui m'a appris que tu nous pondais un truc sur le Débarquement ! J'ai dû acquiescer, là, comme une idiote... Le Débarquement ? Tu ne sais pas qui était Eisenhower !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Tonino Benacquista (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tonino Benacquista
Vidéo de Tonino Benacquista
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : mafiaVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les titres des oeuvres de Tonino Benacquista

Quel est le titre correct ?

Les Morsures de l'ambre
Les Morsures de l'ombre
Les Morsures de l'aube
Les Morsures de l'ange

14 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Tonino BenacquistaCréer un quiz sur ce livre