AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749934044
Éditeur : Michel Lafon (08/02/2018)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 44 notes)
Résumé :
Kate est reporter de guerre et souffre de stress posttraumatique. À cause, entre autres, d'un enfant qu'elle n'a pas pu sauver à Alep.
Quand elle rentre à Herne Bay pour les obsèques de sa mère, Kate se souvient de cet endroit où tout allait bien jusqu'à la mort de David, son petit frère. Un accident, dira-t-on. Ensuite plus rien n'a jamais été pareil. Leur père est devenu violent. Leur mère a perdu la raison. Puis sa sœur, Sally, a sombré elle aussi, malgré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
stokely
  27 mars 2018
Une très bonne lecture, le début est un petit peu lent mais une fois que le rythme s'accélère on est complétement accro à la suite, ce qui en fait un très bon thriller psychologique.
La première partie est consacrée au personnage de Kate reporter qui va sur les zones de guerre tel qu'Alep, celle-ci est victime du syndrome de stress post traumatique, elle est particulièrement marqué par sa rencontre avec un jeune garçon qu'elle n'a pas pu sauver et qui est mort sous ses yeux.
Le récit oscille entre le retour de Kate dans sa ville d'origine suite au décès de sa mère et son passé en Syrie. Elle y retrouvera sa soeur Sally qui elle est alcoolique et son mari Paul.
La famille de Kate et Sally a également vécu un drame durant leur enfance, la mort accidentelle de leur jeune frère et un père violent et alcoolique.
Un récit fort et poignant avec des thèmes qui ne sont pas souvent évoqués comme l'alcoolisme, le syndrome de stress post-traumatique et ce petit garçon que Kate voit dans le jardin des voisins et les voix qu'elle entend font que la lecture est très prenante.
Une très bonne lecture et ce n'est que le premier écrit de l'auteur ce qui est très prometteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
coquinnette1974
  06 avril 2018
Ceux qui te mentent de Nuala Ellwood est un thriller psychologique reçu grâce à net galley et Michel Lafon.
J'aime de plus en plus les romans psychologiques et celui-ci m'a sacrément surprise !
Kate souffre de stresse post-traumatique, elle est reporter de guerre et revient de Alep. Elle revient dans la maison de son enfance suite au décès de sa mère.
Kate a une soeur, Sally, qui est alcoolique. Les deux femmes ont vécues une enfance difficile, et elles ne vont pas très bien dans leur tête, les choses sont compliquées.
Dans la maison de sa maman, Kate entend des voix, plus précisément celle d'un enfant qui l'appelle à l'aide...
Mais il n'y a pas d'enfant dans la maison d'à coté ... Kate dérape... Comment cela va t'il finir ??
Il y a trois parties :
- Dans la première, la narratrice est Kate
- Dans la seconde, la narratrice est Sally
- Dans la troisième, une autre personne narre le dénouement (je ne dirais pas qui pour ne pas gâcher la surprise si vous le lisez).
Au début, j'ai trouvé ça intéressant mais sans plus. C'est un peu lent à se mettre en place, il y a des longueurs. En fait la première partie ne m'a pas captivée plus que ça.
Quand Sally devient la narratrice, j'ai trouvé que les choses accéléraient enfin. Sally est une femme torturée, difficile à cerner, et sacrément alcoolique ! Sa fille est partie, loin. Son conjoint commence à en avoir marre.. Elle vient de perdre sa mère et sa vie est vraiment compliquée. Cette deuxième partie m'a intéressée.
Et surtout, j'ai été stupéfaite par la dernière partie. Changement de narratrice, et des révélations à foison. J'ai été bluffée par ce final, je ne m'attendait pas du tout à un truc aussi machiavélique.
j'en ai pourtant lu des thrillers psychologiques mais je ne pensait pas lire un truc pareil.
Je vais mettre quatre étoiles, pas plus à cause de la lenteur du début. Je trouve qu'il faut s'accrocher, mais une fois dans le roman, c'est hyper captivant et bien ficelé.
Franchement, chapeau à l'auteure ! Si vous aimez les thrillers psychologiques, je vous invite à lire Ceux qui te mentent, c'est une réussite :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
BlackKat
  24 février 2018
Quelle excellente surprise que ce premier roman! Un thriller psychologique comme je les aime dans lequel le lecteur est tout aussi désorienté que le perso principal.
Il faut dire que Kate Rafter ne présente pas grand chose d'équilibré dans sa vie. le décès de sa maman la renvoie à une enfance traumatique. Elle revient d'un énième séjour sous les bombes d'Alep et qui pourrait bien être le dernier tant celui-ci l'a marqué au plus profond de son coeur. Chris a mis un terme à une liaison vieille de dix ans et sa soeur refuse obstinément de lui parler, préférant se noyer dans l'alcool.
Alcool que Kate ne refuse pas pour ne plus entendre les voix qui la harcèlent, pour ne plus faire ces cauchemars qui l'épuisent...
Heureusement que son beau-frère, Paul, semble avoir les épaules solides pour soutenir son épouse, sa belle-fille, sa belle-soeur et sa belle-mère de son vivant. C'est un ange, cet homme, parmi ces femmes à la dérive!
Le lecteur sait qu'il est arrivé quelque chose car Kate se retrouve en garde à vue, soumise à une expertise psychiatrique et que les chapitres de son interrogatoire alternent avec des souvenirs plus ou moins récents.
Et elle nous balade, Nuala Ellwood! Avec virtuosité et machiavélisme! On y perd nos petits! 
L'alcool coule à flots, on gobe les cachets entre éveil et cauchemars et on est bien prêt de perdre la tête aussi sûrement que semble la perdre notre chère Kate. Mais on ne devient pas reporter de guerre sans avoir du caractère. Elle est têtue, butée, ne lâche pas le morceau! Parfois avec maladresse, parfois sous l'emprise du chaos chimique qu'elle ingurgite! Elle se perd, doute, souffre mais le lecteur souffre avec elle. 
Elle entend des voix. Sont-elles réelles, ces voix: celle de ce petit garçon dans le jardin d'à côté dont tout le monde nie l'existence, celle de son petit frère, mort, noyé, ou celle, déchirante de ce petit garçon mort sous les balles, dans ses bras. Hallucination, délire médicamenteux ou encore pire, la réalité?
Le rythme n'est pas trépidant mais le suspens est oppressant et l'immersion dans la confusion de Kate est totale. L'auteur nous donne un aperçu de syndrome de stress post traumatique tel que des soldats peuvent connaître ou quand la réalité présente se fond intimement avec les sentiments hallucinatoires portés par les horreurs vécues. 
La construction du roman est addictive car elle sème les pièces d'un puzzle qui se forme et se déforme au fil des souvenirs de Kate et de ce qu'elle vit.
Secrets de famille, mensonges, silences, un travail de deuil rendu difficile par les circonstances des morts qui jalonnent son existence, Kate possède toutes les armes pour sombrer, surtout quand ceux en qui elle a confiance, mentent.
Et la vérité, elle l'a veut plus que tout. Elle n'est pas devenue journaliste pour le mensonge, quitte à ce que la réalité dépasse toutes les horreurs que l'on peut imaginer!
Parce que les horreurs sont sur les champs de bataille mais aussi au coeur des petites villas cossues de nos petites villes charmantes...
Cette lecture a été un régal! Un retournement de situation réellement inattendu, une accélération dans le dénouement après tant de pages d'angoisses et de doutes... bravo! C'est un premier roman et cela augure du meilleur pour les prochains!
Nuala Ellwood? Un auteur à suivre, sans conteste!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
gruz
  07 février 2018
Avec un titre de roman pareil, vous ne pouvez que penser à un énième thriller à la Harlan Coben. Mais parfois les titres mentent, ou du moins déforment la réalité (le roman s'appelle My sister's bones, dans sa version originale).
Ceux qui te mentent est bien un thriller psychologique, et même un très bon ! Pour son premier roman, Nuala Ellwood utilise avec habileté les ingrédients qui font le succès de ce genre littéraire. A la lecture, vous aurez droit à des (gros) retournements de situation aussi surprenants que déroutants. le genre de changements dans l'intrigue qui coupent littéralement le souffle.
Mais on y trouve aussi le souffle des bombes, et c'est bien ce qui permet à ce roman de sortir du lot.
Le personnage principal est une journaliste spécialisée dans les reportages de guerre. Elle revient juste d'Alep, en Syrie, et rentre au bercail dans sa petite ville anglaise de naissance, là où vient de mourir sa mère et où vit encore sa soeur. Une dichotomie d'ambiances qui donne sa singularité à ce récit.
La partie anglaise est typique de ces thrillers qui font entrer le lecteur au coeur des sombres histoires familiales. Il y est question, par exemple, de perte d'un enfant, de violence et d'alcoolisme. Une histoire compliquée entre deux soeurs déchirées depuis leur plus « tendre » enfance.
Le fragment en lien avec la journaliste revenant du front est, quant à lui, percutant. Il faut dire que le personnage souffre du trouble de stress post-traumatique. Les passages concernés sonnent d'autant plus juste que Nuala Ellwood est la fille d'un reporter de guerre primé pour ses documentaires. On sent qu'elle s'est fortement inspirée de cette expérience. C'est l'un des gros points forts de ce récit. Quand le thriller tient intelligemment compte de la réalité.
L'écriture, english touch, se met joliment au service de l'intrigue et dépeint avec force les protagonistes, ce qui rajoute au coté addictif de ce roman.
Ceux qui te mentent a les qualités pour en faire un thriller captivant, avec son ambiance saisissante et ses rebondissements ahurissants. Mais ce qui fait réellement la différence, c'est ce supplément d'humanité insufflé par un personnage meurtrit par ce qu'il a vécu en temps de guerre. Un conflit actuel qu'on ne peut ignorer, et que même un divertissement nous aide à ressentir à sa manière.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
-Olivier-
  20 février 2018
Rien de tel qu'un rythme relativement lent dès le départ pour imaginer où un livre va nous emmener.
Tombé dans ce piège d'hypothèses supposées, quel ne fut pas le choc ressenti lorsque je me suis rendu compte que ce livre était beaucoup plus que ce qu'il paraissait initialement.
En fait, le livre contient une multitude de mystères disparates, semblant n'avoir aucun rapport entre eux, jusqu'à ce qu'on se rende compte que tout tourne autour du personnage principal.
Kate Rafter est une reporter de guerre reconnue et largement respectée dans le milieu journalistique. Son terrain de prédilection : les régions bombardées et frappées par la pauvreté que la plupart des autres évitent. Mais tout cela l'inquiète beaucoup moins que sa propre enfance qu'elle fuit encore. Quand la mort de sa mère la renvoie involontairement à cette vie passée, elle réalise que ce qu'elle espérait éviter est quelque chose dont elle ne pourra jamais se débarrasser. Atteinte d'un syndrome de stress post-traumatique après un séjour à Alep, le retour à la maison de son enfance lui fait comprendre à quel point elle veut fuir et à quel point il est difficile de se débarrasser des horreurs de la vie qui ont pu l'atteindre.
Racontée à la première personne et au présent, l'histoire devient un méli-mélo surréaliste et désorientant de rêves et de réalité, comme Kate, aidée par un excès de somnifères et de vin blanc, qui mélange ses cauchemars d'Alep, ses souvenirs d'enfance marquée par la mort de son petit frère, et les cris qu'elle croit entendre la nuit en provenance de la maison d'à côté.
Nuala Ellwood vient d'une famille de reporters de guerre. Clairement, le thème qu'elle explore dans Ceux qui te mentent est le syndrome de stress post-traumatique dont sont fréquemment victimes les soldats. Elle peint une image troublante de l'état mental de Kate alors qu'elle se démène pour convaincre sa famille et la police qu'il y a un garçon irakien maltraité qui vit à côté, un garçon qu'elle est persuadée avoir aperçu, et qui lui rappelle la mort déchirante à Alep d'un enfant avec lequel elle s'était liée d'amitié.
Les rêves de Kate se jouent dans des couleurs vives – des rêves de sang, comme elle les appelle – tandis que la vraie vie est confuse et désordonnée, qu'elle a du mal à aider Sally, sa soeur alcoolique, ou qu'elle passe du temps dans sa maison d'enfance.
" Ma mère avait installé dans toutes les pièces des ampoules de faible puissance et vivait dans la pénombre. J'ai vécu les dix-huit premières années de ma vie dans un demi-jour permanent, redoutant ce qui pouvait se dissimuler dans les moindres recoins. "
Herne Bay, "la ville où la nuit tombe vite et où le rythme des journées est aussi prévisible que l'horaire des marées" est le cadre idéal pour l'intrigue de Nuala Ellwood, un mélange d'horreur domestique et de terreurs de guerre, un drame de la côte et de la mer en opposition aux jardins proprets et aux rangées de pavillons jumelés.
" C'est la vie ! " se dit Kate en fermant la porte de la maison de sa mère. " Ce n'est ni la guerre, ni les épidémies, ni les hôtels incendiés ; ce sont des hommes et des femmes dans leur petite boîte, avec leurs enfants, leur machine à café et leurs congés payés . Voilà à quoi devrait ressembler la vraie vie. Moi, je suis sur la touche, un fantôme sans racines. "
Ceux qui te mentent est un thriller élégant et percutant au coeur sombre. Bien que les rebondissements ne soient pas totalement inattendus et certains faits manquent de crédibilité, cela n'enlève rien à la puissance du récit et au plaisir de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   26 février 2018
L’interne des urgences exténué qui m’a tendu un flacon de comprimés comme si c’étaient des bonbons. Ensuite, allongée sur le lit, l’étrange sensation d’apesanteur en attendant qu’ils agissent. Leurs effets secondaires étaient pires que la pire des hallucinations, que le pire des cauchemars : j’étais incapable de réfléchir, je pouvais à peine formuler une phrase, encore moins rédiger un article ou mener une interview. En deux semaines, je suis devenue une loque. Je n’avais qu’une envie : dormir, manger et ne penser à rien. J’ai fini par les jeter dans les toilettes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brinvilliersbrinvilliers   02 mai 2018
Je vais à la fenêtre. La voûte céleste est dégagée, si différente du ciel pollué que je contemple chaque nuit à Londres. J'observe la lune et les étoiles clignotantes en pensant à la Syrie. Chris avait l'habitude de dire que, là-bas, la nuit tombait aussi vite qu'une guillotine. J'ai l'impression de me déconnecter : la Syrie, Londres, Chris appartiennent à une autre vie. La seule qui soit réelle, c'est cette vie-là, dans cette station balnéaire. Je ne suis plus journaliste risque-tout, je suis une adolescente terrorisée, tapie derrière les rideaux, effrayée par les cauchemars qui surgissent dès qu'elle s'endort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BlackKatBlackKat   22 février 2018
Et, comme avec la plupart des monstres, dès qu'on se dresse devant eux, on comprend qu'ils ne sont pas aussi effrayants qu'on le croyait.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   26 février 2018
Je me raccroche à l’image de cette mère théorique, mais elle se fissure. À la place, il y a maman, penchée sur la table de la cuisine, cherchant parmi des petits bouts de papier celui où elle a noté le numéro de téléphone de ma tante. Ces pense-bêtes étaient sa mémoire, sa bouée de sauvetage ; elle les perdait souvent, ce qui aggravait sa confusion. Un jour, je lui ai acheté un Dictaphone ; je me souviens d’elle, assise dans le canapé, essayant de le faire fonctionner, l’air égaré, incapable de voir à quoi il pourrait lui servir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
elleaimelireelleaimelire   08 février 2018
J'ouvre les yeux et m'étire lentement. Je suis fébrile et j'ai dans la bouche un goût de viande avariée. A mesure que les contours de la chambre se précisent, j'expire par à-coups pour contenir la nausée qui monte dans ma gorge. Deux bouteilles. Qu'est-ce qui m'a pris ? Je me lève pour aller chercher de l'eau et mes médicaments. Le vin rouge provoque toujours des cauchemars remplis d'hémoglobine. Ce sont ceux que je redoute le plus parce qu'ils sont terrifiants et qu'il n'y a pas moyen d'y échapper.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Nuala Ellwood (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nuala Ellwood
How To Write A Crime Novel | Nuala Ellwood
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1386 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .