AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782362420955
92 pages
Éditions de l'attente (26/05/2021)
4.12/5   4 notes
Résumé :
L’auteur le dit lui-même, ce poème sous-tend l’ensemble de son œuvre. Une enfance passée en famille d’accueil, évoquée en filigrane dans ses récits, nouvelles et romans, est ici abordée de front, sans personnage prétexte, en « je » direct. La versification permet la légèreté de la touche, par facettes, reflets fugaces.
Pas de mélo, pas de pathos pesant malgré la dureté du drame, l’abandon, les morts. L’humour désabusé et l’émerveillement candide qui caractér... >Voir plus
Que lire après Une enfanceVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
La prose de Dominique Fabre se fait vers libres pour nous parler de cette enfance brinquebalée, solitaire et rêveuse, celle d'un enfant placé.
L'auteur nous livre des petits bouts de vie, son trait se fait léger pour raconter la dureté de l'abandon, l'incompréhension des adultes et la banlieue désabusée. Ce pourrait être profondément triste, c'est juste mélancolique avec un humour doux-amer.
« Parfois on voudrait bien disparaitre/ il suffirait de faire un voeu/ on ne serait plus là »
A l'âge adulte, Dominique Fabre a gardé cette faculté de raconter son enfance comme s'il était toujours ce » gosse aux pieds trop nus. » Souvent il s'émerveille, avec cette candeur qui peut parfois faire mal dans sa précision de la souffrance subie.
« Parfois il manque/ un petit quelque chose à ce rien/ dont on s'évade à peine. »
L'auteur possède pourtant ce don d'évasion. Il nous livre de petits fragments de son enfance, de sa vie d'adulte, qu'il enveloppe avec pudeur dans l'imaginaire, comme des rêves racontés, du merveilleux fabriqué avec trois bouts de ficelle pour s'évader de la banlieue triste.
« On ne peut plus vraiment dormir/ quand on a déchiré le tissu des rêves. »
Avec l'évocation lapidaire du père, de la mère absents « de père n'aurai pas eu/ n'en aurai aucun besoin/ de mère à peine /non plus. » il convoque les personnes qui ont compté dans sa vie d'enfant placé : sa nourrice de Haute-Savoie et son mari, et puis « les vieux caramels de la mémé Sonza. »
Et toujours cette enfance, difficile, mais ô combien consolante lorsque viennent les chagrins d'adulte.
« Mon enfance me rassure/ Ses chagrins sont passés. »

Les dernières pages évoquent une ville dans la ouate, suspendue, où tout est chamboulé. Au détour de situations cocasses ou de scènes de cauchemars, dans cette neige qui paralyse tout, on tombe sur une évocation discrète du corona qui a transformé nos vies, provoqué des comportements insolites.
« …et la neige tombe encore / la nuit s'approfondit/ tout ceci merveilleux/ il ne fait ni chaud ni froid. »

Tous ces petits riens, ces choses intimes, représentent le « je » profond de Dominique Fabre
On se laisse prendre à ces instants vécus, parfois anecdotiques, où la mémoire faite remonter ici et là des souvenirs sensibles où l'espoir s'inscrit en filigrane dans le malheur.
Lecture que j'ai beaucoup appréciée, même si le texte garde parfois sa part d'énigme.

Commenter  J’apprécie          541

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
De père n'aurai pas eu
n'en aurai aucun besoin
de mère à peine
non plus
mais les vieux caramels de la mémé Sonza
et les yeux géants de monsieur Novel sous ses lunettes
me manquent depuis toujours.
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Dominique Fabre (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Fabre
Avec des décennies de recul, un homme revient sur les traces de son enfance et de son adolescence, dans la salle des pas perdus de la gare Saint-Lazare, les rues populeuses alentour, les cafés où les banlieusards boivent debout au comptoir avant d'attraper leur train.
Dans "Gare Saint-Lazare" (Fayard), Dominique Fabre contemple de son regard d'enfant meurtri les milles vies qu'accueille la gare. Et nous partage son espoir d'une réconciliation avec sa mère.
En savoir plus https://www.hachette.fr/videos/lire-et-ecrire-avec-dominique-fabre
autres livres classés : poésie du quotidienVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (8) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1753 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}