AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213651675
221 pages
Éditeur : Fayard (06/01/2010)
2.82/5   22 notes
Résumé :
Jimmy Callaghan, c’était mon pote anglais à l’internat. Il fumait des Benson, mettait les bouts en passant par un trou dans le grillage et allait parfois rendre visite à son père alcoolique dans la banlieue de Londres. Je l’ai revu vingt ans plus tard. Il avait une grosse valise. De retour d’Australie, il était bronzé et sdf. Trop fort ! On est redevenus un peu amis. Puis il est parti en me laissant sa valise.

C’est moi qui la lui ai rapportée. Dix an... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
marlene50
  17 juin 2020
Des vies chiffonnées, des mots simples chuchotés, des retrouvailles, l'amitié et l'étrangeté des liens qui perdurent par-delà le temps.
J'ai adoré ce livre, raconté d'un ton monocorde toutes ces vies qui font et défont le monde.

Callaghan, ce pote anglais venu d'Australie, toujours en partance,
Désinvolte, décontracté et ce regard perdu parfois de celui à qui on ne le fait plus, désillusion, douleurs enfantines,
Admiration, fascination pour lui qui semble venu d'un ailleurs qui interroge,
Sablier du temps qui s'écoule inexorablement .....
Tout est dit ...... La Vie.
Commenter  J’apprécie          200
Hathaway
  13 février 2013
Jimmy Callaghan est un jeune anglais qui vit à Paris, en Internat dans un lycée. Ses parents sont divorcés, son père est un maçon alcoolique resté à Londres et sa mère vit désormais avec son nouveau mari et sa petite dernière, Emma, dans le sud de la France.
"Calla", comme l'appelle ses amis, retourne souvent en Angleterre. Il ramène des Benson aux copains, "parce qu'il n'aime pas fumer tout seul". Il leur dit souvent qu'ils sont "sa seule famille". Et ce sentiment se renforce lorsque son père décède et que sa mère lui choisit un nouveau départ, près d'elle et de son nouveau mari avec lequel Calla à beaucoup de mal...
La vie du jeune garçon prend alors une tournure très différente. Il fugue, se cache dans les bois près de l'internat pour rester proche de ses amis qui l'aide à survivre et un jour, sans raison, il disparait. Bien des années plus tard, l'un de ses plus proches amis, le narrateur, tombe par hasard dans une rue parisienne sur un sans abri avec quelque chose de british... Il ne lui faudra pas longtemps pour reconnaître son ami Callaghan, qui ré apparaît dans sa vie au bon moment.
C'est ce qu'on appelle un petit coup de coeur. J'ai été emballée par ce livre. L'écriture est belle, poétique, simple et l'histoire, sans originalité, m'a pourtant prit au coeur. L'amitié entre ces garçons puis ces hommes est tellement forte que cela en devient touchant. le lecteur aussi a envie de savoir ce qu'il est arrivé à Callaghan. La fuite du temps prédomine dans ce roman. On pourrait facilement croire, en lisant la quatrième de couverture, que c'est d'un ennui mortel mais pas du tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JMLire17
  02 juillet 2017
Le roman du mal de vivre, de la nostalgie, une écriture simple, presque orale, mais parfaitement adaptée aux sentiments que Dominique FABRE a voulu nous faire partager. Tous ceux qui ont été internes, ont le souvenir de quelques " Callaghan " c'est à dire des élèves qui se démarquent, qui sont souvent le centre d'un attroupement, qui focalisent les amitiés, et ont également connu le mal de vivre de l'internat. Par sa situation d'étranger dans un lycée français, par sa vie décalée, par ces blessures de jeunesse, il devient le phare de ces amis qui sont des tuteurs pour le narrateur. Un livre dans lequel la porte de la liberté s'appelle, " le trou dans le grillage dans le bois de Saint Cucufa " est forcément agréable à lire, il ne se prend pas la tête, mais il est en mesure de toucher tout le monde. Ce roman me fait penser à la très belle chanson de Barbara le Mal de vivre. Avec des phrases simples l'auteur nous décrit à merveille ses personnages, les moments et les sentiments.
Commenter  J’apprécie          10
Ari
  09 novembre 2012
Le narrateur raconte ses souvenirs d'adolescence dans un internat où il a rencontré Jimmy Callaghan, un élève anglais.
La vie passe, le narrateur revoie Jimmy dix ans après l'internat. Il nous conte la vie de ce Jimmy qui paraît paumé.
Ce livre n'est pas très intéressant. Il se lit vite mais n'apporte rien.
Commenter  J’apprécie          50
claraetlesmots
  23 août 2011
Années 70, le narrateur est un lycéen en pension. Jimmy Callagahan venu d'Angleterre avec son accent, ses vêtements devient vite le garçon qui fait rêver. Jimmy Callagahan et sa part de mystère et de liberté. Vingt -cinq ans plus tard, le narrateur le retrouve par hasard dans son quartier à Paris. Jimmy fait la manche avec en tout et pour tout une valise qui contient sa vie.
Tant les souvenirs du narrateur concernant la période de l'interntat m'ont plu, tant j'ai trouvé que le reste du livre faisait du sur place comme le narrateur. Son couple est un échec, sa compagne lui demande de trouver un autre appartement. Mais non, il attend. Englué dans un immobilisme qui m'a donnée envie de le secouer! Sa rencontre avec son ami d'internat lui donne l'occasion de plonger un peu plus dans la mélancolie. Un personnage qui regarde sa vie passer, de la nostalgie, de la mélancolie, beaucoup trop de mélancolie qui m'a collée à la peau… Jimmy ne s'est jamais fixé, laissant derrière lui en Australie une enfant.
Donc, je ne vais pas m'attarder à rédiger un looong billet sur ce livre qui est pour moi une déception.

Lien : http://fibromaman.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LeFigaro   18 juin 2011
Il s'agit d'un roman du réel où les seuls miracles possibles sont ceux, modestes, que permet l'amitié.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
marlene50marlene50   17 juin 2020
Il avait été heureux là-bas comme quand on vit un rêve d'enfance mais bon, il avait bien trop déconné.
Il n'y comprenait rien à comment ça marchait, la vie.
Commenter  J’apprécie          80
marlene50marlene50   17 juin 2020
Je regarde Callaghan. Sous mes yeux il est redevenu lui, et je ne sais pas ce qui me rend heureux, le voir ou simplement me rendre compte qu'il n'est pas perdu, qu'il est toujours parmi nous, qu'il sera encore là pour alimenter mes rêves.
Plus tard ces rêves changeront.
Et puis, quand ils ont tous fait leur petit bonhomme de chemin dans l'espace et dans le temps, ils retournent toujours au démarrage, dans le grand internat où, quand je ferme les yeux, parfois encore, je les entends.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
marlene50marlene50   17 juin 2020
Il avait beaucoup bougé dans sa vie, et c'était une sacrée différence entre lui et moi.
Je n'avais fait pour ainsi dire qu'attendre la suite dans ma vie, et jusqu'à présent, dès que j'avais une chance, ça ne se terminait pas bien.
Commenter  J’apprécie          20
marlene50marlene50   17 juin 2020
La vie qui file toute seule, comme des rames automatiques qui vous emmènent là où vous ne vouliez même pas aller, par habitude.
Et vous ne savez pas comment descendre du train : l'arrêt n'est jamais indiqué.
Commenter  J’apprécie          20
marlene50marlene50   17 juin 2020
La vie je voulais bien tout apprendre avec elle en cours intensifs du soir au matin, il me fallait seulement un signe de sa part.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Dominique Fabre (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Fabre
Accompagné par Éric Caravaca & Redjep Mitrovitsa (lecture), Pascale le Berre & Dominique A (musique)
Dominique Fabre est l'écrivain de la mémoire. Des lieux et des gens. C'est l'éditeur Maurice Nadeau qui le fit entrer en littérature avec son premier roman Moi aussi un jour, j'irai loin. S'il s'était créé un double avec le personnage d'Edgar dans Ma vie d'Edgar et Fantômes comme Truffaut le fit avec Jean-Pierre Léaud, il l'a ensuite délaissé pour d'autres personnages.
Dans son nouveau roman, Aujourd'hui, il part en quête de souvenirs pour tenter d'élucider la phrase du personnage principal : J'ai raté ma vie… Mais l'a-t-il vraiment ratée ? Et que sont devenus ceux et celles qui l'ont côtoyé ? C'est dans ce labyrinthe mêlé de vie et d'amitié que s'engouffre Dominique Fabre. Pour fêter la sortie de son nouveau livre, il s'entoure de comédiens et de musiciens.
Peintures : Stéphane Perraux.

Soirée imaginée par l'association culturelle Who by fire & heart, avec le partenariat du Tanit théâtre/Lisieux, le magazine Persona, le Biches Festival.
En partenariat avec le Matricule des Anges.
technique captation : Marta Bellini, William Lopez, Arthur Canard. À lire – Dominique Fabre, Aujourd'hui, Fayard, 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : sdfVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2604 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre