AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alain Bories (Traducteur)
EAN : 9782266052900
377 pages
Pocket (10/09/1993)
4.24/5   41 notes
Résumé :
1803: le traité d'Amiens rompu, l'Angle-terre et la France entrent de nouveau en guerre. Tandis que la marine anglaise établit un blocus sur la Manche, on apprend qu'une escadre espagnole chargée d'or se dirige vers les côtes françaises pour apporter de l'aide au général Bonaparte. A la tête du "Hotspur", Hornblower est chargé de faire route vers Cadix et d'intercepter les précieux navires. S'il réussit sa mission, Horatio, marié et père de famille, touchera, comme ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
fnitter
  10 septembre 2012
Manoeuvres à foison :
Après une période de flottement en temps de paix (1802-1803, la paix d'Amiens), décrite dans le roman précédent : Lieutenant de marine, ce nouvel opus, écrit en 1962, mais troisième dans l'ordre chronologique, voit Horatio Hornblower prendre le commandement du Hospur, corvette de guerre de 150 hommes et 20 pièces (24 en comptant les caronades).
Le roman commence tranquillement par un belle opération d'espionnage en rade de Brest, Anglais et Français réarment leur marine, mais la guerre n'est pas encore déclarée.
Parallèlement, H.H qui s'est marié, pas forcément par amour, goûte aux affres du mariage et de la paternité par correspondance.
Bien que ponctué de quelques scènes de bataille et d'une course poursuite époustouflante, ce roman, plus calme que les deux précédent, fait la part belle aux manoeuvres à bord et au fonctionnement du H.M.S Hospur, d'où un florilège de termes marins, peut-être un peu trop.
Reste un comportement exemplaire, tant sur le plan professionnel qu'humain (une fois ses doutes et hésitations sentimentales levées) de notre héros, qui nous le fait aimer encore un peu plus, et sa hiérarchie ne s'y trompera pas non plus.
Vivement la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
beauscoop
  01 juillet 2017
Une vraie fresque marine se déroulant dans les années 1800. Les descriptions des manoeuvres nécessaires pour diriger une corvette en plein ouragan ou durant une bataille navale sont épiques. L'auteur nous place en plein feu de l'action, ce qui est vraiment fascinant de réalités. On pourrait presque croire que l'histoire personnelle de Hornblower est secondaire, mais non, cet anti héros, car ne voulant pas mettre en avant ses actions héroïques, nous montre des caractères complexes d'humilité, d'égoïsme, de gentillesse cachée - on pourrait disserter longtemps sur la psychologie d'Horatio. Qui a déjà naviguer reconnaitra un vocabulaire et les techniques de navigation. Un roman palpitant à bien des égards et nous fait ouvrir le tome suivant avec hâte et envie.
Commenter  J’apprécie          30
Stefane59
  29 avril 2021
Pour le texte complet et mes conseils de lecture (pour en avoir plus de plaisir) : lire ma critique exhaustive que j'ai associé au tome 1 dans la collection Omnibus et au 1er roman : "Lieutenant de marine".
"Voici une (assez longue) critique comparative entre 2 auteurs de livres d'aventures marines : C.S Forester et P. O'Brian. Elle porte sur les 2 premiers romans des « aventures de Jack Aubrey ». Et il y a les 10 romans des aventures de « Capitaine Hornblower ».
Je rajouterai aussi des conseils de lecture.
Les livres :
Forester : Collection Omnibus.
Tome 1 (environ 1200 pages) regroupant les romans :
Aspirant de marine, Lieutenant de marine, Seul maître à bord, Trésor de guerre, Retour à bon port
Tome 2 (environ 1100 pages) : Un vaisseau de ligne, Pavillon haut, le seigneur de la mer, Lord Hornblower, Mission aux Antilles.
2300 pages de plaisir..."
: la suite ? voir Omnibus tome 1 ou "Lieutenant de Marine".
Commenter  J’apprécie          00
lolovero
  02 décembre 2018
roman d'aventures par excellence
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   11 septembre 2012
Lord Saint-Vincent avait fait sourire toute la marine quand il avait déclaré devant la Chambre : « Je ne dis pas que l'armée française ne peut pas venir, je dis simplement qu'elle ne peut pas venir par la mer. » Cette saillie évoquait le spectacle comique d'un Bonaparte essayant d'entasser une armée d'invasion dans les nacelles exiguës des aérostats des frères de Montgolfier.
Commenter  J’apprécie          240
fnitterfnitter   11 septembre 2012
Veuillez répéter après moi, dit le pasteur. Moi, Horatio, déclare prendre Maria Ellen, ici présente...
(…) de te garder et de te protéger.... (…) et je te jure amour et fidélité... répéta Hornblower sur le ton d'un homme qui signerait son arrêt de mort.
Ces mots irrévocables avaient définitivement scellé son sort ; ils conféraient une valeur légale à la cérémonie. Il venait de donner sa parole et ne pouvait revenir dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
christophegaudouinchristophegaudouin   13 octobre 2016
dès que l'ancre fut dérapée, le Hotspur se mit à culer. Une fois la barre au vent et les matelots sur le gaillard, bordant les écoutes de foc, la corvette ne tarda pas à évoluer. Bush fit border les écoutes à bloc et envoya du monde à la manœuvre des bras. Avec une gracieuse lenteur, le Hotspur cueillit la petite brise, sans prendre plus d'un degré ou deux de gîte. L'instant d'après, la corvette faisait route, glissant sur l'eau, le gouvernail équilibrant exactement la poussée des voiles, belle à faire pâlir."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
beauscoopbeauscoop   28 juin 2017
il prit un papier et une plume ; celle-ci était malheureusement une plume de l’aile gauche de l’oie, meilleur marché qu’une plume de l’aile droite car, quand on la tenait pour écrire, elle pointait droit vers l’œil du scripteur et non, comme les plumes de l’aile droite, vers son coude.
Commenter  J’apprécie          50
KyokotofKyokotof   16 septembre 2021
- Coucher du soleil, Monsieur, lança Bush.
- Oui, acquiesça Hornblower.
- Six heures exactement. C'est l'équinoxe, Monsieur.
- Oui, acquiesça derechef Hornblower.
Il savait parfaitement ce qui allait suivre.
- Nous allons avoir droit à une tempête d'ouest, Monsieur, ou alors c'est que je ne m'appelle pas William Bush.
(...)
Hornblower était un hérétique dans ce domaine. Il ne croyait pas que le simple changement de la longueur du jour de douze heures et une minute à douze heures moins une minute pût provoquer l'apparition d'une tempête d'ouest.
(...) il savait que, s'il exprimait cette opinion, celle-ci serait reçue avec une tolérance de façade que l'on accorde aux enfants, aux excentriques et aux commandants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Cecil Scott Forester (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cecil Scott Forester
C. S. Forester with Princess Margaret at the World Premiere of Captain Horatio Hornblower R.N. (1951)
autres livres classés : marineVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2580 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre