AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352946441
Éditeur : Bragelonne (22/02/2013)

Note moyenne : 4.62/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Au cœur de montagnes verdoyantes se trouve le petit village Rigante de Trois-Ruisseaux, dont les habitants vénèrent les dieux de l'air et de l'eau, et les esprits de la terre. Parmi eux vit un enfant marqué au sceau du destin. Né au cours de l'orage qui condamna son père, il se nomme Connavar. Bientôt, les récits de son courage se répandront comme un feu de prairie. De l'enfant qui a combattu l'ours, il deviendra l'homme qui a tué le roi ! Il a juré de protéger son ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
lyoko
  20 décembre 2016
Un roman de fantasy comme je les aime : avec de l'action, de l'action , de l'action, et de la tendresse le tout relié par une once de magie.
David Gemmel a l'art de créer des personnages principaux attachants. Ils en fait des héros mais avec ce petit quelque chose qui les rend très humains. Ce sont des héros mais avec des défauts et c'est ce que j'aime. Il ne fait pas oublier les personnages secondaires qui sont eux aussi très attachants ou alors détestables a souhait.. mais ils tiennent tellement bien leurs roles que l'histoire sans eux n'aurait plus le même sens.
Je n'avais pas savouré mon premier Gemmel, et j'avoue que tenter l'aventure avec celui ci me faisait assez peur... mais je ne regrette pas du tout de m'être aventurée sur les terres Rigantes parce que ce roman est une pépite... une pépite qui nous fait voyager, qui nous procure moultes sensations...enfin qui procure tout ce que tout bon roman procure au lecteur : un plaisir immense !
Bref j'ai adoré et n'ai qu'une chose a dire si vous voulez lire ce roman : foncez, vous ne le regretterez pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          582
Alfaric
  21 avril 2017
David Gemmell a toujours écrit la même histoire que ses millions de lecteurs connaissent désormais par cœur : Amour, Amitié, Honneur, Courage, Rédemption ! Il la tenait autant de son mentor dans la littérature Louis Lamour, grand amoureux du western devant l'éternel, que de son mentor dans la vie Bill Woodford, héros des batailles d'El Alamein, Anzio, Salerne et Monte Cassino, moule à partir duquel il a créé Druss, Waylander, John Shannow, Connavar, Jaim Grymauch et tant d'autres… Bill Woodford c'est le champion éternel du son multivers personnel : nous ne sommes pas en face d'un aristocrate aux nobles origines, messie machin annoncé par la prophétie bidule, mais en face d'un homme qui par son seul exemple guide ses semblables vers un avenir meilleur parce qu'il inspire ceux qui le côtoient à devenir meilleur pour bâtir un monde meilleur (c'est pour ça que ses romans filent la patate ! ^^)… Car il n'y rien à faire, David Gemmell aura beau officier dans n'importe quel registre, même quand il est dépressif, genre après les réélections de Reagan et Thatcher quand triomphe le Veau d'Or et les forces obscures de la crevardise, on sent le mec bien et les archétypes starwarsiens ! Il a de la tendresse pour ses personnages, pour leurs doutes, leurs défauts, leurs failles et leurs faiblesses. Les vrai héros c'est nous, les types lambda qui vont surmonter leurs craintes pour tenir un petit moment, qui se sont retrouvés là totalement par hasard et qui décident de ne pas partir, les lâches qui vont se découvrir des réserves insoupçonnées de courage (Cymoril copyright, elle se reconnaîtra ^^), d'où les zooms humanistes en pleine épopée epicness to the max qu'on aime bien !

Dans la 1ère partie du double diptyque du cycle "Rigante", nous sommes dans un univers parallèle pas très différent du notre (par bien des aspects dans une uchronie), et nous retrouvons un sosie de l'Empire Romain qui conquiert un à un tant les peuples celtes que les Etats d'Orient… Entre western celtique et peplum hollywoodien nous suivons les joies et les peines de Connavar un adolescent tourmenté, qui il va retrouver confiance en lui et en l'humanité grâce à Ruathain le champion celte qui lui fait office de père de substitution, bien qu'il doute sérieusement avec sa relation tragique avec Tae, et de Bane un adolescent tourmenté, qui va retrouver confiance en lui et en l'humanité grâce à Rage le gladiateur romain qui lui fait office de père de substitution, bien qu'il doute sérieusement avec sa relation tragique avec Lia … Dans les deux cas, les vénérables héros de R.E. Howard (Conan, Kull, Bran Mac Morn, Cormac Mac Art…) sont derrière eux car ils sont appelés à une grande destinée par les dieux qui ont un plan pour eux (encore les Seidhs ne soient guère différents des Atlantes des "Pierres de pouvoir" ou des Marcheurs des étoiles de "La Reine Faucon") : l'un d'eux devra être capable de se pardonner à lui-même pour pouvoir pardonner aux autres, vaincre ses ennemis sans les détester pour mettre fin au cycle infernal de la haine et de la violence, du mépris et de l'indifférence. L'un doit réussir là où l'autre a échoué, et lors de leur ultime chevauchée, l'un d'entre eux choisira d'endosser le rôle du Roi Arthur, mais l'autre qui a hérité du libre arbitre aura encore le choix de devenir Mordred, Bédivère, Lancelot ou Gahalad… le destin est en marche !
Un Nouvel Espoir, l'Empire contre-attaque, le Retour du jedi : on pioche dans les archétypes starwarsiens, qui sont finalement les archétypes du Héros aux mille et un visages confrontés à la peur, à la colère, à la haine et à la souffrance, le difficile chemin que parcourt tout être humain toute sa vie durant (appelés insupportables clichés par les intellos, les commissaires littéraires et les prescripteurs d'opinion décidément fort peu calés en humanité), et on se retrouve à la fois avec les émules de Luke, Obi-Wan Kenobi, Dark Vador et Palpatine, et les sosies de Jules César le héros romain, de Vercingétorix le héros gaulois et de Cassivellaunos le héros breton… Comment trouver cela autrement que très cool et très fun ? Comment trouver cela autrement que très humain et très humanistes ?
L'auteur au fil de temps a beaucoup forgé pour devenir un meilleur forgeron, et en gagnant en maturité pour offrir à ses lecteurs une histoire plus riche et plus aboutie avec une formidable comédie humaine où aucun personnage n'est blanc ou noir… Alors qu'il aurait pu basiquement opposer animisme, paganisme et monothéisme, il développe une philosophie panthéiste où comme dans la métaphysique hindouiste chaque acte de méchanceté trouble l'ordre du monde comme une pierre jetée à la surface de l'eau, et pour en contrer les effets il faut une multitude d'actes de bonté pour améliorer le karma de l'humanité… Il y du bon et du mauvais en chaque être, donc c'est à chaque être qu'il revient de faire les bons choix pour ne pas faire germer la graine du mal, pour au contraire devenir meilleur pour participer à l'élaboration d'un monde meilleur car au final le monde ne nous appartiens pas mais c'est nous qui appartenons tous au monde ! (ah les crevards s'étranglent rage : bien fait pour leurs sales gueules ! ^^)

Pour plus de précisions, rendez-vous aux critiques 1.0 :
http://www.babelio.com/livres/Gemmell-Rigante-Tome-1--Lepee-de-lorage/25456/critiques/1214662
http://www.babelio.com/livres/Gemmell-Rigante-tome-2--Le-faucon-de-minuit/31947/critiques/1219060
Challenge Pavés 2016-2017 1/2
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          291
Tatooa
  14 décembre 2016
Et voilà, c'est fini... Enfin pour cette première partie du moins. Les aventures de Connavar, Fiallach, Vorna, Bane, les Banouin, Bran et tout ce beau monde, s'achèvent sur une bataille épique, forcément !
J'en suis encore toute éblouie. Je me demande si je suis bien objective, vu que j'adore Gemmell, son style, ses personnages (sauf les femmes de Connavar, oulala, mais bon, l'histoire eût été différentes si elles avaient été différentes), ses re-écritures de l'Histoire...
"L'épée de l'Orage" : dans ce premier tome, Gemmell nous dresse le contexte, l'enfance et l'adolescence de Connavar, puis son statut de jeune adulte qui vont l'amener à devenir le héros des Rigantes et tous les peuples keltoï (ou presque). C'est somme toute une destinée assez aride pour lui... On reconnait au fur et à mesure qu'on avance, de quels peuples et de quelles guerres de l'histoire Gemmell nous parle (et c'est dit en clair et sans décodeur à la fin du tome 2).
Mon personnage préféré de ce tome 1 est Ruathain "le grand homme", le père adoptif de Connavar, la figure paternelle imposante et fiable, mais également Parax, le vieux chasseur, et Fiallach, le gros bourrin. Sa mère m'a tapé sur les nerfs, par contre, sa "fiancée" Arian également, seule Vorna sauve les meubles en ce qui concerne les femmes, lol !
"Le faucon de minuit" : difficile d'en parler sans spoiler l'histoire et ce qu'il se passe. J'ai tout simplement adoré Bane, et le contexte et l'histoire (arènes, gladiateurs) que nous conte Gemmell ici. Ambiance "Gladiator" garantie ! :). Cela est et reste des histoires d'hommes, avec Rage, Telors, Voltan, Jasaray etc... Les femmes n'y sont de nouveau que des "prétextes" à construire l'enchaînement des événements et décrire les émotions des hommes qui les font... Il est vrai que les guerres historiques sont surtout affaire d'hommes... Grands. Et petits...
C'est avec joie et regrets (de l'avoir dévoré sans avoir pu m'en empêcher, comme toujours avec Gemmell) que j'ai refermé ce tome 1. Découvrir et lire un nouveau Gemmell, c'est l'assurance pour moi de lire tout ce que j'aime...
De belles histoires de grands hommes avec qualités et défauts, des changements, des évolutions de ces mêmes personnages, des rédemptions tardives ou pas, des mythes revisités de façon excellente.
Quand je lis du Gemmell, je ne suis nulle part ailleurs que dans ses livres aux côtés de ses personnages. Et ça, c'est juste magique...
Et pour faire un clin d'oeil à Alfaric, il est très vrai que j'y retrouve l'ambiance des meilleurs récits de Howard.
Bref : David, je t'aime. (Mon mari est au courant...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          169
Schmultruc
  27 mars 2016
J'aime bien le style de cet auteur. Avec Rigante, je termine les 2ème et 3ème romans de David Gemmell. En effet, cette intégrale contient 2 livres distincts mais intimement liés.
Rigante raconte de manière vive et enlevée l'histoire d'un peuple qui ne souhaite mener de guerre contre personne. Mais qui veut la paix prépare la guerre. Nous suivons donc la progression de Connovar, du berceau à sont apogée, puis celle de son fils. Mais là, c'est un peu plus compliqué.
La narration est claire, bien menée. On ne s'ennuie pas. Les mots défilent et l'histoire avance.
A plus que conseiller aux amateurs de Fantasy, ainsi qu'aux amateurs d'aventures.
Commenter  J’apprécie          10
titepomme
  31 août 2013
★☆★ de la fantasy comme je l'aime !
Des personnages hauts en couleur, très attachants, forts mais avec des défauts.
Ca guerroie, ça coupe des têtes, ça éventre.... Un vrai plaisir !
De l'amour, des combats, des vengeances, de l'honneur.
Un cocktail comme sait si bien les préparer David Gemmell.
Un régal de relecture ! ★☆★
Note : 2.5/3

Lien : http://lecture-addict.blogsp..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
lyokolyoko   14 décembre 2016
Je ne te dis pas de ne pas te battre. Je te dis de ne pas hair. Ce ne sont pas les guerres qui conduisent à des excès meurtriers, mais la haine. Des villages entiers, des villes et des gens balayés de la carte. La haine est pire que la peste. Elle consume tout sur son passage, et se transmet à son prochain. Nos ennemis deviennent des démons, leurs femmes des mère de démons, leurs enfants des bébés démons. Tu comprends ? Nous racontons des histoires où nos ennemis mangent des bébés - comme avec les Anciens. Nottre coeur devient noir, et vient le moment où nous châtions ceux que nous haissons. Mais la haine ne meurt jamais, Conn. Nous plantons ses graines dans chaque action qu'elle inspire. Tue un homme, et son fils grandira en te haissant, jusqu'au jour où il cherchera à se venger. Une fois que ce sera fait, c'est ton fils qui se mettra à le hair.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
BazaRBazaR   14 décembre 2016
L'épéiste se leva et se tourna vers le fils du forgeron.
- Je sais qu'il n'y avait pas une grande amitié entre vous, déclara-t-il. Et pourtant, tu as risqué ta vie pour lui. Je ne l'oublierai pas. J'ai eu quelques histoires avec ton père, mais toi, tu auras mon amitié aussi longtemps que je vivrai.
- Mon père n'est as un mauvais bougre, monsieur, répondit Govannan. Mais, comme avec moi, sa bouche part au galop avant que son cerveau ne soit en selle.
("L'épée de l'Orage")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
lyokolyoko   13 décembre 2016
Je voulais surtout que tu puisses réfléchir aux peuples qui habitaient ces terres il y a des milliers d'années, libres de toute guerre. Puis, un jour, une nouvelle race est arrivée avec ses épées de bronze et ses arcs qui pouvaient provoquer la mort à distance. Ils ont massacré le peuple qui était là et l'ont forcé à s'enfuir toujours plus haut. Aujourd'hui encore, si on aperçoit l'un d'entre eux, les gens se rassemblent pour lui donner la chasse et le tuer. Ces nouveaux venus étaient des meurtriers. Ils ont pris les terres des Anciens et s'y sont installés, pour y bâtir des fermes et des villages. Tu comprends ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
BazaRBazaR   19 décembre 2016
- Il a brisé sa "geasa", annonça la Morrigu.
- Qui ?
- Carac. Je lui avais dit que si du sang royal était répandu, il ne vivrait pas assez pour voir son quarantième anniversaire. C'est pour cela qu'il a noyé son frère, étranglé sa femme et empoisonné leur fils. Il a pensé qu'il pourrait tromper le destin. Mais la femme d'Alea l'avait coupé en l'attaquant. Carac avait déjà tué son frère et pris la couronne. Il était donc le roi, et par définition, royal. Son propre sang l'a condamné.
("L’Épée de l'Orage")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          235
BazaRBazaR   09 décembre 2016
Il aimait les chevaux et avait passé la majorité de sa vie à les observer. Il avait remarqué que les chefs de troupeau étaient toujours des femelles et qu'elles disciplinaient les poulains turbulents en les éloignant du refuge du troupeau. Seul, le poulain prendrait peur, car il sait que les prédateurs se jettent sur les jeunes isolés. Une fois réprimandé, il resterait pour toujours obéissant.
("L'épée de l'Orage")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          277
Videos de David Gemmell (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Gemmell
Gemmell l'homme qui a changé le point de vue que l'on peut avoir de la Fantasy ;)
Par Geek Librairie
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1286 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre