AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234080770
Éditeur : Stock (03/05/2017)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Le nom de Roger Vadim est associé à des films, Et Dieu créa?la femme, Les Liaisons dangereuses 1960 ou Barbarella, et surtout à des actrices, Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Jane Fonda? Ces femmes, il les a aimées et propulsées vers la célébrité. Avec elles, le réalisateur a choqué la morale de l'Europe de l'après-guerre, ouvert la voie à la Nouvelle Vague, incarné une dolce vita à la française et imaginé un érotisme populaire aujourd'hui suranné.De l'effervesce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  29 mai 2017

Après la biographie parue chez Seguier en fin 2016, "Vadim un playboy français" qui est étrangement la toute première chronique que l'on a publié pour 2017 on a embrayé récemment sur un autre ouvrage tentant de raconter le mystère de ce réalisateur qui a incarné toute une époque celle des années 60/70 et qui a révélé de nombreuses stars qui furent son égérie, de Brigitte Bardot évidemment, la mythique star de "Et dieu créa la femme", ce film qui avait bouleversé une époque- et qui a quand même sacrément mal vieilli depuis- je veux parler de Christian Vadim que le romancier Clément Ghys tente d'éclaircir les mystères à travers une biographie romancée qui vient de sortir chez Stock.
Il est d'ailleurs assez étonnant que plusieurs auteurs français tentent de percer le mystère d'une personnalité du 7ème art un peu oubliée des jeunes cinéphiles aujourd'hui., et qui a disparu au tout début des années 2000 .
Pourquoi ce réalisateur qui a quelque peu bousculé la morale de l'Europe de l'après-guerre,ouvert la voie à la Nouvelle Vague, incarné une dolce vita à la française et imaginé un érotisme populaire aujourd'hui suranné fascine à ce point les jeunes générations d'auteur?
Sans doute parce qu'il a façonné la puissance sexuelle de Bardot et que son coté dandy un peu nonchalant incarne l'homme à la française, macho mais protecteur avec les femmes qu'il a aimé ( Bardot mais aussi catherine Deneuve, Jane Fonda et enfin Marie Christine Barrault, excusez du peu) un modèle d'hommes qui n'existe plus vraiment et aussi car inconsciemment, Vadim a posé les fondations d'une culture pop à la française qui ne disait pas son nom.
Il était donc logique de réhabiliter ce cinéaste qui a "créé" Bardot et Fonda, réalisé dans sa filmographie très inégale une jolie adaptation de Sade , et déblayé le terrain à la Nouvelle Vague dans la France pré-68 et cette biographie romancée parfois un peu cruelle ( notamment en insistant sur le dernier film réalisé par Vadim, une pub à la gloire du produit minceur Slim Fast très à la mode au début des années 90 mais que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre) mais assez admirative de la carrière de son modèle.
Avec un regard sans concession et plutôt brillant, Ghys sonde cette tendance de notre époque à ressentir de la nostalgie pour cette période pré et post mai 68 où le désir et le plaisir semblait se vivre peut être pas sans regret mais en tout cas sans remords ..
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Ikebukuro
  29 juin 2017
J'avoue que pour moi Vadim c'était avant tout le mari de Marie-Christine Barrault, même si je connaissais sa filmographie et les femmes de sa vie de très loin. Pour tout dire j'ai un vague souvenir de Barbarella avec Jane Fonda mais je suis certaine de ne pas avoir vu ses autres films. Comme je ne suis pas une très grande fan de Bardot l'actrice, et surtout de sa façon de parler à l'écran, je n'ai vu pratiquement aucun de ses films. A travers ce livre j'avais surtout envie de découvrir l'homme derrière le cinéaste mais je me suis très rapidement rendu compte que les deux étaient indissociables. Dans ce livre, Vadim vit avant tout à travers les femmes qu'il fréquente, ses ambitions, ses espoirs, ses fantasmes, se dessinent à travers la femme du moment, bizarrement il donne l'impression de ne pas savoir vivre tout seul, toujours en perpétuelle recherche d'approbation, malgré ses fanfaronnades et ses provocations de jeune mondain de St-Germain-des-Près.
J'étais un peu déçue en commençant ma lecture car j'aurai aimé en connaître un plus sur l'enfance de Vadim, j'ai trouvé que cette partie était vraiment survolée dans le livre et qu'elle aurait méritée d'être plus détaillée. On comprend toujours mieux quelqu'un quand on sait d'où il vient et là j'avoue être restée un peu trop sur ma faim par rapport à sa jeunesse, à sa famille et à ce qui l'a amené à être dans cette recherche perpétuelle de plaisirs faciles. La vie du jeune mondain de Saint-Germain-des-Près m'intéressait beaucoup moins, peut-être parce que ce n'est pas une période que j'aime particulièrement, et que les codes de l'époque ne me passionnent pas plus que ça. Bardot, St-Tropez, les décapotables, la dolce vita revisitée, Bonjour Tristesse… tout cela me semble un peu trop "clichés"...
Lien : http://bidules16.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
topobiblioteca
  07 juin 2017
Merci Babelio pour l'envoi de ce livre.
Roger Vadim, le réalisateur de Et Dieu… créa la femme.
Ce séducteur qui tenu dans ses bras les plus belles actrices de son époque.
Mais que reste-t-il de ses années cinquante si libres et légères ? Que reste-t-il de Vadim aujourd'hui ? La jeune génération sait-elle qui il est en dehors des étudiants de cinéma ? C'est ce que ce propose de retracer l'auteur : la vie d'un garçon de Saint-Germain-des-Prés dans les années 50 et son parcours de réalisateur.
Les chapitres débutent presque tous par »La jeune-fille danse dans la boîte de nuit. » car tout commençait dans les boîtes autour d'une danse et d'un regard. Comme si elles-étaient interchangeables ? Vadim s'est toujours défendu de façonner les femmes qu'il aimait en actrice de cinéma, blonde de surcroît. Un peu réducteur en effet et l'auteur nous montre que c'est plus complexe que cela et que tout tenait de l'époque et de l'aura de Vadim, un jeune-homme auquel on peut difficilement résister. D'abord Bardot, qu'il épousa dès sa majorité et qu'il propulsa en même temps que lui dans le brûlant Et Dieu… créa la femme. Puis celle qu'on oublie bien souvent, Annette Stroyberg sans cesse comparé à Bardot, puis Deneuve et Jane Fonda. Des femmes belles aux caractères de feu qu'il lança, pour la plupart, sur les plateaux de cinéma. Mais Vadim est un homme aux multiples facettes qui rêve sa vie comme un film. La réalité est parfois toute autre. Et dans ce livre nous voyons que le vrai personnage principal de sa vie est la Femme. Qu'il regarde, façonne, met en image, certes, mais parfois c'est elle qui est plus en avance que lui et créer le décalage.
En parallèle, c'est également l'époque que décortique Clément Ghys et surtout le quartier de Saint-Germain-des-Prés et le cinéma en pleine mutation. C'est la vie dans les bars et les boîtes, les discussions, les castings et la vie facile. C'est le cinéma français qui s'écrit et c'est Godard qui dit de lui : » Ainsi, inutile de féliciter Vadim d'être en avance, car il se trouve seulement que si tous les autres sont en retard, lui, en revanche, est à l'heure juste. »
Le livre est beau et nostalgique, montrant la fascination d'un homme pour un autre qu'il n'a pas connu et pour un âge d'or qu'il fantasme.
Lien : https://topobiblioteca.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Dominique84
  04 juillet 2017
17 ans après sa mort Vadim fait encore parler de lui. Pourquoi ce séducteur et cinéaste, découvreur de talents et surtout de femmes-déesses à talent, intrigue-t-il encore ? Plus que lui-même c'est ce qu'il représente qui fascine notre génération parce qu'au fond, Vadim est un fait de société à lui tout seul !
Après l'immense succès du film “Et Dieu créa la femme” tourné en 1956 Vadim devint star de sa génération tout comme celle qu'il choisit pour être sa muse, Brigitte Bardot.
A l'instar de toute sa vie, Vadim papillonne au fil des pages en les imprégnant de sa légèreté. Il fut certes découvreur de talents mais sut aussi et surtout humer l'air du temps comme personne.
L'auteur déroule la vie de ce touche-à-tout séducteur et pygmalion qui osa tout pour vivre à 100% et sans remords ses plaisirs dans une France prude et moralisatrice des années 60. Il fit le bonheur de la presse populaire féminine et à scandales car ces hommes-là fascinent, qu'on les aime ou les déteste, ils ne laissent jamais indifférents.
Naissent-ils hédonistes ou est-ce la vie et toutes ses aspérités qui les rendent ainsi ? Un peu des deux.
Alors que sa carrière de cinéaste décline avec les années et que toutes les femmes qu'il a révélées à l'écran (Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Jane Fonda,...) connaissent un succès international, Vadim résiste sans amertume, rien ne semble saper son moral, il reste beau, séduisant et croquant la vie à pleine dent. C'est là qu'était son génie !
Un homme dont la vie même répond exactement à la soif de nostalgie de notre époque.
Clément Ghys, né en 1985, a été journaliste à Libération ; il travaille aujourd'hui à M, le Magazine du Monde. “Vadim, le plaisir sans remords” est son premier livre.
Lien : http://dominique84.overblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nananinja
  12 juin 2017
Reçu dans le cadre de la masse critique Babelio, j'ai découvert avec envie cette biographie de Roger Vadim, réalisateur que je connaissais un peu.
Pas de grande découverte sur ses films ou la mythologie Bardot mais une réelle approche de l'époque d'après-guerre, où ces jeunes gens inventent le nouveau monde et réalisent de façon parfois brutales que l'avenir leur appartient.
J'ai beaucoup aimé cette analyse de la jeunesse des années 50, mais pour une biographie rien de bien neuf sur l'homme qu'était Vadim.
J'ai nettement moins aimé la description un peu bâclée des années 70-80.
Un livre à lire pour ceux qui sont nostalgiques ou pour ceux qui veulent un peu vivre cette époque particulière des années 50-60.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Liberation   18 mai 2017
Clément Ghys retrace le parcours désinvolte et romanesque du cinéaste qui, tel un démiurge, fit naître le phénomène Bardot.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
carrecarre   25 août 2017
"J'aime le cinéma, parce que si, selon Truffaut, "les films avancent comme des trains dans la nuit", je peux courir à toute allure après eux et monter dans un wagon. Essoufflé, mais extatique d'être dans un monde ou les jeunes actrices sont bouleversantes et ou on rêve de les aider, ou les jeunes premiers et premières sont des doubles magnifiés"
Commenter  J’apprécie          120
carrecarre   11 juin 2017
Avec ces yeux doux, il se marre. De la vie, Vadim avait choisi de sourire.
Commenter  J’apprécie          120
autres livres classés : brigitte bardotVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
592 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre