AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782021406924
208 pages
Seuil (18/04/2019)
3.33/5   70 notes
Résumé :
Au milieu des années 1970, Chantal Thomas, qui vient juste de soutenir sa thèse, décide de partir. Loin. À New York, alors cité de tous les dangers. Elle s'installe chez une amie d'amie. Le désir circule, les fêtes s'enchaînent. Un puissant souffle d'aventure anime la ville.

Aujourd'hui, amenée à séjourner dans l'East Village pour un été, elle retrouve un quartier totalement changé. Seules quelques traces demeurent de la marginalité d'autrefois, des g... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,33

sur 70 notes
5
1 avis
4
7 avis
3
6 avis
2
2 avis
1
0 avis

Chantal Thomas a du style, elle sait recréer l'ambiance d'une ville, de Manhattan, qu'elle a bien connue dans la deuxième partie des années 70. Elle évoque tous ces souvenirs, heureux, aventureux, désinvoltes sans nostalgie et avec un réalisme frappant.

Elle passe une journée à New York en 1970, en transit au retour d'un voyage avec une amie au Pérou. Une nuit et quelques heures lui ont suffi pour décider de revenir bien plus longuement ce qu'elle fait en 1976.

Son récit commente les difficultés de son installation, elle rencontre Cynthia qui lui offre de partager son appartement dans l'East Village, un quartier qu'elle va aimer et ne plus vouloir quitter.

L'intérêt de son livre est le télescopage de sa vie quotidienne là-bas, oisive puisqu'elle n'a pas le droit de travailler, avec la réalité culturelle et artistique de l'époque. Elle fréquente des "parties" où plane l' ombre de Jack Kerouac, mais aussi où elle peut apercevoir Andy Warhol, Allan Ginsberg, William Burroughs et son livre prend très vite une tournure artistique et poétique, agrémenté qu'il est par les photographies d'Allen S. Weiss qui ajoutent à l'ambiance décalée de l'époque.

Bars à femmes, boîtes lesbiennes, soirées improvisées, rencontres multiples, nuit dans l'obscurité et le pillage suite à une gigantesque panne d'électricité, elle connaît tout, dont elle se gave littéralement, son appétit de vivre quelque chose hors du commun, du conventionnel français, n'est jamais rassasié.

Elle finit par être expulsée par sa logeuse avec violence. Elle raconte cette épisode comme s'il s'agissait simplement du fait d'avoir manqué un train, mais le prochain passe dans vingt minutes.

Elle finit par enseigner le français aux cadres du World Trade Center car il faut bien gagner un peu sa croûte. J'aime bien son évocation des centaines de femmes de ménage des tours, contraintes de délaisser leurs aspirateurs rendus muets par la panne électrique.

Elle voit autour d'elle le luxe et la misère, la pauvreté dans laquelle tant d'être s'enfoncent, conscients qu'ils ne remonteront pas. Et là, c'est l'image es couloirs abandonnés du métro où survit toute une foule d'hommes, femmes, enfants dans l'indifférence générale.

Son livre est à la fois un bain culturel, un temps d'insouciance, d'aventure, de risque, de chaleur, d'errance dans les parcs, de visions béates de Manhattan depuis Staten Island, beaucoup de poésie et de citations des écrivains et poètes, dont plusieurs extraites de "Sur la route" de Jack Kerouac sont magnifiques.

J'ai dit qu'elle n'était pas vraiment nostalgique, pourtant lorsqu'elle revient à Manhattan en 2017, elle est attristée des changements survenus en quarante années et intitule précisément son livre East Village Blues.

Commenter  J’apprécie          421

Je ne sais pas pourquoi, mais imaginer Chantal Thomas en baroudeuse-sac-à-dos faisant du stop le long des routes brûlantes de la banlieue de Lima, arrivant à New York, un bonnet péruvien sur la tête et un sac de marin sur l'épaule, sans un sou en poche et ne sachant pas trop où dormir…eh bien là, franchement, je suis tombée des nues…

Je voyais cette dix-huitièmiste accomplie, spécialiste de Sade, Casanova et Marie-Antoinette, fréquenter quelque boudoir douillet de Versailles plutôt que les bars lesbiens de Manhattan.

Comme quoi, on se trompe beaucoup sur les gens, on les fige dans une image qui ne correspond qu'à une infime partie de ce qu'ils sont et l'on oublie que la vie fait de nous des êtres de contrastes et de contraires.

En revanche, ce que j'ai parfaitement retrouvé, c'est cette sublime écriture, ces phrases qui se déroulent, se déploient gracieusement dans une harmonie si parfaite et si rare.

Nous sommes donc en juin 2017, Chantal Thomas fait sa valise pour New York. C'est une ville qu'elle connaît bien puisqu'elle y a séjourné à plusieurs reprises : d'abord un bref passage de 24 heures dans les années post-bac, avec Sandra, la copine du lycée, à l'occasion d'un voyage au Pérou. C'est le choc, l'expérience du démesuré et du formidable dans tous les domaines, l'affolement des sens, l'ivresse de s'y trouver, enfin : « je m'abandonnais à la fascination ». Aucune autre ville ne souffre la comparaison. Il y a New York et les autres, loin derrière.

La seconde expérience a lieu en juin 1976 : Chantal Thomas vient de soutenir sa thèse sur Sade sous la direction de Roland Barthes. Elle part avec une vague adresse en poche et se présente chez une certaine Jodie qui n'a pas l'intention de garder la voyageuse bien longtemps.

Au fond de la valise, un autre bout de papier, une autre adresse, au sud-est de la ville : celle de Cynthia. L'accueil est chaleureux. le « railroad apartment » envahi par les plantes et, la nuit, par les cafards finit de séduire la voyageuse. Et en plus, le quartier se révèle extraordinaire : l'East Village, peuplé d'artistes, de gens exilés et sans le sou est composé de petits immeubles, de jardins communautaires et de friches. le quartier est dangereux et séduisant. Chantal Thomas se laisse happer, transportée par cette ville pleine de vitalité, berceau de la fameuse Beat Generation et des Kerouac, Ginsberg, Orlovsky... : folie des week-ends, des boîtes de nuit, des « parties », des brunches gargantuesques, des déambulations nocturnes et des rencontres insensées… C'est non seulement un lieu (et quel lieu!) que découvre Chantal Thomas mais une époque, celle où l'on croise Andy Warhol dans une boîte de nuit, où l'on passe une soirée folle au Chelsea Hotel, lieu mythique où vécurent Arthur Miller, Thomas Wolfe, William Burroughs, Patti Smith etc, où l'on rencontre à tous les coins de rue des gens assis par terre sur un carton et qui se disent poètes…

Oui, New York est le lieu de tous les possibles et notamment celui de devenir écrivain… En France au contraire, « il en fallait beaucoup et, surtout, il en fallait longtemps pour se déclarer écrivain. » Là- bas, armé d'une machine à écrire, n'importe qui s'autorise à frapper les touches et on verra après… C'est là que Chantal Thomas a senti qu'elle pouvait se lancer elle aussi, s'autoriser cet acte quasi sacré en France...

Une autre rencontre avec New York a lieu en juillet 2017 : pour explorer ce quartier qu'elle aime tant, Chantal Thomas choisit pour guide une inconnue qu'elle suit dans la rue : une femme japonaise tout de blanc vêtue (couleur de la mort au Japon). Dorénavant, les magasins rose bonbon de cupcakes et de cookies ont remplacé les bars underground : place au jus de carotte et à la guimauve. La gentrification galopante a tué un quartier dont les prix ont explosé. Les anciens habitants sont expulsés, les immeubles détruits et reconstruits : c'est le règne du billet vert. «  La disparition des poètes dans un monde régi par le seul marché de l'immobilier est une perte du côté de l'irrémédiable, la perte de son âme. » « Il y a quelque chose de pourri dans l'empire de » la Grande Pomme, il ne reste désormais que des fantômes et des traces presque disparues d'une époque à jamais perdue… (D'ailleurs, les reproductions des photos de graffitis saisis dans les rues de l'East Village et qui accompagnent la lecture du texte traduisent la volonté de témoigner d'une époque et entrent donc en résonance avec le projet même de l'auteure.)

C'est donc une belle balade que nous propose Chantal Thomas, une découverte de lieux qui ont changé et d'une époque, bien révolue elle aussi. Mais ce que présente East Village Blues, c'est peut-être aussi et surtout la façon dont elle est née à l'écriture, ce qui lui a permis d'accéder à cette liberté et de s'affranchir du regard du père (Barthes) ou des pairs (l'Université française). Seule New York détenait ce pouvoir, offrait cette folie, permettait cette audace.

Un texte superbe qui dit toute la nostalgie pour un passé qui n'est plus, pour un monde de liberté propice à la création littéraire et au bonheur intense de vivre.

Fort, très fort et plein de poésie...


Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
Commenter  J’apprécie          303

Par acquit de conscience, même si je risque de friser le ridicule ...

...mais l'erreur est humaine....et je ne suis qu'une fille :

....avant de la lire, je croyais que l'auteur de Casanova un voyage libertin, La reine scélérate et des Adieux à la reine était Chantal Thomass. Mais si, Chantal Thomass la créatrice de lingerie sexy.

Ben quoi ? Sonia Rykiel a bien écrit des livres. Même qu'elle était copine avec Régine Desforges et qu'elles ont fondé le Club de croqueuses de chocolat.

L'une avec ses deux S appartenait à la génération Palace et l'autre avait des ailes qui l'ont emmené au Bonnie and Clyde ‘s lors de son premier voyage à New York.

Spécialiste de littérature française et essayiste, Chantal Thomas profite d'un voyage dans cette ville, en 2017 pour faire une sorte de pèlerinage sur les lieux de sa jeunesse. Nulle nostalgie de vieille dame. Au contraire, l'évocation de cette époque révolue, ses vingt piges à NY bouillante d'énergie et de créativité dans les années 70 est passionnante.

C'est tout un passé underground et dynamique qui surgit entre les lignes. Chantal Thomas était au bon endroit, au bon moment. Elle a ainsi eu le bol de connaître des écrivains, des poètes et des musiciens, jeunes gens excentriques alors inconnus à qui elle rend hommage. Ainsi qu'aux toxicos, alcoolos et autres borderlines ( souvent ce qu'étaient les artistes aussi ) qui peuplaient alors les lieux mythiques de cette ville....

Avant qu'elle ne soit « gentrifiée «  comme inopportunément écrit dans certaines critiques. Bah, oui, comme Paris, Londres, Séoul ou Moscou. Une fois qu'on a dit ça - pour faire bien ? - on n'a rien dit. A moins de s'en désoler et de regretter la faune de clodos, travailleurs immigrés, drag-queens, braillards et camés flamboyants qui vivaient là. Ce qui n'est pas le cas des auteurs de ces critiques.

Et, petit bémol, ni celui de l'auteur. Au cours de sa virée elle ne fait que le constat que les quartiers arpentés autrefois sont devenus ultra chic et bien polissés et ne semble pas s'en émouvoir. J'ai un peu regretté qu'elle n'ai pas un mot pour l'exclusion de ces populations qui habitaient là n'en aient absolument plus les moyens. Les bourgeois blancs et élitistes dominent l'espace.

Je pense que même lorsque elle partageait des moments et se mêlait aux inconnus des parties, buvant des bières debout contre un mur ou dansant sur une musique de Bowie, la musique des livres de Marguerite Duras traversait ses nuits. Elle observait avec curiosité et faisant montre d'ouverture d'esprit mais sans se laisser aller totalement ni être dupe des personnalités qui cachaient leurs défauts dans des envolées magnifiques et alcoolisées. Elle s'est construite là où d'autres ont sombré. Elle s'est transformée, dans ces lieux vibrants, au contact des héros de la beat génération en écrivaine par la grâce d'une subtile introspection. La libération sexuelle explosait et les désirs déraisonnables s'affichaient.

Chantal Thomas était encore plus sensible à la douceurs des lèvres parce que l'éclat du concept rendait la chose encore plus belle.

Dès lors, je comprends que New York ne soit pas un paradis perdu pour elle et que les marginaux et les outsiders disparus dans les entrailles de la ville ne soient pas plus qu'un souvenir, pas du tout mélancolique.

Peace and Love.

Commenter  J’apprécie          2514

J'avoue, je ne connaissais pas du tout Chantal Thomas (Prix fémina 2002 et auteure de plusieurs essais). C'est la couverture et le titre qui m'ont attirée : voir Andy Warhol et se rappeler le Velvet Undergound et ce quartier de Manhattan, il n'en fallait pas plus! Je devais aller à la découverte de « East Village Blues » de Chantal Thomas paru en avril 2019.

Chantal Thomas a choisit de raconter son voyage à la redécouverte de ce quartier qu'elle a habité dès juin 1976, au moment où le quartier accueillait les immigrants et les premiers Beatniks (littéralement membres du mouvement littéraire de la « Beat Génération » ). Plus tard, ce sont aussi les artistes et les hippies qui s'approprieront le quartier.

En convoquant ses souvenirs sans jamais cédé à la nostalgie, Chantal Thomas nous raconte, au cours de ses pérégrinations dans le quartier actuel, une époque où la liberté était un leitmotiv, où la libération sexuelle allait bouleverser à jamais les rapports entre les hommes et les femmes et l'homosexualité devenir normalité. Chantal Thomas raconte ce quartier au fil de ces fêtes sans fin et de ses rencontres improvisées où la parole se libérait.

Les citations de William Burroughs, Allan Ginsberg et Jack Kérouac, sont magnifiquement mises en situation tant la vie de ce quartier à ce moment là en épousaient les contours marginaux. Des traces sont encore visibles aujourd'hui. Les photos de graffitis d'Allen S. Weiss qui a accompagné ce retour, nous les rapportent comme autant de témoignages. L'étrangeté est encore présente malgré la gentrification du quartier : magnifique passage sur cette passante japonaise!

Manhattan est un personnage à part entière: la déambulation dans ces rues immenses dont on ne voit jamais la fin et qui finissent par se jeter dans la mer est une expérience inoubliable. Surtout, que la ville ne dort jamais !

Après la superbe exposition qui a eu lieu cet hiver sur Jean-Michel Basquiat à la Fondation Vuitton, on ne peut rester insensible à ce quartier qui a fait la réputation de la New-génération. J'ai moi-même découvert pour la première fois les USA en juillet 1976. Sur les conseils de mes amis américains, j'ai été très sage lors de mon séjour à Manhattan, évitant les nuits des quartiers de East Village, Greenwich et bien-sûr Harlem, réputé pour être mal famé et même dangereux. Par contre, je me souviens aussi des cafards qui envahissaient la salle de bains de ma chambre située à un étage pourtant élevé.

A l'époque, Lou Reed chantait « I said, hey babe, take a walk on the wild side

All right, huh ». Léonard Cohen fréquentait le « Chelsea Hotel », Bob Dylan, aussi. Patti Smith en publiant »Just Kids » (paru en 2010) a raconté l'ambiance artistique du lieu. Juste un moment de liberté, de découvertes et de foisonnement délivré sans mélancolie au fil des pas de Chantal Thomas et Allen S. Weiss ! Rien que du plaisir !


Lien : https://vagabondageautourdes..
Commenter  J’apprécie          130

Sa thèse en poche, Chantal Thomas s'embarque pour la Big Apple. Au mitan des années 1970, New York est alors la ville de tous les dangers, mais aussi de tous les possibles. L'East Village est alors une sorte de cocotte-minute pour artistes en tous genres, sur fond de drogue, sexe et rock'n'roll. Un souffle de liberté post 1968 et de fêtes traverse la ville et la société. On y croise les esprits plus brillants et créatifs. Andy Warhol, Lou Reed, Allan Ginsberg et autres chantres de la contre-culture.

Quarante plus tard, Chantal Thomas revient sur les lieux de sa folle jeunesse. le quartier bohême s'est embourgeoisé. le prix du m² s'affole, les graffitis sont exposés dans des galeries branchées. On y croque plus de graines germées que de poppers et l'on trouve plus de smoothies à boire que d'alcools forts. The times are changing. Yep. So sad. Yes.

Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (6)
LaPresse
31 mai 2019
Lire Chantal Thomas dans sa trajectoire d'essayiste et sa veine autobiographique, c'est contempler une joie pure d'être au monde, une jubilation d'exister.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Liberation
27 mai 2019
Une déambulation autobiographique de Chantal Thomas dans le New York de sa jeunesse au temps de la Beat Generation.
Lire la critique sur le site : Liberation
LePoint
07 mai 2019
Dans son nouveau livre, Chantal Thomas nous invite à la suivre à New York, pour un voyage dans East Village, et une remontée dans le temps à la recherche d'une de ses jeunesses, car l'auteure des Adieux à la reine en a plusieurs.
Lire la critique sur le site : LePoint
LeMonde
06 mai 2019
Dans son nouvel ouvrage, l’écrivaine livre ses souvenirs new-yorkais dans un aller-retour incessant entre les années 1970 et le présent, sans nostalgie.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeFigaro
25 avril 2019
Un récent voyage à New York a offert à la romancière l’occasion de revoir les lieux où elle a vécu, aimé et enseigné au cours des années 70 débridées.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Telerama
23 avril 2019
East village blues, récit des années Manhattan de l’étudiante Chantal Thomas, manifeste la singularité et la liberté d’une femme d’esprit, portée par la fréquentation des grands audacieux du XVIIIe siècle.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation

Si la vie était une party, la si simple et extraordinaire question posée par Jack Kerouac « Pourquoi ne nous arrive t’il jamais de pleurer du seul fait d'être vivant ? » ne nous atteindrait pas. Alors qu’au sortir d’une fête, ivres et brisés, et bizarrement lucides, nous la découvrons avec le lever du soleil. Elle s’insinue partout en nous, en chacun de nos membres, de nos organes, sous chaque millimètre de notre peau, et soudain, hors raison, nous fait éclater en sanglots.

Commenter  J’apprécie          110

Mon coeur, excellent conseiller, m'avait tôt informée que si la vie est un festin rien ne permet de prévoir combien de temps pour nous la table sera encore mise et le plus exquis encore à notre portée.

Commenter  J’apprécie          271

L’appartement avait une vue sur Central Park. Un verre à la main, ivre de fatigue, j’ai découvert une immensité de verdure. Un morceau de nature que délimitait, à une extrémité, une rangée de tours, dont les créneaux disparates m’ont fait rêver le Moyen Âge. Des fenêtres allumées ou bien des étoiles, brillaient, tandis que tout en bas, au creux des bosquets et des vallons, s’agitaient, parmi leurs troupeaux de millepattes, un peuple de gnomes et d’elfes, de lutins malins, de fées évanescentes. J’ai levé mon verre à leur santé et à la mienne, à mon arrivée à New York, à ma chance d’avoir pour la nuit gîte et boisson à volonté. Et à leur endurance à eux. A cette vie imperceptible que quelques touffes d’herbe et un peu de feuillage suffisaient à camoufler et dont les services d’immigration les plus paranoïaques n’avaient pas même notion.

Commenter  J’apprécie          20

De même que les fous de lecture se désespèrent à la pensée de l'infini des bibliothèques inexplorées, des milliers et milliers de livres que le temps limité de l'existence humaine leur interdit de lire, et que les libertins et libertines se rongent d'impuissance à la représentation des innombrables êtres de charme que les circonstances ne cessent d'offrir à leurs désirs alors qu'ils sont condamnés à faire un choix, les voyageurs dans l'âme se désolent de l'écart impossible à combler entre l'immensité du monde, son inépuisable richesse, et l'infime portion qu'ils auront réussi à approcher.

Commenter  J’apprécie          30

Les tours du World Trade Center dominaient de très haut toutes les autres constructions, y compris l'Empire State Building et le Chrysler Building. Elles étaient seules alors avec leurs cent dix étages.

Commenter  J’apprécie          70

Videos de Chantal Thomas (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chantal Thomas
Que dit la nage de notre rapport au monde et à notre intériorité ? Nos invités explorent les pistes philosophiques et poétiques qu'offre la nage... de quoi inspirer nos lectures cet été, que l'on plonge dans la violence de l'océan ou dans l'eau chlorée d'une piscine.
Olivia Gesbert reçoit trois auteurs qui célèbrent les joies de la baignade : Laurence Devillairs, Lucas Menget et Chantal Thomas.
#été #littérature #critiquelittéraire _____________________________________________________ Prenez place à La Grande Table d'été pour rencontrer d'autres personnalités qui font l'actualité des idées https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrpsBVAaqJ_sANguhpPukaiT ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : new yorkVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3126 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre