AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253069171
288 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (05/04/2017)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Paris, 1862. Victorine est brunisseuse dans un atelier d'argenterie. Elle y travaille avec son amie Denise. Inséparables, les deux jeunes filles ont l'habitude de se promener, de dessiner avant de regagner leur chambre misérable, sous les combles.
Un jeune trentenaire les observe avec intérêt. Il les invite au restaurant, entreprend de les séduire. Incapable de le partager longtemps, Victorine décide de tout quitter pour rejoindre ce garçon dans son atelier d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
saphoo
  19 novembre 2017
Passionnante histoire d'un peintre et de son modèle dans un Paris à la Zola.
On se plonge dans le roman comme dans un film, la vie difficile, pauvre d'un peuple affamé, mais aussi les rencontres heureuses ou pas. Deux amies ouvrières brunisseuses se font accoster par un homme qui les veut elles deux. le trio se promène bras dessous bras dessus dans Paris, mais l'amitié des deux filles sera-t-elle résister au jeu de l'amour ? Victorine s'éprend très rapidement et passionnément par cet homme.
Choisir entre son amie et la passion ? Elle ira par tout quitter pour la vivre pleinement, devenant le modèle de Manet, posant également pour un photographe, un autre peintre.
Ce qui est intéressant c'est le ressenti de cette femme en tant que modèle, elle doit faire abstraction de cet état de fait, d'être juste un modèle et rien d'autre, savoir s'oublier pour être qu'un objet à peindre et non plus un objet de désir. Puis quand elle se voit sur la toile c'est encore un autre ressenti, de se voir pleinement aux yeux de tous. Est-ce moi, est-ce le modèle, est-ce une femme quelconque ? Tant de questions que se posent Victorine, sans oublier, les liens avec le peintre. Tient-il à moi en tant que modèle ou en tant que femme aimée ?
Toute la psychologie, l'affection que l'on peut porter envers les uns et les autres sont bien mis en avant dans cette histoire de trio.
J'ai également bien apprécié l'ambiance que l'auteur a su dépeindre, les conditions de travail par exemple, la vie difficile de ces femmes, tout comme dans les livres de Zola avec moins de détails certes néanmoins très intéressant.
J'ai découvert l'existence de cette femme modèle et peintre à son tour, Victorine Meurent, un seul de ses tableaux réside encore à ce jour "Le jour des rameaux" .
Une lecture intéressante sur bien des plans : artistique, sociologique, psychologique, historique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
prune42
  31 juillet 2018
A Paris, en 1862, Victorine et Denise travaillent toutes les deux comme brunisseuses dans un atelier d'argenterie. Amies, elles partagent la même chambre et le même goût pour le dessin. Elles rencontrent un homme séduisant, Eugène qui veut les conquérir toutes les deux en se montrant généreux. Mais Victorine est plus attirée par Eugène que Denise ; elle abandonne du jour au lendemain son travail et son logement pour devenir modèle et maîtresse d'Eugène qui est peintre. Tous deux aiment la peinture et ont en commun un oeil attentif sur ce qui les entoure. Leurs journées vont être consacrées désormais aux toiles peintes par Eugène et aux plaisirs charnels.
J'attendais beaucoup de ce roman qui se passe dans la seconde moitié du 19ème siècle à Paris et retrace de façon romancée la vie du peintre Edouard Manet, même si celui-ci n'est cité explicitement qu'une seule fois.
Le résumé lu sur Babelio m'avait vraiment donné envie (alors que celui de la 4ème de couverture de mon exemplaire beaucoup moins) ainsi que la couverture du livre qui figure sur le site que je trouve très belle.
Ce roman m'a déçue car j'ai trouvé qu'il ne se passait pas grand-chose réellement, il y a beaucoup de descriptions et finalement l'action n'avance guère. J'espérais aussi être beaucoup plus dépaysée par une époque distante de la nôtre.
De plus, pas mal de scènes sont crues avec un langage vulgaire sans retenue et même sans être pudique, j'ai été un peu gênée par la place prédominante donnée ici à la sexualité.
Si je comparais ce livre à celui lu il y a quelque temps sur la vie de V. van Gogh, "La valse des arbres et du ciel", je dirais que j'ai nettement préféré ce deuxième. J'aime bien ce genre de livres qui romancent la vie de grands artistes mais là, j'ai été déçue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
myriampele
  15 mai 2017
Victorine Meurent , simple "brunisseuse" à Paris rencontre un certain Edouard Manet, qui devient son amant. Une histoire d'amour, de sexe, et de peinture. Car Victorine possède, outre la jeunesse (elle a dix-sept ans), un appétit féroce, dans tous les domaines, et l'art d'entrer dans les couleurs des choses. Un très beau roman, cru et sincère, qui nous emmène dans Paris à la fin du XIXème siècle, et qui donne envie de plonger dans les peintures de Manet.
Commenter  J’apprécie          72
MarieThalia
  28 août 2019
L'histoire aurait pu être attirante , malheureusement le style est du genre lénifiant.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
nnbnnb   25 mars 2015
Je me dis qu'interieurement je suis aussi fraîche et transparente que l'eau dans la carafe transparente, et j'emporte cette fraîcheur avec moi quand nous franchissons les portes pour gagner l'arrière-salle du café Guerbois.
Commenter  J’apprécie          20
myriampelemyriampele   15 mai 2017
je vais à la porte où lui et moi nous sommes caressés. Et je me demande si le bois se souvient de moi.
Commenter  J’apprécie          40
nnbnnb   25 mars 2015
Peut-être qu'il m'a donné les mots pour en parler et les raisons de leur importance, et peut-être même qu'il m'a fait prendre conscience de ma passion pour les couleurs. Mais ce n'est pas lui qui me les a données. Elles étaient en moi depuis toujours.
Commenter  J’apprécie          10
nnbnnb   25 mars 2015
Je peux donner tout ce qu'il veut que je donne. Et tout ce qu'il veut prendre, il peut l'avoir, parce que j'ai plus. J'ai toujours plus.
Commenter  J’apprécie          10

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Prénoms de grands peintres : trouvez leurs noms ! (3)

Je suis né à Paris en 1848. Chef de file de l'Ecole de Pont-Aven, inspirateur du mouvement nabi, j'ai vécu de nombreuses années en Polynésie où je suis décédé en 1903. Je suis Paul...

Gauguin
Cézanne
Signac

12 questions
632 lecteurs ont répondu
Thèmes : peinture , peintre , art , Peintres paysagistes , Peintres français , peinture moderne , peinture espagnole , Impressionnistes , culture générale , peinture belge , peinture romantique , peinture américaineCréer un quiz sur ce livre