AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070396054
544 pages
Gallimard (25/02/2010)
3.76/5   21 notes
Résumé :
Mésopotamie, Ur, Babylone, le Déluge, Gilgame... Ces mots sont familiers, mais que savons-nous véritablement des débuts de l'Histoire ? L'architecture de terre crue ou l'écriture cunéiforme, incisée dans de l'argile tels de petits clous, paraissent n'avoir guère de rapport avec notre civilisation. Or notre culture est l'héritière de manières mésopotamiennes de faire : le découpage du temps (mois, semaine, jour), les symboles religieux (le croissant de lune, l'arbre ... >Voir plus
Que lire après Histoire de la MésopotamieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Osiris, Isis, Râ, Horus ou Anubis, ces dieux de la mythologie égyptienne nous sont familiers. Mais que dire d'Ichtar, Chamach, Enlil/Ea, Mardouk ou Assour, les dieux sumériens et akkadiens qui ont pourtant été vénérés bien plus longtemps que leurs voisins africains. Cette méconnaissance est sans doute liée à un héritage d'oeuvres et de monuments moins spectaculaires que ceux de l'Egypte ancienne. Il y a pourtant des richesses archéologiques exceptionnelles comme les milliers de tablettes en argile, des IIIe ou IIe millénaire av. J-C., supports de divers textes en écriture cunéiforme. Elles témoignent, 5 000 ans plus tard, de l'étonnante complexité de ces civilisations mésopotamiennes. Cet essai est accompagné de cartes et de photographies d'oeuvres en couleur.
Seule l'analyse du temps présent, dans les premiers chapitres, souffre d'obsolescence, dans une région particulièrement troublée et chaotique. Cet essai fut écrit avant les printemps arabes et l'irruption sauvage de l'Etat islamique en Syrie et en Irak.
Commenter  J’apprécie          70
Très utile. L'histoire des états mésopotamiens est d'une telle complexité qu'il faut un bon livre de synthèse pour s'y retrouver. Non seulement l'état, mais les archives, la monarchie sacrée, la politique, la diplomatie, mais aussi les idées de grandeur et de décadence, tout fut inventé dans cet univers complexe où alternent états autochtones et invasions nomades, reculs et avancées, indépendance et sujétion. Si l'Egypte nous fascine par sa beauté plastique, sa culture laisse moins de place à la précarité et à l'insécurité de l'histoire : le mythe de la monarchie divine et éternelle s'étale sur tous les monuments de pierre encore debout, alors que le message des tablettes d'argile mesopotamiennes est tout autre.
Commenter  J’apprécie          70
Une approche plutôt complète et dense de l'histoire de cette civilisation, moins connue que l'Égypte des pharaons, ou encore celles des antiquités grecque et romaine.

Véronique Grandpierre revient sur les spécificités de l'archéologie au Proche-orient, soumises à des enjeux politiques et aux conflits. Puis l'auteure expose les différentes sources dont nous disposons pour retranscrire cette histoire, et la problématique de la datation. La chronologie de cette région est un puzzle, qui se reconstitue, s'ajuste et se précise au gré des découvertes.

L'étude de cette civilisation a donné naissance à une véritable discipline, l'assyrologie. Ainsi, Véronique Grandpierre nous dresse ensuite l'état de nos connaissances : une civilisation urbaine, structurée en royaumes dirigés par des rois, qui prospère grâce à l'agriculture et au commerce.

Enfin, la Mésopotamie est le berceau d'une culture riche et plurielle avec l'écriture cunéiforme, le découpage du temps ou encore un système de croyances élaboré visant à répondre aux questions existentielles.

Un ouvrage de référence sur cette période historique.
Commenter  J’apprécie          30
Un livre absolument passionnant et très accessible même pour les non-spécialistes. Indispensable pour quiconque s'intéresse aux origines de notre civilisation !
L'auteur raconte la naissance des civilisations sumérienne et akkadienne, la fondation des premières cités-Etats, l'avènement de l'écriture, les mythes, ainsi que les éléments pratiques de l'organisation de ces sociétés. Ce que j'ai particulièrement apprécié dans ce livre, c'est sa simplicité, sa clarté, et la façon très pédagogue qu'a l'auteur de nous faire découvrir ces temps anciens et l'intérêt que chacun a de les (re)découvrir.
Commenter  J’apprécie          40
« Histoire de la Mésopotamie » est un ouvrage ultra dense, ultra riche et bien évidemment difficile a assimiler pleinement d'une seule traite tant les informations y abondent, jusqu'au superflu.

Le travail est exhaustif, avec des retours sur un même évènement d'un chapitre sur l'autre, ce qui donne parfois une impression de redite et de non structuration des données.

Autre critique, les plans situés au milieu du livre, sont peu aisés d'accès et rendent compliqué le repérage spatio-temporels des évènements cités.

Malgré ces petits reproches, il serait impensable de ne pas reconnaitre l'immense apport qu'il procure en faisant découvrir une civilisation millénaire, incroyablement évoluée pour l'époque, capable d'inventions techniques stupéfiantes (écriture, agriculture, droit) mais également et c'est sans doute le plus important d'une des plus riches et passionnantes mythologies de l'Histoire de l'humanité.

« Histoire de la Mésopotamie » est donc une formidable découverte qui n'a pas fini de stimuler votre imagination !
Lien : https://lediscoursdharnois.b..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
Les populations sédentaires sont bien connues (les tablettes proviennent des villes), mais l'Orient est aussi composé de territoires désertiques traversés par des semi-nomades. Si d'un point de vue régional une certaine complémentarité existe entre les vallées et la steppe, les nomades dont la vie est fondé sur la mobilité des troupeaux et l'habitat temporaire aux tentes démontables n'ont laissé que peu de traces. Leur organisation sociétale est difficile à appréhender. Ils sont surtout connus par les conflits qui les opposent aux sédentaires ou par les discours que ces derniers tiennent sur eux.
Les nomades ne sont pas les nomades ne sont pas les seuls à se déplacer. La salinisation des terres à la fin du IIIe millénaire et au tout début du IIe millénaire ainsi que le comblement du golfe arabo-persique poussent les populations du sud de la Mésopotamie vers le nord ; les déportations effectuées par les rois des IIe et surtout Ier millénaire av.J.-C. déplacent plusieurs centaines voire milliers de personnes. La Mésopotamie est ainsi une terre de migrations où la coexistence de deux peuples (Sumériens et Akkadiens) donne naissance à l'image d'une civilisation unique, suméro-akkadienne (...). [p.273 - 274]
Commenter  J’apprécie          20
Qu'appelle-t-on sciences en Mésopotamie ? Car si les sciences d'aujourd'hui ont leur pendant dans l'antiquité, il n'est pas sûr qu'elle en dérivent toutes directement et en tout point. Les textes scientifiques se présentent sous forme de recueils de données et d'observation qui permettront ensuite l'analyse. Les sciences ne sont donc pas liées à la technologie mais à l'observation à l'œil nu. Les instruments de mesure sont peu nombreux (...). Les tablettes n'ont pas pour objet de transmettre un savoir que l' impénétrant pourrait acquérir seul. Ce ne sont donc pas des textes théoriques. Il n'y a par écrit ni réflexion, ni équation, ni formule mathématique énoncée. Tout est axé sur le concret non sur l'abstraction. La démarche n'est cependant pas uniquement empirique. Les Sumériens et les Acadiens construisent des grilles d'exemples typiques à partir desquels les nouveaux problèmes mathématiques, médicaux, et peuvent être déduits. Les techniques dde résolution sont propres à chaque culture. Ici encore on réfléchit par analogie et association. Les résultats sont identiques, les chemins différents. [p.353]
Commenter  J’apprécie          20
Dans les jardins sont cultivés des légumes (...) et aussi des fruits (...). On trouve aussi des épices et des herbes aromatiques (thym, coriandre, cumin, aneth, menthe, moutarde, marjolaine). Certaines plantes restent cependant inconnues : à quoi ressemble le halazzu ? Quel goût a le zurumu ?
Si les ingrédients sont pour la plupart identifiés, il est très difficile de savoir comment ces matières premières sont préparées, cuisinées et présentées lors de ces repas. Une découverte extraordinaire a mis à la disposition des assyriologues trois tablettes cunéiformes datables des environs de 1600 av. J.-C. Elles présentent une quarantaine de recettes (...). Ces recettes ressemblent à des listes d'opérations à effectuer : faire bouilllir, ajouter, réduire, avec "ce qu'il faut de" tel ou tel ingrédient, ou tel autre élément "à suffisance". Les proportions nous manquent et certains produits nous sont encore obscurs. Comme pour les autres procédés de fabrication (verre de couleur, maquillage), ces "recettes" ne sont pas destinées à être conservées ou transmises. Ce ne sont pas des livres de cuisine mais des aide-mémoire pour apprentis cuisiniers. [p. 312 - 313]
Commenter  J’apprécie          10
Cette recherche aujourd'hui comme hier, a la particularité d'être extrêmement dépendante de l'évolution des conditions géopolitiques du Proche-Orient. (...) Chaque jour, lorsque le soleil se couche, c'est un peu des trésors de la Mésopotamie qui disparaissent avec lui, un peu aussi du patrimoine de l'humanité.
Malgré tout la recherche continue, éclairant soudain tel ou tel siècle, tel ou tel millénaire en tel ou tel lieu. Les connaissances que l'on a de ces civilisations sont affinées ou... remises totalement en cause, car contrairement aux autres périodes historiques ou aux civilisations grecques et romaines, ici, même la chronologie reste en partie à établir. C'est un gigantesque puzzle en perpétuelle évolution. [p.18 - 19]
Commenter  J’apprécie          20
Le maquillage joue un très grand rôle aussi bien pour les hommes que pour les femmes : des pigments blanc, rouge, jaune, noir ont été trouvés dans les tombes royales d'Ur. Si les minéraux à partir desquels ils sont élaborés sont connus -comme le manganèse et le cuivre-, les quelques textes relatifs aux cosmétiques sont extrêmement difficiles à interpréter. On y trouve la pâte d'antimoine, le fard à joue et le khôl pour souligner le regard.
Après s'être lavé, on utilise de l'huile parfumée pour avoir une peau souple et une apparence agréable. L'absence d'odeurs est d'ailleurs associée au monde des morts. À l'inverse, sentir bon est un signe de santé et de prospérité. Différents parfums sont obtenus par macération à froid dans de l'huile qu'on filtre ensuite à partir d'essences aromatiques comme le cèdre, le genévrier ou le myrte. (...) Au Ier millénaire av. J.-C., avec l'ouverture des routes caravanières à travers le désert, la gamme s'élargit grâce aux matières rapportées de la péninsule arabique comme la myrrhe. [p.305 - 306]
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Véronique Grandpierre (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Grandpierre
A l'occasion du salon "Rendez-vous de l'histoire" à Blois, rencontre avec Véronique Grandpierre autour de son ouvrage "Gilgamesh & Co : rois légendaires de Sumer" aux éditions CNRS Editions. Rentrée sciences humaines 2019.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2344925/veronique-grandpierre-gilgamesh-et-co-rois-legendaires-de-sumer
Note de musique : © Scott Holmes
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire du monde ancien>Mésopotamie jusqu'à 637 (25)
autres livres classés : mésopotamieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (84) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3093 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}