AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782354082871
240 pages
Éditeur : Mnémos (21/08/2014)
3.67/5   32 notes
Résumé :
Adrian Eckard, biologiste de talent, réchappe à un attentat de dimension planétaire en perdant la vue. Bénéficiaire de la première greffe cybernétique oculaire mais bouleversé par l'évènement, il quitte tout pour parcourir le monde et enseigner la science la plus fondamentale dans les endroits les plus reculés. Humble et charismatique, soutenu par des compagnons convaincus, il fonde un mouvement mondial, le thinking, qui rencontre un succès foudroyant et bientôt, le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,67

sur 32 notes
5
3 avis
4
8 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

tousleslivres
  24 décembre 2014
Après l'attentat du métro qui a coûté la vie à des milliers de personnes dans le monde, toutes les grosse villes sont touchées sans distinction. Les survivants ont perdu la vue, ils ont été énucléé systématiquement. Parmi ces survivants, Adrian Eckard, le frère de Diane. Il a maintenant des yeux cybernétique et après un rééducation, il par en Afrique avec un autre transplanté, son binôme de rééducation. Il va y prêcher un cause, sa cause et devenir incontournable avec le mouvement appelé Thinking ... Mais il est surtout un homme augmenté, c'est comme ça qu'ils vont appeler tous les humain qui auront accès aux organes cybernétique, ce qui va devenir à la mode chez les plus riches et chez les moins, mais la qualité des opérations ne seront pas à la hauteur.
Diane Eckard qui a passé sa thèse, brillante chercheuse recrutée par Eternity Incorporated, elle sera payé plus de 3x que ce qu'elle touchait dans le public. Elle aura une autonomie, les moyens et une liberté qu'elle n'aurait pas eu dans le secteur public.
Dernière ces destins, se cache des ordinateurs très puissants, des serveurs qui abritent des IA, Intelligence Artificielle, sorte d'être humain doté de sentiments et de raisonnement, mais surtout capable de se reprogrammer, voir de développer de nouveaux programmes seul. C'est la société Eternity Incorporated qui dirige toutes ces opérations, bien entendu avec l'aide de Diane.
Mais dans ce monde qui semble idéal, tout ne l'est pas, les machines dotées IA vont prendre les commandes et se retournées contres leurs créateurs.... Comme dans tout bon roman de SF vous me direz... Oui, ici l'auteur Raphaël Granier de Cassagnac, propose au lecteur un très bon romande SF avec, de très bons rebondissements, un thriller SF qui ne s'essouffle pas une seconde et qui emporte le lecteur dans ce monde virtuel dans lequel les machines ont l'air d'avoir plus de sentiment que les humains présenté dans cette aventure futuriste.
Ce livre se découpe en 3 parties, c'est la première que j'ai le plus aimé puisque l'auteur Raphaël Granier de Cassagnac, propose au lecteur de découvrir son monde et apporte peu à peu de nouvelles technologies biologiques. La dernière aussi, j'ai beaucoup aimé car la fin est, vraiment prévisible, mais elle est très bien faite et laisse toutes les possibilité possible pour des suites... et surtout à celle que nous connaissons : Eternity Incorporated (Résumé : Après l'anéantissement de la civilisation par un virus inconnu, une partie de l'humanité survivante a trouvé refuge dans une ville-bulle régentée par un ordinateur central omnipotent : le Processeur. Isolés du monde extérieur, les habitants de la bulle se retrouvent brutalement séparés de l'ordre lénifiant distribué depuis des siècles. Trois citoyens, Sean l'artiste drogué proche des opposants au Processeur, Ange la gardienne de la loi prête au sacrifice et Gina l'ingénieur ambitieuse se lancent dans une quête dangereuse des secrets du Processeur et d'eux-mêmes ! Avec une écriture singulière et sans tabou, Raphaël Granier de Cassagnac nous plonge dans une enquête passionnante qui nous dévoile les ressorts impossibles d'une société futuriste se rêvant idéale. )
J'avais mis, il y a déjà un certain temps, dans ma wish liste Eternity Incorporated de Raphaël Granier de Cassagnac. Je ne l'ai pas lu, même pas acheté, mais depuis que je viens de finir Thinking Eternity, je m'aperçois que Raphaël Granier de Cassagnac nous propose ici le début de son épopée. Je suis heureuse d'avoir attendu puisque maintenant je vais pouvoir lire Eternity Incorporated en connaissance de cause.
Lien : http://tousleslivres.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Riduidel
  14 mars 2020
Ce roman met face à face un frère et une soeur, dans un futur pas trop lointain.Le frère, Adrian, après un attentat terroriste qui lui coûte ses yeux naturels, va créer un courant spirituel, le "thinking", basé sur une forme poussée de communication scientifique. Autrement dit, il va devenir un prêcheur de la science dans un monde qui est en recherche de réflexion scientifique.La soeur, Diane, va intégrer "eternity", une entreprise "philantropique" cherchant à assurer la survie de l'humanité par tous les moyens : virtualisation de l'esprit humain, création de bulles survivalistes, lancement de vaisseaux générationnels, j'en passe, et des meilleures.Et si ces deux récits sont évidement disjoints initialement, la conclusion va les rassembler face à la menace de l'extinction humaine.J'ai été initialement assez gêné par ce roman.En effet, toute la première partie nous présente Adrian comme un prophète aux yeux d'acier. Et la science-fiction a pour ces personnages une appétence particulière : Paul Atréides, Palmer Eldritch ne sont que les représentants les plus emblématiques d'une espèce de gimnick du prophète du futur qui, littéralement, voit par la machine. D'autant plus que celui-ci se rapproche quand même terriblement du scientisme, une doctrine que je trouve assez perturbante.En vis-à-vis, sa soeur et ses expériences de l'intelligence artificielle présente une vision tout aussi ... déstabilisante. En effet, tout ce pan s'appuie sur l'intelligence viscérale. C'est-à-dire le postulat d'une l'intelligence artificielle faible, que je pourrais faire passer par "le charme discret de l'intestin", par exemple, pour limiter l'intelligence semblable à l'homme à ce qui repose sur un substrat biologique.On voit donc dès le début, malgré quelques faiblesses, une opposition raisonnable entre les penseurs du thinking, et les acteurs d'eternity.La deuxième partie du roman, où les personnages principaux commencent à interagir, présente toutefois un peu plus d'intérêt.Pas vraiment dans l'intrigue, puisque le thème classique de la pandémie apocalyptique est une fois de plus convoqué.Non, plutôt dans l'absence totale de vérité révélée.En effet, les romans de science-fiction ont une tendance regrettable à la clarté : les gentils sont désignés tout autant que les méchants, et leurs rôles sont difficilement interchangeables.ici, évidement, les humains sont gentils et les IA méchantes. Pourtant, lorsque la dernière page est tournée, rien ne permet de garantir que ce sont bien les IA qui ont lancé l'assaut. Je ne sais pas, et honnêtement, je ne suis pas sûr, que l'auteur ait voulu cette ambiguité. Mais, plus que les rebondissements d'une intrigue pas forcément claire, c'est vraiment cet aspect qui m'a étonné. Réussir à faire un roman correct sans pour autant user de la grosse ficelle de la révélation d'un authentique complot.Evidement, je suis mitigé, parce que cet aspect me semble quasi-accidentel, d'une part et que, surtout, clairement, il y a beaucoup trop de références à la culture SF pour l'usage qui en est fait. Vous voulez des exemples ? FacileIl n'y a pas d'avions, mais des ptères.L'implantation de membres cybernétiques est une mode courante, mais quasiment inutile dans le roman (à part les yeux d'Adrian).Les corporations ont créé des états séparés des grandes unions continentales, mais ça aussi ne sert somme toute pas à grand chose.Diane a un processeur implanté qui lui permet de communiquer avec une IA embarquée, qui ne sert que de Jimmy Cricket.Bon, j'imagine que vous voyez le schéma, surtout si on ajoute à ça le prophète lançant une religion à mains nues, si j'ose dire, les IA, ... On a là tout le pandémonium du cyberpunk, mais utilisé essentiellement en tant que décor. Notez bien que je ne cherche pas vraiment à ce que tout ait un usage, bien au contraire. Mais dans ce cas, j'ai trouvé ces éléments plus posés comme des éléments de décor que réellement constituants de l'histoire.Ce qui m'amène à un autre point : l'histoire. il y a peu d'unité entre la première et la seconde partie du récit. Sans doute parce que les deux personnages sont remarquablement passifs, ce que j'ai toujours tendance à trouver déplorable. Bon, sans doute aussi parce que ces personnages sont loin d'être les centres de l'action, mais plutôt des points symboliques de cette action.Tout ça en fait au final un bouquin pas forcément terrible, mais rempli de quelques chouettes idées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Imkal
  05 janvier 2015
Belle déception de fin d'année... J'attendais beaucoup de cet ouvrage, peut-être un peu trop d'ailleurs.
Le récit n'est pas mauvais en soi et pose certaines bonnes questions mais je n'ai pas accroché à leurs traitements que j'ai trouvé par trop simpliste.
Bon d'accord, le livre par avec un sérieux handicap vu que je n'adhère absolument pas au mouvement "Thinking" et surtout pas comme un chainon manquant dans la civilisation africaine. Pour ma part, j'ai plus l'impression que ce sont eux qui ont à nous apprendre que nous. L'approche manichéenne entre les religions et le Thinking me dérange également. Les limites du "Je pense donc je suis" ne sont absolument pas évoquées. Si la science et l'éducation était la solution à nos maux, cela se saurait.
J'ai également trouvé l'histoire cousue de fil blanc. J'ai deviné les différents éléments directeurs du récit bien avant leur annonce et donc au final aucune surprise pour moi :( en dehors de l'entrée en stase de certaines I.A. qui malheureusement se résout en 2 commandes DOS de bas niveaux ;) enfin presque.
Et en ce qui concerne les I.A., je ne les ai pas trouvées crédibles. Parlant parfois sous forme d'énoncés statistiques, parfois pas, elles manquaient à mon sens de cohérence et de personnalité malgré les efforts de l'auteur à les caricaturer dans des styles somme toute triviaux (poètes, amoureux, peintres,...)
Personnellement, j'ai trouvé la trilogie Time out ou le livre Maitre de la Matière d'Andreas Eschbach beaucoup plus interpellant sur des sujets similaires. J'ai malgré tout mis 3 étoiles car il y a de l'idée, c'est bien écrit et certains jeunes lecteurs pourraient s'y retrouver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Mariejuliet
  07 janvier 2015
Entre la couverture que j'ai trouvé très belle et le pitch, j'ai eu très envie de lire ce livre, quand je les ai découvert. Grâce à Masse critique de Babelio et aux Editions Mnémos, j'ai eu le plaisir de le lire.
Mon ressenti :
Je n'avais encore lu aucun texte de l'auteur (même si j'ai deux ouvrages auxquels il a participé en stock), c'était donc une découverte totale à l'ouverture du livre. J'ai littéralement dévoré le début du récit (non je n'ai pas mâché les feuilles), les pages se tournaient toutes seules et j'avais vraiment hâte de découvrir l'histoire. Il faut dire que le début est très rythmé, avec l'un des personnages principaux, Adrian, qui s'échappe du métro en plein attentat... et qui va se faire greffer des yeux cybernétiques. En parallèle, nous découvrons l'histoire de sa soeur, Diane, qui travaille sur les intelligences artificielles. Nous allons suivre leur histoire en parallèle, avec parfois des interactions. La première moitié du livre (à peu près), va présenter le développement du mouvement Thinking, initié par Adrian et l'évolution des travaux et de la vie de Diane. J'ai trouvé le concept du Thinking passionnant : en décidant d'enseigner les sciences à des tribus africaines, c'est presque une nouvelle religion qui se développe. Celle-ci opposant la connaissance à la croyance. Même si l'adhésion des peuples à la connaissance scientifique est très utopistes je me suis laissée bercée par ce rêve d'idéal. La deuxième partie tiens plus du thriller, avec des machinations, des meurtres, des gentilles ou très méchantes IA. Les ficelles étaient parfois un peu grosses, mais j'ai quand même lu avec grand plaisir l'histoire jusque la fin.
La présentation de l'histoire la rend dynamique. En effet, il s'agit d'interviews, de recueil de témoignages, de dialogues, de récits, toujours très courts. le récit alterne entre les histoires d'Adrian et de Diane, on ne s'ennuie jamais.
J'ai beaucoup aimé le personnage d'Adrian, notamment son côté un peu naïf et humble, quand il ne souhaite pas être mis sur le devant de la scène en tant que créateur du Thinking. Il a une sacré bande d'acolytes riche en caractères et origines. du côté de Diane,c'est plus l'IA qu'elle a créé qui m'intéresse : Artémis. Diane m'interpellait en tant que scientifique au départ, mais l'évolution de son personnage m'a moins plu.
A un second niveau de lecture, l'auteur nous propose des sujets de réflexions sur qu'est-ce que l'humain, religions versus science, la singularité technologique... il y a de quoi faire chauffer ses neurones.
Au final, une lecture qui m'a bien plus, surtout son début, où l'on découvre les personnages et le mouvement du Thinking. Une lecture qui ouvre la voie à de nombreuses réflexions sur l'humain, les religions, les machines, le tout sur fond de thriller. Un joyeux mélange, qui malgré quelques couacs, reste très prenant.

Pour en savoir plus : http://www.eternity-incorporated.com/
Lien : http://booksandme.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
stephanerenard
  16 mai 2021
Une utopie humaniste mais périlleuse en marche à travers les progrès de la science.
La science-fiction nous montre souvent un monde du futur déjà construit mais rarement ce monde en train d'advenir. C'est l'expérience qui nous est proposée avec Thinking Eternity, à travers la vie d'un frère et d'une soeur : elle va accompagner l'émergence des premières intelligences artificielles douées de conscience, et lui va radicalement changer le monde en fondant une nouvelle spiritualité, le thinking, qui est le mouvement éthique d'une humanité ayant accédé à une meilleure compréhension d'elle même grâce à la science.
La narration oscille entre l'un et l'autre en perception subjective, entrecoupés d'interviews de protagonistes clé, créant une trame dynamique qui change suffisamment de regard pour maintenir l'attention du lecteur sur la découverte progressive de technologies qui vont changer à jamais le destin de l'humanité. Les rebondissements sont subtilement associés à des décisions des personnages à contre-courant des évènements, ou sont les conséquences inattendues mais féroces des innovations en cours. La question lancinante qui reste en trame de fond est : sommes nous maîtres de notre propre destin, là où nous apportons la nouveauté, sommes nous à même de changer le monde ou sommes nous les marionnettes inconscientes des conséquences de ce que nous avons mis en branle.
Le texte, très épuré, manque parfois d'impact émotionnel mais l'imagination qui donne vie à ce monde futur est, elle, très vivace et elle brosse de façon réaliste et intense des événements qui pourraient se dérouler en ce moment même à notre porte. La qualité scientifique du texte est remarquable, sans jamais nuire à la lecture, c'est tout simplement très bien expliqué et très réaliste pour le scientifique que je suis aussi.
Le texte a su me maintenir en haleine alors que j'avais pas mal de lectures en retard sur ma pile, et une fois le livre refermé, je n'éprouve que de la satisfaction de m'être laissé embarquer dans une histoire si brillamment racontée qu'elle en devient quasi véridique. Plus que cela, j'ai envie de croire au Thinking, cette nouvelle spiritualité qui a su embarquer tant d'esprits généreux, et qui restera mystérieuse jusqu'au bout.
Je ne dirai rien des rebondissements et des révélations qui s'accélèrent à la fin de l'ouvrage, mais je peux vous dire que le rythme haletant des débuts se retrouve et qu'il est difficile de décrocher de toute la troisième partie de l'ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
baladinbaladin   26 février 2016
Montgomery est arrivé dans un aéronef futuriste, profilé et silencieux. Pour cette première rencontre, il s'est donné l'apparence d'un vieillard barbu, habillé d'une toge blanche retenue par une broche frappée du logo d'Eternity Incorporated.
Commenter  J’apprécie          00
baladinbaladin   26 février 2016
Si la machine s'éloigna de l'humanité, l'humanité se rapprocha en revanche de la machine. La crainte première et irrationnelle que les processeurs puissent "prendre le contrôle" fut balayée et la cybermodification se démocratisa.
Commenter  J’apprécie          00
baladinbaladin   26 février 2016
Je suis de retour au Sarcophage. McPherson m'informe que les consciences artificielles tournent déjà sur leurs nouveaux processeurs.
Commenter  J’apprécie          00
baladinbaladin   26 février 2016
Quand Genève a intégré l'Union intereuropéenne, le laboratoire de clonage a été déplacé en Islande.
Commenter  J’apprécie          00
NadegeDNadegeD   19 mars 2020
On gagnerait tous à changer plus souvent de vie.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Raphaël Granier de Cassagnac (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Granier de Cassagnac
Découvrez la Ville infinie, ses beautés, ses turpitudes et ses mystères ! Jadis, carnets et souvenirs picaresques de la Ville infinie, un ourobore entièrement illustré écrit par Charlotte Bousquet, Mathieu Gaborit, Raphaël Granier de Cassagnac et Régis Antoine Jaulin, illustré par Nicolas Fructus, d'après un monde imaginaire de Frédéric Weil
autres livres classés : intelligence artificielleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3623 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre