AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2367934223
Éditeur : L'Atalante (26/02/2016)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Un nouveau virus extrêmement contagieux s'est abattu sur la Terre. Quatre cents millions de morts. Si la plupart des malades, cependant, n'y ont réagi que par des symptômes grippaux dont ils se sont vite remis, un pour cent des victimes ont subi ce qu'il est convenu d'appeler le "syndrome d'Haden" : parfaitement conscients, ils ont perdu tout contrôle de leur organisme ; sans contact avec le monde, prisonniers de leur chair, ils sont devenus des "enfermés". Vingt-ci... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Apophis
  28 février 2016
Le roman de la maturité littéraire
John Scalzi a jusqu'ici publié deux types assez distincts de romans : d'une part une série de SF militaire (Le vieil homme et la guerre), et d'autre part des romans de SF isolés, ayant pour la plupart une particularité les distinguant de la SF standard : relever de la science-fantasy (Deus in machina) ou de l'humour, voire la parodie (Redshirts, Imprésario du troisième type). Rien de tel ici, et on comprend, dès la quatrième de couverture, que le désopilant ne va pas vraiment être de la partie. Cela ne veut pas dire que l'humour est absent, mais que le ton général est autre. Après tout, on parle d'une effroyable pandémie et on suit une enquête pour meurtre…
Signalons qu'un second texte est proposé à la suite du roman, dans lequel de nombreux narrateurs détaillent les événements à l'origine du nouveau monde décrit dans le livre. Ce texte, très vivant et d'une richesse exceptionnelle en terme de worldbuilding, est un gros plus par rapport au roman, qu'il complète efficacement (j'en reparle en fin de critique).
- le contexte
Un virus a provoqué une pandémie qui a fait 400 millions de morts (dont 4 aux USA). La maladie possède plusieurs phases, qui sont les suivantes :
* le virus provoque d'abord une forme de grippe particulièrement virulente, pouvant entraîner la mort, mais aussi disparaître en quelques jours après quelques vagues symptômes, voire aucun.
* 1/4 à 1/5 des survivants ayant développé la totalité des symptômes grippaux subissent ensuite une forme très agressive de méningite, qui peut avoir plusieurs conséquences : la mort, la survie sans séquelles (ou avec des séquelles qui sont traitables et disparaissent) ou la survie avec séquelles neurologiques ou cognitives (du genre diminution drastique du QI). Cette phase est responsable du quart des décès dus à la maladie.
* Certains survivants de la phase 2 subissent la phase 3 : ils sont atteints d'une forme de Locked-in syndrome (on devient alors un « Haden », du nom de la patiente la plus emblématique atteinte, la Première Dame des USA), ou, dans de très rares cas (10 000 sur toute la planète), ils restent valides mais subissent des modifications profondes du cerveau les rendant apte à être Intégrateur (voir plus loin). Rien qu'aux Etats-Unis, il y a 4.5 millions d'Haden (40 dans le monde). Un Haden, donc, est « enfermé »dans son propre corps : il ne peut pas bouger, ni parler, mais à part ça ses sens et son intellect fonctionnent normalement.
Aucune date n'est donnée dans le roman, mais le texte supplémentaire précise que la pandémie s'est déclarée alors que le monde comptait 7 milliards d'habitants, ce qui place donc le début de l'épidémie entre aujourd'hui et 2020, en gros. En tout cas, l'intrigue démarre 25 ans après les premiers cas.
Lorsque ces derniers ont eu lieu, un effort international massif (plusieurs milliers de milliards de dollars) a été mis en place pour créer des technologies nouvelles permettant aux Hadens de retrouver un semblant de vie normale. D'où la création de prothèses cérébrales informatiques greffées dans le cerveau et de corps artificiels (appelés « Cispés » -une référence à Z6-PO, comme se qualifie elle-même la Première Dame la première fois qu'elle en pilote un-) contrôlés par téléprésence via les dits implants, qui permettent à un Haden de « se » (le vrai corps restant dans une cuve médicalisée) déplacer, de communiquer, etc.
Le même genre de technologie lui permet de partager le corps d'un Intégrateur, la conscience de ce dernier restant « en veille » pendant ce temps, mais apte à reprendre un contrôle total si nécessaire. Cependant, louer les services d'un Intégrateur revient cher (et ils sont très peu nombreux), ce qui les réserve le plus souvent à une certaine élite, mais permet de continuer à ressentir certaines impressions (le goût, par exemple) inaccessibles à un Cispé. de plus, l'utilisation d'un corps organique d'emprunt met les gens beaucoup plus à l'aise dans certains milieux ou circonstances. Pour ceux qui n'ont pas les moyens de se payer leurs services sur leurs propres deniers, l'administration organise une « loterie » où le lot est une journée d'intégration.
Les Cispés sont conçus pour être aussi proches, en termes de capacités, des humains que possible, à la fois pour en faciliter le contrôle par téléprésence et pour éviter une peur du grand public du type « syndrome Terminator ». La grande différence est l'absence de goût, de fonctions organiques (sexuelles, digestives, etc) et (pour la plupart) l'absence d'expressions sur le visage (qui reste figé, comme celui de Z6-PO), bien qu'on rencontre dans le roman des Cispés dotés d'expressions et de traits du visage configurables. Tous les sens du Cispé sont « réglables », y compris la perception de la douleur. L'Haden peut aussi régler quelle part de sa conscience de « soi » est dévolue à son vrai corps et à son Cispé, certains oubliant totalement qu'ils possèdent le premier (qui doit cependant être nourri et « entretenu » par des infirmiers sous peine de mort ou de troubles divers, les escarres par exemple).
Les conséquences de l'apparition d'une nouvelle culture propre aux Hadens, ayant un rapport différent au monde physique et à l'ensemble des éléments de la vie quotidienne, sont bien décrites, tout comme certaines particularités, comme le fait de se « regarder soi-même » (regarder son corps réel depuis son Haden) ou l' »intégration transgenre » (un Haden masculin intégré dans un corps féminin par exemple). Les Hadens (ou « enfermés ») sont tous reliés par un espace en Réalité Virtuelle appelé l'Agora, et disposent d'un espace virtuel privé librement configurable (celui du protagoniste ressemble aux grottes de Waitomo ou à la Batcave, ça dépend de la culture de celui qu'il y invite !), où certains passent plus de temps que dans le monde physique. Il existe même un cas qui a contracté le virus au stade foetal, qui a survécu (ce qui est très rare) et n'a jamais connu le monde physique à proprement parler, étant né « enfermé ».
- Protagoniste et thèmes
Le protagoniste est Chris Shane, fils de milliardaire (et de politicien) et star des Hadens : c'est en effet lui que sa famille et le lobby pro-Haden a mis en avant, dès son enfance, pour faire accepter les Cispés au public. Au moment où l'intrigue démarre, il commence sa carrière au FBI et enquête sur un meurtre impliquant un Intégrateur. le contexte est tendu, puisqu'une loi qui vient d'être adoptée va sévèrement réduire l'aide publique aux Hadens.
Il fait équipe avec une ex-Intégratrice, bien entendu désabusée, cynique, au mauvais caractère, alcoolique, fumant comme un pompier et oubliant son dégoût de l'humanité dans les rencontres d'un soir. Bref, vous l'aurez compris, entre ça et l'enquête policière, on est dans le cliché (bien que, si le comportement de la coéquipière est stéréotypé, l'explication de ce dernier est, elle, beaucoup moins convenue), le police procedural, comme disent les américains. Tous les éléments mis bout-à-bout, on pense à des séries ou des films comme Extant (pour la controverse auprès du grand public autour de l'intelligence artificielle pilotant un androïde), Almost Human, Real humans ou encore Clones de Jonathan Mostow. Si le mélange n'est pas à proprement parler original, donc, il reste cependant efficace, et surtout, on reste admiratif devant la minutie de la description du monde.
L'aspect « police du futur » est bien rendu, bien qu'on reste, à ce niveau, relativement loin d'un livre comme La grande route du Nord de Peter Hamilton. Etre un agent du FBI Haden aux « commandes » d'un Cispé a des tas d'avantages : on dispose d'un modem / radio / téléphone intégré, de la vision nocturne (du moins c'est le cas pour le modèle de luxe que le protagoniste emploie : tous les Cispés ne se valent pas, tout comme toutes les « Enveloppes de combat » ne se valent pas dans le cycle de Takeshi Kovacs de Richard Morgan, par exemple), on résiste aux balles et au souffle d'une grenade, et surtout, on peut se déplacer instantanément, dans des Cispés loués / réquisitionnés, d'une côte à l'autre des Etats-Unis instantanément. Ce dernier point permet à l'auteur de faire voyager son enquêteur en un temps très court sur un grand nombre de lieux ayant un rapport avec l'enquête, ce qui n'est normalement possible que dans les univers de SF les plus avancés (téléportation, etc).
On retrouve les réflexions déjà menées par John Scalzi autour de la perte d'autonomie dans son cycle de SF militaire (vues du côté de la vieillesse et pas de personnes atteintes d'une maladie), ainsi que l'aspect découplage conscience / corps qui avait également été esquissé dans ces romans. Toutefois, la réflexion est ici bien plus poussée, à mon sens.
- L'intrigue, le style, les personnages secondaires
L'intrigue est complexe, notamment en raison du grand nombre de personnages secondaires trempant d'une façon ou d'une autre dans l'affaire de meurtre qui marque le début de l'histoire. de même, il y a beaucoup d'explications sur la technologie des implants, de l'Agora et des Cispés, et il faut parfois s'accrocher pour ne pas perdre le fil. Non pas que ce soit mal écrit, mais la densité d'informations que l'auteur veut faire passer au lecteur est à quelques reprises très importante (mais bon, rien de comparable au Livre Malazéen des Glorieux Défunts non plus !).
Le héros a un background assez riche, surtout au niveau familial. Certains personnages secondaires, tout spécialement Vann, sont intéressants, complexes et fouillés. J'ai personnellement apprécié l'utilisation de personnages Navajos, particulièrement le déficient mental qui, au final, se révèle, dans son genre, plus intelligent que quelqu'un supposé très brillant.
L'histoire est racontée à la première personne du singulier par Chris Shane. J'ai trouvé le style plus fouillé que dans les autres romans de Scalzi que j'ai eu l'occasion de lire, et j'ai apprécié la profondeur des thématiques et surtout la façon très profonde, détaillée, de les exploiter. La narration est fluide et agréable, le rythme (et celui des révélations) est bon et bien maîtrisé. J'ai pris beaucoup de plaisir et d'intérêt à découvrir le fin mot de l'histoire. J'ai particulièrement apprécié la longue phase dans laquelle les « gentils » démontent le plan des « méchants » et le retournent contre eux d'une façon excessivement réjouissante. C'est d'ailleurs l'occasion pour l'auteur de nous proposer plusieurs dialogues extrêmement savoureux.
- Genre, place du roman dans la SF contemporaine et dans l'oeuvre de Scalzi
A part le niveau de langage, qui reste accessible à tout le monde, on est pratiquement sur la richesse, dans la description du futur proche et des technologies émergentes, des textes les plus soft de… Greg Egan, Zendegi en tête. On est à la limite de la Hard-SF à vrai dire.
Clairement, si Scalzi restait jusqu'ici pour moi un écrivain efficace, que je prenais plaisir à lire, mais qui ne marquerait pas à long terme le genre d'une empreinte indélébile, il a franchi, avec ce roman, un net échelon supplémentaire. le roman de la maturité littéraire ? Sans nul doute, à mon sens, et pour le coup, quelque chose qui serait plus digne de recevoir un prix littéraire que Redshirts. Je n'aurais jamais pensé mettre Scalzi sur un relatif pied d'égalité avec ce génie qu'est Egan, mais force est de constater que sur ce roman précis, cette comparaison n'est pas ridicule.
Son roman, même s'il a certains points communs avec le vieil homme et la guerre (le côté militaire, l'exploration spatiale et les extraterrestres en moins, bien entendu), est tout de même un habile mélange de post-apocalyptique (en un sens) et de SF Transhumaniste (même s'il n'est à aucun moment question de la Singularité qui caractérise en général ce type de SF : néanmoins, il y a une évolution suffisante de la forme de l'homme -du moins des Hadens- pour faire, dans une certaine mesure, la comparaison). Il a même un vague côté cyberpunk (le ton désabusé et cynique en moins), dans la place qu'il accorde aux grandes corporations et à la guerre économique qu'elles se livrent et dans l'utilisation d'implants cybernétiques.
- Libération : une histoire orale du syndrome d'Haden
Ce texte supplémentaire, très intéressant, est un très gros plus à la lecture du roman, car il détaille très minutieusement les événements qui ont mené à la situation au début de l'intrigue. Au lieu de faire un froid déballage d'infos, l'auteur a adopté des points de vue multiples, sous forme d'interviews, celles de gens (médecins, chercheurs du CDC, médecin personnel de la Maison Blanche, politiciens, cobayes des premiers implants, leurs concepteurs, etc) ayant pris une part active dans l'épidémie, ses tentatives de résolution, la mise au point des implants ou des cispés, etc. Cette narration très vivante est un plus apporté à un texte déjà remarquable : en effet, le worldbuilding était déjà très solide dans le roman, mais il franchit là un impressionnant échelon supplémentaire. A part ceux de Peter F. Hamilton, je peine à trouver un exemple de monde aussi solidement établi par son auteur.
Libération est divisé en plusieurs parties :
* La description de la pandémie.
* le syndrome d'Haden.
* le programme de recherche sur les implants.
* La mise au point des Cispés.
* le Nouveau Monde (=la société Haden).
* 25 ans : les narrateurs prennent du recul et examinent la situation et les perspectives d'avenir un quart de siècle après la Pandémie.
Tout est passionnant, mais certains points sont à retenir, comme les pistes données par l'auteur sur l'origine du virus et sa mutabilité et adaptabilité (le concept des 3 phases : en gros, un seul virus provoque trois maladies différentes) : une origine artificielle liée au bioterrorisme est clairement évoquée, bien qu'aussitôt démentie par d'autres narrateurs. Au final, le lecteur s'interroge, mais ne connaîtra pas le fin mot de l'histoire. J'ai personnellement également particulièrement apprécié l'utilisation du concept de vallée dérangeante à propos des Cispés.
Le fait que les Hadens forment une nouvelle société, plus nombreuse que certains groupes religieux aux USA (il y en a plus que de juifs pratiquants ou de musulmans) est très bien décrit : le sentiment d'appartenir à un groupe à part, défini par le fait d'être un Haden avant toute chose, au détriment des clivages traditionnels (sexe, orientation sexuelle, ethnie, religion, statut social, etc) est bien expliqué et exploité.
L'auteur décrit avec une minutie extraordinaire certaines conséquences du statut d'Haden dans la société des « valides », comme une certaine forme d'Apartheid ou les difficultés que rencontre un couple d'Haden auprès des médecins lorsqu'il veut concevoir des enfants biologiques (un corps de femme, même atteint par la phase 3 de la maladie, est tout à fait capable de mener une grossesse à terme, si une insémination artificielle a lieu).
Il conclut en disant que malgré tous les changements de paradigme qu'a subi sa Terre, tôt ou tard, tout finit par s'intégrer dans la vie quotidienne, et ce qui fut jadis extraordinaire (la pandémie, les Hadens, les Cispés) finit par devenir banal, un élément du décor, du quotidien.
- En conclusion
C'est avec grand plaisir que j'ai lu ce roman de John Scalzi, qui, finalement, se révèle assez peu prévisible, et qui est en tout cas d'un intérêt constant. le worldbuilding de l'auteur, très solide, est réellement digne d'éloges. C'est pour moi le meilleur roman de l'auteur à ce jour, en tout cas un net cran au-dessus de sa production habituelle (de bonne qualité générale, mais il y a un gouffre entre le bon et l'excellent, qui vient sans-doute d'être franchi dans ce cas). Une suite est apparemment prévue, et c'est avec impatience que je l'attends.
Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
Shan_Ze
  07 janvier 2017
Dans ce futur où un virus très virulent a tué une bonne partie de l'humanité, certaines personnes sont victimes du syndrome d'Haden après avoir été contaminés. Elles sont conscientes mais ne peuvent effectuer le moindre mouvement sans avoir un cispé (robot permettant de « sortir » de leur état d'enfermement) ou un intégrateur (un être humain « équipé »). Chris Shane est haden et commence fort ses premiers jours en tant qu'agent du FBI : il doit enquêter sur la mort d'un homme dans des conditions très étranges. On soupçonne un intégrateur… était-il piloté par un haden ?
Il m'a fallu une bonne centaine de pages pour rentrer dans le dernier roman de John Scalzi (les fêtes n'aident pas à la concentration) mais une fois que j'ai compris qu'est-ce qu'un haden, un cispé ou un intégrateur, j'étais à fond dans ce mélange de policier et de science-fiction. L'univers crée par John Scalzi est tout à fait fascinant et le décrire à travers une enquête du FBI est vraiment intelligent. On comprend comment fonctionnent les hadens (ou enfermés) ainsi que les limites donnés par leur état. A travers cette population de hadens, c'est une évocation au statut des handicapés que faire l'auteur : leur difficulté à être considéré malgré leurs différences. Même si les hadens possèdent quelques avantages comme un espace virtuel personnel ou la possibilité de changer de cispé. (Il dénonce aussi le système de sécurité sociale américaine...)
Cette enquête a le mérite de faire s'agiter les neurones mais c'est John Scalzi, il sait s'y prendre, avec un soupçon d'humour, comme il en a le secret (Redshirts par exemple). La seconde partie avec l'histoire orale des Hadens est vraiment très intéressante à lire et donne un complément à l'histoire. Je m'y suis jetée les yeux fermés (parce que c'est lui) et j'ai eu raison, j'ai vraiment adoré. (va-t-il sortir une suite ?) Tiens, je vais sortir de mes étagères le troisième tome du vieil homme et la guerre, je compte le lire bientôt !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          367
Lutin82
  01 mai 2016
Voici l'essentiel de ma chronique, pour plus de détails, je vous invite à visiter la critique sur mon blog/
L'histoire débute à la manière d'un roman policier. Chris Shane, un tout jeune agent du FBI, débute en fanfare : son premier jour, son premier meurtre. Un jeune homme indien a été égorgé dans une chambre d'hôtel. le suspect prétend ne se souvenir de rien, et ce n'est nul autre que l'avocat d'un grand magnat de l'industrie Haden qui prend sa défense…
L'homme en question est un intégrateur, il a la capacité neurologique de recevoir un esprit humain dans son cerveau. Chris, est à l'opposé du spectre de la maladie d'Haden : c'est un enfermé. Muré au sein de son corps, il est dépendant des formidables avancées techniques et technologique pour vivre. C'est grâce à sa liaison avec un « transport personnel » (un cispé) qu'il remplit ses devoirs d'agent du FBI et qu'il accomplit ses principales interactions sociales dans l'univers physique. Pour le virtuel, un espace dédié aux hadens existe.
Le lecteur devine assez rapidement quelques éléments de l'enquête menée par le duo du FBI. Si l'identité du principal auteur est relativement évidente, John Scalzi parvient à réserver quelques surprises et rebondissements au lecteur. L'intrigue est maîtrisée de bout en bout, le format relativement court permet une écriture nerveuse et efficace. Ainsi, l'aspect thriller est agréable et le lecteur de SF y trouvera son compte. Certes, pour l'amateur du genre policier, l'histoire risque d'être un peu courte et insuffisamment alambiquée, mais cela reste un détail dans le genre qui nous occupe.
En effet, Les enfermés est un objet littéraire à plusieurs étages. Une fois le premier largué avec efficacité, intéressons-nous au suivant. Scalzi a imaginé une pandémie mondiale touchant des milliard de personnes. le virus, aérien et malveillant, a vu sa tâche grandement facilitée par les moyens de transports modernes et quelques ironies du destin. La comparaison avec la grippe espagnole permet de se faire une bonne idée des mécanismes en oeuvre. Une belle crédibilité inquiétante pour notre avenir. Cela permet de propulser le 3° étage sur une orbite étudiée. En effet, le virus a fait des milliard de victimes : une partie de la population touchée s'en est remise, les morts sont légion, alors que les autres ont vu la structure interne de leur cerveau modifiée… A l'échelle de la planète, cette maladie a eu de multiples effets, notamment sanitaires, économiques et politiques avec des effondrements massifs d'états et de continents.
Enfin, pour terminer en « beauté » ce périple infernal, John Scalzi propose en fin de son roman, une histoire orale de la maladie d'Haden. Cet ajout est loin d'être anecdotique : il met en prose la création d'une société entièrement nouvelle. Il ne s'agit pas d'une culture ou d'une communauté, il y a trop de courants et de strates parmi la multitude de victimes, elles ont un seul point commun : ce sont des enfermés. Cette histoire orale qui clôture un roman intense et bien pensé confère à l'ensemble la profondeur attendue et matière à réflexion.
La lumière étant essentiellement centrée sur l'agent haden Chris Shane, les autres personnages, sont un peu moins charnus que lui mais chacun a sa personnalité et des traits de caractères identifiables. Vann, la partenaire de Shane est d'ailleurs un personnage rapidement marquant et attachant, même si quelques nuances supplémentaires aurait été fort appréciées. le protagoniste principal est très réussi et donne une crédibilité plus grande au récit, avec la dualité de son existence. Comme quoi, il est possible de soigner ses personnages même dans un format relativement court.
Par ailleurs, j'y ai trouvé quelques échos de mes dernières lectures en rapport avec la virtualité d'un côté et la manipulation du cerveau humain de l'autre. Ainsi, le lecteur explorait-il les capacités potentielles de la matière grise dans le Nexus de Dr Erdmann de Nancy Kress. Ce court roman possède une saveur mystique, mais également un aspect scientifique très réussi. Dans Les enfermés, nous retrouvons cette plasticité neuronale tout en allant plus loin, surtout dans les moyens techniques déployés et leurs conséquences tout azimut. Dans Cookie Monster de Vernor Vinge, c'est la réalité virtuelle – si je puis dire – qui est abordée et qui trouve un écho quasi harmonique avec Les enfermés. Mais alors que dans le roman de Vinge, certains aspects sont simplement effleurés, ici, la thématique exploite pleinement sa potentialité. Ces malades peuvent vivre dans une réalité virtuelle au sein de laquelle ils projettent leur conscience, l'Agora (un réseau social moderne et bien plus puissant que ce que nous connaissons de nos jours).
Lien : https://albdoblog.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          105
Fully_74
  07 avril 2016
Les enfermés de John Scalzi et une petite pépite que je vous recommande vivement.
Le monde tel que nous le connaissons a cessé d'exister suite a une pandémie.Si toute l'humanité n'a pas disparue, la maladie a provoqué de profonds changements.
En effet, l'humanité est désormais découpées en 3 catégories distinctes : les survivants, ceux qui n'ont pas été touchés par la maladie ou qui n'en gardent aucune séquelle, les Hadens, ceux qui ont subit le plus de dégâts et dont le corps ne leur permet plus aucun contact direct avec le monde extérieur (ils sont littéralement enfermés dans leur propre corps) et les intégrateurs, qui ont subis la maladies mais sans arriver au stade de l'enfermement et dont le cerveau a été modifié.
Les premiers ont financé la recherche afin de soigner les autres et d'adapter la technologie aux besoins des malades. Cela a eut pour conséquences de trouver des moyens de permettre aux Hadens de retrouver un semblant de vie grâce aux Cispé, ces espèces de robots contrôlables par les Hadens et leur permettant de « sortir » de leur corps afin d'interagir avec le monde.
Les intégrateur, grâce aux progrès technologique et aux particularités uniques de leurs cerveaux sont capables d'accueillir les Hadens dans leur cerveau et de servir ainsi d'hôtes.
Dans ce monde, le lecteur est propulsé aux côtés de deux agents du FBI, l'un étant un Haden et l'autre une ancienne intégratrice, chargés d'enquêter sur les crimes impliquant des Hadens.
Ce roman est donc une sorte d'hybride mi-thriller mi-science-fiction.
Bien que ce soit le premier livre de cet auteur, j'avoue avoir été très rapidement séduit par son style, à la fois clair et précis ( il n'hésite pas à entrer dans les détails pour nous expliquer le fonctionnement des réseaux neuronaux, des concepts de cybersécurité et ce sans nous noyer sous les informations). Par ailleurs si le ton est relativement sérieux, j'avoue avoir beaucoup apprécié les petites pointes d'humour qu'il distille avec la plus grande parcimonie.
Pour ce qui est de l'intrigue, elle est suffisamment touffue et développée pour que le lecteur lutte pour trouver le fin mot de l'histoire.
Mon unique bémol (car il en faut bien un) concerne l'absence d'un réel twist dans les dernière pages. Mais là, je chipote un peu car pour être honnête ce livre est excellent. Pour preuve : c'est un de ces livres que j'ai été incapable de lâcher du début à la fin ce qui fait que j'ai commencé sur le coups de 15h et que je l'ai terminé dans la nuit.
J'ai également beaucoup apprécié la seconde partie qui nous apporte quelques éléments sur la découverte et la propagation du virus par le biais de différents protagonistes.
Au final, un très bon roman, bien rythmé et bourré d'action dans un univers très plaisant.
J'ai hâte de lire d'autres romans de John Scalzi car ce premier est un vrai coup de coeur que je vous recommande chaudement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Maks
  04 janvier 2019
"Les enfermés" est une bonne lecture. Original dans le mélange des genres, intelligent dans les thèmes traités mais aussi en double lecture comme la place des handicapés dans une société hyper technologique, celle des minorités, le racisme, les peurs post-traumatiques au travail, l'identité, la politique etc..

Entre polar et cyberpunk, John Scalzy construit son intrigue autour d'un personnage intelligent, à défaut de pouvoir utiliser son corps, il utilise sa force mentale et comme beaucoup depuis qu'ils sont enfermés se déplacent virtuellement dans un corps de robot.

Le lecteur se retrouve devant une scène de crime, inexplicable, digne des grands polars mais avec l'intégration de technologies avancées pour résoudre l'équation, dans la veine de titres tels que "Minority Report", "Blade Runner" ou encore "L'homme Bicentenaire". J'ai bien aimé les petites références SF ainsi que le clin d'oeil à Star Wars !

Je n'ai pas vu les pages défiler, prenant de bout en bout, décidément John Scalzi me surprend encore, après "Redshirt" que j'avais beaucoup aimé, c'est au tour des "Enfermés" de rentrer dans mes références SF.
Sur le blog :
Lien : https://unbouquinsinonrien.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
blondesNlitterairesblondesNlitteraires   22 juin 2017
Au début, quand je parlais en conférence de la manière d'écrire sur cette communauté, je faisais le parallèle avec celle des sourds. Le monde des non-entendants est pratiquement invisible aux gens qui n'en font pas partie, mais ceux qui s'y connaissent se sentent liés par une très forte identité nouée autour de ce qu'ils ont tous en commun : leur surdité.
Pourtant, différentes factions ont toujours divisé cette collectivité. Il y a ceux qui veulent élever leurs enfants dans la langue des signes et ceux qui tiennent à leur apprendre la langue de leur pays. Ceux qui comprennent l'intérêt des implants cochléaires et ceux qui y voient une menace pour la cohésion du groupe. Ceux qui veulent passer du temps dans la société globale et ceux qui jugent plus important d'aider les sourds à développer leur communauté.
Le même phénomène s'observe chez les hadens, avec quelques variations et particularités, naturellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Shan_ZeShan_Ze   02 janvier 2017
Une grève perdrait en efficacité si elle ne contrariait personne.
Commenter  J’apprécie          210
Shan_ZeShan_Ze   23 décembre 2016
Quand on est plein aux as, la seule limite est le temps dont on dispose.
Commenter  J’apprécie          150
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2016
L’homme est fait pour ne s’occuper que d’un seul corps. Il n’est pas conçu pour en contrôler deux à la fois. Ainsi, la maladie modifie véritablement le cerveau de ses victimes. La technologie d’IRM met bien en évidence les différences entre l’encéphale d’un haden et celui d’une personne indemne.
Le vertige se produit quand le cerveau se souvient qu’il ne devrait pas recevoir de stimuli de la part de deux organismes distincts. La solution la plus simple à ce conflit est de regarder ailleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   28 avril 2016
Mon père côtoie quotidiennement de ces gens riches comme Crésus à l’amour-propre tellement démesuré qu’ils sont à deux doigts de sombrer dans la sociopathie (quand ils n’y pataugent pas déjà). De ces gens qui se prennent pour des prédateurs alpha dans un univers de moutons. Papa les conduit dans la salle des trophées et ils ouvrent des yeux comme des soucoupes en s’avisant que leurs exploits les plus remarquables font figure de roupie de sansonnet à côté de ceux de papa.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de John Scalzi (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Scalzi
A l'occasion des Utopiales de Nantes 2018, John Scalzi vous présente son ouvrage "Prise de tête" aux éditions Atalante.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2259856/john-scalzi-prise-de-tete Notes de Musique : Audio Library YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2841 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..