AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Tortues à l'infini (106)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
ThecosmicSam
  28 janvier 2018
Le résumé rend peu hommage à ce livre qui raconte bien plus que l'histoire de trois adolescents atypiques. C'est avant tout une histoire sur la maladie mentale, cette spirale infernale au coeur de laquelle est enfermée Aza et dont elle ne peut se défaire malgré tous ses efforts.
Ces troubles obsessionnels qui lui font voir les microbes et la maladie partout la coupent douloureusement du monde qui l'entoure, la rendent captive de ses pensées intrusives et destructrices.
Au coeur de ce chaos cérébral, seul le solitaire David semble pouvoir se faire une petite place. David est également un personnage attachant aux nombreuses facettes : poète maudit, féru d'astronomie et désespérément isolé, prisonnier des millions de son père (un fraudeur en col blanc porté disparu et recherché par toutes les forces de police du pays).
C'est dans ce contexte explosif que ces personnages bancals se retrouvent, se tournent autour et nous parlent avec douceur et mélancolie des troubles psychiques, de l'isolement, des espoirs adolescents et du premier amour.
Une fois encore John Green évoque la sortie fracassante de l'adolescence de ses personnages aux émotions exacerbées sur fond de métaphores et d'une anthologie de citations cultes.
En bref : Un livre saveur aigre-douce que l'on ferme avec le sourire aux lèvres et des larmes dans les yeux.
Lien : https://thecosmicsam.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Maliasenegal
  19 décembre 2018
Je pense, je suis même sûre qu'il n'y a pas assez de mot sur Terre pour décrire ce roman magnifique,bouleversant et surtout extrêmement bien écrit.
Je confirme que c'est le roman le plus personnel de John Green et d'après moi c'est aussi son meilleur.
C'est l'histoire d'Aza une jeune fille de 16 ans qui à une maladie mentale, elle à des pensée très envahissante trop... d'ailleurs ce que j'ai vachement aimé c'est que jusqu'à la fin on ne mentionne pas le nom de la maladie, John nous laisse deviner
On la rencontre au moment où un millionaire disparaît, il est en fuite... et le destin à décidé que ce millionaire n'est autre que le père d'un ami d'enfance de Aza, avec sa meilleure amie elle va menée l'enquête
Une autre chose que j'ai beaucoup aimée c'est le fait que cette histoire ne porte pas sur l'amour (enfin un peu mais pas énormément) et ça c'est trop bien!
bref...je vous le conseille vivement parce que c'est un chef-d'oeuvre !

Commenter  J’apprécie          40
asnico
  06 décembre 2017
Aza Holmes est une jeune fille de 16 ans qui fréquente un lycée de l'Indiana. Sa mère est prof dans ce lycée même et sa meilleure amie, Daisy, le fréquente aussi. le père d'Aza est décédé, elle a gardé son téléphone pour les photos et sa voiture, prénommée Harold.
Comme prénommer une voiture ne suffisait pas, Aza souffre également de sérieux troubles mentaux (bah oui, on est dans un bouquin de John Green quand même !) et elle ne prend pas régulièrement son traitement. Les angoisses, l'hypocondrie, la peur des bactéries même saines… C'est une spirale infernale pour Aza.
Parallèlement à ce cadre de vie, Aza reprend contact avec Davis, un ado richissime qu'elle a connu en colo et dont le père a disparu mystérieusement. Il aurait détourné de l'argent et la police promet 100 000 dollars à quiconque leur livrant des informations. Il n'en faut pas plus à Daisy pour convaincre sa pote de se lancer sur la disparition du patriarche…

Voilà l'intrigue du dernier Green : ça se laisse lire, y a de l'amitié, de l'amour, des soucis d'ados mais aussi des moments un peu longuets. Ce qui m'a le plus dérangé, c'est la fin qui tombe complètement à plat et qui aurait peut-être mérité d'être plus étoffée. Bref, un livre à réserver aux fans de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FleurDuBien
  04 décembre 2017
Euh bof. Pas terminé. Je ne savais pas que c'était un livre pour ados. Même si les adultes peuvent le lire. C'est pas trop ma tasse de thé.
Par contre j'ai aimé certaines phrases de sa therapeute comme "Mes pensées ne sont pas moi" lorsque des pensées négatives viennent envahir la psyché. Des pensées intrusives comme il est écrit dans le livre.
Ça j'ai aimé.
Mais pas suffisamment pour le terminer...
Commenter  J’apprécie          40
Sobiet
  03 juin 2018
Contrairement à de nombreuses critiques positives qui me l'avait fait choisir, je n'ai pas du tout adhéré à ce roman de littérature jeunesse. de nombreux problèmes de société sont évoqués, mais les troubles obsessionnels du personnage central, Aza, m'ont très vite laissée dans une spirale de lassitude !
Les personnages secondaires sont intéressants, notamment son amie qui cache ses conditions de vie difficile et à l'opposé, le personnage masculin, Davis, particulièrement riche mais livré à lui-même avec son petit frère. Tout est triste, mélancolique, et lent, tellement lent. L'enquête menée par les personnages en parallèle aurait pu mettre du piment à tout cela mais la fin nous laisse pantois. Triste d'être déçue...
Commenter  J’apprécie          30
Vyandmyuniverse
  15 mai 2018
Par où commencer… J'ai d'abord été intrigué par le titre. Et, c'est un John Green. J'ai aimé tous les John Green que j'ai lus. Pourtant, en lisant la 4 ème de couverture, je n'ai pas du tout accroché. Comme le prix était élevé, il est resté en magasin.

Puis, il est arrivé par magie dans ma chambre après un petit détour par la médiathèque. Dès la première page, j'ai adoré ! Et puis, plus je tournais les pages, plus je me demandais où j'étais tombée… Au bout d'un moment, je ne comprenais plus où John Green veux nous emmener. Mais j'ai continué à lire. Je n'ai pas pu arrêter, il fallait que je sache la suite.

Aza est très étrange et en même temps sur certain point j'avais l'impression de la comprendre. J'ai aimé essayé de comprendre le fonctionnement d'Aza. En fait, l'histoire parle de la maladie mentale, des troubles obsessionnels et de comment ils peuvent être vécus.

Au final, pour moi, Tortues à l'infini ne raconte pas une histoire. C'est seulement un passage, un bout de la vie d'Aza, qu'elle partage avec nous. J'ai vraiment apprécié ce roman même s'il m'a parfois désorienté.
Lien : https://lacultureestmoi.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Freelfe
  27 juillet 2018
Tortues à l'infini est le dernier roman de John Green. Publié par les Editions Gallimard Jeunesse, ce roman de 340 pages coûte 21,00€.

Je ne suis pas du toute une fan de cet auteur. J'ai tenté deux de ces livres sans jamais accrocher ni aux histoires, ni à la plume. J'ai cependant voulu lui redonner sa chance : ce n'est pas possible que tout le monde apprécie cet auteur… sauf moi ?
On dirait bien que si. Dès les premières pages, j'ai été rebuté par le style d'écriture et le personnage « étrange » d'Aza. On peut avoir une psychopathologie sans être bizarre, vous savez !
La centaine de page vaillamment atteinte, je suis allée voir la fin que je n'ai pas trouvée plus intéressante que le reste du bouquin lu en travers…

Alors ma chronique ne fera pas de mal à cet auteur largement apprécié et dont le succès n'est plus à refaire. Et je me sens un peu comme un petit mouton noir de ne pas apprécier cet auteur. Mais non, ce livre ne m'aura pas plus convaincu que les autres que j'ai déjà tenté de lire. Je lui aurais au moins redonné une chance ^^

Un livre que je ne recommande donc pas, que je n'ai pas apprécié du tout : lent, fade, sans intérêt, avec des personnages loufoques et bizarres. Je n'y ai pas du tout trouvé mon compte !

Lien : http://freelfe.blogspot.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hashtagceline
  09 mai 2018
Je ne suis pas une fan inconditionnelle de John Green. J'ai apprécié Nos étoiles contraires, il m'a manqué quelque chose dans Qui es-tu Alaska? (pas grand chose) et je me suis ennuyée dans La face cachée de Margo. le seul qui, finalement, a trouvé grâce à mes yeux, c'est le théorème des Katherine. Et bien souvent, c'est celui que tout le monde oublie ou qui n'a visiblement pas marqué les esprits. Et par ailleurs, je n'ai toujours pas lu Will et Will, par manque de temps (mais je vais le faire).

Donc comme je suis tout de même curieuse, j'ai voulu lire Tortues à l'infini. ET cette fois-ci, ça a été pour moi un vrai coup de coeur.

Pourtant, je sais que pour beaucoup ça n'a pas été le cas.

Tout d'abord, l'écriture m'a beaucoup plus parlé. C'est pourtant le même auteur ;-) Moins de digressions, d'envolées littéraires qui dans les autres alourdissaient ou ralentissaient (à mon avis) la lecture. Ici, moins de grands discours et beaucoup plus d'intime. On sait que le sujet de ce roman touche personnellement John Green. On le sent clairement. C'est peut-être ça qui m'a atteint cette fois-ci. Là, pour moi, ça filait tout seul. J'enchaînais les pages avec cette envie d'en savoir plus sur Aza, sur Davis (et son jeune frère), sur Daisy, sur cette histoire de disparition... Avec ce fil conducteur ( les spirales obsessionnelles) qui se déroulait et s'enroulait, j'ai lu ce roman avec une rapidité folle. Impossible de le lâcher!

Ensuite, l'héroïne, Aza, m'a beaucoup touché. Son mal-être m'a parlé.(Non, ça va, je ne suis pas trop ou particulièrement névrosée) mais j'ai trouvé ses obsessions réalistes et bien retranscrites.

J'ai aussi beaucoup aimé les personnages qui gravitent autour d'Aza comme Davis, jeune homme riche mais seul qui essaie de garder la tête hors de l'eau et préserver son petit frère. Mais aussi Daisy qui souffre de l'indifférence de cette meilleure amie centrée sur ses propres problèmes. (Daisy est très touchante et drôle) Il y a du suspense et de l'émotion, une héroïne qui n'en est pas vraiment une, du mal-être, de la douleur et de l'espoir.

Beaucoup d'ingrédients que l'on retrouve dans les romans de l'auteur. Ici, c'est mieux dosé que dans certains.

Je veux bien concéder que l'histoire qui amène Aza à retrouver Davis, la disparition du père et l'enquête des deux amies…tout ça est un peu abracadabrant. Mais cela ne gâche pas la lecture. C'est une belle histoire avec des portraits touchants d'adolescents tourmentés et malmenés qui vivent des choses très différentes, qui peinent à se comprendre mais essaient.

J'ai aussi entendu le reproche que ces adolescents se comportent trop comme des adultes. Mais n'est-ce pas le cas dans beaucoup de John Green où les héros sont bien souvent plus matures que ce que leur âge pourrait laisser présager ?

Allez, une dernière petite remarque : il y a peut-être moins d'humour que dans ses précédents où bon nombre de personnages dits secondaires avaient un sens de la répartie cinglant. Ici c'est peut-être un peu moins flagrant.

DeleteEdit
#PourFinir
Bref, moi, j'ai été conquise par ce nouveau roman. Vraiment.

Il y a eu pléthore de critiques sur ce titre. J'aurais peut-être pu vous épargner mon humble avis. Mais, autour de moi, j'ai entendu beaucoup de négatif (pas que heureusement). Alors, j'ai eu envie d'en dire du bien. Et comme quoi, on peut parfois être surpris par un auteur alors que l'on n'y croyait plus.

Pour conclure, je pense que ce nouveau John Green est à conseiller à ceux qui n'aiment pas John Green.




Lien : http://hashtagceline.com/art..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
EsseG71
  17 avril 2018
Aza et Daisy sont inséparables. Et pourtant tellement différentes. Heureusement pour Aza qui souffre de troubles obsessionnels qui l'emmènent parfois très loin dans sa peur de la maladie, Daisy, grande fan de Star Wars, répond toujours présente. Quand un milliardaire disparait subitement, les deux amies vont décider de mener l'enquête pour toucher la récompense et renouer avec Davis, le fils du disparu, qu'Aza avait rencontré dans une colonie de vacances. L'amour va-t-il aider Aza ?
Décidément un John Green ne laisse jamais indifférent-e. Je ne sais pas trop quoi penser de ce roman, le personnage d'Aza fait peur, mais en même temps je n'ai pas pu lâcher l'histoire avant la fin. L'auteur sait camper des personnages aux caractéristiques bien particulières, comme d'habitude il y a ce qu'on ne pense pas pouvoir exister vraiment dans la vie (Davis et son frère abandonnés par leur père), du moins on espère, et des situations tellement réelles. Et pour décrire la spirale des pensées d'Aza, il faut ou avoir bien étudié le phénomène, ou en souffrir soi-même.
Je pense que ce roman va être un peu difficile même en 3ème, mais peut-être certain-es oseront se lancer juste sur le nom de l'auteur !?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lilicrapota
  08 avril 2018
Bon, j'avoue avoir été un peu déçue sur ce coup là... Ca faisait un bon moment déjà que j'entendais parler de cet auteur "fabuleux" "culte" et j'en passe et je me suis décidée à m'acheter ce "fameux" "tortues à l'infini". le style ne m'a pas emballée plus que ça. Il s'adresse à (il me semble) plutôt des jeunes fin collège/lycée, ce n'est pas simple, de comprendre cette histoire de pensées parasites et tout ce qui habite la psyché de l'héroïne. Après, je crois que je n'ai pas réussi à être captivée par l'intrigue à cause de ce fil conducteur "enquête policière", pas vraiment crédible... Il me semble que ce qui a enchanté les critiques se situe plus dans le fait que l'auteur ait livré dans ce roman un pan de sa vie et plus particulièrement sa façon de vivre sa maladie.
Pas convaincue, donc... mais je découvrirai ses autres romans avec plaisir!
Commenter  J’apprécie          20


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Tortues à l'infini

Où se déroule l'histoire ?

Chicago
Indianapolis
Cincinnati

13 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Tortues à l'infini de John GreenCréer un quiz sur ce livre