AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782390251316
208 pages
Racine Be (13/10/2020)
2.97/5   35 notes
Résumé :
Fidèle à son humour corrosif et son franc-parler, Anne Gruwez nous décrit, affaire après affaire, son métier de juge d'instruction.
Emaillé de références littéraires, son récit nous fait parfois passer sans transition du rire à la stupéfaction.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
2,97

sur 35 notes
5
0 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
3 avis
1
0 avis

saigneurdeguerre
  06 avril 2021
Anne Gruwez est devenue une célébrité depuis la sortie du film-documentaire « Ni juge, ni soumise » (2017) qui a connu un formidable succès en Belgique francophone.
Mais avant cela, il y avait eu deux émissions « Strip-tease » (Le Flic, la Juge et l'Assassin en 2008, et Madame la juge en 2012) qui avaient permis au public belge de découvrir une juge hors du commun, avec un caractère bien trempé, pleine d'humour, un accent bruxellois à couper au couteau… Et beaucoup d'humanité.
Vous imaginez bien qu'un tel oiseau ne chante pas nécessairement des mélodies que tout le monde aimerait entendre, à commencer par le monde de la magistrature où certains estiment qu'elle donne une image caricaturale de la justice. C'est vrai qu'elle est drôle, mais elle est bien plus proche des justiciables que d'aucuns qui se placent dans une autre dimension sans rien comprendre aux individus qui se retrouvent devant eux.
La voilà qui sort un livre… Quand je lis l‘ouvrage, je l'entends parler. Tout-à-fait par hasard, je l'ai rencontrée dans la « salle d'attente » de la télévision régionale bruxelloise BX1 car nous étions tous les deux invités pour le journal de 18 :30. Nous avons beaucoup discuté, sans nous connaître, sans que je ne sache qui elle était. C'est l'attachée de presse du distributeur du film qui m'a parlé d'elle alors qu'elle se trouvait sur le plateau pour répondre aux questions de la journaliste quant à ce film-documentaire. Ce n'est qu'à ce moment-là que j'ai établi un lien avec la juge qui m'avait tant fait rire lors des émissions « Strip-tease ». A ma décharge, elle avait changé de coiffure… Et je n'avais jamais imaginé me retrouver un jour en face d'elle.
« Mais le livre », me demanderez-vous ? Personnellement, j'ai beaucoup ri car j'avais son visage et sa voix dans la tête au fur et à mesure que je lisais sa prose. C'est un personnage exceptionnel et hors du commun qui commence par nous narrer une de ses journées ordinaires. Madame la juge prend les transports en commun et, comme tous ceux qui font de même à Bruxelles, elle n'échappe pas au mendiant qui a trois enfants dont un gravement malade, mais comme elle le dit si bien, depuis le temps, cet enfant est soit mort, soit guéri. La façon dont elle déplore le manque de professionnalisme du mendiant fait partie de cet humour très bruxellois qui fait qu'on tourne en dérision des situations pour ne pas pleurer.
Sa description du Palais de Justice pourrait paraître caricaturale pour tout qui n'a jamais mis les pieds au Palais de Justice de Bruxelles. Si vous passez par là, vous ne manquerez pas d'observer l'immense échafaudage qui l'enveloppe. En fait, il faudrait parler de l'échafaudage qui soutient le premier échafaudage… Il est là depuis plus de vingt ans… Et n'est pas près de partir…
A nouveau, elle raconte avec beaucoup de drôlerie ses conditions de travail qui sont pathétiques et indignes d'un pays dit « civilisé ». « Quand on n'a que l'humour… » chanterait Jacques Brel s'il vivait encore de nos jours.
Elle apprécie l'immense majorité des greffiers, mais elle en égratigne tout de même quelques-uns, n'hésitant pas à écrire à leur propos : « Moi, je dis qu'il y a des meurtres excusables. » Attention, c'est au moins du deuxième degré… Si on retrouve un greffier assassiné, s'il vous plaît, n'allez pas immédiatement arrêter ma juge préférée !
Elle fait souvent référence à des situations vécues et risque de perdre des lecteurs en cours de route car ils ne visualisent pas vraiment la scène. Je ne puis que vous recommander le visionnage du film qui traite d'elle ou une des émissions « Strip-tease » pour accompagner la lecture de ce livre et vous plonger dans l'ambiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2712
Fabienne1809_Des_livres_dans_mon_coeur
  03 novembre 2020
Ce livre reprend en vrac tout ce que la plus célèbre juge d'instruction de Belgique a envie de nous révéler.
Ma première impression a été que cette dame a une connaissance vraiment très fine de l'espèce humaine, ce qui est un avantage non négligeable dans sa profession !
Autre chose : après avoir vu le film, en avoir entendu régulièrement des extraits et suivi certaines émissions à la radio, j'avais l'impression d'entendre la voix d'Anne Gruwez en lisant le livre.
Après, je suis sidérée de ce qui est fait du secret professionnel et du devoir de réserve. Avec force détails, l'auteure explique certaines affaires qu'elle a traitées comme juge d'instruction, ce qui finalement pourrait permettre à certaines personnes d"identifier de qui il est question. Et là, ça commence à me gêner.
Enfin, là où je n'adhère plus, c'est quand l'auteure nous prodigue des recettes qui ont leur place sur le darknet, mais pas dans un ouvrage à mettre entre toutes les mains.
Un moment de lecture étonnant. Un livre à découvrir pour se faire son opinion, sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
MaggyM
  02 décembre 2021

Anne Gruwez est à la magistrature belge ce que Tata Yoyo est à sa scène musicale: tout le monde connaît même si on est parfois un peu honteux de la trouver sympa.
Parce qu'Anne Gruwez, elle n'a pas la langue en poche quand elle s'exprime; que ce soit pour parler des conditions dans lesquelles la justice doit se "rendre" au plat pays que pour donner son avis sur certains malfrats ou certaines politiques. Moi, elle me fait rire.
J'avais déjà bien ri au visionnage du documentaire "Ni juge, ni soumise" dans lequel on l'accompagnait pour des petits d'affaire d'instruction. Dans Tais toi!, elle nous parle de tout et de rien, principalement en lien avec son job bien sûr, mais pas seulement. On sent derrière ce franc-parler qui doit sans doute en gêner plus d'un, une femme investie et passionnée par son métier, mais surtout par les gens. Même si cela n'apparaît peut-être pas au premier abord, je pense qu'Anne Gruwez est quelqu'un de vraiment bienveillant dans un monde où bien souvent, les procédures administratives et l'habitude finissent par faire perdre toute empathie chez les professionnels de la chose juridique.
Avant d'être éprise de justice, la juge est avant tout éprise d'équité. Et c'est là que réside toute son humanité et sa capacité à user de mots vrais à des fins de transparence.
Au gré des pages, nous aurons confirmation que la justice est une grosse machine, presque kafkaïenne, très raccord avec le surréalisme belge. J'en veux pour preuves ces deux anecdotes où dans un cas, un type a du se présenter trois jours de suite à la prison pour être écroué, ayant eu la malchance de "tomber en dehors des heures" et à chaque fois renvoyé chez lui et dans l'autre cas, une erreur administrative qui entraine la libération d'un détenu qui, malgré ses protestations, n'a pu réintégrer la prison. A côté de ces anecdotes liées à des affaires qu'elle ou ses collègues ont administrées, on aura aussi parfois des conseils pour commettre un délit "correctement" pour ne pas se faire prendre et des réflexions personnelles sur le monde et son évolution.
On sent sous un propos livré parfois "platezak" (*) , une femme érudite, qui cite aussi bien Balzac qu'Aldous Huxley en passant par Louise Attaque. Et bien que l'on pourrait parvenir à déprimer au fur et à mesure de la lecture tant elle confirme page après page, qu'on est vraiment dans la période "déclin" de notre civilisation, on sourit, on rit parfois parce qu'Anne Gruwez est drôle, cynique, impertinente, effrontée et malgré tout, optimiste. Et c'est tout cela qu'elle partage avec son lecteur.

(*) platezak: "sans détour" chez nous autres en Belgique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
josette-costeux
  11 janvier 2022
je connais la juge Gruwez par le film "Ni juge, ni soumise" et surtout par les chroniques auxquelles elle participe sur Vivacité, une radio belge. Je connais donc son franc-parler, ses réparties, ses provocations, ses prises de position , son humour, son sens de l'ironie et, souvent, ses interventions me font sourire !
Son livre est le reflet parfait de sa personnalité. En lisant, j'avais l'impression très nette de l'entendre, de la voir. Sauf que, pour moi, l'écrit passe moins bine et que lire était un exercice fastidieux et m'a demandé un sérieux effort de concentration.
Anne Gruwez décrit son travail, disserte sur le fonctionnement de la justice, détricote le système judiciaire, analyse le comportement de ses "clients" en alternant ironie, humour (au second degré), professionnalisme et c'est parfois compliqué de faire la part des choses dans un texte, qui pour moi, manque de structure et de liens.
Mais peut-être a-t-elle voulu montrer un certain visage de la justice ? Visage, qui, pour les citoyens, est parfois bien difficile à comprendre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          85
Francedewepion
  18 novembre 2020
J'avais vu le film documentaire "Ni juge, ni soumise", consacré à la magistrate (juge instruction) Anne Gruwez. J'avais apprécié l'humanité de cette dame, sa manière d'avoir une main de fer dans un gant de velours, sa personnalité atypique avec sa 2CV.
J'attendais donc avec impatience la sortie de son livre.
Quelle déception !
Aucun fil conducteur, des idées jetées en vrac parfois sans rapport avec le titre du chapitre. Une écriture brouillonne malgré des citations d'auteurs ou de personnalités (qui démontrent sa culture). Il m'est arrivé de devoir relire certains passages parce que je ne comprenais pas toujours la transition entre les paragraphes.
Franchement, je m'attendais à mieux.
Madame Gruwez garde ma sympathie malgré tout pour la personne qu'elle est.
Commenter  J’apprécie          93


critiques presse (1)
FocusLeVif   28 septembre 2020
L'occasion de découvrir sous sa plume et son expérience, toutes ces vérités qui ne sont pas bonnes à dire.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   19 novembre 2020
Comme d'habitude sur ma ligne, le Rom se promène en boitant exhibant sa pancarte : "J'ai trois enfants, un enfant est malade. Je prie pour une petite pièce ou un ticket, SVP" Tout en marmonnant un : "siiii vous plaît", qui se termine par un soupir de fin du monde. Comme d'habitude, je me dis : depuis le temps que cet enfant est malade, il doit être mort ou guéri. Dans les deux cas, il n'y a plus rien à faire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   21 novembre 2020
Au quatrième étage, je salue les techniciennes de surface. C'est comme des femmes de ménage, mais l'appellation est sans doute plus digne, quoique le boulot reste le même : il s'agit de prendre une mopette, une balayette, quoi, et de passer sur la surface accessible des sols.
Commenter  J’apprécie          100
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   29 novembre 2020
"Si l'on pose d'un côté ce qu'un hold-up rapporte en argent et de l'autre ce qu'il rapporte en années de prison, on s'aperçoit que le truand est bien le salarié le plus misérable du monde."
(A. Frossard)
Commenter  J’apprécie          130
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   13 décembre 2020
Que Dieu absolve les péchés, c'est son problème, mais qu'on ne lui prête pas le pouvoir de pardonner à la place de la victime qu'Il n'est pas.
Commenter  J’apprécie          160
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   01 décembre 2020
C'est quoi la religion, c'est quoi, croire en Dieu? C'est peut-être bâcler ce qu'on a, sa vie sur terre, pour gagner une éternité qu'on n'aura sans doute pas ou qui, à analyser de plus près les enseignements, doit être emmerdante au possible.
Commenter  J’apprécie          71

Videos de Anne Gruwez (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Gruwez
Étienne Rigal Restons groupés - éditions P.O.L : où Étienne Rigal tente de dire de quoi et comment est composé son livre "Restons groupés", et où il est notamment question de fidélité et d'unité, d'enfance et de justice, de colère et de douceur, d'être juge et de jugement, de zigzags et de désordre, d'Emmanuel Carrère et d'Anne Gruwez, d'indulgence et de fragilité, à l'occasion de sa parution aux éditions P.O.L, à Paris le 15 mars 2021 "rien de ce qui est humain ne m'est étranger" "Aujourd'hui, je ne veux plus me débarrasser de ce que je suis, de ce qui m'a fait, même de ce qui peut me nuire. Je souhaite me réunir et être consolé. Je ne cherche pas à dépasser l'enfant que j'ai été, je choisis la liberté de le retrouver. Je veux être conscient de son immense présence à jamais dans ce que je vis, pour ne plus jamais qu'il soit abandonné, seul et triste."
+ Lire la suite
autres livres classés : récits de vieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1362 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre