AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2849905666
Éditeur : Editions des Equateurs (14/06/2018)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 39 notes)
Résumé :
« Je suis née au milieu des années nonante dans une famille décomposée. On était de ces enfants qui grandissent avec une clef autour du cou, connaissent les numéros d’urgence par cœur et savent faire cuire des pâtes avant même d’être en mesure d’atteindre les casseroles. Petite, on a tenté de m’expliquer que j’avais des « origines » par ma mère et un père qui ne peut plus courir parce qu’il a trop travaillé. En classe, j’écoutais des professeurs désabusés me raconte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Analire
  28 juin 2018
Petite, c'est l'autobiographie de Sarah Gysler, une jeune aventurière qui, après 3 années de voyage, décide de partager ses péripéties à travail un livre. A 20 ans, Sarah décide de tout plaquer et de partir prendre la route, sans argent, uniquement avec son sac à dos et Mimou, son chat en peluche. Une aventure unique, que beaucoup n'ont pas compris. Une jeune femme seule, qui part sans itinéraire, sans argent en poche, qui se déplace uniquement en faisant du stop, qui compte sur la gentillesse des habitants locaux pour lui proposer le gîte et le couvert… ça a de quoi faire peur !
Mais Sarah est une jeune femme très courageuse. Alors qu'elle aurait pu abandonner face à l'adversité, au manque de confort, au manque de sa famille, à cause de toutes les difficultés du quotidien auxquelles est exposée une personne dite « nomade », Sarah a toujours su relever la tête et aller de l'avant. Je l'admire pour sa détermination.
En somme, grâce à tous les voyages effectués, Sarah a donné un sens à sa vie et à appris à se découvrir et à mieux se connaître. Petite est un livre que je pourrais recommander aux plus jeunes, pour leur montrer que tout est possible, qu'il ne faut jamais se cantonner à ce que la société veut nous imposer. Il faut suivre ses rêves et aller au bout des choses.
J'ai adoré l'écriture de Sarah, qui couche les mots sur le papier comme si elle nous parlait directement. Une certaine intimité naît entre le lecteur et l'auteure, si bien qu'à la fin du livre, j'ai eu l'impression que Sarah était devenue comme une amie.
Pour ceux qui aimeraient suivre les aventures de Sarah Gysler autour du monde, je vous donne rendez-vous sur son Blog laventurierefauchee.com ou sur sa page Facebook Sarah Gysler – L'aventurière Fauchée.
Une autobiographie émouvante sur le quotidien d'une jeune femme devenue nomade.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Marieemmy
  30 juin 2018
Roman détonnant..
Sarah nous relate comme un voyage son enfance faite de séparation parentale, de sa solitude voulue, de tourments, de déchirures, d'incompréhension, de rejet de la société déjà ado jusqu'à aujourd'hui et sa décision de prendre son baluchon pur parcourir seule des milliers de km.
C'est un roman d'apprentissage où le 1er point d'arrivée de son odyssée a été décidé en pointant son doigts sur 1 carte les yeux fermés: le Grand Nord. Elle a 20 ans, part seule et sans argent, sans parler l'anglais,un sac sr le dos et décide de faire confiance aux autres au gré des rencontres.
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman car basé sur la vraie vie de Sarah qui m'a fait pensé tout le long à Nans et Mout de l'émission Nus et Culottés de France 5. Elle est pleine de peurs, de questionnements mais malgré tout elle avance sur son chemin tant réel qu'introspectif.
Ses propos sont justes, percutants, remettent en cause nos façons de considérer notre société.. Et je me suis retrouvée en elle à certains égards. La plume est concise, cash par moments , humoristique aussi mais très mature aussi. Lisez le!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Lili017
  13 octobre 2018
Ce titre fait partie des récits "claque", de ces écrits qui resteront à jaais dans votre mémoire. Je salue la maturité et la lucidité de Sarah face à notre monde actuel. Titre fortement recommandé. Fera partie de ma PAL à relire.
Commenter  J’apprécie          110
Sorello
  21 août 2018
je ne connaissais pas sarah gysler avant ce livre, je n'ai pas (dans mon souvenir) déjà croisé ni son blog ni un des articles au sujet de "l'aventurière fauchée" c'était pour moi une totale découverte parce qu'en ouvrant le livre (et comme je le fais souvent) je n'avais pas regardé les thèmes du livre et ne savait pas qu'il était autobiographique.
déjà, et si c'est important, je suis dans la même tranche d'âge de sarah gysler. c'est peut-être en grande partie pour ça (et des parcelles de vie similaire aussi) que ses mots ont eux beaucoup d'échos en moi. avec une écriture très lyrique par moment, sarah gysler offre sa vision déjà, d'une société qui ne lui correspond pas, entre états d'âmes, désirs et attentes, une jeunesse bousculée qui a mènera à prendre un sac sur le dos et casser les codes sociétales qui attendaient d'elle le fameux métro-boulot-dodo.
un livre court mais qui raconte beaucoup, et si on en se jetterait pas tous à corps perdus dans l'aventure des globe-trotters, l'aventure de sarah gysler, sa perception du monde qui l'entoure et son besoin de liberté (qui en soit est partagé par beaucoup, je pense) apporte une véritable bouffée d'air frais et vraiment beaucoup de douceur. j'en suis pour ma part ressortie sourire aux lèvres, étrangement apaisée parce que l'histoire est touchante, rare peut-être mais pas unique. a défaut de prend son sac à dos, on à, je crois, tous rêver de réaliser ses rêves "en marge" de la société.
sarah gysler l'a fait,
et le raconte avec douceur et poésie.
et ça réchauffe le coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LeBlogLitteraire
  17 juillet 2018
Il y a quelque chose de profondément touchant en Sarah Gysler, son blog et son livre: c'est leur authenticité. Seule prime la liberté, il n'y a donc pas de place pour la tricherie ou les faux semblants. Son histoire, cette aventure humaine et cette façon de vivre, m'a beaucoup marquée. D'abord, touchée. C'est parce que j'ai été touchée par la découverte de son blog laventurierefauchee.com, le résumé de son livre et tout ce que ça a impliqué que j'ai absolument tenu à la lire.
Si jeune, Sarah Gysler a déjà compris tellement de choses, perçu par elle-même toute la bêtise de notre société et le conditionnement qu'elle nous impose derrière les contrats de travail et la consommation. Toute l'hypocrisie, la rivalité, la jalousie et la peur… tous ces parasites auxquels on doit faire face au quotidien.
Alors un jour elle a décidé de partir, de laisser derrière elle une famille recomposée et une enfance riche en rebondissements pour aller à la rencontre du monde, d'autres peuples, d'autres cultures, d'autres langues. Tout ça toute seule, sans argent, avec son sac à dos.
Être sur la route, faire du stop, au milieu de nulle part, toute seule, cela parait plutôt effrayant et dangereux. L'auteure raconte pourtant à quel point elle aime ça; faire du stop et traverser des villes entières en compagnie d'inconnus qu'elle aura l'occasion de découvrir. Des mentalités différentes, des langues différentes, des paysages variés, et pourtant, partout, hormis quelques minimes exceptions, elle rencontrera la même solidarité, générosité et humanité. Lire son parcours qui relate autant de bonté donne du baume au coeur!
Cette jeune fille m'aura particulièrement impressionnée par son audace, son courage et sa force. Une force de caractère et d'esprit à prendre en exemple.
Malgré ses maigres 23 ans, Sarah Gysler nous livre un récit digne des grandes autobiographies, richissime en humour et en d'intéressantes et matures réflexions. J'ai beaucoup aimé sa façon d'utiliser des mots forts et tranchants avec lesquels nous parvient une constatation, de piètre état, de notre société, hypocrite et individualiste. En refermant le livre, j'ai eu l'impression d'avoir voyagé et trouvé des réponses à mes quelques questions que je me posais depuis pas mal de temps sur les gens qui vivent en voyageant. Comment s'y prennent-ils? Que prévoient-ils? Ou ne prévoient-ils rien? Comment est-ce possible? Sarah Gysler a trouvé ces réponses par son expérience, unique et osée.
Un témoignage incontournable.
Lien : https://lebloglitteraire.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
Actualitte   06 septembre 2018
Petite est une immense bouffée d'oxygène au milieu de cette rentrée littéraire si intellectuelle, étincelante, luisante, et comme à l'accoutumée trop St-Germain, trop pointue, trop commerciale, trop loin de vous, de moi, de nous. Sarah deviendra votre amie, comme elle est devenue la mienne.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
LeBlogLitteraireLeBlogLitteraire   11 juillet 2018
Je n'ai jamais aimé l'école, j'imagine que vous vous en doutiez. Je n'ai jamais aimé l'école, ce grand bâtiment gris semblable à une prison ou un asile, dans lequel on nous enferme à la période la plus cruciale de notre développement. Comment l'État trouve-t-il pertinent de confiner un enfant du matin à la nuit tombée dans une classe surchauffée et bondée? De surcroît avec l'ordre de rester plié sur une chaise en bois. Et en silence! Non mais! Ca, je ne l'ai jamais compris.

Pourtant, il y avait de l'idée au départ. C'est chouette de savoir lire, écrire, compter. Encore aujourd'hui, il m'arrive de le faire. C'est une grande chance que d'être instruit. Je me demande donc où ça a foiré. À quel moment ce lieu, supposé produire de la culture, s'est-il transformé en abattoir de l'âme, en faucheuse de spontanéité? Probablement depuis que l'on voit l'enfant en futur employé, au lieu de le considérer comme un être à guider.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AnalireAnalire   18 juin 2018
Je m'étais transformée en mutante acnéique, je ne faisais plus confiance à personne et ressentais une profonde colère. J'en voulais aux adultes d'être si lâches, aux adolescents d'être impitoyables, à l'enfance de ne pas avoir voulu me garder plus longtemps. Et bien sûr, je m'en voulais à moi d'être si bizarre, de ne pas savoir m'adapter. Est-ce cela l'adolescence ?
Commenter  J’apprécie          110
LeBlogLitteraireLeBlogLitteraire   11 juillet 2018
Je me questionne quand j'entends ma mère râler sur son métier depuis plus de vingt ans. Est-ce vraiment ça, la vie, "faire aller"? Comment peut-on supporter ça? Réveil à 6 heures, embouteillages sous la pluie, petit chef véreux, pauses pipi chronométrées, déjeuner sur le pouce, gestes répétitifs, automatiques et abrutissants, la menace du burn-out, la peur du licenciement... Tout ça pour rentrer à la maison épuisé. Produire, toujours plus, toujours plus vite. Être finalement dépossédé de cette production. Et tout ça pour consommer les marchandises faites par d'autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LeBlogLitteraireLeBlogLitteraire   11 juillet 2018
J'ai grandi, et la télévision aussi. Le divertissement et l'information se sont transformés en propagande. Notre rapport a évolué, passant du plaisir à l'angoisse, quand tous les soirs, à 20 heures pile, mon beau-père ordonnait de zapper le journal télé. Je n'ai jamais compris pourquoi c'était lui, le "maître de la télécommande", ma mère non plus n'aimait pas le JT. Vivement le matriarcat! Le générique de TF1 - images anxiogènes mêlées au remix des Dents de la mer - me mettaient déjà dans un état second. Le repas du soir était le seul où nous étions tous réunis, mais personne ne parlait à table, nous étions trop occupés entre la salade et les petits pois, entre la nouvelle crise financière, l'éternelle misère, les catastrophes et les guerres. Le patenté disait que c'était important de regarder, de s'informer. Moi j'appelais ça masochisme de canapé, se soucier du malheur en se réservant une petite tasse de thé. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lili017Lili017   09 octobre 2018
Mes premiers souvenirs d'enfance sont liés à la séparation de mes géniteurs, j'avais 3 ans. Un histoire de fidélité approximative. En même temps, il fallait s'en attendre: mes parents étaient tous les deux facteurs.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Sarah Gysler (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sarah Gysler
Le samedi 6 octobre nous avons accueillis Sarah Gysler, baroudeuse professionnelle, qui est venu nous parler de son titre "Petite" publié aux éditions Équateurs !
Site : https://www.librairieravy.fr/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie-RAVY-175491889157470/ Instagram : https://www.instagram.com/librairieravy/ Twitter : https://twitter.com/LibrairieRavy
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
693 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..