AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782352948223
384 pages
Éditeur : Bragelonne (18/02/2015)
3.69/5   70 notes
Résumé :
Quand une jeune fille de 15 ans est enlevée par des vampires, c'est Anita Blake, U.S. Marshal, qui est chargée de l'enquête. Mais quand elle retrouve sa trace, elle est confrontée à un phénomène inédit : un groupe de personnes effroyablement ordinaires - enfants, grands-parents, mères de familles - tous récemment transformés et prêts à mourir pour ne pas se soumettre à la hiérarchie vampirique. Mais même les vampires ont leurs croque-mitaines, et Anita est l'un d'en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 70 notes
5
3 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
2 avis

hellza24
  03 mai 2016
S'il y a vraiment une chose que je recherche dans ce genre de littérature, c'est de me détendre. Et là, c'est complètement le cas, et pourtant j'en suis au tome 21 et je ne me lasse pas.
Alors, pour ceux qui ne connaissent pas encore Anita, je vais essayer de faire un très rapide résumé, qui ne lui rendra pas justice car j'ai oublié la moitié de ce qu'elle est. Comment c'est possible ? Disons qu'elle est tueuse professionnelle de vampires hors-la-loi mais aussi nécromancienne qui relève les morts sur demande du tribunal et des familles : par exemple, on zombifie un chouilla oncle Picsou pour lui demander qui était son neveu préféré parce que le testament reste mystérieusement introuvable, ou elle "relève" une victime d'assassinat et lui demande qui l'a tué...
Anita est depuis peu Marshall ce qui lui confère une certaine reconnaissance que bousille aussitôt sa vie privée par la multiplication de ses petits amis surnaturels . Il y a principalement Jean-Claude, Maître vampire de saint Louis promu récemment super grand chef de secteur (je simplifie hein), Micah et Nathaniel qui sont métamorphes. Ce n'est que le haut du panier, ses amoureux principaux. Parce qu'Anita est aussi une sorte de succube, elle doit "nourrir l'ardeur", ce qui consiste en gros à coucher avec énormément de mâles (récemment elle a ajouté une demoiselle à ses conquêtes) et à absorber l'énergie sexuelle qu'entraîne ses phénoménaux et très nombreux orgasmes (y a pas d'raison !). Elle peut aussi se nourrir de la colère des gens. Au fil des tomes, elle a attrapé un tas de souches de lycanthropies et pas mal d'autres pouvoirs embêtants, comme ces histoires d'ardeur et de colère : c'est vrai qu'à force Anita peut finir par apparaître comme un puzzle surnaturel vachement complexe, mais rien à faire, ça ne gâche pas l'histoire.
Ce tome là est d'ailleurs vraiment sympa. Comme toujours, l'action se déroule sur un temps bref, ce qui fait qu'on n'a pas le temps de se reposer (Anita non plus d'ailleurs, mais comment fait-elle ?). On plonge d'entrée avec elle dans une enquête vraiment bien menée, les décors sont dignes d'un thriller : ça m'a enthousiasmée, je n'ai pas d'autres mots ! Quelle joie de voir que Laurell K. Hamilton, au bout de 20 tomes, sait nous offrir de la nouveauté, approfondir les personnages et nous livrer une bonne enquête ! C'est glauque, dense et râpeux, waouh ! Et Anita, sans se départir de sa foi, de sa naïveté touchante en ce qui concerne l'amour, commence à sérieusement s'endurcir.
En matière d'ébats amoureux, ils n'occupent qu'une petite place, toujours avec force détails, parfois un peu longuets à cause des détails techniques d'une grande clarté d'ailleurs. On croirait suivre une notice Ikéa à force, ce qui brouille la sensualité potentielle de l'instant, mais ce n'est pas bien grave.
Mes goûts en lecture sont vraiment éclectiques, mais en matière de bit-lit les deux sagas que je suis avec plaisir sont celles de Mercy Thompson et d'Anita Blake, deux héroïnes aux modes de vie assez dissemblables, mais qui au fond se ressemblent beaucoup : deux femmes qui aiment leur job, assument autant leur coté bagarreur que leur liberté émotionnelle et sexuelle, sont mêlées à des histoires fantastiques, ne se laissent pas marcher sur les pieds, et ...en redemandent ! Je pense que la recette est bonne !
A suivre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gayane
  18 avril 2015
Anita est appelée en sa qualité d'US Marshalpour enquêter sur l'enlèvement d'une adolescente de 15 ans par des vampires.
Mais, au-delà d'un semble enlèvement, c'est toute une organisation nouvelle de vampires qui est mise à jour, composée de personnes horriblement ordinaires qui sont prêtes à tout pour éviter de se soumettre à la hiérarchie vampirique.
Le tome précédent annoncait, pour moi, un retour vers les premiers tomes de la série avec plus d'enquêtes et moins de sexe. La quatrième de couverture de Baiser Rebelle me confortait dans cette optique.
A mon grand malheure je suis un peu déçue, encore. Oui, il y a retour du côté policier de la série, mais la grosse moitié de ce volume est encore et toujours du sexe. Anita ne fait plus vraiment partie de l'enquête, elle apparaît pour exécuter un mandat et disparaît. L'enquête apparaît même un peu comme étant "bateau". Pas de mystère, pas d'interrogation... presque comme un excuse à l'intrigue sexuelle.
Je trouve également que Laurell K. Hamilton passe beaucoup de temps à rappeler au lecteur quel personnage est qui, voir à se répéter, ce qui n'était pas aussi présent dans les tomes précédents. Peut-être resentait-elle besoin de faire le point pour les lecteur un peut perdus (ce qui était un peu mon cas je dois bien l'avouer). Ces rappels mis bout à bout prennent également un certain volume dans le roman. J'aurais préféré qu'en plus, elle prenne plus de temps pour développer l'intrigue policière, faire durer le suspens, ou tout simplement prendre le temps d'installer celui-ci.
Je n'ai pas pu m'empêcher d'observer également une place de plus en plus présente du BDSM ... une petit influence de 50 nuances de Grey ? de même, j'ai eu l'impression d'avoir loupé un épisode entre les coucheries de ses amants et Jade ... Peut être devrais-je relire les derniers tomes ...
Cela dis, le versant policier réapparaît à la fin du volume pour accélérer le rythme et j'ai pris plaisir à lire ce tome 21, ne serait-ce que pour retrouver Anita et tout son univers !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
loreleirocks
  13 juin 2012
Chaque année, à la sortie d'un énième épisode des "aventures" d'Anita Blake, je me dis que je ne devrais pas.
Et je finis toujours par les lire en m'indignant de la pauvreté de l'écriture, syntaxe, grammaire, orthographe, narration et des personnages.
Je ris de bon coeur du kitsch pas cool des personnages sans profondeur et de la féminisation des personnages les plus mâles. Ou de la vulgarité et de l'étroitesse d'esprit de l'héroïne, nunuche qui se voit dévergonder au fil des livres.
Ce tome ne manque pas à l'appel: Mauvais "mommy porn" (je crois que c'est ainsi que l'on nomme désormais les livres de cet acabit) à se faire des noeuds au cerveau, descriptions surdétaillées de vêtements, apparences et récapitulatifs de l'évolution sentimentalo-sexuelle d'Anita Blake, de sa "polyandrie", d'un peu de détournement de mineur au passage (on évite la zoophilie dans ce tome, hourah), alourdissent la narration (déjà lourde). Et pour couronner le tout: ZÉRO intrigue.
Allez une petite citation qui me fait encore glousser 24h plus tard: "What did Micah taste like? cinnamon ; he tasted like hot and sweet. I know it was the new mouthwash."
Cette fois, c'est la bonne: je ne contribuerai plus à la popularisation des livres de Laurell K. Hamilton, et ceci principalement suite au petit passage suivant qui présente une certaine opinion politique de l'auteur et qui, à mon humble avis, n'a pas sa place dans de la littérature populaire (et illustre encore une fois que la dame ne se documente pas et que ce manque de culture ne concerne pas seulement son écriture):
"It would be nice to start keeping some land and resources that our soldiers are dying for."
SHAME ON YOU, WOMAN! SHAME ON YOU!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Tounet
  25 mars 2015
Et bien, oui: je reste une fan de Bit-Lit et je persiste encore et encore à acheter cette série même si je suis de plus en plus déçue et si je sens de plus en plus clairement que la série s'effoufle.
Nous retrouvons ici Anita qui enquête sur l'enlèvement d'une adolescente par des vampires militants pour la liberté et déterminés à mourir plutôt que de prêter un serment de sang... L'histoire commence bien... mais très vite s'enlise; ça devient une triste habitude. Car il faut bien le dire: les enquêtes qui nous plaisaient tant deviennent de plus en plus un vague prétexte pour rencontrer toujours de nouveaux garous avec lesquels Anita finit en général par coucher. Les vampires et en particulier Jean-Claude ne sont plus que de pâles faire-valoir de la Belle. Bref à part les scènes de sexes plus ou moins répétitives, l'auteur n'imagine plus rien... Au bout de 21 tomes vous me direz qu'il n'est peut être pas déshonorant de conclure une série; néanmoins pour tous ceux qui comme moi ont adoré l'Anita des débuts, les fans d'histoire de vampire et les afficionados du genre "Buffy contre les vampires" c'est une déception!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LaRecreationLitteraire
  12 avril 2016
- par Vanessa
J'étais ravie de retourner à mes vieux démons, ou plutôt revoir ou relire ma meilleure héroïne, celle qui est ma star, j'ai nommé: Anita.
J'attendais avec impatience cette sortie en poche, mais des aléas personnels ont repoussé mon achat, puis je l'avais un peu "oublié" ensuite il faut l'avouer.
Je suis ravie de ce roman, j'ai eu l'impression très agréable de relire l'un des premiers tome de la série, non pas parce que l'histoire est revenu au début mais parce que les scènes érotiques n'ont pas eu lieu avant la page 240 et honnêtement: Cela fait du bien. L'histoire est enfin revenu au centre de l'écriture dans ce tome ce qui a rendu ma lecture plus fluide, et franchement de meilleure goût. Je ne suis pas très scène de postérieur et j'ai donc bien sûr dévoré celui-ci.
Anita commence enfin à s'accepter, accepter son côté "polyamoureuse". Cela veut dire moins de cas de conscience, mais aussi moins de petit tour de ses amants dans le livre. du coup, hormis avec Asher, on ne voit aucun personnage et c'est un peu dommage. En fait, l'histoire "policière" est au centre de tout et je regrette que dans ce tome, on ne voit pas plus de situation amoureuse car pour moi, l'auteure peut en parler sans forcément les mettre nus ;-)
En regardant le synopsis du tome 22, je pense que ce tome sert de transition entre ce dernier et le tome précédent. Je me demande si les vieux démons de Laurell vont revenir ou si elle va savoir en user avec parcimonie.
J'ai lu et échangé avec beaucoup de lecteur sur cette série qui pour beaucoup d'entre nous commence à se lasser. En effet, une série doit savoir se terminer. Pour certains il serait temps qu'Anita laisse son tour. Pour ma part, je ne sais pas trop. Pour arriver à terminer la série, je pense qu'il faudrait un décès de personnage principal, voir celui d'Anita. Non parce que soyons francs, vous la voyez se dorer la pilule au soleil à vie vous? (Je devrais d'ailleurs dire plutôt se la geler en souterrain ^^ )
Comme d'habitude, je vous incite fortement à lire ce tome. Cela ne change pas, Anita reste pour moi, un livre que je lis en quelques heures, que je rêve durant des jours, que j'apprécie, que j'adore, que je recommande. Anita est mon personnage, celui qui ne peux être détrôné. Et vous quel est ce personnage? Un livre qui vous accompagnerez partout si vous deviez partir en ne pouvant en emportant qu'un seul, celui que vous sauveriez si on vous annoncez que les livres sont désormais interdit? J'aurais du mal à choisir mais je pense que dans les histoires d'Anita, ce pourrait être celui là.
Lien : http://www.larecreationcultu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
RevesetimaginesRevesetimagines   28 mai 2015
- C’est bon, Anita, vas-y. Je gère.
- Putain, Micah, je dois avoir la tête à ce que je fais ; je ne peux pas… Il va bien ?
- Résous le crime, attrape les méchants, fais ton boulot. Nathaniel et moi, on s’occupe de Sin.
- Je t’aime, dis-je.
Et cette fois, je le pensais.
Je vis clairement le sourire qui allait avec le ton de la voix de Micah quand il répliqua :
- Je sais, et je t’aime plus.
Je souris aussi :
- Je t’aime mieux.
Comme si Micah lui avait tendu le téléphone, la voix de Nathaniel résonna à mon oreille :
- Je t’aime plus mieux.
Je raccrochai en larmes. J’aime tellement Micah et Nathaniel ! Et sans la moindre trace de culpabilité. On se rend heureux mutuellement. Cynric devrait être avec quelqu’un qui l’aime comme je les aime, eux. Comme j’aime Jean-Claude. Voire comme j’aime Asher, Nicky ou Jason. Il ne devrait pas se contenter d’une relation qui ne lui apporte que de bonnes séances de baise et une vague affection.
Je ne serais jamais amoureuse de Cynric. Il mérite quelqu’un qui l’aimera autant qu’il m’aime. Tout le monde mérite ça. Et je ne crois pas pouvoir lui donner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
OdlagOdlag   16 décembre 2015
Pour avoir une relation épanouissante, vous devez savoir dans quels domaines vous êtes prêts à faire des concessions ou pas, quand vous devez campez sur vos positions et quand il vaut mieux céder du terrain, ce qui compte assez pour que vous risquiez une dispute et ce qui n'a pas tant d'importance que ça. Vous découvrez quels sont, chez l'autre, les boutons sur lesquels il ne faut pas appuyer parce que ça lui fait mal ou que ça le met en colère. L'amour vous force à localiser les pièges et à apprendre comment les contourner ou ne pas les déclencher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BrochmaelBrochmael   14 février 2018
Asher s'avança vers nous, et la lumière du couloir parut se prendre dans la masse dorée de ses cheveux. Il portait une robe de chambre que je connaissais, une robe de chambre dorée presque intégralement brodée de bleu et d'argent. Seule la bordure en fourrure pale était dépourvue de motifs. Mais bon, j'imagine que ça ne se fait pas de décorer la décoration.
Commenter  J’apprécie          00
TigerlylyTigerlyly   25 septembre 2018
On dit un goulafre de goules, un ramassis de zombis et un baiser de vampires. La plupart des gens l'ignorent et les autres s'en foutent.C'est un bien joi nom pour un groupe de citoyens légaux qui possèdent une rapidité surhumaine, boivent du sang, sont capables de contrôler les esprits et vivraient éternellement si nous n'étions pas obligés de les buter.
Commenter  J’apprécie          00
BrochmaelBrochmael   14 février 2018
- J'ai vu des vampires faire des choses horribles. J'ai traversé des pièces dont la moquette était imbibée de tellement de sang qu'elle faisait un bruit de ventouse sous mes pieds et que ça puait le steak haché cru. (Weiskopf frémit.) Je ne pense pas qu'abattre un monstre responsable de ce massacre était un meurtre, achevai-je.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Laurell K. Hamilton (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurell K. Hamilton
Payot - Marque Page - Laurell K. Hamilton - Péchés céruléens
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Anita Blake ???

Quel est le nom de famille d'Anita

Black
Smith
Blake
Summers

20 questions
84 lecteurs ont répondu
Thème : Laurell K. HamiltonCréer un quiz sur ce livre

.. ..