AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203104204
64 pages
Éditeur : Casterman (16/09/2015)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 176 notes)
Résumé :
1916
Encore une année qui passe. Quand on n'a pas encore atteint l'âge adulte, une année c'est presque une vie. Orphelins, laissés à leur propre destin dans un monde entré en guerre, les Lulus poursuivent leur chemin de survie.

Avec la mort de Hans, leur monde a basculé brutalement dans la réalité de cette guerre qu'ils évitaient si bien. S'enfonçant dans la forêt, ils découvrent une cabane qui se prés... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
  02 mai 2019
1916 : nos Lulus se retrouvent une fois de plus orphelins : Hans, ce soldat allemand qui avait fui la guerre et les protégeait, Hans qui leur avait livré bien des astuces pour survivre dans leur cabane, est tué par des soldats français.
Nos amis errent désormais dans la forêt ou ils se croient à l'abri, un vieux sabotier vivant dans une cabane les recueille, leur offre ce qu'il peut : une mauvaise soupe de navets, une couche pour la nuit et les met en garde contre les dangers : les soldats allemands patrouillent dans la forêt. La meilleure solution pour eux, est de se rendre en ville.

Ils arrivent à Guise ou Luigi est blessé, et trouvent au « tas de briques », usine abritant des familles au dernier étage et en grande partie réquisitionnée par les allemands, des soins et un abri.

Ce que j'ai trouvé extraordinaire dans ce volume, c'est la façon dont les enfants parviendront à tromper l'occupant, à lui échapper lors de poursuites/ jeu de cache-cache à l'intérieur d'un bâtiment qui ajoute au récit, action et suspense.
Passé cet épisode, les lulus vont devoir aller se réfugier ailleurs afin de ne pas faire prendre de risques aux locataires du tas de briques.

Les cinq enfants qui jusque-là, ne faisaient qu'assurer leur survie, deviennent désormais fugitifs dans ce territoire français où la guerre s'étend et où l'ennemi surgit de partout pour récupérer de la main d'oeuvre, voire de la chair à canons, qui sait ?

On ne peut plus les abandonner à présent, tout lecteur arrivé à ce point de leurs aventures ne peut que poursuivre afin de cheminer vers l'issue du conflit qui n'est pas si proche qu'on le disait.

Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
cicou45
  07 juillet 2016
Lucas, Lucien, Luigi et Ludwig, nos quatre orphelins de l'abbaye de Valencourt en ont fait du chemin depuis qu'il se sont retrouvés livrés à eux-mêmes en pleine nature. D'autant plus que maintenant, il faut rajouter un cinquième L, celui de Luce, une jeune fille qui a été séparé de ses parents. Après la mort de Hans, un déserteur allemand qui les avait pris sous son aile, nos cinq camarades se retrouvent une fois de plus en route mais vers où exactement ? Ils n'en savent rien. La seule chose qui compte à leurs yeux, c'est marcher afin de s'éloigner le plus rapidement de la guerre. Cependant, ce qu'ils ignorent encore et qu'un sabotier rencontré dans la forêt va leur apprendre, c'est que la guerre est partout ! Ils décident donc, sur conseil de ce dernier, de se rendre dans la ville de Guise où ils trouveront à se loger dans le "tas de briques", nom donné à un ensemble de bâtiments construit par un riche entrepreneur à la fin du XIXe siècle. Là encore, la Providence va leur sourire grâce à l'aide apportée par Gaston mais en temps de guerre, on n'est jamais à l'abri réellement nulle part, c'est bien connu...
Un ouvrage extrêmement bien dessiné, tout comme les deux précédents d'ailleurs et avec une intrigue qui se resserre de plus en plus et ce, bien que l'on connaisse malheureusement la fin inévitable de la fin de l'Histoire avec un grand H. Si on connaît l'issue de celle-ci, le lecteur ignore encore tout de ce qui va arriver à nos cinq camarades que le sort avait réuni à cause de ce fameux l'qui commence leur prénom...A découvrir et à faire découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
diablotin0
  28 janvier 2021
Une fois de plus c'est un vrai plaisir de retrouver ces petits Lulu. Cette fois, c'est dans les bois qu'ils tentent d'échapper à la guerre.
Les anecdotes, les mots d'enfants, parfois sur un ton plus grave, s'enchaînent.
Les rencontres sont toujours aussi touchantes et pleine d'humanité. La guerre ne détruit pas leur solidarité, leur tendresse, leur spontanéité mais on ressent parfois une conscience plus avertie.
Les dessins sont toujours faits avec autant de soin. La fin de ce tome promet un suivant palpitant.
Commenter  J’apprécie          370
Under_the_Moon
  19 avril 2017
Ce troisième tome permet une transition et à certain "repos" dans l'action car les 5 enfants deviennent (provisoirement) sédentaires. Recueillis dans une "communauté" ouvrière qui vit dans un bâtiment en briques (qui donne son nom au sous-tire de ce tome), les orphelins ont à peine le temps de se reposer qu'il faut repartir, menacés par les rafles des soldats allemands qui envoient les "bouches inutiles" vers la Suisse afin de privilégier les assiettes de leurs soldats.
Ce huis-clos garde l'humour qui caractérise cette histoire. Comme dans le second tome on peut observer un jeu des couleurs : sombres lorsque les enfants sont bien cachés et 'à l'abri', à l'inverse les couleurs plus vives , celles du jour notamment, indiquent le danger pour les Lulus.
Ce repos permet à l'auteur de montrer que les enfants aussi grandissent : rivalités, pubertés, contestation d'autorité, jalousie et éveil des hormones sont au programme.
Régis Hautière introduit aussi un motif peu reluisant de cette Grande guerre : la folie qui touche les soldats du front et leur progressive lassitude et la remise en cause de la légitimité du conflit. Et , l'originalité est qu'il montre ce questionnement chez les soldats allemands, mettant ainsi de plus en plus à mal l'étiquette de l'ennemi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
argali
  30 septembre 2015
Rappelez-vous, Lucas, Lucien, Luigi et Ludwig ont vu leur quotidien perturbé à la déclaration de guerre. Loin de leurs copains de l'orphelinat de Valencourt, ils essaient de survivre livrés à eux-mêmes. Bientôt rejoints par Luce, une gamine de leur âge, ils se serrent les coudes dans ce milieu hostile.
Dans ce troisième opus, ils sont contraints d'abandonner leur cabane après la mort de Hans, leur protecteur. Ils décident de s'enfoncer dans les bois pour échapper aux patrouilles allemandes. Une première rencontre avec un vieux sabotier vivant en ermite leur permettra de se reposer un peu et de prendre des nouvelles de la situation dans la région. Celui-ci leur déconseillera de trainer plus longtemps dans le bois, surveillés par les Allemands à la recherche de prisonniers évadés ou de déserteurs. Ils continueront donc leur route jusqu'à Guise où Gustave, le jardinier du tas de briques, les prendra un temps sous son aile.
Le « tas de briques » est en fait le surnom du familistère Godin à Guise, une immense bâtisse regroupant les logements du personnel des établissements Godin, ouvriers comme employés. Un habitat groupé social allant de pair avec la transformation de l'entreprise en coopérative de production.
L'histoire de nos cinq héros se poursuit avec ses craintes, ses peines et ses joies. le temps a passé et les premiers signes de l'adolescence se font sentir. Certains ne restent pas indifférents à la jolie Luce et des rivalités pourraient survenir. le physique des enfants change aussi, Hardoc veillant à coller à cette évolution de chacun. Si le quotidien des enfants restent l'essentiel du scénario, cette incursion au familistère donne l'occasion aux auteurs de nous parler de ce pan de l'histoire sociale et économique de la région. Une bonne idée pour éviter la répétition. L'humour est un peu moins présent vu la situation mais l'espoir subsiste dans ce monde morose et gris. La fin ouverte nous laisse pressentir d'autres aventures palpitantes.
Bref, on retrouve le charme des albums précédents, la naïveté enfantine, la générosité de chacun, tout en évoluant vers une conscience plus adulte du danger et de la vie, tout simplement.
Un excellent album qui confirme tout le bien que je pensais de cette série.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (2)
BDGest   01 décembre 2015
Cet épisode est une réussite. La série ne s’essouffle pas. Le découpage est dynamique, les situations de tensions sont prenantes.
Lire la critique sur le site : BDGest
Auracan   28 septembre 2015
Une excellente série qui se bonifie d'album en album.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   04 octobre 2015
-Et où c'est que vous allez comme ça avec vos bagages?
-On ne sait pas m'sieur. On veut seulement s'éloigner de la guerre.
-S'éloigner de la guerre... J'aimerais bien moi aussi... Mais cette saleté est partout. [...] Alors vous aurez beau courir aussi vite et aussi loin que vous pouvez, vous n’échapperez pas à la guerre.
-Eh bien, tant pis. On courra quand même!
Commenter  J’apprécie          80
beamag87beamag87   01 février 2016
-Sur la lune? Et à quoi que ça servirait d'aller sur la lune?
-A échapper à la guerre.
-C'est vrai ça... Gaston a dit que la guerre était partout mais c'est pas possible qu'elle soye sur la lune!
-Si ça se trouve, c'est là-bas que l'abbé s'est réfugié alors?...
Commenter  J’apprécie          100
MarquePageMarquePage   20 janvier 2017
- Aujourd'hui, on n'est plus qu'une poignée. Tous trop vieux ou trop estropiés pour intéresser les boches. Saletés de bouffeurs de saucisses ! Je voudrais qu'ils crèvent tous, tiens !
- Faut pas dire ça, monsieur Gaston. Il y en a aussi des gentils.
- Des gentils ?! C'est tous des voleurs et des affameurs et des violeurs et des assassins !
- C'est pas vrai ! Hans, il était pas comme ça !
- Hans ?
- Il était allemand et c'était notre ami ! Et celui qui l'a tué, c'est lui qui est un assassin !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DiabolauDiabolau   30 novembre 2018
— Acoute-moi ben gamin, parce que je le répéterai pas : ichi, ch'est pas un tas de briques, ch'est un palais ! Un palais social !
— Un palais ? Il y a donc un roi qui habite ici ?
— Ah cha non, fillotte ! Pas de roi chez nous, satibleu ! Mais de la noblesse, pour sûr que y'en a !
Même que moi à cause que j'étos un des preumes à venir habiter ici du temps de m'sieur Godin, ej sus eune sorte ed'prince ! Un associé, qu'in appelle ça ichi.
Ch'palais, gamins, i'abrite l'aristocratie du prolétariat !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TakalirsaTakalirsa   20 octobre 2015
Vous aurez beau courir aussi vite et aussi loin que vous pouvez, vous n'échapperez pas à la guerre.
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Régis Hautière (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Hautière
Abélard - Cie Les Petites Madames - D'après la bande dessinée de Régis Hautière et Renaud Dillies
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4010 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre