AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 222111387X
Éditeur : Robert Laffont (23/05/2013)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Ce nouveau titre de la saga de Dune revue et prolongée par Brian Herbert et Kevin J. Anderson nous ramène dix mille ans en arrière, à l'époque de la création du Bene Gesserit et des autres ordres apparaissant dans Dune, Mentats, Maîtres d'armes, Navigateurs, etc. Il se situe quatre-vingt-trois ans après la Bataille de Corrin, qui a mis fin au règne et même à l'existence des Machines pensantes qui ont menacé de détruire le genre humain. L'humanité subit de profondes ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
fnitter
  22 février 2017
Une nouvelle série de préquelle. après Avant Dune, après Dune, la genèse et les légendes, voici les origines. Deux tomes en français actuellement avec les mentats de Dune et les navigateurs à venir.
80 ans après la bataille de Corrin, retour sur la création du Bene Gesserit, l'école des mentats, la guilde spatiale et la consolidation de la maison Corrino en butte aux Butleriens, les suk avec en plus un peu de Harkonnen et d'Atréides et quelques incursions sur Arrakis bien sûr.

Une série toujours en dents de scie. Cet univers, l'un des plus célèbres de la sf, qui a été trituré et retourné dans tous les sens par Herbert fils, toujours en association avec son acolyte Anderson. Il y a eu quelques bons tomes, des moyens et des mauvais. Ici on retrouve le… Suspense, le pas mal, à mi-chemin entre le bon et le moyen…
Le style reste égal à lui-même, facile à lire et très fluide. Peut-on allier le commercial et l'agréable ? Oui.
Avec des chapitres courts, on navigue entre les différents protagonistes de l'univers, mais sans réellement s'attacher à un thème plus qu'un autre, au contraire de ce qu'aurait pu faire penser le titre de l'oeuvre. Les auteurs poursuivent l'histoire de l'univers après la bataille de Corrin (victoire des hommes contre les machines) (cette série que j'avais très moyennement aimée).
Qu'est ce que j'aurais aimé avoir un tome qui se serait rapproché de la maison des mères… La fondation des bene gesserit. Hélas non. Trop simpliste, On dirait même que les romans du fils ne s'adressent pas au même public que ceux du père.
Néanmoins.. Ai-je passé un bon moment avec ce livre. Oui. J'ai honte ? Même pas. Tiens ça m'a même donné envie de me refaire le Dune original.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
lyoko
  15 mars 2017
L'univers de Dune m'a toujours particulièrement attiré.
Je le trouve tellement riche : aussi bien dans les différentes communautés que dans les différents mondes, sans parler des trois familles principales : Atréides, harkonnen et Corrino;
Alors quand j'ai vu mon ami Fnitter, ce préquelle entre les mains, il ne m'a pas fallu longtemps pour sauter dessus (sur le préquelle pas sur Fnitter).
J'ai une fois de plus passé un bon moment. Et j'admire la façon dont Brian herbert et Kevin J Anderson arrivent a rester dans les thèmes du regretté Frank Herbert. J'avoue que je suis assez curieuse de savoir comment se passe leur travail : avec les notes de l'auteur initial, suite a des discussions père - fils,...
Mais j'ai été très touchée par la façons de mettre en avant le fanatisme et le désintéret total de ceux-ci a tout ce qui n'est pas de leur idéologie... sans doute une résonnance avec une certaine actualité.
Les manipulations politiques et les malversations entre les divers groupuscules ( Mentats, navigateurs, les Suk, la communauté des soeurs) sont assez intéressants, mais ne donnent pas beaucoup de réponses à la fin de ce tome 1, ce qui fait que j'attends beaucoup du prochain tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Henri-l-oiseleur
  21 mai 2016
Voilà le premier roman de cette série de "préquelles" de Dune, que j'arrive à lire en entier, sans qu'il me tombe tout de suite des mains. Le titre promettait des récits sur les origines du Bene Gesserit, ce qui m'a rendu curieux de poursuivre le roman jusqu'à la fin. Il est construit à la façon des volumes de Dune, par chapitres assez brefs qui transportent de lecteur d'une branche de l'histoire à l'autre, sans jamais perdre la cohérence du tout. Chaque chapitre est précédé d'une citation imaginaire de tel ou tel personnage (mais quelle différence avec celles que l'on trouve dans Dune !) L'action se déroule aux débuts de l'empire Corrino, après le Djihad qui détruisit les machines pensantes, alors que s'établissent les grandes institutions que l'on rencontre dans le cycle de Frank Herbert. La peinture des séquelles du Djihad, des Djihadistes, de leur vandalisme borné et sélectif, est assez réussie, au moins parce qu'elle nous rappelle l'actualité syrienne ou libyenne. De même, la vendetta des Harkonnen affaiblis contre l'ancêtre des Atréides ne manque pas d'intérêt. En revanche, tout ce qui concerne le Bene Gesserit naissant, l'école des Mentats, la cour impériale et l'école des médecins Suk est simpliste, enfantin et raté. Les auteurs n'ont pas l'envergure intellectuelle et littéraire de Frank Herbert, et cela se voit cruellement quand ils s'efforcent de marcher sur ses traces. En somme, une lecture qui distrait quelque peu malgré beaucoup de banalités ennuyeuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
lyokolyoko   14 mars 2017
Je pensais autrefois que la peur est une faiblesse. Comment accomplir quoi que ce soit, me disais-je, si on est constamment retenu par ses craintes ? Mais les Bultériens transforment la peur en violence, et font de la panique une arme. En créant des problèmes imaginaires et en agitant le spectre d'ennemis qui n'existent pas, ils transforment les gens ordinaires en une horde déchainée qui détruit tout ce qu'elle est incapable de comprendre. (Il secoua tristement la tête) Et il y a beaucoup de choses qu'ils ne comprennent pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
fnitterfnitter   06 mars 2017
Certains considèrent les faits comme des choses dangereuses qu’il faut mettre sous clef et tenir soigneusement à l’abri des regards. Personnellement, je pense que les mystères constituent une menace bien plus grande. Nous devrions chercher les réponses partout où c’est possible, sans nous soucier des conséquences.
Commenter  J’apprécie          380
fnitterfnitter   23 février 2017
Il est facile de regarder en arrière et de faire porter la responsabilité à d’autres, mais il est beaucoup plus difficile de regarder devant soi et d’assumer la responsabilité de ses propres décisions et de son propre avenir.
Commenter  J’apprécie          511
fnitterfnitter   02 mars 2017
Les menaces ne sont que des mots, et elles ont l’inconvénient de mettre votre adversaire sur ses gardes, lui permettant ainsi de préparer une défense ou une contre-attaque. Je ne crois pas aux menaces. Je crois en une action brutale et décisive.
Commenter  J’apprécie          430
fnitterfnitter   12 mars 2017

Les historiens et les scientifiques regardent dans deux directions opposées : les uns vers le passé, les autres vers l’avenir. Mais le scientifique avisé écoute les historiens et réfléchit au passé afin de créer l’avenir le plus acceptable.
Commenter  J’apprécie          430
Video de Brian Herbert (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brian Herbert
Non sous-titré.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2484 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre