AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081366718
143 pages
Éditeur : Flammarion (07/10/2015)
3.88/5   13 notes
Résumé :
Qui est le premier représentant de la lignée humaine ? Sommes-nous toujours soumis à l’évolution ? Comment expliquer que l’on naisse avec des couleurs de peau différentes, que les hommes soient plus grands que les femmes ou encore que la musique soit universelle ? Comment en est-on arrivé à 7 milliards d’individus et pourrons-nous encore nous nourrir en 2050 ?
En une cinquantaine de questions posées à autant de chercheurs – parmi lesquels Yves Coppens, Mauric... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bazart
  05 janvier 2016
Qui sommes-nous ? D'où venons-nous ? Où allons-nous ? À ces questions centrales, le livre propose d'apporter une réponse ou plutôt 60 réponses d'experts.
Ainsi on apprend que nous sommes tous cousins au 120° degré environ, que la prétendue sauvagerie des hommes préhistoriques est un mythe tout comme celle de la nature vierge, que l'empathie n'est pas un sentiment strictement humain.
On en sait plus aussi sur les différentes techniques d'étude de l'homme : aussi comment on mesure le temps, quelles sont les techniques de fouille, quelles projections démographiques peut-on faire pour demain par exemple.
Question après question, cette histoire tend à tracer ce qui différencie l'homme de l'animal, fait le tour de la formidable diversité humaine et lorsqu'il est question d'avenir, met en avant l'idée d'une agro-écologie pour préserver la planète.

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          110
Jiby
  28 octobre 2021
Cet ouvrage est le livre vitrine du musée de l'Homme. il dresse un panorama en 60 questions de ce que nous sommes, nous, les hommes.
Découpé en trois chapitres : qui sommes-nous ? (le présent) d'où venons-nous ? (le passé) et où allons-nous ? (le futur).
En réalité le tout être assez déséquilibré en faveur du passé.
L'ensemble paraît assez complet sur nos origines, notre sociologie mais peut-être un peu moins sur la psychologie.
Il m'a permis de compléter encore un peu mon enquête sur la nature humaine...
Chaque fois que je me plonge dans la préhistoire, je me sens relié à tous nos ancêtres... Nous sommes leurs enfants. Auraient-ils pu imaginer un tel destin ?
Toutes ces heures, toute cette énergie à résister à l'adversité, à s'occuper des leurs, de leurs enfants, c'est pour nous: Nous en sommes le fruit, le prolongement.
Qu'elle est fascinante notre (pré)histoire ! Qu'elle est belle ! Mais qu'elle est tragique à la fin !
Commenter  J’apprécie          10
livius
  21 septembre 2018
Publié dans le cadre du musée de l'homme, ce livre répond à une soixantaine de questions sur l'homme. Tout y passe de ses origines à son devenir possible. Passionnant !
Commenter  J’apprécie          20
Lauryn
  09 novembre 2017
Un ouvrage intéressant, avec un concept original qui donnera envie au lecteur d'approfondir les sujets qui auront capté son intérêt.
Lien : http://sciences.gloubik.info..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
JibyJiby   28 octobre 2021
La stature et les membres sont allongés dans les climats chauds et secs, chez les Masais et les Nilotes d'Afrique de l'Est par exemple, et plus trapus dans les climats froids, chez les Inuits et les populations de haute montagne. lci, le rapport entre la surface d'échange avec l'air et la masse corporelle conditionne le maintien de la température interne à 37 °C: plus ce rapport est grand, plus la chaleur est éliminée par la transpiration ; plus il est petit, notamment si la masse augmente, plus le corps conserve la chaleur.

Un autre caractère très visible, la largeur du nez, serait aussi lié au climat: dans les zones froides ou sèches, il faudrait réchauffer ou humidifier l'air inspiré, qui sinon déclencherait des pathologies respiratoires. Cela aurait dirigé la sélection naturelle vers un nez plus étroit, permettant un contact plus intime entre muqueuse et air, alors que dans les régions équatoriales l'atmosphère chaude et humide n'exerce pas cette contrainte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JibyJiby   28 octobre 2021
Mais les termes « mixte », « mixité », « métis », « métissage » ont un gros défaut. Ils laissent supposer l'existence de groupes humains « purs » qui se serait mêlés au cours du temps pour donner des hybrides. Or de tels groupes n'ont sans doute jamais existé. (.. .)
On objectera qu'il existe visiblement des noirs, des jaunes, des blancs, des humains de cheveux lisses, frisés, laineux. Mais lorsqu'on regarde ses caractères de plus près, on constate qu'ils varient continûment dans l'espace et même localement: on passe du noir ébène au blanc par une succession de teinte intermédiaire sans qu'il soit possible de marquer une coupure franche. (...)
La plupart des caractères biologiques présentent une grande diversité. Par exemple, la fréquence d'un groupe sanguin peut être différente entre deux populations de la même région, et similaires entre deux populations éloignées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 juin 2017
Toutes les religions partagent l'idée que la mort n'est pas la fin de la vie et que pour le défunt une autre vie commence après la mort. La mort s'oppose donc non pas à la vie, mais à la naissance. Celle-ci est considérée comme la conjonction de rapports humains, entre un homme et une femme, et de l'intervention d'entités invisibles, des ancêtres, des dieux ou Dieu, qui introduisent dans le corps d'un enfant en formation une ou plusieurs âmes. La mort est alors une disjonction des éléments qui composent l'être humain. Le souffle disparaît, le corps se transforme en cadavre dont il faut disposer et il y a quelque chose qui quitte le corps et subsiste, précisément l'âme ou les âmes introduites à la naissance dans le corps. Ces âmes vont alors commencer une nouvelle vie et rejoindre un lieu qui leur est destiné, le séjour des morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JibyJiby   28 octobre 2021
Toutes les espèces d'une époque donnée, Homme compris, sont issues d'un flux généalogique, autrement dit d'une évolution, de même durée depuis les origines de la vie.(...)

Puisque le temps d'évolution d'où est issu le lignage qui sous-tend chaque espèce d'une époque donnée
est le même, il n'y a pas d'espèces « plus » ou « moins » évoluées que d'autres. Ces notions proviennent d'une époque où l'on empilait les groupes d'organismes, avec en bas les moins complexes, que l'on appelait les moins évolués », et en haut les plus complexes, définis comme les plus évolués ».(...)

Le cerveau d'un humain est plus complexe qu'un cerveau de vache ou de fourmilier, mais en revanche l'estomac de la vache, ou bien celui du fourmilier sont plus complexes que l'estomac humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   04 juin 2017
Dans les religions du salut, le christianisme et l'islam, le défunt, après sa mort, est confronté à un dieu unique. Selon ses péchés ou ses bonnes actions il sera condamné par ce dieu à l'enfer éternel ou promu à vivre éternellement au ciel auprès de lui.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Évelyne Heyer (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Évelyne Heyer
Evelyne Heyer - L'odyssée des gènes
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quand les femmes mènent l'enquête ...

Dans "Poulets grillés" de Sophie Henaff, le premier tome d'une série française, la commissaire dirige une équipe de bras cassés. Son prénom est associé à "de Bretagne".

Anne Capestan
Carole Evans
Stephanie Plum
Hannah Swensen

12 questions
104 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , humour , femmesCréer un quiz sur ce livre