AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266122150
Éditeur : Pocket (01/04/2002)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 813 notes)
Résumé :
Ayla et Jondalar, son compagnon, poursuivent leur traversée des steppes immenses du continent européen. La femme aux cheveux d’or et le géant blond suscitent le trouble et l’effroi sur leur passage. Les peuples rudes qu’ils rencontrent vivent de la chasse et de la cueillette, mais n’ont jamais vu d’animaux domestiques. Or, ce couple étrange se déplace à cheval, en compagnie d’un loup apprivoisé. D’où tient-il donc ses pouvoirs ?

En quête d’un lieu qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
iz43
  30 décembre 2018
Tome 4 des aventures d'Ayla et de Jondalar.
S'étant enfin retrouvés et ayant dissipé les malentendus, Ayla et Jondalar commencent un long périple afin de retourner chez Jondalar à des milliers de kilomètres.
J'ai trouvé ce tome moins palpitant. Forcément, nos deux héros sont seuls avec leurs compagnons animaux. La beauté des paysages m'aurait suffi. Je suis toujours autant bluffé par le talent de Jean M Auel pour nous faire découvrir ces paysages préhistoriques comme si on regardait un joli documentaire à la télé. En fait j'ai été vraiment agacée par les 100 premières pages qui sont un résumé des 3 autres tomes. le lecteur n'est pas amnésique. J'ai du m'accrocher pour poursuivre. Heureusement c'était une 2ème lecture et dans mes souvenirs j'avais bien aimé cette série jusqu'au tome 5 (je n'avais pas lu le dernier tome). Alors j'ai rongé mon frein et j'ai bien fait car la magie a de nouveau opéré. le voyage est rude, les difficultés parfois dangereuses. J'ai aimé leurs brèves rencontres avec des humains notamment leurs adieux au camp des sharamudoï où j'ai vraiment eu beaucoup de plaisir à retrouver les personnages du tome 2 rencontrés par Thonolan et Jondalar notamment Tholie et son franc parler.
Je vais poursuivre le voyage avec Ayla et Jondalar pour enfin connaître la fin de ce périple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Phoenicia
  30 juillet 2019
Un tome 4 encore très appréciable. Je l'ai lu en intégrable, aussi cet avis est le même pour la partie 1 et partie 2 du tome 4, ne sachant pas où s'arrête l'un et où commence l'autre.
Le Grand Voyage porte bien son nom. Nous suivons notre couple, Jondalar et Ayla, accompagnés de leurs surprenants compagnons de voyage, Rapide, Whinney et Loup.
Ce Voyage est l'occasion de nombreuses rencontres, en commençant par les amis de Jondalar, mais également d'inconnus. L'occasion pour Ayla de continuer à se faire une idée sur son peuple, dans le bon sens comme la mauvais. Tous, en effet, ne sont pas de bonnes rencontres. .
Toujours aussi astucieux, notre couple fait de nouvelles découvertes et apprend beaucoup de ces différents échanges. On en vient à se dire que c'est plutôt cool de vivre à la préhistoire. Enfin presque.
Véritable ode à la Nature, comme les tomes précédents, on ne se lasse pas de ces passages entiers sur la beauté majestueuse de Mère Nature. Des passages qui font du bien et nous font oublier un temps notre quotidien ultra-moderne.

Si le récit a mis du temps à se mettre en route, je suis heureuse de l'avoir lue en intégrale, ayant eu une réelle fin qui laisse présager une suite des plus intéressantes. Les derniers chapitres m'ont littéralement happée et m'ont tenue éveillée jusqu'à tard le soir.

Challenge le tour du scrabble en 80 jours (6e éd)
Challenge Multi-défis 2019
Challenge Trivial Reading III
Challenge A travers l'histoire
Challenge Pavés
Challenge Séries
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Grecie
  29 janvier 2014
Telle un onagre têtu, je poursuis mon périple auprès de Jondalar et d'Ayla, les Enfants de la Terre, dans ce quatrième tome, le Grand Voyage, où ils se dirigent tous deux vers l'ouest afin de rejoindre le peuple du premier. Un itinéraire long de plusieurs milliers de kilomètres et de presque un an.
Le tome précédent m'avait nettement refroidie alors que la saga s'annonçait sous les meilleurs auspices. Souvenez-vous, dans les Chasseurs de Mammouths, les deux personnages, niais au possible, passaient leur temps à se lamenter sur leur histoire d'amour. Dans ce quatrième tome, ils ont dépassé ce stade, la Grande Mère en soit louée ! et leurs préoccupations sont toutes autres. Il leur faut en effet survivre durant une odyssée particulièrement éprouvante.
J'ai trouvé ce roman immersif, quoique mes misérables connaissances en géographie m'aient empêchée de comprendre toujours parfaitement les détails des descriptions faites par l'auteur (qui auraient sans doute gagné à être allégées). Il y avait cependant du charme à se trouver plongée dans une nature disparue, auprès de personnages qui en savouraient autant qu'ils en subissaient les rigueurs et les beautés. Une nostalgie à se dire que, non, nous ne pourrons jamais, nous autres humains du 21ème siècle, vivre à ce point dans cette intimité sensuelle avec notre environnement. Les scènes de sexe que je trouvais répétitives et assommantes dans le tome 3 y gagnaient en sens (pas toutes quand même et je ne peux m'empêcher de vous délivrer cette perle, attention prenez une inspiration : "Soudain, il cria son nom, elle se pressa contre lui, et une immense explosion les submergea, tel le soleil qui inonde la vallée de ses derniers rayons dorés avant de plonger derrière les nuages noirs qui rehaussent l'or incandescent de sa lumière céleste.")
Beaucoup de scènes restent cependant très caricaturales, notamment lorsque nos héros, deux Candides avant l'heure, découvrent que le mal existe dans l'être humain en la personne d'Attaroa, une chef de clan S'Armunai. A noter que l'auteur justifie sa cruauté par la folie induite par les traumatismes subis dans son passé : c'est tellement plus facile ! Bref, peu de finesse psychologique. En contrepoint, Ayla reste quant à elle l'héroïne accomplie et au grand coeur du tome 3 et manque de peu, au vu des miracles qu'elle fait devant tout le monde, être assimilée par les gens qu'elle rencontre à la Grande Mère elle-même.
Ceux qui ont adoré comme moi le Clan ou Têtes Plates du premier tome (les Néenderthal) auront le bonheur hélas trop bref d'en rencontrer à nouveau quelques représentants dans ce tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
SophieWag
  29 novembre 2019
La suite des aventures d'Ayla et Jondalar. le voyage est long de la mer de Béran à ce qui sera plus tard, la France. Les peuples rencontrés sont plus ou moins accueillants, plus ou moins hostiles aux étrangers qui voyagent avec deux chevaux et un Loup...
Homo neanderthalensis et Homo sapiens se côtoient dans cette saga comme ils l'ont fait dans la réalité, ( l'ADN d'un fossile humain retrouvé en Roumanie et datant de 40 000 ans en serait la preuve). Les premiers sont appelés « les Têtes plates » dans les romans de JM Auel, en raison de la forme particulière de leur crâne; les seconds sont appelés « les Autres », puisque arrivés plus tard.
Dans ce monde romanesque, les « Autres » ont des langues relativement proches, bien que différentes et parlées par des peuples plus ou moins éloignés géographiquement. On peut y reconnaître une illustration de la famille des langues indo-européennes, héritières de l'hypothétique langue reconstituée comme ancêtre commune à toutes ces langues, l'indo-européen commun.
Les « Têtes Plates », quant à eux, ont également un langage composé surtout de signes effectués par les mains et par l'ensemble du corps. Les sons qui les accompagnent ne sont là que pour appuyer le sens de la phrase. Ils ne peuvent émettre que très peu de sons car leurs cordes vocales ne sont pas développées, c'est pourquoi ils ne possèdent pas de langage articulé. Ils ont également la particularité d'avoir un deuxième langage, un langage sacré utilisé pour les rituels qui peut être compris par toutes les cavernes « Têtes Plates » où qu'elles soient. Ce langage sacré et universel n'est constitué que de signes, sans aucun son.
Une saga très documentée même si les découvertes récentes controversent un peu les certitudes. Un roman passionnant à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ayla5488
  02 février 2013
J'avais demandé conseil à mon libraire, en prévision d'un long séjor à l'hôpital, il y a des libraires qui connaissent leur métier et je me retrove avec sous le bras les 5 tomes de cette saga. j'ai lu les 4000 pages d'une seule traite. un grand moment d'évasion, les personnages très attachants, des désciptions du monde préhistorique éblouissantes. le premier tome est de loin le meilleur mais les autres se lisent bien tout de même. Difficile de lâcher en cours de route, on a envie de connaitre la suite. L'auteur bien documentée sur cette période nous transporte aux confins de nos origines. Il y a des livres qui jalonnent l'existence, ceux là m'ont aidée à passer une épreuve, je calquais mon mental sur celui de l'héroïne qui devait survivre dans une nature hostile. Je ne suis pas une inconditionnelle de la préhistoire et pourtant j'ai beaucoup aimé.
Commenter  J’apprécie          141
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
gean25gean25   12 août 2013
Elle l'appelait d'un mot qui signifie "bébé", et ce nom lui est resté. C'est le plus gros bébé que j'ai jamais rencontré, avoua Jondalar, déclenchant l'hilarité générale. Moi aussi, j'ai ri. Mais bien plus tard. Sur le moment je vous assure qu'il n'y avait rien de drôle. Bébé était le lion qui avait tué Thonolan, et qui m'avait à moitié tué, moi aussi.
Commenter  J’apprécie          110
gean25gean25   24 août 2013
_ Jondalar ! Jondalar !
Ils levèrent la tête vers un sentier qui menait à une falaise en surplomb, et virent ue jeune femme.
_ Mère ! Viens vite, criait-elle. Jondalar est de retour !
Jondalar est de retour !
Et moi aussi, songea Ayla.
Commenter  J’apprécie          140
EleonoreEleonore   19 août 2013
C'est peut être ce qui arrive quand on vieillit, supposa-t-elle. Si on échange des parcelles de son esprit avec les êtres qu'on aime, quand on en a perdu beaucoup, tant de morceaux d'esprit sont partis avec eux qu'il n'en reste plus assez pour continuer à vivre.
Commenter  J’apprécie          90
gean25gean25   04 août 2013
Bien qu'un mammouth mâle atteignît la puberté vers l'âge de douze ans, il n'entrait pas en rut avant une trentaine d'années, et encore celui-ci ne durait-il qu'une semaine ou deux.
Commenter  J’apprécie          130
akhesaakhesa   01 mai 2012
ceux qui avaient eleve ayla et qu'on appelait tetes plates,mais qui eux-memes se nommaient le clan,communiquaient entre eux avec profondeur et precision malgre un langage oral primitif.leur capacite d'articulation limitee leur avait valu d'etre qualifies de moins qu'humains,d'animaux tout juste bon a grogner.en fait,ils utilisaient un langage fort complexe compose de gestes et de signes
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Jean M. Auel (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean M. Auel
Jean Auel parle de la série "Le clan de l'ours des cavernes"
autres livres classés : préhistoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Enfants de la Terre, tome 1: Le Clan de l'Ours des Cavernes

Quel âge a Ayla au tout début du livre?

4 ans
5 ans
8 ans
10 ans

15 questions
164 lecteurs ont répondu
Thème : Les Enfants de la terre, tome 1 : Le Clan de l'ours des Cavernes de Jean M. AuelCréer un quiz sur ce livre
.. ..