AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266191578
Éditeur : Pocket (13/11/2008)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 901 notes)
Résumé :
Pendant plusieurs saisons, Ayla et son compagnon Jondalar ont tout partagé. Ils ont taillé le silex, entretenu le feu, chassé le renne et le cerf, construit des abris et des bateaux. Ensemble ils ont eu peur et froid, et vécu dans une intimité du corps et de l’esprit qui a fait naitre en eux un sentiment troublant et inconnu.

Le clan remuant des « chasseurs de mammouths » qui les accueille est stupéfait par ce couple de géants blonds aux yeux bleus q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
Parthenia
  15 septembre 2013
Nous retrouvons Ayla et Jondalar là où nous les avions laissés dans La Vallée des chevaux : ils sont approchés par un groupe de Mamutoï, autrement dit le peuple des chasseurs de mammouths, et il s'avère que Jondalar est apparenté à Talut, "l'Homme-qui-commande" de ce groupe puisque la cousine de ce dernier, Tholie, fut également la seconde compagne de Thonolan, le frère défunt de Jondalar. Ils sont donc invités à passer l'hiver dans leur camp, appelé le Camp du Lion.
Ayla est d'abord réticente à les suivre puis à rester parmi eux : la cohabitation se révèle en effet difficile pour elle, en premier lieu du fait qu'elle a vécu seule pendant 4 ans et que ce peuple-là se montre beaucoup plus bruyant et beaucoup plus querelleur que son peuple d'adoption, mais surtout à cause de ses origines, qui constituent aux yeux des Homo Sapiens une souillure indélébile.
Ce séjour chez les Mamutoï va également être vécu par Jondalar comme une épreuve douloureuse car le grand homme blond va être confronté à la jalousie lorsque Ranec, le charismatique sculpteur de la tribu, entreprend de séduire Ayla, et à la honte que les Mamutoï, puis son peuple, ne découvrent le passé d'Ayla au sein d'une tribu de Têtes Plates... Ces deux sentiments vont creuser un abîme d'incompréhension et de colère et l'éloigner de la jeune femme.
A travers les yeux d'Ayla, qui, contrairement à ses craintes premières, va être acceptée parmi les Mamutoï qui décident même de l'adopter au sein de leur camp lui donnant une tribu de qui se réclamer, on découvre la vie quotidienne de ces Homo sapiens, la chasse, la fabrication de cuirs , leur différentes techniques pour faire le feu ou tailler des silex, leur religion, leur organisation sociale...
C'est ainsi que l'on apprend que c'est l'Esprit de l'homme qui a été créé à partir de l'Esprit de la femme (ça nous change !^^) et que c'est la mère qui transmet un statut prestigieux (ou pas) à ses enfants...
Chaque camp de Mamutoï est commandé par un frère et une soeur, si bien que certains foyers sont parfois obligés d'adopter une femme de grand prestige quand les soeurs viennent à manquer... Nous avons donc affaire à une société profondément matriarcale, ce qui est confirmé lors de la Réunion d'Eté où le Conseil des Soeurs prime sur celui des Frères...
Bref, dans le Clan de l'ours des cavernes et dans La Vallée des chevaux, l'abondance des détails sur le climat, les paysages et les moeurs ne m'avaient jamais ennuyée, bien au contraire, mais là, j'avoue que j'ai parfois survolé ces passages, d'autant plus que l'on a l'impression de relire les mêmes d'un livre à l'autre. La magie de la découverte n'opère plus vraiment cette fois. de plus, l'auteure transpose cette foultitude de détails aussi bien sur les descriptions anthropologiques ou matérielles que sur les descriptions des scènes sexuelles.
Je n'ai rien contre les scènes de sexe... à condition qu'elles soient réussies ! Or, dans ce tome, elles sont répétitives et sans surprises, voire ridicules (la palme revenant à Ranec auquel j'avais envie de crier :"Mais ferme-là deux secondes" tant il se montre bavard durant l'acte. Je vous laisse apprécier ses paroles : «Parfaite, absolument parfaite. Voyez plutôt ces seins, pleins et pourtant gracieux (...) - Parfaits, si parfaits, murmura-t-il en passant à l'autre sein. » (page 1130), et je n'en laisse qu'un petit aperçu. Franchement, ça m'a crispée !
Le pire, c'est qu'une grande partie du livre (environ 400 pages) tourne autour du triangle amoureux formé par Jondalar / Ayla / Ranec, et qui ne repose en fait que sur un malentendu du couple.
Le comportement de Jondalar devient incompréhensible : mes sentiments envers lui n'ont cessé d'osciller entre compassion et agacement. J'ai trouvé ses réactions d'homme jaloux complètement immatures, voire pathétiques, alors qu'il aurait suffi pour décanter la crise que Jondalar et Ayla s'expliquent... Surtout que ce problème d'incommunicabilité avait déjà été évoqué dans le tome 2 et semblait révolu ! Franchement, on a parfois l"impression de se retrouver dans un épisode de Sex and the city... pardon, je voulais écrire Silex and the city !
Seul Rydag semble avoir un discours adulte (Jondalar aurait dû s'en inspirer, ce qui nous aurait épargner une bonne partie de ses jérémiades !) :"Font bons signaux, disent mots faux" (page 1265)
Pourtant, certaines des scènes liées à cette crise sont émouvantes : les pleurs de Jondalar se consolant avec Loup, Ayla demandant à Mamut pourqoi Jondalar ne l'aime plus, Jondalar perdant contrôle et la prenant de force (alors qu'elle est consentante)... de plus, on ressent très bien la douleur et la culpabilité du jeune homme... mais sur 400 pages, cela fait un peu long, surtout que ces passages alimentent un faux suspens car on sait très bien qui va finir avec qui !
Et que dire du comportement peu crédible des Mamutoï, qui, bien que connaissant l'attachement profond et sincère de Jondalar et d'Ayla, DECIDENT de ne pas intervenir pour tenter de les aider à surmonter cette épreuve...
Encore heureux que Frebec et Crozie étaient là pour mettre un peu de piment dans cette histoire qui tirait en longueur.
J'ai également beaucoup aimé les passages avec Rydag,
Autre point mitigé : j'ai été heureuse de revoir Bébé, mais franchement, je trouve les retrouvailles aussi peu crédibles que ridicules... Auel, qu'as-tu fait à ton livre ?
Pour conclure, une lecture en demi-teinte. C'était intéressant de voir Ayla se confronter aux Autres et les passages avec le petit sang-mêlé étaient poignants. Par contre, je trouve les scènes érotiques trop présentes, inutiles et lassantes à la longue, de même que les atermoiements de Jondalar. Auel aurait dû supprimer certains passages inutiles, en condenser d'autres. de plus, en en faisant trop dans le sensationnel ou la perfection de son héroïne, elle gâche le potentiel de ce tome ainsi que la patience du lecteur...
J'espère qu'elle se rattrapera par la suite...
Lien : http://parthenia01.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
domisylzen
  14 septembre 2015
C'est par ce troisième volet de la saga que j'ai commencé. de passage chez DTR, une bouquinerie incroyable de la région rouennaise, j'avais choisi, au hasard le plus gros des livres de poches, pour l'occasion il fallait avoir des grandes poches.
Déjà dans le volume deux, JM Auel joue avec nos nerfs, mais alors avec ce troisième opus, j'lui aurais bien mis des baffes à l'auteure tellement c'est stressant de pas savoir qui de Ranec ou de Jondalar va partager la vie d'Ayla. Si dans le deuxième je me doutais bien que la rencontre de Jondalar et Ayla était inévitable, pour celui-là j'ai douté jusqu'à la fin, j'suis vraiment une poire.
Du coup je l'ai conseillé à tout mon entourage et encore maintenant dès que je parle bouquin, ce titre ressort inévitablement avec Dune et Azteca.
Commenter  J’apprécie          221
Grecie
  13 janvier 2014
Du Harlequin pendant la Préhistoire.
J'exagère un peu mais je me suis souvent dit, durant cette lecture, que si l'histoire d'amour s'était déroulée à notre époque, ç'aurait été un vaudeville qui ne s'avoue pas (parce qu'il n'est même pas drôle, au contraire). Resituons. Ayla et Jondalar, les héros des Enfants de la Terre, continuent leur voyage à travers l'Europe d'il y a 35 000 ans.
Heureusement, les informations sur le mode de vie de l'époque sont toujours aussi nombreuses et détaillées et donnent du corps à un récit qui en a bien besoin, tandis que les descriptions des interactions sociales des Camps mamutoï et des individus entre eux viennent aussi relever le niveau. En gros, pour schématiser, je dirais : contexte et environnement très intéressants ; mais scénario et héros proches du zéro.
J'ai l'impression aussi que la traduction s'est beaucoup dégradée entre les tomes 1 et 3, notamment en ce qui concerne les dialogues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
gean25
  25 juillet 2013
J'ai plus particulièrement apprécié le tome deux (la vallée des chevaux) de cette saga de l'époque de l'homme de "cro-magnon" où les dialogues sont étrangements contemporains ce qui met parfois...mal à l'aise !
La pharmacopée est digne de nos pharmacies les plus en pointes grâce à la connaissance des plantes qui guérissent du personnage principal qu'est ayla, la femme qui a été élevée chez les "têtes plates", considérés comme des animaux par les "autres" dont elle est issue.
Il y a parfois des 'longueurs" qui m'ont fait sauter des pages mais on sort de cette lecture un peu plus "instruit" sur les différents "hommes " dont nous sommes les descendants, leurs croyances, leur habitat, leurs premières découvertes,leur façon de vivre, de se soigner et leurs coutumes funéraires .
(et bien d'autres choses)
Je vais lire les tomes suivants dés que possible !
Commenter  J’apprécie          170
brigittelascombe
  01 novembre 2011
Ayla, appartenant à la lignée des Homo-sapiens, élevée par des Têtes plates suite au tremblement de terre qui a détruit les siens, s'est vue ensuite chassée du clan de L'ours par Broud le fils du chef dont elle a eu un enfant Durc suite à un viol.
Obligée de se débrouiller seule dans La vallée des chevaux, "La femme qui chasse" affronte mille dangers et secourt Jondalar, un "Autre" comme elle (un Zélandonii, tailleur de pierres et initiateur aux plaisirs), dont le frère qui voyageait à ses côtés est mort.
"Des animaux! Il traitait d'animaux les gens qu'elle aimait!"
Eh oui, le racisme existait déjà 35000 ans en arrière!
Le deuxième tome se finit sur une réconciliation car il est beau, elle est belle,et ils s'aiment (ouf!!) sur une même longueur d'onde... de plaisir (là, tout de même il faudrait vérifier!!)
Un groupe arrive.Qui sont-ils?
"Les chasseurs de mammouths" indique "Talut, chef du camp du Lion".
Ayla; femme qui manie l'arc, telle un homme, murmure à l'oreille des chevaux, a su dompter Whiney et son poulain Rapide; les épate.
Ce troisième tome conte les aventures d'Ayla et Jondalar dans ce nouveau clan.
Mais quel est ce bel homme noir, ce Ranec qui détaille Ayla avec convoitise?
Comment réagira Ayla, éduquée pour se soumettre au désir des hommes?
Quelle sera l'attitude de Jondalar en retour?
Le talent de Jean M. Auel est de relancer l'action continuellement pour éviter de lasser le lecteur qui a déjà ingurgité 1200 pages et repart illico presto pour 900 autres(!!) sur les pistes des esprits, les dons de guérisseuse,les traces des mammouths,la difficile vie communautaire et toujours l'obligation pour Ayla d'expliquer son lien passé avec "les Têtes plates" sous peine de rejet.
Voyage chez les hommes des cavernes, sensations fortes garanties. On s'y croirait!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
PartheniaParthenia   15 septembre 2013
Au signal d'Ayla, chaque Mamutoï du Camp du Lion ramassa une pierre et la déposa précautionneusement sur le linceul, construisant peu à peu le cairn qui recouvrirait la tombe. Ayla commença alors la cérémonie proprement dite, sans traduire les gestes qu'elle faisait. Elle utilisa les mêmes signes que Creb avait faits sur la tombe d'Iza, et qu'elle avait reproduits pour honorer Creb quand elle l'avait trouvé sous les décombres de la grotte. Elle se lança ainsi dans une danse gestuelle dont l'origine remontait à la nuit des temps, et dont la beauté majestueuse en étonna plus d'un.
Ayla n'employait pas les signes simplifiés qu'elle avait appris à ceux du Camp du Lion, mais ceux plus complexes que chaque position du corps enrichissait de nuances subtiles. De nombreux signes étaient si ésotériques qu'Ayla n'en connaissait pas le sens profond, mais elle utilisait aussi des signes plus courants que le Camp du lion comprenait. Ils s'aperçurent donc que le rituel était destiné à faciliter l'accès à l'autre monde. Mais les autres Mamutoï voyaient seulement une danse gestuelle où les bras et les mains dessinaient des mouvements gracieux qui évoquaient l'amour et la perte, le chagrin et l'espoir mythique de l'au-delà.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
WCassiopeeWCassiopee   10 février 2015
Avec un sourire amusé, il s'assit, jambes croisées, devant Ayla, mais ne pouvant se résoudre à courber la tête, il la regarda. Il la vit décontenancée et mal à l'aise, comme lui-même lorsqu'elle adoptait la posture des femmes du Clan.
- Jondalar, que fais-tu ? Un homme ne doit pas s'assoir ainsi devant une femme ! Il n'a pas besoin de demander l'autorisation pour parler.
- Ayla, j'ai une demande à formuler. Acceptes-tu de m'accompagner, de t'unir à moi, autoriseras-tu Zelandoni à nouer nos liens, me feras-tu l'honneur de fonder un foyer avec moi, et me donneras-tu des enfants ?
Ayla se remit à pleurer, honteuse de tant de larmes.
- Oh, Jondalar ! J'en ai toujours rêvé ! À toutes ces questions, je réponds oui. Maintenant, relève-toi, je t'en supplie.
Il s'exécuta et l'enlaça tendrement, plus heureux que jamais. Il l'embrassa, la serra comme s'il craignais qu'elle lui échappe, et qu'il la perde une seconde fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MariloupMariloup   10 février 2013
Elle ne savait comment expliquer que, lorsqu'on vit complètement seul, on a tout le temps de s'entraîner à siffler comme un oiseau. Quand on n'a personne au monde vers qui se tourner, un cheval ou même un lion peut devenir un compagnon. Lorsqu'on ignore s'il existe au monde une autre créature qui vous ressemble, on cherche, de toutes les manières possibles, à entrer en contact avec un autre être vivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MariloupMariloup   15 février 2013
Il baissait maintenant la tête. La stupeur la lui fit relever: il venait d'entendre un rire tendre.
_ Oh, Jondalar, mais tu es tombé amoureux. Tu m'aimes, n'est-ce pas? Ne comprends-tu pas? Tu ne subissais pas un châtiment. Tu m'attendais. Je te l'ai dit: mon totem t'a conduit vers moi, la Mère aussi, peut-être, mais tu as eu un long chemin à parcourir. Tu as dû patienter. Si tu étais tombé amoureux plus tôt, jamais tu ne serais venu. Jamais tu ne m'aurais trouvée.
Se pouvait-il qu'elle eût raison? se demandait-il. Il avait envie d'y croire. Pour la première fois depuis des années, il sentait s'alléger le fardeau qui avait pesé sur son esprit.
#Ayla#
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gean25gean25   18 juillet 2013
Les êtres humains qui vivent en communauté limitée à deux personnes ou aussi vaste que le monde - et quelle que soit la forme que prend leur société, établissent entre eux une certaine hiérarchie.
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Jean M. Auel (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean M. Auel
Jean Auel parle de la série "Le clan de l'ours des cavernes"
autres livres classés : préhistoireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Enfants de la Terre, tome 1: Le Clan de l'Ours des Cavernes

Quel âge a Ayla au tout début du livre?

4 ans
5 ans
8 ans
10 ans

15 questions
156 lecteurs ont répondu
Thème : Les Enfants de la terre, tome 1 : Le Clan de l'ours des Cavernes de Jean M. AuelCréer un quiz sur ce livre
. .