AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2372873105
Éditeur : Komikku éditions (27/09/2018)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Paris, 1940. Marion est une môme des rues. Montée à la capitale pour de mauvaises raisons, elle est la meneuse d’une bande de garnements qui détrousse les gens. Mais un jour, son destin va basculer. Aaron Rosenberg est compositeur et il est le directeur musical du Doelion, un des plus prestigieux music-halls de Paris. Il monte un spectacle sur Jeanne d’Arc, mais à un mois de la première il n’a toujours pas de chanteuse principale. Alors qu’il se promène dans la rue,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  28 décembre 2018
Je suis assez déçue par ce manga, j'en attendais beaucoup en fait.. une jeune femme , juste au début de la seconde guerre mondiale à Paris , qui a la possibilité de devenir meneuse de revue...Rien qu'avec ces 4 éléments on pouvait faire du grandiose, du très très grandiose.
Mais en fait ce manga est tellement condensé puisqu'il ne sera qu'en deux tomes, qu'il n'en ressort rien de bons, tout est traité trop rapidement et on reste dans du superficiel qui ne me plait pas. J'entends déjà certains copinautes me dire .. pourtant tu rales quand les séries sont a rallonge. Oui ok mais il faut trouver le juste milieu.
Les graphismes restent sympathiques sans pour autant être superbes… même chose que pour le scénario je pense qu'avec l'époque et le lieu on pouvait faire du hors normes.
Comme ce manga est sur deux tomes j'achèterais très certainement le suivant, mais je m'attendais a du franchement mieux. D'autant que de voir une publicité de Arte (moi qui suis grande fan) me laissait présager le meilleur

Merci a babelio et aux éditions Romikku
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
Rosabella26
  20 janvier 2019
Découvert par l'intermédiaire de la Masse Critique de Noël, l'histoire proposée par Yuu Hikasa m'intéressait particulièrement.
Un livre empreint de tristesse, révélant sans faux semblant la beauté mais surtout le côté sombre de la ville lumière. Sous fond de Seconde Guerre Mondiale, l'auteur nous propose un manga non dénué de vérité.

Parlons à présent de la couverture et des illustrations visibles à l'intérieur.
Une couverture fidèle aux dessins proposés au fil des pages. Bien choisi, elle représente le caractère libre de Marion poursuivie sans relâche par Aaron Rosenberg. Les beaux quartiers de Paris se révèlent derrière une jeune femme au diamant brut.
Les dessins sont parfaitement maîtrisés au niveau des décors et des lieux. Quant aux personnages, ils m'ont semblé plus simples et moins travaillés.

Historique et fiction sont les deux genres perceptibles dans ce manga.
Historique par la présence de la Seconde Guerre Mondiale et fiction à travers l'histoire de Marion.

Résumé :
Marion, jeune femme des rues, vole pour survivre dans les rues de Paris en compagnie de deux garçons et une petite fille. Victime d'un passé douloureux, rien ne prédestine Marion à un futur glorieux et pourtant...
Aaron Rosenberg, compositeur et directeur de music halls, est à la recherche d'une chanteuse pour jouer Jeanne d'Arc. Un jour, en se promenant dans Paris, il entend la voix de Marion. Elle est celle qu'il recherche... Il ne peut pas la laisser partir. Sans relâche, il essaye de la convaincre de participer au spectacle.
Acceptera-t-elle de faire le grand saut et mettre son passé derrière elle ? Si oui, réussira-t-elle à incarner le rôle ? Pourras-t-elle faire confiance à Aaron Rosenberg ? Est-il l'homme qu'il prétend ou au contraire ne lui cache-t-il pas la véritable raison de ce choix ?
Un manga où la fiction semble bien plus vrai qu'il n'y paraît.

Points positifs de l'histoire :

La plume et l'intrigue s'avèrent très simple. L'histoire se comprend avec facilité. L'univers est bien défini. Tristesse, souffrance, manipulation, espérance et mensonge sont les thèmes visibles de ce manga. le lecteur est touché par l'histoire de Marion, jeune femme au lourd passé. le suspense et les surprises ne sont pas au rendez-vous mais l'auteur ne cherche pas à rendre l'univers addictif. Il souhaite montrer la réalité de la société. le livre révèle une histoire bien plus subtile qu'il n'y paraît. L'auteur n'enjolive pas Paris. Il montre à la fois la beauté de cette ville avec ses beaux quartiers et l'ambiance festive des music halls et la face cachée de la ville lumière : la pauvreté, les bas fonds, la prostitution et les véritables intentions dissimulées des directeurs de music halls une fois le rideau tombé.
L'espoir se dégage également. Une opportunité s'offre à l'héroïne. Son rêve de chanteuse refait surface. Elle mettra tout en oeuvre pour incarner au mieux son rôle et vivre de sa passion.
La Seconde Guerre Mondiale présente en arrière plan trouve parfaitement sa place dans ce décor ambivalent entre lumière et obscurité.
Bien que triste et parfois dure, Yuu Hikasa nous propose de voir au delà des apparences.

Points négatifs de l'histoire :
Ce manga n'est pas à mettre entre toutes les mains. Un passage, à savoir les prémices d'un viol, peut choquer les plus sensibles et les plus jeunes.
Pour ma part, cette partie-ci est un point négatif.

Les personnages principaux :
Marion : jeune femme brisée par la bêtise d'hommes peu scrupuleux et détraqués sexuellement, elle déteste être touchée ou effleurée par le sexe opposé. Son rêve de devenir chanteuse s'étouffe mais une étincelle demeure visible. La rencontre d'Aaron Rosenberg rallumera sa flamme. Elle fera alors preuve de courage pour surmonter ses peurs et ses souffrances afin de révéler l'artiste qui sommeille en elle.
Aaron Rosenberg : cet homme n'est pas aussi irréprochable qu'il veut le montrer à Marion. Il lui cache ses véritables intentions. Croit-il vraiment au talent de Marion ? le lecteur se pose la question. Cependant, il ne semble pas être en paix avec lui même.

Points positifs des personnages :
A travers les personnages, l'auteur montre la réalité de la société.
Derrière Aaron Rosenberg et d'autres personnages visibles, Yuu Hikasa tente d'inculquer la valeur « les apparences sont parfois trompeuses ».
L'écrivain dépeint sans barrière les tréfonds sombres des intentions de certains être humains : jouer de la naïveté des personne, de leur fragilité et user de leur confiance dans l'objectif de parvenir à leurs fins.
Le lecteur est attristé car elle est malheureusement le jouet de ces personnes. le passé douloureux de l'héroïne lui a laissé des marques indélébiles. Néanmoins, elle garde une part de naïveté et incarne l'espoir. Cette espérance lui permettra d'atteindre son rêve.

Points négatifs des personnages :
Le comportement d'Aaron Rosenberg affecte le lecteur. Il joue à un double jeu. Nous le sentons.
Qu'adviendra-t-il lorsque Marion en prendra conscience ? Bien qu'il semble ronger par la culpabilité, son mensonge n'en reste pas moins présent.

Conclusion :
Simple aux premiers abords, l'histoire permet de découvrir les comportements subtiles de la nature humaine derrière une fiction et un contexte historique.
Le lecteur se laissera toucher par cette héroïne au coeur meurtri.
Je lirai la suite en espérant une issue positive concernant Marion.

Bonne découverte et bonne lecture !📚
Lien : https://lemondeenchantedeses..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lesvoyagesdely
  07 octobre 2018
C'est le premier titre que je lis de la mangaka.
Le graphisme est un régal.
Je suis tout de suite tombée sous le charme de la couverture, où Marion a l'air de s'envoler, habillé plutôt en garçon manqué comme on dirait mais avec des talons aiguilles rouges, ce qui marque. D'ailleurs, les talons aiguilles auront leur importance dans le récit ;).
Le titre c'est le prénom de la jeune demoiselle, ce qui la met à l'honneur, sur le devant de la scène.
L'édition est agréable, on a une page couleur pour commencer, mais juste une.
Marion, femme forte à Paris ?
Ma découverte de Marion a été plutôt plaisante, mais Xander a soulevé des points intéressants.
Le graphique est très beau, et fait plaisir à nos yeux.
Le Paris des années 1940, je me suis plutôt dit qu'il était légèrement fantasmé, pour que ça passe à peu près.
Marion est une jeune fille plutôt attachante, orpheline.
Elle est d'une grande agilité, et en plus ça n'a pas l'air d'être la seule. Ce qui est effectivement assez étonnant, mais sympa à voir.
Je regrette également le côté trop rapide. On commence par le résultat, on revient sur elle ensuite.
On la découvre à la Oliver Twist, mais il s'avère que c'est la seule orpheline du lot. Les autres jeunes parlent de rejoindre leur famille.
Ce qui effectivement fait assez bizarre. Ou alors leur famille ne gagne pas assez ?
De plus, si on voit ce qui lui est arrivé et pourquoi elle déteste les hommes, c'est totalement classique là aussi, on ne voit pas comment elle s'en est sortie dans Paris et comment elle a rencontré la bande de jeunes, ce qui est un gros manque.
Je suis étonnée qu'elle n'était pas plus avertie et que les soeurs n'aient pas plus questionnées l'homme rencontré. Au moins, elle évite le pire.
On peut également voir que quelque part, elle avait le rêve de monter à Paris et se produire sur scène, d'où elle est autant sur la défensive que tenter.
Marion joue les femmes fortes et indépendantes, mais par moment elle a aussi l'air de complètement craqué.
Le showbusiness reste des affaires !
C'est Aaron Rosenberg, compositeur et directeur muscical. Et on a un peu de mal à croire qu'il est directeur, qui repère la jeune Marion.
Par deux fois. La première fois par son allure et son jeu de dupes, une jolie mise en scène, et apprend son surnom. Et la deuxième fois, par sa voix.
Il l'invite donc à le rejoindre pour prendre le rôle de Jeanne d'Arc.
Il l'a donc repéré à son visage, et le coup du chant est un pur hasard et une chance supplémentaire pour lui.
Il l'a poursuit pour lui parler, maladroitement, et on est même étonné qu'il arrive aussi bien à la poursuivre.
Mais c'est après qu'elle accepte la proposition, de plus elle n'avait pas fait attention à un terme du contrat, qu'elle va peut être un peu déchantée.
C'est bien gentil de dire gare à ce qu'on signe, mais vous avez vu la paperasse à lire généralement ?!
Interpréter un rôle ce n'est pas rien, et il lui reste beaucoup de choses à apprendre, mais très peu de temps pour le faire.
Au moins, elle est volontaire.
Pourtant, il y a anguille sous roches mais quoi exactement ?
La guerre (seconde guerre mondiale) comme toile de fond ?
Pour l'instant, elle reste très transparente. Elle est un contexte, mais on ne la ressent pas vraiment.
Le dernier chapitre nous présentera un homme classe et plutôt détestable, qui d'ailleurs va finir par croiser d'une drôle de manière la route de Marion.
J'espère qu'elle ne lui fera pas confiance.
Comparatif Arte – Marion
La comparait à Arte et le coup du shikishi est une stratégie marketing pas trop mal vu, mais quand même le ressenti n'est pas le même.
Je me vois relire Arte, le conseillait.
J'aime bien Marion au fond, je suis contente de la découvrir, mais je ne me vois pas trop le relire.
Lien : https://lesvoyagesdely.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Tachan
  10 octobre 2018
Nouveau titre de Komikku dont j'aime particulièrement les séries, avec sa jolie couverture très titi parisien, il me fallait essayer le titre. Si dans la lignée d'Arte, c'est graphiquement un joli titre, l'histoire, elle, manque d'envergure pour marquer le lecteur, surtout quand on sait que ce sera terminé en 2 tomes.
Nous suivons les péripéties de la jeune Marion, provinciale qui a débarqué à Paris sur un quiproquo et qui doit désormais se débrouiller alors qu'elle vit dans la rue. Elle est à la tête d'une petite bande de chapardeurs mais au détour des rues de Paris, elle va faire une rencontre qui va changer sa vie et réveiller son vieux rêve de monter sur les planches.
Dès les premières pages, j'ai eu le sentiment d'être dans un titre s'inspirant de la vie d'Edith Piaf, la môme Piaf. On a une femme brune, à la vie difficile, qui a une très belle voix, qui va chanter dans un music hall dans le Paris des années 40. Ça fait beaucoup de ressemblances. Je me trompe peut-être mais la coïncidence est frappante.
Pour ce qui est de Marion, malgré le lourd passé qu'on essaie de lui coller, je n'arrive pas à accrocher au personnage. Il me manque le petit truc en plus avec elle. Son côté garçon manqué n'est qu'une façade et c'est bien dommage. Sa peur des hommes est également assez mal exploitée, trop superficielle. Seul son rôle de chef de bande et de maman de substitution me plaît bien mais on ne la voit pas assez ainsi. D'ailleurs, suis-je la seule à voir un lien entre la petite Lottie et notre chère Princesse Sarah qui a bercé notre enfance ?
Quand est-il de l'histoire ? Celle-ci se développe rapidement, peut-être un peu trop à mon goût. Elle comporte aussi son lot d'éléments invraisemblables dont le dernier est l'introduction d'un trafic de drogue qui sort d'on ne sait où… Je pense que c'était déjà assez rocambolesque de suivre des courses poursuites dans les rues et sur les toits de Paris, de découvrir un projet fantasque de Music Hall, de voir une jeune fille se faire enrôler pour travailler dans un bordel. Il n'y avait peut-être pas besoin de pousser le bouchon.
Du côté des décors, c'est assez réussi, je dois dire. le tableau qui est fait de Paris, n'est pas sans clichés, mais est très beau. On y retrouve tout ce qui fait le charme du Paris de l'entre deux guerre. le contexte d'ailleurs est un peu surfait ici. On nous propose une histoire se passant pendant les premières années de la Seconde Guerre Mondiale, or celle-ci n'a que peu de conséquences dans ce tome. Mais je pense, du moins j'espère, que ça devrait être corrigé par la suite avec Aaron et la pièce de propagande qu'ils veulent monter.
Marion est donc une histoire qui a un certain charme, qui change des récits que j'ai pu lire jusqu'à présent dans les mangas, mais à qui il manque le petit truc en plus pour vraiment rester dans les mémoires. L'idée est bonne et aurait méritée d'être creusée, là en deux tomes, ça va trop vite pour en faire quelque chose d'approfondi qui tienne la route et nous touche. Dommage.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
djihane
  26 décembre 2018
Dans le Paris des années 1940, on fait la rencontre de Marion, meneuse d'une bande de mômes voleurs. sa vie est sur le point de changer quand elle se fait remarquer par Aaron Rosenberg, compositeur et directeur musical du Doelion, un des plus prestigieux music-halls de Paris.
J'ai beaucoup aimé le premier tome de Marion qui m'a agréablement surprise. J'ai été séduite par le coup de crayon de Yuu Hikasa. Il nous plonge dans le Paris des années 1940 et les cases du manga sont riches en détails. L'auteur nous offre ainsi un voyage dans le temps et dans les rues parisiennes. le lecteur se rend compte du travail de recherche effectué pour demeurer réaliste. de plus, les traits des personnages sont doux.
L'histoire est agréable à lire et l'intrigue semble assez complexe. le manga sera d'ailleurs complet en deux tomes ce qui rend le récit bien rythmé. En fond, les événements de la seconde guerre mondiale se profilent et j'ai apprécié ces petites interludes historiques qui assombrissent le ton du texte. Celui-ci se termine avec un rebondissement qui promet une suite riche en action.
Marion est un personnage qui ne manque pas de charme et on sent qu'elle a vécu un traumatisme qui la rend méfiante des hommes. Aaron a l'air assez réservé et on se demande quel secret cache-t-il à Marion. Je ne sais pas s'il est vraiment gentil ou s'il va nous surprendre dans le tome 2 en trahissant notre héroïne.
Un très bon premier tome qui nous plonge dans le Paris des années 1940. Les illustrations sont belles, les détails architecturaux pullulent et l'intrigue est entraînante. Un premier tome doux, avec une pointe de gravité avec le contexte historique de la seconde guerre mondiale et des personnages attachants. J'ai beaucoup aimé.
Lien : https://lesinstantsvolesalav..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (5)
BoDoi   22 octobre 2018
Sous ses atours de tranches de vie saupoudrées d’histoire, de politique et de belles vues de Paris, le premier volet de ce diptyque est soutenu par un souffle romanesque séduisant. Il porte une candeur bienveillante et offre un instantané de la capitale telle qu’elle était en 1940.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   22 octobre 2018
Hikasa a visiblement beaucoup fait de recherche pour dépeindre une vie parisienne très réaliste. Ça fait un peu too much parfois, je le reconnais, mais je trouve le résultat très authentique aussi.
Une histoire en deux parties qui mérite votre attention !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   16 octobre 2018
Joliment dessiné, fort d’une figure pleine de personnalité et doté une édition bien léchée, ce premier tome constitue un bon divertissement. Espérons toutefois que la dernière partie poursuivra l’approfondissement amorcé.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   08 octobre 2018
Les amateurs d’histoire et d’aventures romanesques, comme de polars excitants y trouveront leur compte. Le tout est servi par une qualité graphique remarquable, faisant la part belle aux expressions tant corporelles que des visages.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
ActuaBD   04 octobre 2018
Le lecteur ne peut que rester rêveur face à cette interprétation de l’histoire, vue au travers des yeux d’une adolescente paumée au cœur de la Ville lumière. Un premier volume convaincant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Rosabella26Rosabella26   20 janvier 2019
[...] Je crois que chacun de nous possède un trésor en part égale... Notre Potentiel ! Il existe en moi comme en toi, j’en suis convaincu...
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les grands auteurs du 9e art... Version qui suis-je ?

Auteur japonais, je suis l'un des créateurs du Gekiga en 1957. En 2012, je reçois le prix Regards sur le monde au Festival d'Angoulême pour "Une vie dans les marges" T2...

Hiroshi Hirata
Naoki Urasawa
Kiriko Nananan
Yoshihiro Tatsumi

10 questions
87 lecteurs ont répondu
Thèmes : comic book , manga , bande dessinéeCréer un quiz sur ce livre