AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Arnaud Mousnier-Lompré (Traducteur)
EAN : 9782290325711
317 pages
Éditeur : J'ai Lu (10/10/2003)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 968 notes)
Résumé :
Les vivenefs sont des vaisseaux magiques liés à la famille qui les possède par des liens empathiques. Ces navires sont insaisissables, ils bravent les tempêtes, évitent les récifs, distancent les monstres marins, sèment les pirates... Et sont surtout l'objet de toutes les convoitises
Vivacia est la vivenef de la famille Vestrit. Le capitaine Ephron Vestrit est mourant et, parmi les siens, chacun ourdit complots et traîtrises pour s'approprier son vaisseau, ca... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (80) Voir plus Ajouter une critique
Yendare
  07 novembre 2018
J'ai lu cet été le premier cycle de la saga l'assassin royal, première lecture de Robin Hobb qui m'avait plus que charmé par cette saga vraiment addictive. Décidant de suivre l'ordre chronologique de l'histoire j'ai donc entamé ce premier tome des aventuriers de la mer. J'ai de nouveaux beaucoup appréciés. Robin Hobb est vraiment diabolique, une fois ce roman entamé il m'a été très difficile de le lâcher, l'écriture est superbe et le tout se laisse lire à une vitesse presque effrayante pour nous laisser à la fin du tome avec une puissante envie de se jeter sur la suite. En entament cette nouvelle série j'étais pourtant perplexe les histoires de piraterie, de voyages interminables en mer ne me passionne pas plus que cela et j'étais loin de me douter du quasi-coup de coeur que constituerai ce premier tome pour ma part. Quasi-coup de coeur car le début, les premiers chapitres sont longs à démarrer, Robin Hobb nous présente les principaux personnages de cette nouvelle série un par un d'un chapitre sur l'autre rendant le début ainsi un peu long avant d'avoir une vue d'ensemble nous permettant de voir vers quoi l'intrigue va tourner. le décore dans lequel évoluent les personnages et quant à lui sans aucune lourdeur superbement exposée au cours de ce premier tome donnant envie d'en apprendre plus. Bien qu'il soit très bien abordé ce n'est cependant pas là le véritable point fort de ce premier tome. Les grands points fort de ce premier tome sont incontestablement ses personnages. personnages que nous présente peu à peu Robin Hobb. Ceux-ci sont tous dès ce premier tome extrêmement bien traités et chaque lecteur à la lecture de la série à je n'en doute pas son petit préféré. Dans tous les cas aucun des personnages ici présentés ne m'aura laissé indifférents appréciant bien certain, moins d'autre et détestant certain.
De l'intrigue cependant je ne révèlerai ici rien car j'ai tant apprécié ce premier tome que je ne voudrais pas gâcher le plaisir futur pour ceux qui ne l'auraient pas encore lue.
Une belle découverte pour moi donc, heureusement la suite m'attendait déjà à la fin de cette lecture car il me semble que je viens une nouvelle fois (pour mon plus grand plaisir) de me faire de nouveaux bel est bien ferré par la plume de Robin Hobb.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494
jamiK
  09 mai 2020
Des pirates, des vaisseaux vivants, des serpents de mer, et des histoires de familles, des luttes politiques, il y a tout les ingrédients pour faire une saga vivante, inventive et addictive, et en plus, il y a du rythme, des personnages attachants, plusieurs histoires en parallèles destinées à se recouper, le tout servi par une écriture simple mais élégante pour ne rien gâcher. On pourrait penser qu'appliquer une recette pour accrocher le lecteur risquerait de laisser les ficelles trop apparentes, mais Robin Hobb fait preuve d'une grande maîtrise (on pourrait rapprocher de David Gemmell dans ce sens), et on est littéralement scotché, mes yeux ne peuvent plus se détacher de la série. A peine fermé, je me suis lancé dans le second tome… puis le troisième, ça y est, après mon premier roman de cette auteure, je suis déjà devenu un Hobbomaniaque !
Commenter  J’apprécie          527
Hyelana
  08 novembre 2017
De l'aventure ! Voilà ce que nous procure ce roman.
La plume de Robin Hobb m'a une nouvelle fois conquise, bien que je ne sois pas très fana de tout ce qui se rapporte aux histoires de marins et de pirates. Cependant je dois dire qu'elle nous emporte encore une fois totalement dans son univers, avec ses personnages forts en caractère et son imagination débordante.
Je n'ai eu aucun mal à me plonger dans ces aventures, les pages se sont tournées les unes après les autres, apportant chacune leur lot de curiosités et de péripéties.
Alors bien sûr, ce roman n'est que le premier d'une longue saga, dont on se doute qu'elle sera riche, car tout l'arrière-plan est posé ici. On rencontre les personnages, les projets de chacun, les différents territoires, tout cela nous est présenté de manière habile, afin de nous donner envie de lire la suite mais en même temps de ne pas nous laisser sur notre fin lorsque la dernière page du roman se tourne.
En bref, c'était une lecture très agréable, à placer entre toutes les mains adeptes de fantasy !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
Eric76
  03 janvier 2015
Dans ce premier tome, Robin Hobb pose le décor de cette saga. Deux histoires principales se suivent en parallèle. Celle des Vestrit, vieille famille marchande de Terrilville, propriétaires d'une vivenef, et celle de Kennit, pirate aux ambitions démesurées. Ce premier tome m'a tellement enthousiasmé que j'ai hâte d'arriver au moment où elles vont se rejoindre car je pressens plusieurs dizaines de pages haletantes (enfin j'espère !)
La magie est présente à chacune des pages de ce roman. Une magie à la fois puissante et redoutée, faisant l'objet d'un commerce lucratif, mais aussi terriblement humaine, à l'image des vivenefs, figures de proue vivantes des navires.
La description des cités, celle de Terrilville pour les Vestrit, et celle de Partage pour les pirates, est riche et débordante de détails… Mais tout cela ne serait absolument rien sans les personnages qui évoluent dans cette histoire. Des personnages toujours complexes et paradoxales montrant tour à tour leur force d'âme et leur faiblesse. Ils ont une véritable épaisseur et on les suit dans leurs tribulations avec peine, joie, ou colère. Là je crois réside tout le talent de Robin Hobb. Kennit est de loin mon préféré. Un pirate, un assassin, un embobelineur de première, un filou goupil, animé d'une ambition dévorante, mais qui doute à chacun de ses pas… Un seul regret (pardonnez-moi Mme Hobb !) concerne le personnage de Kile. Il fait tache dans le tableau parce que dans le genre crétin il est totalement caricaturé, à l'inverse de tous les autres. Peut-être évoluera-t-il différemment. On verra ! Mise à part cette réserve, un très bon livre qui préfigure une suite palpitante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
TheWind
  04 mai 2018
Un découpage en 9 tomes c'est long. J'en tire mon parti en mettant à l'honneur un personnage par tome.

Aujourd'hui, je vais vous parler de Paragon.
Paragon est un bateau. Cela peut paraître bizarre que je vous entretienne d'un bateau alors que j'annonçais deux phrases plus haut que j'avais l'intention de mettre à l'honneur un personnage. Vous allez comprendre...
Paragon est une vivenef.
Une vivenef, c'est un vaisseau magique, lié à la famille à laquelle il appartient. Construit en bois-sorcier, un matériau quasiment indestructible, il s'éveille à la vie à la troisième génération de capitaines. Ainsi, sa figure de proue s'anime et devient douée de parole.
J'aurais pu choisir Vivacia, le navire de la famille Vestrit dont on raconte l'histoire dans cette saga. Mais la demoiselle vient juste de s'éveiller à la vie et son caractère n'est pas encore suffisamment déterminé pour que je vous en parle dès le premier tome.
Il faut dire aussi que Paragon m'a beaucoup émue.
Appartenant à une des plus anciennes familles de marchands de Terrilville, Paragon est échoué sur une des plages de la baie de la ville. Beaucoup de mystères entourent ce vaisseau. La légende veut qu'il porte malheur à ceux qui l'emmènent voguer. On l'appelle même le « paria ».
Sa figure de proue, mutilée à coups de hache, se tient le plus souvent les bras croisés. Paragon n'est pas un bateau facile à vivre. Il apparaît bougon et un peu hostile. Cependant, il sera le refuge de Brashen et d'Althéa quand ces deux-là se retrouveront sans abri.
On imagine bien que Paragon ne restera pas tout le temps échoué et qu'il ne finira pas en pièces détachées comme il aimerait bien. D'aileurs, des vautours lui tournent déjà autour...

J'aime vraiment beaucoup cette idée de vaisseau vivant. Elle apporte indéniablement un supplément d'âme à cette histoire. Les liens qui se créent entre les personnages et leurs vaisseaux peuvent être très forts et très touchants. On se plait à rêver d'un tel bateau doué de conscience qui voguerait au gré de ses envies, de ses humeurs... et qui pourrait même se rebeller contre un capitaine un peu trop rosse et manquant d'humanité.
J'ai hâte de lire la suite des aventures de la Vivacia et de Paragon, bien sûr !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
YendareYendare   30 octobre 2018
Puis, avec une soudaineté qui la prit par surprise, le chagrin l’étouffa. Ses sanglots ne parvenaient pas à sortir et elle n’arrivait même plus à respirer tant elle avait la gorge nouée. Son besoin de pleurer faisait en elle une douloureuse constriction qui la suffoquait littéralement. Assise sur sa couchette, elle restait la bouche ouverte à essayer de reprendre son souffle. Quand elle réussit enfin à faire passer une goulée d’air dans ses poumons, elle ne put que se mettre à sangloter. Les larmes sillonnaient ses joues, et elle n’avaitpas de mouchoir, rien que sa manche ou ses jupes, mais quel manque de cœur fallait-il pour seulement songer à un mouchoir en de telles circonstances ? Elle enfouit son visage dans ses mains et se laissa aller à pleurer, tout simplement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
YendareYendare   29 octobre 2018
Sorcor le tenait prêt. Sorcor était toujours prêt pour tout. Il déroula le parchemin et fit semblant de le lire, mais Kennit savait qu’il avait en réalité mémorisé ce dont ils s’étaient emparés : il n’était même pas capable de lire son propre nom, mais, si on lui demandait quelle part revenait à l’équipage sur un ensemble de quarante balles de soie, il répondait sur l’instant.
Commenter  J’apprécie          330
FlowerPandaFlowerPanda   04 septembre 2014
L’instant si longtemps espéré était parti comme il était venu ; Vivacia était éveillée, et, à part le premier élan de triomphe, elle n’avait rien ressenti de ce qu’elle attendait. Le prix était trop élevé.
A la seconde où elle se fit cette réflexion, elle regretta de ne pouvoir l’oublier. C’était la trahison suprême de se tenir sur ce pont, non loin de la dépouille de son père, et de se dire que le prix à payer était trop élevé, que la vivenef ne valait pas la mort d’Ephron Vestrit, ni de son grand-père ni de son arrière-grand-mère. Vivacia n’était pas la cause de leur trépas, mais plutôt la somme de leurs legs ; en elle, ils continuaient à vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
mcd30mcd30   31 octobre 2018
Quand nos familles se sont installées à Terrilville, elles étaient pauvres, affamées et ô combien adaptables ! Nous avons perdu cette capacité; nous sommes devenus ce nous avions fui : des traditionalistes gros et gras qui s'accrochent de toutes leurs forces à leurs monopoles. La seule raison pour laquelle nous méprisons ces nouveaux marchands qui ont commencé à s'installer est qu'ils nous renvoient une image de nous-mêmes, ou plutôt de nos trisaïeuls et des histoires que nous avons entendues à leur sujet. (p. 131)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
YendareYendare   31 octobre 2018
Attendre impatiemment la mort de son grand-père afin de pouvoir retrouver son monastère n’avait rien d’honorable, il le savait, mais il n’ignorait pas non plus que nier ce sentiment aurait constitué un mensonge d’une autre sorte.
Commenter  J’apprécie          300

Videos de Robin Hobb (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Cinq femmes qui écrivent de la science-fiction.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
215 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre

.. ..