AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Arnaud Mousnier-Lompré (Traducteur)
ISBN : 2290337064
Éditeur : J'ai Lu (13/05/2004)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 642 notes)
Résumé :
Privé de liberté après avoir tenté de s'échapper, le jeune Hiémain ouvre son coeur au douloureux apprentissage de la compassion. Tandis que le capitaine Kyle, son père, continue de l'humilier sans relâche, il se préoccupe de porter secours aux malheureux esclaves de la Vivacia, bravant le cruel lieutenant qui a mission de le surveiller. Les hommes de l'équipage, ployant sous la férule d'une direction implacable, ne songent plus qu'à se mutiner. Rien, bientôt, ne pou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
Yendare
  14 novembre 2018
un troisième tome qui s'est laissé lire avec autant de plaisirs que les deux premiers. j'ai de nouveau pris grand plaisir à suivre tous les personnages de cette série qu'une fois encore Robin Hobb n'épargne pas. le personnage de Malta est intéressant et je suis curieux de voir comment elle va évoluer et espère en apprendre plus sur les habitants du désert des pluies de plus en plus intéressants. Les choses, ne vont pas en s'améliorant pour les personnages au cours de ce tome et si la situation était déjà compliquée pour la famille Vestrit elle vire carrément à la catastrophe au cours de ce tome. du coté de Kennit, le pirate va subir un coup dure, et bien que je ne doute guère qu'il survive je suis curieux de savoir comment il s'en sortira et évoluera. C'est sans aucun doute l'un des personnages les plus passionnants de cette série. Enfin Kennit au cours de ce tome rencontre la Vivacia et le prochain tome promet des étincelles en tout cas la fin de ce tome le laisse espérer. la situation politique à Terriville semble également de plus en plus tendue les anciens marchands s'opposant aux nouveaux. Certains personnages sont toujours aussi intrigants tel qu'Ambre ou la petite troupe de trois serpents qui cherche désespérément à se souvenir.
Enfin bref, de nombreux évènements encore se déroulent au cours de ce tome où la situation de la famille Vestrit devient tout juste soutenable. je vois mal comment la famille pourra s'en sortir et je me demande même si certain personnages de celles-ci resteront en vie au cours du prochain tome. Ce fut donc de nouveau une très agréable lecture et je vais de ce pas lire la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          475
TheWind
  21 mai 2018
Un découpage en 9 tomes c'est long. J'en tire mon parti en mettant à l'honneur un personnage par tome.
Pour ce troisième tome, je vais vous parler de Hiémain.
Hiémain Vestrit est le fils aîné de Kyle et de Keffria. C'est un jeune garçon plutôt maigrichon, calme, posé et qui n'aime pas les conflits.
Au début de la saga, Hiémain destiné à la prêtrise, se retrouve bien malgré lui embarqué sur la Vivacia, aux côtés de son père le nouveau capitaine.
Ce dernier, déçu par le physique et l'attitude de son fils, ne cesse de le rabrouer, de le bousculer afin qu'il devienne selon ses propres critères un homme, un vrai !

Hiémain n'est pas un de mes personnages favoris mais au cours de ce troisième tome, il m'a vraiment étonnée.
Dans un premier temps, on a envie qu'il se rebelle plus contre son père et lorsque tentative de rébellion il y a, on ne peut s'empêcher de se dire qu'il s'y prend très mal ! Pourtant, au cours de ce tome, son caractère s'affirmera de plus en plus et fidèle à lui-même et à ses convictions, il saura montrer ce courage qu'il avait jusqu'alors en lui mais qu'il n'arrivait pas à exprimer devant les autres.

J'ai également beaucoup apprécié sa relation ambivalente à Vivacia, à laquelle il n'a d'emblée pas envie de consacrer sa vie.Mais le lien familial est bien présent et les deux êtres « abandonnés » à eux-mêmes tisseront une amitié, certes fluctuante, mais indéfectible. C'est à travers Hiémain que Vivacia s'éveillera au monde mais la réciproque se vérifie tout autant.
Forts de ce lien, chacun y puisera sa force. Et ils en auront bien besoin à la fin de ce premier volume de l'édition originale !

Un premier volume qui se termine comme on s'y attend par un retournement de situation, des rencontres explosives qui promettent des situations intéressantes pour la suite !
J'ai hâte d'y être !
Peut être qu'à la prochaine critique, vous parlerai-je de Kenny le pirate, un de mes personnages favoris, qui jouera sans nul doute un rôle important dans le devenir de la Vivacia.
À suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
XS
  11 février 2019
Avec neuf tomes, Les aventuriers de la mer peuvent donner l'effet d'un épouvantail : se lancer dans une série aux nombreux tomes a de quoi faire peur ! En fait, les romans se dévorent les uns après les autres, et je les trouve plutôt astucieusement découpés. Les évènements s'y enchainent sans temps mort, et dessinent une ossature générale que la lectrice que je suis n'a qu'une envie : découvrir au plus vite.
Ce tome 3 retrace principalement l'expérience éprouvante que doit vivre Vivacia, Vivenef transformée en transport d'esclaves sous le joug de son capitaine Kyle. Hiémain, le fils méprisé de celui-ci, l'accompagne dans cette épreuve tout en faisant face à ses propres états d'âmes .
A travers son récit, l'auteur développe la thématique des évolutions sociétales brutales, ici l'arrivée de l'esclavage, l'impact du « travail gratuit » sur l'économie de tout un peuple aux traditions marchandes ancrées dans l'histoire. A travers des personnages fictifs, elle fait échos à des cynismes bien réels. Son récit mâtiné de magie met en scène des personnages forts, pas toujours plaisants, que l'on voit avec parfois un certain amusement sadique se mettre dans des situations dont ils auront du mal à s'extirper.
Je vous avoue, dans ce tome-ci, mon personnage préféré (et haut la main) est l'amulette en bois sorcier magique qui prend plaisir à contrer les états d'âme de son maître Kennit, le pirate qui rêve de s'approprier une vivenef. .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
Eric76
  17 mai 2015
Décidément, les membres de la famille Vestrit, les vrais comme les « pièces rapportées », sont de vrais caractériels. Je veux dire par là que leur comportement est agressif, instable, et que pas un n'est capable de communiquer de manière à peu près normale avec autrui. Ce troisième tome (en réalité la fin du premier cycle dans les éditions américaines) de cette grande saga marque le point d'orgue de cette incroyable foire d'empoigne qui oppose les différents membres de cette famille peu reposante.
Au bout compte, toutes et tous ont beaucoup perdu dans cette confrontation d'égos surdimensionnés et la famille Vestrit ne s'est jamais autant trouvée si proche du désastre et de la ruine.
Les deux réprouvés, les deux bannis des premiers tomes, s'en sortent quand même un peu mieux que les autres. Mais à quel prix ? Althéa rentre à Terrilville, aidée et soutenue par un marchand et la vivenef Ophélie. Hiémain, quant à lui, après avoir subi les pires humiliations, va devenir peu à peu un homme en parvenant à s'affirmer face à son père.
Comme on pouvait le deviner, le capitaine pirate Kennit, grand libérateur malgré lui des esclaves, finit par entrer en contact (et de quelle manière…) avec cette famille. Après l'avoir perdue, on a plaisir à le voir retrouver sa chance insolente en toute fin de roman.
Les personnages qui apparaissaient en filigrane, comme Ambre et la vivenef folle Parangon, prennent de plus en d'importance. On commence aussi à entrevoir qui sont et ce que veulent les serpents.
Je fais confiance à Robin Hoob pour les retrouver plus tard là où je m'y attends le moins.
Avec Robin Hoob, du moins en ce qui me concerne, la magie opère toujours. Son style est vraiment extraordinaire. Elle prend son temps pour décrire les états d'âmes de ses personnages, terriblement humains car dotés d'autant de qualités que de défauts. La description des cités et des ports est riche et débordante de détails. La tension monte crescendo, l'action s'accélère, et les 150 dernières pages sont tout simplement époustouflantes et ne peuvent plus être lâchées.
Ce troisième tome est de loin le meilleur de tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Ptitelfe
  19 septembre 2014
Ce troisième tome est en fait la fin du premier tome original. Mon avis sera court car il est difficile de parler d'une saga sans spoiler, et sans répéter ce que j'ai pu dire précédemment.
J'ai eu un réel plaisir de retourner dans l'univers de Robin Hobb, de retrouver toutes ces villes portuaires, de retrouver les membres et proches de la famille Vestrit à l'endroit où je les avais laissé dernièrement.
La structure du livre est très dynamique : le roman est composé de 13 chapitres, assez longs dans l'ensemble, mais redécoupés à l'intérieur, ce qui nous permet de suivre différentes histoires en même temps. J'aime beaucoup avoir plusieurs points de vue simultanément, le récit n'en devient que plus actif !
L'auteur nous immerge dans son monde avec de belles descriptions, qui ne tombent jamais dans la lourdeur, et il y a toujours autant de dialogues, très intéressants. A chaque fois, j'ai l'impression d'être une souris qui assistent à toutes les scènes, privées ou publiques.
Pour ne pas changer d'habitude, l'auteur aime torturer ses personnages (certes, ce n'est pas la seule à le faire, et sans ça, les récits seraient probablement bien fades, et feraient moins fantasy). Ici, c'est Hiémain, le jeune prêtre et fils de Kyle, qui va être la victime principale. le pauvre, j'ai souffert pour lui, surtout qu'il est jeune ! Et je me demande comment il sortira de ces lourdes aventures

Ce tome est un tournant dans l'histoire des Vestrit, tout se met en place : la révolte des esclaves, la capture d'une vivenef, le destin des enfants chamboulés par les évènements, les pactes sont bel et bien engagés sans possibilité de revenir en arrière... Sans compter les nombreux combats et confrontation, ce livre est un vrai régal!
J'ai hâte d'en apprendre plus sur les marchands du desert de pluie, et sur les Serpents qui parcourent la mer. J'ai également hâte de savoir si Althea rejoindra Terrilville, ce qu'il adviendra de Vivacia, et de Parangon. Les vivenefs sont très attachantes, les liens qui les unit à leur famille sont très fort, plus j'avance dans les tomes, et plus je les aime !

Enfin, j'apprécie que l'ensemble des sagas de Robin Hobb se déroule dans le même monde ! dans ce livre, l'auteur fait une référence à la Cité des Anciens !

En conclusion, les aventuriers de la mer est une très belle découverte que je compte continuer rapidement, et cette fois là, j'enchainerai directement les tomes 4, 5 et 6 pour respecter la tomaison originale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
YendareYendare   14 novembre 2018
« Voilà un bien piètre marché, dit Kennit d’une voix défaillante. Augmente la mise. Ajoute aussi ta vie. » Il eut un rictus qui se voulait sourire. « De cette façon, si je gagne en mourant, nous perdons tous ensemble.
— Vous avez une curieuse conception de la victoire, fit Hiémain.
— Dans ce cas, vous pouvez inclure votre équipage dans le pari, intervint soudain Vivacia, parce que, si vous me volez la vie de Hiémain, je vous promets de vous envoyer tous par le fond. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
TeaSpoonTeaSpoon   10 juillet 2013
"-Oh, Parangon ! s'exclama-t-elle d'un ton soudain accablé. Si cela ne tenait qu'à moi, si je pouvais rêver comme un enfant, en étant sûre que mes rêves se réaliseraient, je ferais venir des artisans qui te redresseraient et te bâtiraient un berceau pour te maintenir droit, puis je viendrais moi-même habiter à ton bord; sur les falaises qui te surplombent, je créerais un jardin odorant et coloré, un jardin plein d'oiseaux et de papillons, avec de grandes plantes grimpantes qui retomberaient jusqu'à la plage, avec des fleurs aux parfums suaves; tout autour de toi, je sculpterais les rochers, j'aménagerais des bassins qu'emplirait la marée et je les peuplerais d'étoiles et d'anémones de mer, et aussi de petits crabes rouge vif."
Elle se laissait emporter par sa vision et sa voix s'enflammait peu à peu. "Je vivrais en toi, j'y travaillerais, et le soir je dînerais sur le pont et nous échangerions nos impressions sur la journée. Et, si je me laissais aller encore davantage, je rêverais de trouver un jour du bois-sorcier, que je saurais travailler avec assez d'habileté pour te rendre tes yeux et la vue; le matin, tu regarderait le soleil se lever sur la mer, et, le soir, nous contemplerions son coucher derrière notre jardin de la falaise. Je dirais au reste du monde: Faites ce qui vous chante, car j'en ai fini avec vous. Détruisez-vous mutuellement ou prospérez, ça m'est égal tant que vous me laissez tranquille. Alors nous serions heureux, tous les deux ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TeaSpoonTeaSpoon   11 juillet 2013
"Je crois qu'il y a dans le cœur des hommes une place créée pour l'émerveillement, une place endormie qui attend de s'épanouir. Durant toute la vie, on amasse des trésors pour la remplir. Parfois, ce sont de minuscules bijoux étincelants: une fleur éclose à l'abri d'un arbre mort, l'arc de sourcils d'un petit enfant conjugué à la rondeur de sa joue. Parfois, cependant, un trésor vous tombe dans les mains, et on reste ébahi comme devant le contenu éparpillé d'un coffre de pirate. Tels étaient les dragons en vol. Ils rutilaient de toutes les couleurs de pierres précieuses, ils avaient toutes les formes possibles et imaginables: certains ressemblaient aux dragons des histoires de mon enfance, d'autres revêtaient une apparence baroque, d'autres encore étaient terrifiants dans leur étrangeté. C'étaient de véritables dragons, certains à longues queues de serpent, d'autres à deux ou quatre pattes, rouge et vert, doré et noir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
meygisanmeygisan   09 juin 2012
Aujourd'hui, lorsqu'elle songeait à son époux, elle avait l'impression d'ébranler une cloche fêlée: elle n'avait pas oublié l'écho merveilleux que son nom éveillait autrefois dans son coeur, mais elle ne l'entendait plus et n'arrivait plus à le faire résonner à nouveau en elle. L'amour, songea t-elle avec abattement, plonge ses racines dans la possession: l'amour dans sa famille, l'amour qui régnait dans son couple, même l'amour de sa fille pour elle, tout naît des objets et du pouvoir que l'on a sur eux; si on remet ce pouvoir aux autres, on s'assure leur amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
meknes56meknes56   15 août 2019
Vivacia...
Le seul fait de penser à son nom lui donnait un coup au cœur. Comment avait-il pu l'abandonner ? Il ne l'avait pas choisi, il ne lui était plus possible de continuer à vivre ainsi ; mais comment avait-il pu l'abandonner ? Il se sentait divisé contre lui-même. Tout en savourant sa liberté, il sentait le goût amer de la solitude, de la solitude extrême, sans être capable de déterminer s'il s'agissait de la sienne ou de celle de Vivacia. S'il avait existé un moyen de s'enfuir avec le navire, il n'aurait pas hésité. C'était peut-être ridicule, mais c'était vrai. Il avait besoin de sa liberté, elle le savait bien. Elle devait comprendre qu'il était obligé de se sauver. Mais il l'avait abandonnée, prise au piège. Il continua de marcher, déchiré. Vivacia n'était pas son épouse, ni son enfant ni sa bien-aimée ; elle n'était même pas humaine. Le lien qui les unissait leur avait été imposé par les circonstances et par la volonté de son père, rien de plus. Elle comprendrait et elle lui pardonnerait. Au même instant, il se rendit compte qu'il avait l'intention de retourner un jour auprès d'elle – ni aujourd'hui, ni demain, mais un jour. Un moment viendrait, dans quelque avenir encore indécis, peut-être lorsque son père aurait baissé les bras et rendu le navire à Althéa, où il pourrait revenir sans risque. Lui serait prêtre et elle serait comblée par un autre Vestrit, Althéa ou peut-être Selden, ou encore Malta ; ils vivraient chacun une existence bien remplie et, quand ils se retrouveraient, obéissant chacun à sa volonté propre, leur réunion serait parfaitement heureuse. Elle reconnaîtrait alors qu'il avait fait le bon choix. Ils auraient tous deux grandi en sagesse. Sa conscience le tarauda soudain : ne se raccrochait-il pas à cette intention de la revoir uniquement dans le but d'apaiser ses remords ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Robin Hobb (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Hobb
Robin Hobb - Le fou et l'assassin. Volume 6, Le destin de l'assassin
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Robin Hobb

Comment se nomme le seul roman de SF écrit par Robin Hobb?

Alien
Terre étrangère
Alien Earth
Aliens

10 questions
207 lecteurs ont répondu
Thème : Robin HobbCréer un quiz sur ce livre
.. ..