AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Dans l'ombre (93)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
cathe
  24 avril 2017
Reykjavik1941. Les soldats britanniques et américains sont nombreux en ville. Dans ce contexte, un représentant de commerce est tué, le front marqué par une croix gammée. Un policier islandais est assisté d'un militaire canadien d'origine islandaise pour mener l'enquête. Jalousies personnelles et présence forte des nazis...les rebondissements sont multiples.

Voilà donc la nouvelle série d'Indridason, dans ce contexte de la seconde guerre qu'il affectionne. C'est comme d'habitude un polar lent, fouillé, dans un contexte historique fort. J'ai apprécié mais sans plus, c'est un peu fouillis et les caractères des personnages sont sans surprise . Attendons les suivants, parfois une série met un peu de temps à s'installer. Et j'avais tellement apprécié Erlendur...
Commenter  J’apprécie          50
virginie-musarde
  14 février 2017
Oh qu'il m'a agacé ce nouveau roman d'Arnaldur Indridason !

- Erlendur ? absent ! C'est un peu comme si vous aviez rendez-vous avec un très vieil ami et qu'il avait mieux à faire...

- L'éditeur ? a-t-il une demie seconde pensé à ma bibliothèque ? Les romans nordiques Métailié noirs avec leur lézard sur la tranche sont tous rangés ensemble sur un rayonnage (la littérature italienne et surtout sud-américaine de cette maison est sur une autre étagère, dans une autre bibliothèque) et là, je suis bien en peine : où vais-je ranger ce roman noir islandais avec sa tranche blanche ? Je vais prendre RDV chez le psy ;o)

- Quoi ? Une trilogie ? une enquête "à suivre" en octobre 2017 ? mais pense-t-on au pauvre lecteur totalement accro à ce roman qui va trépigner d'impatience ??

Parce qu'il est comme ça, le nouveau roman d'Arnaldur Idridason, totalement addictif ! Avec cette écriture si particulière, cette atmosphère que j'adore, ce portrait d'une Islande toutes en nuances dont il révèle ici une partie de l'histoire quand le pays servait de base arrière aux Alliés pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Quand un meurtre, a priori sans mobile, donne lieu à une photographie sociale et politique et à la découverte de deux personnages dont on devine les failles (pour l'un d'entre eux au moins) : Thorson et Flovent, le premier faisant partie de la police militaire et le second de la police islandaise.
Il est question d'espionnage et de contre-espionnage, de tests in vivo sur la criminalité, du fossé entre les islandais péquenots et les Alliés "plus évolués", de la condition féminine en Islande (et des "filles à soldats" pendant cette période appelée la "situation"), de l'influence du nazisme par son idéologie et ses théories sur la génétique (les islandais sont-ils les survivants de la pure race aryenne ?).

Une enquête passionnante, qui fait finalement un peu oublier ce cher Erlendur, et un bouquin que se lit d'une traite, addictif ! Je me trompe peut-être, mais je n'ai pas été certaine, en refermant le livre, que le mystère soit résolu...A suivre donc !
A noter page 154
"il avait chargé son avocat de déposer une plainte contre la police pour violence à l'encontre de la police" --> une affaire qui s'annonce compliquée non ? en tout cas un petit problème à la correction des épreuves sans doute...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
hmurgia
  17 septembre 2018
Mauvaise traduction ou manque d'inspiration ? Ce roman est le premier livre d'Arnaldur Indridason à m'avoir déçue. La fin est attendue, l'action très diluée et le seul intérêt est le contexte historique - présence des armées alliées américaines et anglaises en Islande, « collaboration » entre policiers ou militaires islandais et américains ou britanniques pendant la seconde guerre mondiale -, même la relation Flovent/ Thorson ne me semble pas aboutie.
Commenter  J’apprécie          40
maevedefrance
  04 août 2018
Traduit par Eric Boury

Eté 1941, à Reykjavik, un homme est retrouvé mort d'une balle dans la tête dans un appartement. Sur son front, une croix gammée sanglante.

Flovent, de la police criminelle de Reykjavik est chargé de l'enquête sur le meurtre de cet homme d'une trentaine d'années. Une chose qui n'est pas aisée car les meurtres sont plutôt rares en Islande. Il va donc être épaulé par la police militaire d'occupation, en la personne de Thorson. Thorson a été envoyé sur l'enquête parce qu'il est volontaire et bilingue anglais-islandais. Il est ce qu'on appelle un "Islandais de l'Ouest" : autrement dit ses parents islandais ont migré sur le nouveau continent. Thorson vit au Canada mais le fait qu'il soit bilingue est bien pratique pour les troupes d'occupation : ça permet d'être plus "près" des autochtones, de mieux communiquer...

Le récit commence par le débarquement d'un représentant de commerce dans le port de Reykjavik : Eyvindur. L'homme est dépité car il n'arrive pas à vendre sa camelote et qui plus est, son couple, avec Vera, bat de l'aile. Il se dit qu'il n'a pas les talents de "cette ordure de Felix", un camarde d'enfance, qui sait vendre tout et n'importe quoi à n'importe qui. En arrivant chez lui, les affaires de Vera ont disparu, avec leur propriétaire qui est introuvable. Flovent rentre en scène dès le deuxième chapitre avec la découverte d'un cadavre dans l'appartement de Felix. C'est la propriétaire venue réclamer son loyer qui l'a découvert...

Vous l'aurez compris, Dans l'ombre ne met pas en scène Erlendur, l'inspecteur que j'adore, mais je le savais. C'est peut-être ce qui me retenait pour me jeter dès sa sortie sur le premier volume de ce qui est en fait une trilogie. J'avais été déçue par Opération Napoléon, donc je le boudais un peu ! :) La sortie en poche de Dans l'ombre et mon départ pour l'Islande a néanmoins fini par me convaincre que je ne risquais rien à essayer, ce serait quand même un bon compagnon de voyage !

L'écrivain nous plonge dans la période dite de "situation" (ástandið) qui "désigne la période où l'Islande était occupée par les troupes britanniques puis américaines (entre 1940 et 1945). le mot renvoie également aux liaisons entre les soldats et les femmes islandaises" (note du traducteur).
Il y a des histoires de coeur, de la trahison, de la manipulation, du contre espionnage, des rebondissements, et une dimensions sociale et historique.

Un docteur influencé par son frère sur la doctrine nazie de la race pure. "Hans Lunden s'intéressait aux sagas des Islandais qui mettaient en scène la combativité, le courage et de grandes prouesses. (...) Selon lui, si les ancêtres des Islandais avaient vécu aujourd'hui, ils auraient été des surhommes doublés de génies militaires et il rêvait de les ressusciter. Il menait des études anthropologiques sur la race nordique dans un institut fondé par Himmler à Berlin (...). Il était persuadé que, quand la guerre se propagerait, les Allemands occuperaient l'Islande. Il serait possible d'engager des recherches en génétique et en anthropologie sur les Islandais et leur lien avec l'héritage ancestral germanique et les prouesses des Vikings". Des théories totalement délirantes et effrayantes. Ce dont Rudolf, s'apercevra trop tard : "Rudolf avait découvert au cours de son étude que les théories de Hans et des autres nazis concernant l'Islande se fondaient sur un malentendu. (...) le sang des Islandais avait toujours été mêlé, et ce, depuis l'époque où l'île avait été colonisée". le problème est que les deux frères ont été auparavant totalement d'accord et pensant que l'Allemagne nazie allait envahir l'Islande, Rudolf a proposé ses services à la croix gammée. Avec la complicité d'un directeur d'école, il sélectionnait quelques élèves et procédait à des questionnaires avec l'aide d'une infirmière scolaire. Leur but était de prolonger les théories de Lombroso sur le rapport entre apparence physique et tendances criminelles. Bref, ce genre de conneries ! (J'en dit presque trop mais tout de même pas tout :) ).

Il y a de la manipulation mentale à gogo. Et les femmes ne sont pas en reste. Arnaldur n'y va pas de main morte avec les femmes qu'il met en scène. En particulier Vera, un coeur d'artichaut reine de la manigance qui ferait tout pour ne pas passer le reste de sa vie à plumer des eiders (oui, ces canards dont les plumes font d'excellents édredons !) ou cuire des kleinur (beignets islandais), traire les vaches, vivre comme une paysanne et une esclave domestique. (l'avenir n'était pas glorieux pour les femmes, certes !) Les soldats, qu'ils soient britanniques ou américains, c'est bien pratique pour tenter de s'offrir un avenir meilleur. Bien plus qu'un représentant de commerce désargenté... J'ai trouvé que le personnage était assez caricatural, un peu trop. Elle n'est vraiment pas sympathique et ça ne sert pas sa cause.

Il faut dire que la pauvreté n'épargne pas l'Islande. le quartier des Polarnir, à la lisière de Reykjavik, c'est là qu'a vécu Eyvindur enfant. Un quartier né pendant la Première Guerre mondiale, destiné aux familles en difficulté : des hébergements d'urgence qui avaient perduré, où des personnes y vivaient dans des conditions misérables, où bagarres, disputes dues à des consommations excessives d'alcool y éclataient régulièrement...

Alors, qui a tué cet homme dans l'appartement ? Ces femmes et hommes de l'ombre, dans cette Islande de la "situation", vont donner du fil à retordre à Flovent et Thorson.

J'avoue que l'on retrouve du grand Arnaldur Indriðason !
Un polar bien documenté, comme toujours dans les livres Arnaldur Indriðason, mais aussi bien construit, qui vous plonge dans l'ambiance de l'Islande des années 40. Une bonne dose de suspense jusqu'à la dernière page, qui laisse présager une suite... Il me reste donc à découvrir les deux autres volumes de la trilogie.

NB : pourquoi certains éditeurs ne respectent pas la lettre de l'alphabet islandais :ð (Ð pour la majuscule) (qui se prononce comme le "z" dans "the" et non [d] comme n'importe quel D. ?
Lien : http://milleetunelecturesdem..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Mavic_lit
  21 juin 2018
Chaudement recommandé, j'ai très vite succombé à l'appel de ce polar se déroulant en Islande dans les années 40. L'auteur nous entraîne à Reykjavik lors de la seconde guerre mondiale et dès les premiers chapitres on entre dans l'intrigue. Mais surtout pendant 400 pages, je suis restée accrochée au livre, aux personnages, à la ville... Bref, à toutes ces choses qui en font un super polar nordique.

Ici, pas de précipitation. Tout y est décortiqué, décrit de sorte que le lecteur n'éprouve pas de difficultés à s'imaginer chaque scène se déroulant dans le livre. L'intrigue principale fait ressortir des sous-intrigues et pourtant à aucun moment je n'ai eu la sensation de me perdre dans un flot d'informations déstructurées.
Il y a une certaine ambiance pesante du fait de la période à laquelle se déroule l'histoire avec l'arrivée des anglais et des américains pour protéger la population islandaise de l'invasion nazie. Ce qui rajoute un poids dans l'intrigue dans le sens où Flovent, enquêteur de la criminelle islandaise est tout de même « contrôlé » sur ses faits et gestes.

Alors certes, il n'y a pas un rythme effréné où il se passe quelque chose de fou à chaque page tournée mais l'auteur possède le talent de nous emmener par les mots qu'il emploie dans l'histoire sans perdre notre attention. Les phrases défilent et l'on se laisse transporter par ses mots.

J'ai terminé ma lecture avec l'envie de lire ses deux livres suivants car les révélations qui y sont faites et malgré une enquête close, l'auteur a titillé ma curiosité afin d'en apprendre plus sur ce que l'on découvre et retrouver Flovent ainsi que Thorson.

En bref, laissez-vous porter par la plume de Arnaldur Indridason. Laissez-vous entrainer dans une intrigue simple en apparence mais aux enjeux complexes. Des personnages réellement bien travaillés, que l'on apprécie plus ou moins. Et un dénouement promettant une suite à la hauteur de ce premier livre de la trilogie des ombres.

Mon avis complet sur mon blog =)
Lien : https://unlivretoujours.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bill
  21 mars 2018
C'est toujours un plaisir de revenir en Islande avec Arnaldur Indridason.

Avec ce premier opus d'une trilogie, il nous fait retourner à l'été 1941, alors que troupes britanniques et américaines occupent cette île à mi-chemin entre leurs deux pays après le départ des allemands.

Un représentant de commerce est retrouvé mort dans un appartement de Reikjavik ... L'enquête sur son décès mobilisera Flovent, policier suédois, et Thorson, "islandais de l'Ouest", dont les parents ont émigré au Canada, et qui servira de liaison avec les troues d'occupation.

Ce roman permet de découvrir la vie en Islande pendant la seconde guerre mondiale, comment les jeunes filles et jeunes femmes tiraient profit de la 'Situation' pour fuir les campagnes reculées. On découvre un pays à deux vitesses entre campagnes pauvres et ville en plein boom ... 

Les traces de l'occupation danoise et allemande se font aussi sentir ... 

Un roman qui est beaucoup plus qu'une simple enquête policière, un roman qui donne à apprendre beaucoup sur l'histoire de l'Islande dans les années 40 ... 

Vivement la suite :) 
Lien : http://les.lectures.de.bill...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ericdesh
  16 mars 2018
Un bon polar historique mais de moindre qualité que les meilleurs romans d'indrisason selon moi. L'absence d'Erlendur ? L'atmosphère et le particularisme des terres islandaises moins praignants ? le fait que les personnalités et histoires du duo d'enquêteurs soient insuffisamment développées ? C'est sûrement un peu de tout cela qui a fait que j'ai trouvé le roman agréable mais moins dépaysant et passionnant que la production précédente d'indridason.
Commenter  J’apprécie          40
Mandragore
  04 mars 2018
Indridason joue sur la multitude des possibles. Il brouille les pistes avec habileté puisqu'on ne sait jamais sur quel pied danser. Histoire de coeur ? Meurtre politique ? Les meurtriers potentiels s'enchaînent, et nous font tomber dans le panneau à chaque fois. L'enquête est bien menée par ces deux policiers, dont un ex-stagiaire qui tente tant bien que mal de faire sa place. Seul petit bémol, le nombre de fois où certains sont interrogés avant de lâcher des infos importantes - dur de leur faire cracher le morceau et un poil rageant pour le lecteur impuissant. Mais ça montre à quel point on se prend au jeu dans cette histoire.


L'histoire reste assez classique, mais dans le bons sens du terme. Elle permet de s'imprégner d'une époque historique qu'on connaît surtout du point de vue français. On perçoit la seconde guerre mondiale sous un autre angle. L'ombre du nazisme plane également sur cette île qui paraît pourtant éloignée du conflit principal. Tout un pan se dévoile à nous, notamment ces femmes "dans la situation" qui fréquentaient des soldats américains. Je ressors de cette lecture en ayant lu un bon polar, mais également enrichie d'éléments historiques que je ne soupçonnais pas auparavant.
Lien : https://jen-s-addiction.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Aifelle
  13 novembre 2017
Premier volume d'une trilogie, "Dans l'ombre" se déroule en Islande, en 1941. L'île est occupée par les Britanniques et les Américains, ce qui amène des changements considérables dans le quotidien des habitants. Tous ces jeunes hommes ont besoin de distraction et un certain nombre d'Islandaises ne demandent qu'à les séduire pour améliorer leur niveau de vie.

C'est dans ce contexte qu'Eyvindur, un représentant de commerce assez falot revient de tournée, prêt à s'expliquer avec sa copine, Vera, avec qui il s'est disputé avant de partir. Il ne peut que constater qu'Eva s'est fait la malle, avec un soldat disent les voisins. Les jours suivants, son corps est retrouvé dans l'appartement d'un autre représentant, Félix Lunden. Il a été assassiné et les lettres SS ont été tracées sur son front.

L'Inspecteur Flovent est chargé de l'enquête. Son expérience professionnelle est assez mince, il est jeune et il n'y a pas beaucoup de crimes à Reykjavik. On lui adjoint Thorson, interprète pour l'Armée américaine. C'est un Canadien d'origine Islandaise, peu préparé lui aussi à ce type d'enquête.

Histoire de brouiller un peu plus les pistes, Félix Lunden est introuvable. Il a pris la fuite et est fortement soupçonné d'être le meurtrier, d'autant plus que sa famille a des sympathies néo-nazis incontestables. Rien ne dit que des espions allemands ne traînent pas encore sur l'île.

Je ne vais pas vous raconter l'intrigue, d'autant plus qu'elle ne se dénoue pas à la fin du livre, je suppose que les volumes suivants vont éclairer ce qui se passe dans ce premier tome. le contexte historique est passionnant, j'ignorais en grande partie ce qui s'est passé en Islande pendant la deuxième guerre mondiale, encore que l'auteur y fait souvent allusion dans ses romans précédents, surtout Opération Napoléon.

La complicité s'installe assez vite entre les deux enquêteurs. Flovent n'est pas fâché d'avoir de l'aide et Thorson fait tout ce qu'il peut, malgré le poids de la hiérarchie militaire qui ne poursuit pas nécessairement le même but que la police islandaise. Sans être spectaculaires, les révélations se succèdent, des situations s'éclaircissent, les rôles des uns et des autres se précisent.

J'ai regretté quelques longueurs, des interrogatoires qui tournent en rond et donnent une impression d'amateurisme côté enquêteurs, des personnages moins fouillés que dans la série d'Erlandur, mais j'ai suivi l'ensemble avec plaisir. le deuxième tome m'attend déjà.

Lien : http://legoutdeslivres.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
steph42
  18 mai 2017
Quel plaisir de retrouver Indridason et l'Islande !
Ce coup-ci l'auteur nous permet de découvrir l'Islande en 41 alors que la Seconde Guerre Mondiale l'impacte en particulier par le "débarquement de troupes US et Britanniques qui viennent bouleverser cette île et sa population jusqu'à lors à l'écart du monde moderne.
Passionnant !
Vivement la suite
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arnaldur Indridason

Un soir glacial de janvier, un petit garçon asiatique de 12 ans qui rentrait de son école est assassiné au pied d’un immeuble de la banlieue de Reykjavik.

La Cité des jarres (2005)
La Femme en vert (2006)
La Voix (2007)
L'Homme du Lac (2008)
Hiver arctique (2009)
Hypothermie (2010)
La Rivière Noire (2011)
Betty (2011)
La Muraille de lave (2012)
Etrange Rivage (2013)

10 questions
222 lecteurs ont répondu
Thème : Arnaldur IndriðasonCréer un quiz sur ce livre