AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2704811164
Éditeur : France Empire (20/10/2011)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Ira Chichkina de Puiff est une authentique russe qui a déjà publié, dans son pays, un roman à succès intitulé L'ange Putain.

Dans ce nouvel ouvrage, son premier roman écrit et publié en France, elle fait renaître avec une grande originalité, ce qu'ont été les trente dernières années de la Russie. Plus qu'un roman, c'est un témoignage inattendu et personnel, quasiment autobiographique, sur la découverte d'une certaine forme de liberté accordée à tout u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LadyM
  31 décembre 2012
Back in URSS, le livre que j'attendais impatiemment de recevoir par voie postale. C'était avec impatience et envie que j'ai attaqué ce bouquin de l'auteure Ira de Puiff. Première chose en le voyant : la couverture rouge – plus rouge que rouge -, peut-être pour faire référence au communisme, et donc première référence avant même d'ouvrir ce livre au pays natal de l'auteure, sa chère Russie ? Une couverture accrocheuse, un format toujours aussi élégant cette lecture commence vraiment bien.
Je tiens tout d'abord à remercier la maison d'édition France-Empire, Ramiro L. Valderrama et bien entendu l'auteure Ira de Puiff pour m'avoir fait confiance et m'avoir permis de connaître ce petit bijou littéraire.
Tout d'abord le style de l'auteur : Fluide, très fluide ! On se laisse emporter par le tourbillon de la vie de l'auteure sans s'arrêter, par ses joies, ses peines ses amours et surtout par sa passion pour son pays la Russie. J'avais un peu peur en débutant ce bouquin : Mémoires d'une jeune femme russe veut dire dates, dates je risque de m'y perdre. Et bien pas du tout. Des dates oui il y en a, juste ce qu'il faut pour se mettre dans le contexte d'un pays hésitant, un pays en équilibre précaire. Ce n'est pas vraiment le style de l'auteur mais cela aussi améliore la lecture : des chapitres courts, trois grandes parties, trois moments clé de la vie de l'auteure, et ce que j'ai énormément apprécié ce sont les citations au début de chaque chapitre, des citations de joie, de constat et surtout des citations de liberté.
Pour les personnages : Pas de personnages à proprement parler, mais des personnes qui ont marqué de près ou de loin la vie d'Ira, de la famille en passant par les hommes politiques ou encore par les Beatles. Mais la personne qui a le plus marqué sa vie c'est incontestablement son papa. Ce livre est un message d'amour à ce père disparu, ce père qui l'a tant aimée et qui était son héros, ce père que toute petite fille rêverait d'avoir. Et c'est avec son père, que sur une Grande Roue en Russie, qu'Ira saura ce qu'est en finalité la vie. C'est une roue, où au début on grimpe, on grimpe au sommet et puis petit à petit à mesure que l'on vieillit on redescend au point de départ pour s'éteindre. Une version schématisé comme les enfants les aimes mais avec une telle vérité. Mais père et fille partageait une passion forte, une passion qui les lies à jamais : une passion pour les Beatles. Et c'est d'ailleurs sur une note de Pal McCartney que Back in URSS se termine, le dernier cri d'amour à son pays, mais encore et toujours à son père. Mise à part son papa, Ded son grand-père paternel a été aussi un homme phare dans sa vie. Accompagnée et encouragée jusqu'au bout, jusqu'au départ du pays aimé. Et enfin véritablement, son premier amour : Slavik, que malheureusement le système Russe à changer. Mais peut importe, le premier amour reste éternel, même si l'excès l'a emporté.
Pour l'histoire : Comme je vous l'ai dis, Back in URSS est découpé en trois parties. La première partie nous raconte la vie de ses parents avant sa naissance jusqu'à l'accouchement de sa maman Olia. Son père était d'une famille aisée, sa maman d'une famille assez pauvre et qui rêvait d'un avenir meilleur dans de meilleure condition de vie. C'est dans cette partie que nous voyons l'amour immense d'Edik son père dès sa naissance. La seconde partie fait référence à son enfance, les ballades avec son père, la vie de plus en plus dure des Russes, le manque de logement qui conduira cette famille à déménager et à faire des rencontres. L'émerveillement et la joie de l'enfance sont très présents dans cette partie. Dans la dernière partie nous retrouvons une Ira beaucoup plus mature, une Ira déjà femme. Entre petits boulots, renversements politiques, les mafias qui règlent la vie des habitants il faut se trouver une place. C'est à ce moment que la vie d'Ira a radicalement changé. A la mort de son père, Ira quitte tout : une mère désespérée de ne pas vivre convenablement, un grand-père paternel qui la mort de son fils à anéantis et surtout un pays quelle a tant aimé, dans la richesse et la pauvreté pour se rendre dans un pays de rêve à cette époque : la France. Néanmoins dans chaque partie l'auteure fait un clin d'oeil à son enfance, avec des biographie sommaire de la personne phare du chapitre : Mon grand-père aime ça. Mon grand-père n'aime pas ça. Comme quoi on reste quelque part au fond de nous, des éternels enfants.
Pour résumé : On va essayé de résumer tout cela. Il n'y a que des points positifs dans ce livre. Les sentiments sont transmis avec force que ce soit la joie, la peine, l'humour, le désespoir ou l'amour. Chaque sentiment touche le lecteur simplement – OK je l'avoue. Oui j'ai pleuré à la fin. Juste un peu … – . Il n'y a pas une seconde d'ennuis, chaque époque de la vie d'Ira de Puiff est traité simplement sans chichis, sans embellir, c'est à la fois le personnage principal mais aussi un narrateur qui raconte son propre vécu. Mais il n'y a pas que ça. Il n'y a pas que le fait de raconter son histoire dans ce bouquin. Il y a aussi une dénonciation envers les médias principalement qui nous ont fait voir la Russie comme un méchant pays, un pays d'ivrognes et de filles légères. Quand on a finit de lire Back in URSS nous voyons la Russie autrement. Nous voyons la Russie et surtout les Russes comme des personnes adorant leur pays même dans les coups durs. Nous voyons la Russie se relever et s'élever lentement du chaos. Et surtout nous imaginons à la dernière ligne, le bonheur de vivre dans un pays où la liberté est reine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CyrielF
  18 mai 2012
Ce roman autobiographique nous replonge quelques années en arrière, au début des années 1970 à Penza, dans l'URSS brejnevienne. Olia et Edik se rencontrent lors d'une soirée bien arrosée, et de cette union forcée par le destin naîtra la petite Iricha. du haut de ses cinq ans, elle a l'esprit bien aiguisé et des rêves plein la tête. Avec son père, elle découvre la musique interdite des Beatles, qui resteront ses idoles et les icônes de la liberté. Au fil des années, on la voit évoluer dans cette URSS restrictive et pleine de désillusions pour ceux qui l'habite, presque inconnue pour ceux qui y sont étrangers. Les chefs d'état se succèdent et Iricha acquiert de nouvelles valeurs, de nouvelles envies. Elle découvre tour à tour la foi, l'amour, le sexe, la réalité du monde qui l'entoure, dans son pays à plusieurs faces.
Ira de Puiff nous livre ici un roman bouleversant et criant de vérité, une vérité pourtant encore méconnue de la plupart d'entre nous. Elle y fait tomber toutes les idées reçues sur cette Russie des trente dernières années, sans concession, et raconte, entre autres, combien le peuple russe a du s'accrocher à ses rêves pour obtenir la liberté qu'il avait toujours espéré obtenir. le roman est divisé en quatre parties, chacune constituant une des grandes étapes de la vie d'Ira. du mariage de ses parents à son départ pour Paris, en passant par sa découverte de Dieu et sa rencontre avec Slavik, Ira nous peint des scènes de son quotidien pas toujours rose en URSS. On plonge également dans le folklore russe à travers des scènes et des personnages hauts en couleur. Ira nous livre avant tout un récit émouvant, grâce à sa plume authentique et sans faux-semblant qui, en plus de nous en apprendre sur le régime russe, nous présente une jeune femme sensible qui ne cesse d'évoluer, particulièrement à travers la relation fusionnelle avec son père et à ses expériences sauvages en société.
Back in URSS est un excellent roman, que j'ai été ravie de découvrir et de lire, et que je vous recommande chaleureusement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Thoxana
  27 avril 2012
Vous voulez tout savoir sur la vie d'une jeune femme Russe, née au début des années 70 ? Vivre de l'intérieur les changements historiques qui ont accompagnés la Russie ces dernières décennies ? Aller au-delà des clichés faciles qu'on connait trop bien sur ce pays ? Alors n'hésitez plus ! Procurez vous cet ouvrage indispensable pour comprendre notre époque !!
Au rythme des presque 250 pages de cette autobiographie, Ira de Puiff nous entraîne dans le sillage de l'enfant, puis de la jeune femme, qu'elle a été. Nous passons facilement du rire au larmes - Ah ! Cette grand-mère maternelle improbable qui ferait à elle seule une héroïne de roman ! Et le mariage de ses parents ! Il me rappelle l'excellent film de Pavel Lounguine, "La noce"... Et la relation si forte qu'elle entretenait avec son père... - le tout est relaté avec simplicité, coeur et conviction. Et l'ouvrage se lit avec aisance.
Ce n'est qu'un point de vue... Certes. Mais un point de vue qui manquait à mon avis à notre paysage occidental bien trop ancré dans la caricature facile.
Comme vous l'aurez compris, j'ai adoré ce livre ! Et je ne peux que chaudement le recommander !
Quand je pense que l'auteur a rencontré des difficultés pour se faire éditer... Forcément ! Cette vision des choses est si peu en accord avec ce qu'on imagine de la Russie !... Justement ! Merci à Ira et à son éditeur de nous proposer cet indispensable témoignage !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lbeau2010
  11 septembre 2012
J'ai savouré ce roman, une esquisse de vie, qui laisse entrevoir une réalité terrible, pour nous européen, avec nos visions lointaines et désintéressées de ce qui advenait réellement en URSS, plagié par les médias.
Loin d'un roman purement historique, "Back in Urss" se veut une vision de l'intérieur, très proche de la vie quotidienne des russes et rempli de faits si poignants !!!
Un roman, une biographie, la frontière semble presque insaisissable tant les faits relatés nous inspirent à la fois larmes, rires et sourires !!!!
Loin d'une simple narration d'évènements, en centrant le récit sur la vie d'une famille, et également sur des personnages historiques, le versant humain de l'histoire y prend alors toute sa dimension, à la fois merveilleuse et dévastatrice. La force de la narratrice résidant dans l'expression des sensations, sentiments, sans négliger l'intellect qui analyse ces situations avec vérité et justesse.
Le souci du détail, les clins d'oeil sur ces morceaux de vie, rend ces personnages si attachants. L'esprit russe colle à la peau de ces personnages qui restent entiers, sans concession, eux-mêmes. Et c'est cette implacable devoir envers soi-même et ceux qu'ils apprécient, respectent ou parfois craignent, qui rend ces personnages si passionnants et captivants.
Sans vouloir dévoiler les moments croustillants de ce livre, une ballade en URSS, donne une vision intimiste de ces habitants avec leurs coutumes, leurs caractères, et leurs sobriquets pour les personnages au pouvoir ou simplement de ces tournants de vie importants !!!
Des moments truculents à savourer avec délice qui nous fait traverser ces 40 dernières années, sous les yeux d'une petite fille, d'une jeune femme et d'une femme accomplie, qui regarde toujours loin devant elle ....
L'ode à l'amour d'un père dévoué à sa fille :
"Ne t'inquiète pas mon amour. Tu seras la plus jolie fille du monde"
Le rythme de ce livre est envoûtant, alternant les moments importants de l'héroïne souvent liés aux évènements importants de ces dernières décennies. Ils assurent l'unité à l'oeuvre et lui donnent une vitalité.
Le parfum qu'il reste à la fin de ce livre, est celui d'une invincible force vitale muée par le sentiment mêlé de devoir, et cette farouche volonté de vivre malgré l'adversité et les difficultés. Malgré tout ces moments difficiles, la note de fin n'est pas le chant du cygne, mais plutôt celui du phoenix !!!
Un exquis moment de lecture que je souhaite au plus grand nombre !!!
Спасибо Ириша
Pour ce merveilleux moment, qui ne demande qu'à se renouveler "
Lawrence BEAU
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
leolechat
  14 octobre 2012
Been away so long I hardly knew the place
Gee, it's good to be back home
Leave it till tomorrow to unpack my case
Honey disconnect the phone
I'm back in the USSR
You don't know how lucky you are, boy
Back in the U.S
Back in the U.S
Back in the USSR !*

Le premier chapitre de ce récit s'ouvre sur les rêves de liberté de la jeunesse russe des années soixante-dix qui, semblable à celle du monde entier, s'enivre en cachette des paroles des mythiques chansons des Beatles en savourant une vodka. Une époque pas si lointaine où sous le régime de Brejnev, écouter un disque des Beatles revenait à propager la culture anti-communiste et était considéré comme un acte de rébellion assez mal perçu par les instances politiques en place.
Ce roman aux forts accents autobiographique, écrit à la première personne à la manière d'un journal, nous relate avec beaucoup de fraîcheur et de tendresse, le parcours d'Iricha, une jeune russe née à Penza comme son auteur, qui nous fait partager sa propre vision du monde en pleine mutation dans lequel elle évolue au quotidien. Des tranches de vie et des souvenirs riches en émotions, qui nous sont relatés non sans une pointe d'humour et nous font souvent passer du rire aux larmes. Elle nous raconte la vie dans les kommunalkis, une cohabitation qui s'avère souvent difficile, la chasse aux produits importés avec des queues interminables et une attente qui pouvait aller jusqu'à quinze heures, la fabrication d'alcool maison sous Gorbatchev avec un procédé appelé le "vote positif", qui consistait à laisser fermenter un mélange de fruits et de sucre dans un bocal avec un simple gant de caoutchouc en guise d'indicateur et dont les doigts gonflés signalaient la fin du processus de fermentation...
L'auteur nous brosse des scènes parfois cocasses comme celle du mariage d'Edik et d'Olia qui se termine sur la chute des convives éméchées au fond d'un trou rempli de boue ou celle de l'accoucheur qui exige du cognac arménien en guise de bakchich pour daigner s'occuper de sa patiente !
Un récit touchant et éclairant et la vision lucide d'une autochtone qui nous décrit sa patrie avec le coeur. Ira réussit le pari de nous instruire tout en nous faisant voyager, avec nombre d'anecdotes inédites sur les différents hommes d'état qui se sont succédés sur la scène politique russe. Elle nous donne des clés pour mieux comprendre ce qu'était la vie dans l'ancienne URSS, la longue marche vers la liberté du peuple russe, un chemin pas toujours rose et parsemé d'embûches avec notamment la prolifération de la mafia sous Eltsine.
"Back in URSS"est pour moi un énorme coup de coeur, j'adresse un grand merci à Ira de Puiff pour ce témoignage courageux et plein d'optimisme, un récit touchant, qui ne peut laisser personne indifférent !
* Back in the U.S.S.R, The Beatles (1968)

Lien : http://leslecturesdisabello...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
CyrielFCyrielF   18 mai 2012
Je pars. Je pars pour renaître. Et lorsque la force sera montée en moi, lorsque je n'aurai plus peur, lorsque je serai prête à embrasser le monde... je reprendrai le chemin du retour. Car les enfants, où qu'ils soient, quoi qu'ils fassent, finissent toujours par rentrer à la maison...
Commenter  J’apprécie          80
autres livres classés : perestroikaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Ira de Puiff (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
449 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre