AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Orcs & Gobelins - BD ( (Monde d'... tome 1 sur 20
EAN : 9782302063839
48 pages
Soleil (25/10/2017)
4.03/5   104 notes
Résumé :
L’orc Turuk se réveille, sonné, blessé et amnésique. Il arpente les rues d’une cité abandonnée. A l’exception d’un mystérieux archer cherchant à l’épingler et de créatures craignant la lumière qui veulent le dévorer. Qui sont-elles ? Pourquoi cherche-t-on à le tuer ? Qu’est-il arrivé dans cette ville ? Et que fait-il ici ? Pourtant, il ne faudrait pas s’éterniser, la nuit arrive et la mort avec…
Critiques, Analyses et Avis (53) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 104 notes
5
24 avis
4
26 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

cicou45
  21 mars 2022
Ayant eu le privilège d'être sélectionnée pour cette masse critique privilégiée et nommée à ce titre "ambassadeur du monde d'Aquilon" (à ce titre s'ajoute le fait qu'en plus d'avoir reçu cette première bande-dessinée, consacrée aux orcs et gobelins, je devrais en recevoir une autre en septembre mais...suspense pour le thème), je tiens tout d'abord à remercier babelio et les éditions Soleil pour ce magnifique cadeau. En effet, si j'ai postulé ici, ce n'est pas tout à fait par hasard. Il faut avouer que j'ai joué quelque temps au jeu de plateau Warhammer et même si je n'étais pas une fervente adepte et ne maîtrisais pas toujours les règles (assez complexes), j'avais de la chance aux dés et surtout je me suis familiarisée avec tous ces personnages qui composent le jeu.
Aussi, les orcs n'avaient pas de secrets pour moi jusqu'à ce que je découvre ici Turuk, un personnage semi orc, plutôt beau parleur et je dois l'avouer assez futé pour un orc (fait assez rare il faut le souligner - les orcs étant en général réputés pour être des brutes sanguinaires et sans cervelle - ce qui vous l'avez compris, n'est pas le cas ici.
Lorque Turuk se réveille sur une île mystérieuse, il n'a d'abord aucun souvenir de la manière dont il est arrivé ici puis, faisant la rencontre de deux de ses amis (enfin pour peu que les orcs aient des amis car comme je le disais, en général, ils ne pensent qu'à leur gueule de cul-vert et c'est tout), Rondar'r et Firr, ses souvenirs lui reviennent peu à peu grâce à leur récit et à la manière dont ils se sont enfuis tous les trois de la prison d'Armuhr -prison dont on ne s'évade d'ordinaire jamais car extrêmement bien gardée par des elfes sylvains...à ne pas confondre avec les hauts elfes...bon là, je veux étaler ma science mais vais arrêter d'en faire trop pour ne pas dire trop de bêtises). Lorsqu'ils découvrent dans un premier temps qu'il n'y a pas âme qui vive dans cette ville prétendue fantôme, ils découvrent également qu'un chasseur les piste et il s'agit en réalité de l'une de leurs anciennes maton (je ne connais pas le féminin du mot, désolée), la belle mais extrêmement dangereuse et agile elfe Dalyam. Ensemble, cependant, ils vont conclure un marché : s'allier (bien que cela soit d'ordinaire contre nature ) afin d'affronter les âmes errantes qui résident en ce lieu : des goules défunts qui, si ils vous tuent vous transforment en l'un des leurs alors autant dire, mieux vaut ne pas se faire choper !
Arriveront-ils à s'entendre et à respecter leur part de marché : dans un premier temps oui (survie oblige) mais pour le rets, rien n'est moins sûr lorsqu'il s'agira de s'enfuir de ce qui paraît être une impasse lorsque l'on de possède ni dragons pour arpenter les airs ni bateau pour écumer les mers.
Un univers dans lequel vous découvrirez également d'autres créatures mystérieuses (du moins de nom et par les travaux qu'ils ont accompli sur cette île, mais je vous dirai pas de qui il s'agit afin de ne pas trop gâcher le suspense), extrêmement bien travaillé du point de vue graphique (rien à redire là-dessus) et un suspense qui tiendra son lecteur jusqu'à la toute dernière page. A découvrir pour les plus curieux et à redécouvrir pour les fans !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
Alfaric
  25 octobre 2017
Face aux dessinateurs de mangas qui sortent 48 pages en 2 semaines et face aux dessinateurs de comics qui sortent 48 pages en 2 mois, il est difficile de fidéliser un public avec des dessinateurs de bandes dessinées qui font 48 pages en 2 ans… Donc de plus en plus d'éditeurs ont opté pour la formule gagnante de la collection thématique où interviennent plusieurs auteurs (les puristes crient à l'hérésie, mais il fallait bien trouver une solution pour ne pas dépérir encore davantage face à la concurrence). C'est dans cette optique qu'après les séries "Elfes" et" Nains", c'est tout logiquement que les éditions Soleil lance la série" Orcs & Gobelins" consacrée aux enfants mal aimés du tolkienisme...

Nous sommes avec ce tome 1 inaugural dans une Série B de belle qualité : en quelques années la saga a atteint plusieurs dizaines de titres, avec une moyenne de 24 pages par mois donc un rythme de parution digne d'un comic, mais avec des qualité scénaristiques et graphiques supérieures voire très supérieurs à ce proposent nos voisins anglo-saxons. Editorialement c'est soutenu, donc on différencie sans mal les forces des tomes qui ont eu le temps de se peaufiner des faiblesses des tomes ceux qui ont du affronter les affres de la deadline.
Turuk le semi-orc beau gosse se relève mal en point et amnésique dans une ville déserte et inconnue... Enfin pas si déserte, car il est poursuivi par une mystérieux archère qui veut sa peau pour remplir sa mission, et la nuit la ville se remplit de créatures impies qui elles veulent sa peau pour remplir leurs ventres... Nous ne sommes pas une tome à mystères, puisque l'amnésie n'est qu'une astuce de narration pour faire découvrir les tenants et aboutissants du survival en cours par les yeux d'un fort sympathique connard. Car au finla Turuk s'avère être est un taulard en cavale depuis son évasion du bagne d'Armuhr situé au coeur de la forêt de Daëdenn. Et il retrouve donc ses codétenus Rondar'r et Firr ainsi que la matonne belle gosse Dalyam, qui en plantant leurs dragons durant leur fuite les a fait s'écraser dans un nouveau bagne : une prison à ciel ouvert dont les milliers de geôliers attendent la première occasion pour tous les dévorer, fuyards comme traqueurs... Nous sommes à l'époque de la peste zombie lâchée sur le monde par la nécromancienne elfe Lah'saa, et on suit tous les codes des films du légendaire George Romero : les personnages sont coincés dans un lieu A en sécurité relative à très court terme (le beffroi de la cité marine d'Iruan), et pour sauver leurs peaux ils doivent atteindre un lieu B où ils seraient en sécurité absolue à long terme (la cité voisine de Casteleon), sauf que pour cela ils doivent d'abord traverser la zone C remplie d'horribles créatures semblent n'exister que pour les crever salement avant de les bouffer encore plus salement (le tunnel souterrain nain qui les relie ^^)...
C'est d'un grand classicisme sur le fond mais d'un redouble efficacité sur le forme, tant grâce au travail de Jean-Luc Istin que grâce au travail du brésilien métisse Diogo Saïto qui n'a jamais aussi bien dessiné qu'ici... Il faut s'unir ou périr, mais Turuk est un crevard persuadé que puisque l'homme est un loup pour l'homme il ne faut avoir aucun scrupule à ne penser qu'à sa grande seule. Il nous raconte à la première personne sa propre histoire, et nous autres lecteurs sommes les spectateurs et les complices de toutes ses manipulations, fourberies et trahisons, mais il oublie que l'arnaqueur peut lui aussi peut se faire arnaquer... Car c'est bien connu, tout le monde ment !
ATTENTION SPOILERS DE LA MORT QUI TUE : JE VOUS AURAIS PREVENUS !

10 tomes sont d'ores et déjà prévus et j'ai hâte de découvrir Myth le voleur qui emprunte à Aladin, Gri'im le vieux guerrier orc en quête de vengeance, Sa'ar l'Al Capone gobelin, les Dirty Dozen d'Ayraak, ou de retrouver l'orkelin La Poisse déjà vu dans le tome 18 de la série "Elfes"... Enjoy !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
saigneurdeguerre
  21 mars 2022
On m'a toujours dit que pour un Orc, j'avais plutôt une belle gueule.
Mais là, avec mon museau émietté par des coups de massue, je risque d'avoir un peu de mal à remporter le premier prix de beauté. J'ai l'impression d'avoir été piétiné par un troupeau de trolls en rut ! Pas sûr que la belle dame de la haute avec qui j'ai eu une aventure ne daigne encore s'intéresser à moi si l'occasion lui était à nouveau offerte.
Et de mes souvenirs qu'est-il advenu ? Quelle est cette ville déserte où il n'y a pas âme qui vive pour fournir un début d'explication à ma présence en ces lieux. La seule chose dont je me souvienne, c'est que je m'appelle Turuk…
Critique :
Et si les Orcs n'étaient pas ces brutes assoiffées de sang que des mauvaises langues, des nains ou des elfes sûrement, ont décrites ? Et si les Orcs et les Gobelins étaient bien plus intelligents que ce que les langues perfides ne veulent bien le dire ? Heureusement, monseigneur Istin permet de rétablir la vérité, celle qui a été trop souvent maquillée, travestie, par des esprits mal intentionnés n'ayant pour but que de nuire aux culs verts.
En révélant les péripéties de Turuk, un semi-orc, les hommes découvriront enfin à quel point il y a de la noblesse chez les peaux vertes, qui, par ailleurs, contrairement aux autres races, ne sont pas racistes puisque capables d'apprécier un joli minois chez une mignonne petite elfe des bois. Il fallait que ce soit dit. Merci, messire Istin pour le rétablissement de cette vérité, trop souvent dissimulée par les services de propagande elfiques ou par ces enclumes de nains, les hommes eux-mêmes n'étant pas en reste !
Vous qui lisez ces lignes, vous avez certainement entendu parler d'Armhur, cette prison noyée au milieu de la forêt et confiée à la garde des elfes sylvains… Violeurs, assassins, crapules de toutes races, s'y retrouvent enfermés sans espoir de pouvoir s'évader. Mais il s'y trouve aussi une autre population : prisonniers politiques, victimes de juges iniques et prisonniers de guerre. C'est à cette dernière catégorie qu'appartenait Turuk. Il n'était pas le plus costaud des peaux-vertes, mais son intelligence compensait la différence de force qu'il pouvait y avoir entre lui et des Orcs d'un bien plus grand gabarit comme il le prouva, là, sur place, dans cet enfer d'où on ne s'échappait qu'une fois mort. Dans sa geôle, Turuk était le patron reconnu par tous jusqu'à ce qu'un nouveau arrive dans la cellule… Mais le Seigneur Istin a rapporté son histoire bien mieux que je ne saurais le faire. Et comme certains se demandent certainement à quoi ressemble cet univers, Diogo Saito l'a mis en lumière avec un trait d'une rare précision rendant fidèlement compte des physiques, des décors et des couleurs. Il ne manque que les odeurs… Mais croyez-moi, il vaut mieux vous épargner cela.
N'attendez plus ! Découvrez la vérité vraie sur le trop méconnu univers des Orcs et des Gobelins. Non, les peaux vertes ne sont pas des bêtes, et sous leurs peaux dures se cachent des coeurs sensibles et une noblesse d'âme que ni humains, ni nains, ni elfes, ne sauraient égaler…
Mille mercis aux éditions SOLEIL et à Babelio de m'avoir sélectionné dans le cadre de cette masse critique privilégiée et nommé ambassadeur du monde des Terres d'Arran, où se côtoient humains, elfes, nains et peaux vertes, sans oublier les magiciens nombreux en ces lieux, pour le meilleur… et bien souvent pour le pire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
TheWind
  25 février 2018
Chouette, des p'tits nouveaux sur les terres d'Arran !
Et pas des moindres, hein...
Après les superbes et éminents Elfes, les Nains forts en gueule et en vaillance, garez-vous, v'la les vrais méchants pas beaux..j'ai nommé : les Orcs !
Dans ce premier opus, on découvre Turuk. Lui, il a un peu triché, il n'est qu'un semi-orc. Sa mère était une Orc. Une orque ?? Une remorque ?? Bah laissez tomber la comparaison mais on n'est pas loin. Un Orc c'est drôlement balaise, ça pèse au bas mot un quart de tonne et c'est verdâtre...
Avec du sang elfique dans les veines, qui lui vient de son paternel, Turuk s'en sort un peu mieux que les autres. C'est le beau gosse, quoi ! Enfin, tout est relatif..hein !
Mais la bôgosse attitude s'arrête là, parce que côté caractère, il ne fait pas dans la dentelle, le Turuk. Égoïste et sans pitié pour ses petits compagnons de route, il fonce dans le tas et n'a qu'une idée en tête : sauver sa peau !
J'ai beaucoup aimé ce tome. le scénario n'est pas forcément très fouillé et on se trouve (encore ?!!) face aux vilaines goules présentes dans la série Elfes, mais qu'à cela ne tienne, le rythme soutenu et les dialogues enlevés participent à la joie de découvrir un nouvel univers en terre d'Arran, qui, soit dit en passant, reste une petite merveille graphique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Crossroads
  28 novembre 2017
Les Elfes, on connaît.
Les Nains, on connaît.
Tiens, un p'tit nouveau. Enfin je dis petit de loin car de près, ce semi-orc, portant le doux nom de Turuk, ferait plus penser à un char d'assaut qu'à un pistolet à bouchon.
Une nouvelle franchise associant Orcs et Gobelins (on oubliera ces derniers ici aux abonnés absents), pourquoi pas au vu du niveau des séries précitées.
Le rythme des diverses parutions ne laissent pas de me surprendre mais quand c'est bon, c'est bon.
Bienvenue à toi, donc, verdoyant héros en bien fâcheuse posture dans cet île infestée de vils bouffeurs de chair fraîche. Comme un p'tit relent de Je Suis Une Légende de prime abord. Au second également.
Mais peu me chaut, un récit pêchu au phrasé très actuel venant ici appuyer un visuel hyper agréable à l'oeil droit, le gauche étant bien plus difficile à contenter, le tout se déguste prestement, le curseur plaisir flirtant solidement avec la zone rouge.
La trame ne brille pas par son originalité, certes, mais contentera aisément tous les fans de ces univers désormais familiers.
Porté par un personnage attachant à défaut d'être d'une intégrité sans faille, ses amis ne me contrediront pas sur ce point, Turuk le belliqueux, secondé par un allié des plus surprenants, ouvre le bal de façon jubilatoire avant que Myth, gobelin de son état, ne prenne la relève.
Plus qu'à nous souhaiter le même panard de lecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          326


critiques presse (2)
Auracan   01 février 2018
Les dessins sont, comme souvent dans la franchise, d’excellente facture.Il n’y a qu’à voir les décors, dont certains en plein page (ou double pleine page) pour s’en convaincre. Un premier tome réussi qui en appelle d’autres et qui sont teasé en fin d’album.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest   31 octobre 2017
Esthétiquement très réussi avec un scénario basique mais efficace, Orcs et gobelins ne remporte cependant pas réellement le challenge attendu. Peut-être que l'acteur troglodyte manquant embrayera la seconde vers des contrées encore inexplorées...
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
EnkiEnki   03 novembre 2017
Mon maître Brök m’a toujours débité : « Turuk ! On ne dit jamais non à une belle souffrance ! » J’ai fait honneur à sa mémoire et lorsque je suis parvenu au sommet… quand j’ai enfin pu voir la ville dans son ensemble… j’ai compris que mon chemin de souffrance ne faisait que commencer… parce que j’avais beau scruter la ville de long en large, je reconnaissais que dalle !
Commenter  J’apprécie          162
lechristophelechristophe   28 février 2020
J'aurais aimé vous déblatérer que je bravais la mort pour sauver celle qui avait enflammé mon cœur. J'aurais aimé, oui. Mais il n'en était rien. A ce stade de ma vie, j'avais pas vraiment d'empathie pour qui que ce soit. L'intérêt personnel me menait par le bout du nez et ça m'allait ben comme ça. Si je sauvais son cul rose, c'était pas pour fonder une portée de bâtards. Je dis pas qu'elle ne m'attirait pas. Dalyam dégageait une senteur qui faisait grossir mon kilt à mesure qu'elle m'effleurait. Peu d'orcs pouvaient se vanter d'avoir fait ça avec une elfe ! Moi, j'avais mes chances. Mais c'est pas pour la besogner que je lui ai sauvé les miches. C'était pour le rouleau de parchemin qu'elle portait sur elle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cicou45cicou45   21 mars 2022
"_Quelque chose à ajouter au sujet de ces goules, Dalyam ?
_Oui ! Lorsqu'elles vous tuent, vous devenez l'une d'entre elles.
_Vous entendez ça, les amis ? Interdiction de mourir !"
Commenter  J’apprécie          170
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   23 novembre 2017
Quand on veut survire, il ne faut pas pavoiser avec les sentiments. Pourquoi j'accepterais de crever si quelqu'un d'autre peut le faire à ma place?
Commenter  J’apprécie          120
Maelou01Maelou01   18 mars 2022
Cette BD est addictive. Le graphisme est magnifique, les dessins sont grandioses et les personnages ont du charisme. L'action s'impose dès les premières planches. J'ai d'abord lu cette BD avec passion : complètement captée par l'intrigue. A la dernière vignette, j'ai trépigné de frustration car il va me falloir attendre le T.2. D'autant plus frustrant que j'espère une suite d'intrigue plus originale (jusque là l'histoire a des relents de déjà vue : des morts vivants, des orcs en prison gardés par des elfes, une évasion spectaculaire, un souterrain gardé par un monstre sanguinaire...) Je l'ai ensuite recommencé pour étudier la palette chromatique et détaillé chaque portrait. Les culs verts sont d'une beauté atypique, l'elfe blonde à une plastique irréprochable (tous les critères de l'idéal féminin selon les auteurs ? Dommage !!) mais son aspic est grandiose. Les fans de l'univers des Terres d'Arran vont être comblés. La néophyte que je suis est convaincue. Je vais lire elfes et nains/orcs et Gobelins et la série sur les Mages. Merci à la masse critique de Babelio pour cette découverte incroyable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Jean-Luc Istin (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Istin
Elfes 31
autres livres classés : orcsVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Merlin.M n°3

Quelle est le principales pouvoir du héros ?

Soigner
Devenir invisible
Voler
Parler aux morts

5 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Merlin, tome 2 : L'Eveil du pouvoir de Jean-Luc IstinCréer un quiz sur ce livre