AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782811215439
672 pages
Éditeur : Milady (25/03/2016)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 18 notes)
Résumé :
« J'ai écrit sur les joies de l'amour. Au fond de mon c?ur, je rêve depuis longtemps de vivre une relation intime avec un homme. Chaque Jane, j'en ai la conviction, mérite son Rochester. » Même si Charlotte Brontë est pauvre, au physique quelconque et sans relation, elle possède une fougue qui ne se révèle qu'à travers ses écrits. Vivant retirée dans le Yorkshire avec ses s?urs, son frère et un père qui devient aveugle, elle rêve d'un amour réel aussi dévorant que c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
AliceFee
  03 mai 2016
Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec le Journal de Charlotte Brontë?
"Je connais déjà Syrie James pour ses austeneries et ayant apprécié mes lectures précédentes, j'étais curieuse de replonger dans son univers à travers, cette fois, la vie de Charlotte Brontë."
Dites-nous en un peu plus sur son histoire...
"Charlotte, à presque 37 ans, vient de recevoir une demande en mariage qui en scandalisera plus d'un. Pour faire le tri dans ses émotions et nous expliquer la situation, elle va revenir sur les évènements importants de son passé..."
Mais que s'est-il exactement passé entre vous?
"Cela peut paraître étonnant de la part de quelqu'un qui tient un blog entièrement consacré à Jane Austen, mais je ne m'intéresse pas en général à la vie privée des auteurs. J'ai donc ouvert ce livre sans rien savoir, ou presque, de Charlotte Brontë. de plus, même si j'ai adoré Jane Eyre, lu à l'adolescence, je ne suis pas non plus une inconditionnelle des trois soeurs et je pense que ce sont des points positifs pour cette lecture. Je l'ai en effet trouvé divertissante et agréable et je ne me posais pas vraiment la question des exactitudes historiques, ce qui aurait été bien différent avec Jane Austen bien sûr! de plus, en refermant le livre, j'ai cette fois envie d'en découvrir plus sur ces destins à la fois tristes et hors du commun et c'est tout de même un signe de l'efficacité du roman. Certains personnages m'ont parue antipathiques, comme Emily Brontë par exemple, et j'ai aimé que tous les caractères ne soient pas lissés justement. Et même si on prend à coeur le destin de Charlotte et la beauté de sa relation avec ses soeurs, le véritable héros du livre, pour moi, est Mr Nicholls..."
Et comment cela s'est-il fini?
"Je conseille volontiers ce livre mais peut-être pas aux expertes des Brontë, encore qu'il faudrait leur demander ce qu'elles en pensent. En revanche, si vous ne savez vraiment rien de la vie amoureuse de Charlotte, ne lisez pas les remerciements placés au début du livre qui vous gâcheront tout le suspense...
"Une fois n'est pas coutume, je voudrais ajouter un petit post-scriptum sur l'auteur, Syrie James. Dans le Manuscrit Perdu de Jane Austen, j'avais déjà été gênée par les fleurs que s'envoyait l'auteur en faisant dire et redire à son personnage que, décidément, ce texte, c'était tout à fait du Jane Austen. Ici, c'est dans le prologue que Syrie James nous dit elle-même ceci: Même si certains considèreront peut-être que cette histoire ressemble plus à l'un des romans adorés de Charlotte qu'à un journal intime, je crois qu'elle l'aurait écrite ainsi, car elle se serait sentie à l'aise dans ce style et dans cette structure. Madame James, rassurez-vous, sont quelques formes que se soit, nous ne confondrons pas votre plume, bien qu'agréable, avec celle de Charlotte Brontë..."
Lien : http://booksaremywonderland...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LadyRomance
  02 décembre 2016
Dans ce roman, on part du principe établi que l'on aurait retrouvé des cahiers cachés et oubliés depuis près d'un siècle identifiés comme le journal intime de Charlotte Brontë. Elle l'aurait débuté le 16 février 1853 à l'occasion d'une demande en mariage que tous rejettent, reçue deux mois auparavant du vicaire de son père, Arthur Bell Nicholls, avec qui elle eut une longue et houleuse relation durant les huit dernières années. Si cette relation avec le vicaire est le fil conducteur de ce journal, c'est beaucoup plus qui nous est révélée : quasiment toute sa vie !
C'est fascinant, captivant et intense. Cela nous entraîne dans le monde intérieur riche et profond de Charlotte, des événements qui ont marqué sa vie et dont elle s'est inspirée pour écrire ses oeuvres. On y découvre également la vie, la destinée et la qualité d'écrivain de ses soeurs Emily et Anne, ainsi que de son frère Branwell, puis la région dans laquelle leur histoire se déroule, le Yorkshire, si particulière et qui semblait leur être si bien assortie. On se familiarise avec une Charlotte à la fois dévouée, respectueuse et sincèrement aimante envers sa famille, une femme au caractère authentique d'une modernité certaine défendant ses convictions, son autonomie, son indépendance, sa liberté et l'idée de parité et d'égalité entre les sexes.
Syrie James a su s'effacer derrière Charlotte Brontë en lui prêtant sa plume avec respect et admiration pour nous présenter la passionnante histoire de sa vie que je me suis sentie honorer de lire. Ce fut un vrai bonheur !
Le journal secret de Charlotte Brontë est une belle découverte pour moi, doublée d'un joli coup de coeur !
Chronique intégrale sur le blog : www.ladyromance.over-blog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nanou3250
  07 juin 2020
Roman sous forme de journal, très documenté, sur le personnage et la vie de Charlotte Brontë?
La lecture de Jane Eyre et des Hauts de Hurlevent ont enchanté ma jeunesse et les soeurs Brontë se confondaient dans mon esprit avec leurs héroïnes, ce roman m'a donc fortement tentée et je dois dire tout de suite que je n'ai pas été déçue.
Plus on avance dans la lecture du roman et plus l'ambiance se confond avec celle des romans des soeurs Brontë.
Il semble que le roman soit très proche de la réalité de la vie de Charlotte.
L'enfance et la jeunesse dans le presbytère de Haworth où son père est pasteur, la mort prématurée de ses deux soeurs ainées, le voyage en Belgique et sa passion pour son professeur, monsieur Heger, l'alcoolisme et la mort de son frère Branwell, l'amour compliqué pour le vicaire de son père etsa mort à 39 ans.
La littérature est bien sûr omniprésente dans le roman, j'ai ainsi appris que les trois soeurs ont d'abord publié sous des noms masculins, les trois soeurs Brontë devenant les trois frères Bell.
Syrie James a parfaitement su se couler dans le style de Charlotte Brontë, si bien que l'on croit parfois qu'elle a elle-même écrit ce roman.
Je vais continuer ma quête sur Charlotte en lisant à la suite de ce roman, "l'amour caché de Charlotte Brontë" et sans doute que je ne pourrai pas conclure cette quête sans relire Jane Eyre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Souri7
  23 septembre 2016
Après avoir lu il y a quelques temps le Manuscrit Perdu de Jane Austen, j'ai eu envie de réitérer l'expérience avec son nouveau livre.
Bon avis mitigé après l'avoir achevé hier soir.
Globalement, excellent roman, très bien écrit à la manière de Jane Austen et de Charlotte Brontë si on ne se centre que sur le contenu littéraire. Un récit pseudo biographique centré sur l'aspect romance... c'est de suite accrocheur et cela fonctionne. On sent que l'auteure s'est inspiré du roman Jane Eyre ou Shirley pour créer la trame de son récit.
Par contre, le côté "biographie" est bien minime pour ne pas dire bâclé. Tout est saupoudré de guimauve... les événements les plus tragiques de la vie de Charlotte Brontë sont relatés de manière succinctes voire édulcorées pour rendre cela encore plus "romantique" . Ayant lu il y a quelques années une biographie sur Charlotte, je suis resté sur ma faim en fermant ce livre. Je m'attendais à un récit mettant plus l'accent sur son oeuvre, ses inspirations, sa manière d'écrire mais ... même ça, c'est passé à la trappe au profit de la relation amoureuse entre Jane Eyre et Mr Arthur Nicholls.
Pour résumé : vous avez envie d'une belle histoire d'amour avec rebondissement... c'est votre livre. Vous avez envie de découvrir l'auteure, cela peut être un bon début.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jardinlitteraire
  22 juillet 2017
Ce livre doit être dans ma PAL depuis sa sortie mais je n'ai jamais pris le temps de le lire. J'avais un peu peur que ma lecture soit longue… 653 pages tout de même ! Mais comme j'ai mis ma PAL au régime cet été, je me suis finalement lancée. Et quelle bonne surprise ! Bon, je ne vais pas vous cacher qu'il y a quelques longueurs mais j'ai tout de même passé un très bon moment en compagnie de Charlotte et des siens.
Syrie James émet l'hypothèse que Charlotte Brontë a tenu un journal entre 1845 et 1854, et c'est ce journal qu'elle nous livre ici. La construction du roman est très intéressante. Dès le départ, nous savons que Charlotte a reçu une demande en mariage de Mr Nicholls que tout le monde désapprouve. Pour comprendre comment on en est arrivé là, un retour en arrière s'impose.
1845. Nous entrons dans l'intimité de la jeune Charlotte et rencontrons la femme avant l'auteur. Fille de pasteur, elle vit dans le Yorkshire avec ses soeurs, son frère et son père. On ressent tout de suite l'importance de sa famille à ses yeux, elle est très proches de ses 2 soeurs, Anne et Emily avec qui elle partage le goût de l'écriture. C'est une femme en avance sur son temps, moderne et indépendante. Dotée d'un physique ordinaire, elle est toujours célibataire à presque 30 ans, mais plus par choix qu'autre chose. Elle le clame haut et fort, elle ne se mariera que par amour. Après avoir vu ses rêves d'ouvrir un pensionnat anéantis, elle aimerait s'assurer un avenir et vivre de sa plume. J'ai adoré suivre ses premiers pas en tant qu'auteur dans un domaine encore essentiellement masculin à l'époque. J'ai vraiment aimé suivre Charlotte et ses soeurs à ce moment clé de leur existence.
Syrie James nous livre ici une biographie, certes romancée, mais assez fidèle me semble-t-il et surtout très riche. Même si le journal commence en 1845 avec sa rencontre avec Mr Nicholls, de nombreux flashbacks sur sa jeunesse sont amenés très habilement. Par contre, comme je vous le disais, il n'y a pas beaucoup d'actions et quelques longueurs ont failli avoir raison de moi dans le 2ème tiers du roman. Mais je me suis accrochée et j'ai eu raison. Car j'ai adoré toute la partie sur Jane Eyre. Nous apprenons ainsi d'où lui est venue l'inspiration. Je ne connais pas les autres romans de Charlotte Brontë mais cela m'a donné envie de les découvrir. Et bonne nouvelle, ils sont libres de droits donc accessibles gratuitement en numérique.
J'ai été très émue par le dernier tiers du livre. Il y a beaucoup de sentiments et j'avoue avoir versé quelques larmes. Les notes de l'auteur sont magnifiques. J'ai été très touchée par cet amour pur et sincère.
En conclusion, même si le style est parfois maladroit et inapproprié, j'ai passé un très bon moment. J'ai l'impression de connaître Charlotte Brontë… Bien plus qu'une biographie, ce roman est une ode à la famille, à l'écriture, à l'amour !
Lien : https://monjardinlitteraire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
TPLF   27 mai 2016
Légèrement romancé, ce journal nous transporte hors du temps (...) Une lecture très documentée sur une vie romancée qui laisse sans voix.
Lire la critique sur le site : TPLF
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LadyRomanceLadyRomance   18 novembre 2016
Haworth était un petit village du nord du Yorkshire, loin de tout. Dans ce pays de lande de bruyère qu'était notre paroisse, nous étions la seule famille cultivée. L'hiver, la région était ensevelie sous une chape de neige et, à l'exception des mois d'été, balayée sans répit par une bise mordante. Elle n'était desservie par aucun train. Keighley, la ville la plus proche, se trouvait à quatre miles, dans la vallée. Le presbytère s'élevait au milieu de cette terre rugueuse où les collines succédaient aux collines et où régnaient, impitoyables, farouches, le vent et la pluie. Peu de gens étaient sensibles à la beauté que mes sœurs, mon frère et moi trouvions à ces vastes étendues, âpres et désolées. La lande était notre paradis, un lieu d'évasion, où nous pouvions laisser nos imaginations s'emballer en toute liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
missmolko1missmolko1   20 juillet 2016
J'ai écrit sur les joies de l'amour. Au fond de mon cœur, je rêve depuis longtemps de vivre une relation intime avec un homme. Chaque Jane, j'en ai la conviction, mérite son Rochester.
Commenter  J’apprécie          20
LadyRomanceLadyRomance   18 novembre 2016
Mon père était un immigrant irlandais qui, grâce à sa persévérance et à ses études, s'était élevé amplement au-dessus de la condition de la famille pauvre et illettrée dont il était issu. Quand il avait décliné son vrai nom, Patrick Brunty, à la personne chargée des inscriptions à l'université St John, à Cambridge, cette dernière avait mal compris son accent irlandais. C'est ainsi que papa avait adopté le nom de Brontë, qu'il trouvait plus intéressant car il venait du mot grec signifiant tonnerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : biographie romancéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1008 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre