AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811209964
Éditeur : Milady (22/03/2013)

Note moyenne : 2.82/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Dans la foulée de Filles Mr. Darcy et les exploits et aventures de Miss Alethea Darcy, Elizabeth Aston offre un nouveau roman se déroulant dans le monde de Jane Austen. Après avoir été désavoué par sa famille, Cassandra Darcy - la fille aînée d'Anne de Bourgh (petite-fille de l'infâme Lady Catherine de Bourgh et cousine de M. Darcy dans Orgueil et Préjugés) - cherche à gagner sa vie par la peinture. Mais la difficulté à réussir dans la société bohème de Londres se r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
wentworth23
  03 avril 2013
Hein? Comment ? Cet auteur sévit encore!!!!
Apparemment les mots 'Jane Austen" et l'emploi des patronymes de ses héros suffisent pour se faire publier. Navrant.
Sans aller jusqu'à qualifier cet ouvrage de "daube" je reste perplexe sur son intérêt.
En tant que fan de Jane Austen j'apprécie les récits se déroulant dans son univers mais là....
Alors OK pour la création de nouveaux personnages.... tant qu'ils servent l'histoire et restent secondaires. Ce n'est pas le cas ici, les protagonistes principaux, secondaires, tertiaires sont de pures créations d'Elizabet Aston. Ils ne servent pas le récit mais en sont la cause. Ah ça il y en a des personnages portant le nom de nos héros favoris. Au point même que l'on ne s'y retrouve plus.
Comme dans ses précédents ouvrages, ouvrages s'inscrivant soi disant dans l'oeuvre d Jane Austen, E. Aston ne respecte ni le ton ni la plume de l'auteur original. Aucune cohérence avec l'univers austenien, les situation farfelues et rocambolesques s'empilent sans aucune crédibilité.
Le mot "outrage" a déjà été employé et je suis tout à fait d'accord, pour ne pas être plus virulente.
La question est : pourquoi Aston s'entête-t-elle à utiliser Jane Austen et son oeuvre pour justifier ses propres écrits? Un bon récit n'a pas besoin d'un telle caution, non?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
AliceFee
  24 mars 2013
Après les aventures rocambolesques des cinq filles de Mr. Darcy, puis celles d'Alethea plus particulièrement, nous voici avec une nouvelle Darcy sortie de nulle part et son lot de problèmes. Et malheureusement, disons-le tout de suite, cet opus-ci se rapproche plus du premier que du second.
Dans "les Aventures de Miss Alethea Darcy", Elizabeth Aston nous avait démontré que oui, elle savait faire de bons livres, surtout quand elle laissait Jane Austen tranquille. Ici pourtant, elle s'obstine à nous parler des Darcy à tout bout de chant, à inventer des cousins à la pelle et à piller allègrement les personnages et les intrigues de notre auteur chouchou, sans même s'encombrer du fait qu'elle ait déjà utilisé ces ressorts-ci dans ses livres précédents!

Cassandra Darcy est donc la fille d'Anne de Bourgh et de Thadeus Darcy (si, si je vous assure) et elle se retrouve dans une situation embarrassante étant donné qu'elle a fuit avec Wickham (non, il ne s'appelle pas ainsi mais pourrait aussi bien!) et qu'elle refuse maintenant de l'épouser! C'est donc Horatio Darcy (si, si, encore un cousin), avocat, qui va essayer de la raisonner...
Vous apprendrez également avec joie que toutes les filles de cette époque sont soient complètement sottes, soient des débauchées, voire les deux et que les hommes sont au choix: des pervers de la pire espèce ou bien des êtres absolument héroïques prêts à faire fi de tout, réputation, carrière, famille pour la femme qu'ils aiment!

Au milieu de tout cela, lorsque l'on arrive à oublier les outrages et les incohérences, on se prend tout de même d'affection pour cette pauvre Cassandra et on s'inquiète de son destin. Je ne vous cache pas que le livre se lit facilement et rapidement et qu'il remplit plutôt bien son rôle de divertissement.
Mais alors que l'on approche du dénouement, je ne peux m'empêcher d'avoir envie de m'arracher les cheveux! Et dire que certains trouvent déjà difficile de croire que Mr Darcy a pu finalement vouloir épouser Elizabeth! Il n'y avait alors contre cette union que des préjugés mais ni différence sociale, ni réputation ruinée! Ici, c'est un peu comme si Darcy épousait Lydia après sa fugue avec Wickham! Sans compter la théatralisation de la fin, un vrai vaudeville!

Lien : http://janeausten.hautetfort..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
Demoiselle-Coquelicote
  24 janvier 2014
Je vous conseille fortement de ne pas lire la quatrième de couverture si vous souhaitez lire ce livre, car elle spoile complètement. Voici ma version : Cassandra Darcy est en très mauvaise posture. Après avoir été injustement expulsée de Rosings Park, elle tombe amoureuse à Bath, et s'enfuit avec l'homme qu'elle aime, qui la trahit bientôt. Horatio Darcy, un cousin éloigné mais toujours membre de cette honorable famille, lui fait parvenir les exigences de son beau-père, Mr Partington, pour retomber dans ses bonnes grâces, mais la solution proposée à Cassandra ne lui convient pas. Non, elle est bien décidée à se débrouiller seule, à Londres. Elle vivra de son art ou ne vivra pas.

Les cent premières pages sont consacrées à l'explication de la situation actuelle de Cassandra : sans le sou, à Londres, désavouée par sa famille. Il faut donc déjà un certain temps pour entrer dans l'histoire, et ce temps est amplement suffisant pour grincer des dents. Elizabeth Aston n'hésite pas à sortir de nouveaux Darcy de derrière les fagots. Après les cinq filles plus ou moins stupides de Darcy et d'Elizabeth, nous découvrons donc Cassandra, la fille d'un obscur Thaddeus Darcy, cousin du vrai Darcy. Horatio Darcy est un cadet, cousin éloigné également, surgi d'on ne sait où aussi. Et évidemment, tout ce petit monde possède « l'âme » (comprenez un orgueil mal placé et un caractère insupportable) des Darcy. de nouveaux personnages sans grand relief, donc, et pour certains franchement décevants ou improbables. On revoit aussi Anne de Bourgh, au destin bien moins reluisant que celui donné par Amanda Grange par exemple. Elle est restée souffreteuse et inintéressante, mais en plus elle n'a pas de coeur. Quant à Mr Partington, c'est un cliché à lui seul, un Mr Collins en mille fois pire. Je passe sur les autres nouveaux personnages, il y en a véritablement une pléthore.

On croise également nombre de personnages des deux romans précédents, Les Filles de Mr Darcy et Les Aventures de Miss Alethea Darcy (mais il n'est pas nécessaire de les avoir lus pour se lancer dans Darcy dans l'âme). La première à apparaître est Belle, l'une des jumelles, toujours aussi frivole et impertinente, à baffer. Dans un registre plus agréable, on voit Camilla Darcy devenue Mrs Wytton, ainsi que son mari, et d'autres persos plus secondaires encore, comme Miss Griffin. En soi, ce n'est pas étonnant qu'Elizabeth Aston fasse ainsi des connections entre ses romans, mais elle aurait au moins pu éviter de mettre des incohérences partout ! Je n'ai pas une excellente mémoire, mais à certains moments c'était flagrant. À moins que ce ne soit la faute à la traduction ? En tout état de cause, c'est énervant et ne fait pas remonter ces romans dans mon estime.

Quant à l'histoire, que dire… Évidemment, c'est distrayant. Les cinq cents pages se lisent très vite, ce n'est pas compliqué à suivre et comme toujours, c'est cousu de fil blanc. le côté monde d'artistes peut intéresser. Certaines péripéties étaient franchement improbables, mais on n'est plus à ça près… Je suis plus calme envers ces romans maintenant. Je ne les aime pas, et au moins je suis capable d'expliquer pourquoi. Et têtue comme je suis, je continuerai à les lire (mais ne les achèterai pas). Je ne m'étends pas davantage car les reproches sont toujours les mêmes sur les romans de cette auteure.
Lien : http://sans-grand-interet.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mellemars
  19 novembre 2013
Aimant les austeneries, je ne pouvais pas passer à côté de celui-là. (Et puis soyons honnêtes, je l'ai pas payé :P ) L'intrigue est mignonne, tout va très vite et se lit avec plaisir (plus que pour les Aventures de Miss Alethea Darcy, c'est sûr) et j'aime beaucoup tout ce qui traite de la place d'une femme peintre dans la société de l'époque; mais je n'appellerais pas vraiment ça une romance: l'histoire d'amour avec cet avocat me parait tordue et n'arrive que dans les vingt dernières pages. Selon toute logique, Cassandra aurait du se marier avec Henri Lisser, qui lui correspondait mieux: à croire que l'auteur a mené son intrigue en vue de cette fin-là mais l'a changée au dernier moment pour un twist final idiot. Ce devait être une volonté de son éditeur :P
Je tenais aussi à préciser qu'Elizabeth Aston a écrit ses romans il y a une paire d'années, ce qui explique (mais n'excuse pas) les vues parfois rétrogrades sur le féminisme et l'homosexualité dans sa série. (En dehors de celles inhérentes à la société de l'époque, bien sûr)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JaneAustenAndHerWorld
  22 août 2014
Darcy dans l'âme est la suite des Filles de Mr Darcy et des aventures de Miss Alethea Darcy. Il n'est pas nécessaire cependant d'avoir lu les précédents pour comprendre celui-ci. On fait référence à certains personnages mais la compréhension n'en est pas pour autant lésée.
On retrouve donc principalement les filles de Mr Darcy: Camilla, Belle, on évoque Georgina et Alethea mais aussi Mr Collins, la famille de Bourgh, le colonel Fitzwilliam... En bref beaucoup de monde d'Orgueil et Préjugés mais aussi des personnages inventés par Elizabeth Aston. L'histoire suit la lignée des précédents avec certains épisodes déplacés, des moeurs dépravées mais si l'on évite la référence à Jane Austen, le livre est plaisant à lire.
Ici, on raconte l'histoire de Cassandra Darcy, petite fille de Lady Catherine de Bourgh, fille de Anne de Bourgh et de Thadeus Darcy qui est un cousin de Mr Darcy. Un peu difficile à suivre les liens de famille mais l'auteur l'explique au fur et à mesure. le père de Cassandra est décédé et son beau père Mr Partington n'apprécie pas la vivacité d'esprit de Cassandra qui a hérité du caractère obstiné de sa famille paternelle. Après un séjour à Bath et une arrivée à Londres bien difficile, elle devra s'en sortir seule parce que sa famille l'a rejetée. Son talent de peintre est son seul moyen de survie.
Cassandra, après de nombreux préjugés et de malchance, surmonte la vie difficile d'une femme seule à Londres.
L'histoire est bien ficelée. Après une intrigue, une nouvelle apparaît mais tout s'enchaîne pour nous donner une fin sympathique et la résolution de tous les mystères (à peu de près tous). Laissez juste de côté Orgueil et Préjugés.
Lien : http://janeaustenandherworld..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   24 juillet 2014
Ce n’est pas convenable pour une Miss Darcy d’être enfermée avec un jeune homme pendant des heures, quand bien même ils ne font que parler couleurs et formes.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   24 juillet 2014
La campagne, c’est assommant, croyez-moi. Rien que du vert et des chemins boueux, et personne à qui parler ou à qui rendre visite, à moins de partir en expédition.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   24 juillet 2014
Elle aime l’excitation et le drame qu’implique une relation que n’approuveraient pas ses parents, aussi méritant soit le prétendant, parce qu’ils la trouvent trop jeune.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   24 juillet 2014
Une femme peintre, au contraire, voilà qui était contraire aux lois de la nature, de la société. Où irait le monde, si on laissait les femmes prendre la place des hommes ? Non, non, ce n’était pas convenable. Il y avait bien eu des femmes, au siècle précédent, qui avaient vécu de leur art, mais c’étaient d’autres temps, d’autres mœurs.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   24 juillet 2014
...lorsqu’il s’agit de négociations, il vaut mieux être en tête à tête et éviter les distractions.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Elizabeth Aston (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Aston
Vidéo enregistrée le dimanche 24 mars 2013 au Salon du Livre de Paris
Le succès des histoires d'amour ne se dément pas. Les destins guidés par la passion bercent plus que jamais notre imaginaire. Quels sont les différents genres de la littérature romantique ? La romance n'est-elle qu'une mode ? le règne sans partage des sentiments est-il un signe des temps ?
Conférence animée par Agnes CAUBET (www.lesromantiques.com) avec Elizabeth ASTON (Milady Romance), Cassandra O'DONNELL (J'ai lu), Karen HARROCH (blog Au Boudoir Ecarlate) et Valérie REVELUT (bloggeuse).
autres livres classés : austenerieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3504 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre