AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791028106997
384 pages
Éditeur : Bragelonne (15/01/2020)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Dans la Plaine, les points d'eau sont à sec, les cruels cornes-crocs se font de plus en plus nombreux et les mauvais présages abondent. Comptant parmi les chefs des fiers Altaii, Wulfgar doit faire face à deux reines, à des seigneurs de la guerre, à des prophètes et à des sorciers qui menacent la sécurité de son peuple et son avenir.

Venue d'un autre monde, la Vagabonde Elspeth détient toutes les réponses - à condition que Wulfgar apprenne d'abord à l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
MissSherlock
  24 avril 2020
Le guerrier des Altaii est le premier roman de Robert Jordan que je lis et, sans être pleinement convaincue, j'ai passé un bon moment.
Roman de jeunesse jamais publié du vivant de l'auteur, le guerrier des Altaii a quelques défauts.
L'action est menée avec une telle rapidité que certains événements s'enchaînent étrangement et rendent le récit chaotique. D'autant que certains choix scénaristiques m'ont laissée perplexes comme l'incursion des Vagabondes et Les Très Hauts. On lorgne du côté de la SF et dans un récit de fantasy, ça fait tache.
Enfin les personnages sont basiques : des guerriers virils, des femmes-sorcières souvent nues.
Malgré tout, j'ai aimé ce roman car il est distrayant. Certes les personnages ont un goût de déjà-vu mais le côté pulp est plaisant. Et Wulfgar, le personnage principal, a un sens de la répartie réjouissant.
Et puis il y a de la bagarre, de la magie et des méchants détestables : c'est cool.
Sans être un chef d'oeuvre du genre, le guerrier des Altaii a égayé mes trois derniers après-midi. Et c'est tout ce dont j'avais besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Manetheren
  16 février 2021
Si vous aimez Robert Jordan pour toutes ses qualités et tous ses défauts, vous aimerez le Guerrier des Altaii, mais pas forcément pour ces mêmes raisons. Qu'on se le dise, n'espérez pas retrouver dans ce livre la subtilité, la richesse, de la Roue du Temps.
Lecteur transi de cette saga, l'annonce de Tor de la sortie imminente du tout premier livre écrit par Jordan m'a fait sautiller partout. Lire ce livre, c'est toucher du doigt l'écriture d'un auteur dans sa jeunesse, ses tatonnements et sa créativité.
Le Guerrier des Altaii est un livre bourré d'action. Wulfgar enchaîne les péripéties : il va de l'aride Plaine aux geôles de Lanta, il s'arrête un moment pour discuter avec sa Soeur de la Sagesse ou encore pour détruire des armées entières. Adieu, les descriptions précieuses, minutieuses (longues diront certains...) auxquelles on peut être habitué avec l'écriture de Jordan.
Certains passages manquent de finesse, comme les premières impressions données des Altaii : des rustres nomades des steppes, moins habitués à la diplomatie encore qu'à la vie citadine ou la dualité entre Eilinn et Elana. C'est sans dire que d'autres passages dérogent aux raccourcis simplistes comme la prise de Lanta, ville aux murailles imprenables, sauf si tu passes derrière, que tu prends ton briquet et que tu confonds la porte avec une bougie, ou la fin durant laquelle les Altaii acceptent d'abandonner leur mode de vie nomade pour s'installer en ville. J'aime ces choix tranchés.
Malheureusement, on sent déjà le Jordan de la Roue du temps qui frétille, frustré de ne pas pouvoir rédiger une collection entière autour de Wulfgar. du coup, il y a dans certaines séquences une impression d'excessive rapidité, il y a une multiplicité de noms, de personnes, de lieux, qui sont pas exploités comme ils devraient. Ce n'est pas bâclé, hein, mais ce n'est juste pas poussés suffisamment.
Après, je ne vais pas critiquer : j'ai passé un bon moment en retrouvant certains des marqueurs de Jordan. Parmi les plus remarquables : le traitement du genre (la magie réservée aux femmes, l'existence de lois propres aux femmes dans la communauté altaii) qui annonce l'opposition plus franche dans la RdT ; le traitement des personnages secondaires (qui ont leur place dans le récit et dans l'intrigue) ; le refus d'une vision manichéiste (les monstres = méchants, les Humains = sympatoches) ; ou les interactions entre les civilisations modernes réelles et l'univers de fantasy (souvenez-vous des références à Merk et Mosk dans la RdT par exemple, ben c'est bien moins éludé ici). D'ailleurs, je vois tout à fait ce livre s'inscrire dans un univers étendu de Fondation d'Asimov ou de la Romance de Ténébreuse de Zimmer Bradley.
Par contre, le Guerrier des Altaii divergent sur d'autres façons sujets de ce dont nous avait habitué Jordan. Par exemple, n'imaginez pas que les Altaii sont des Aiels : pas la même mentalité, pas les mêmes valeurs, pas la même histoire, ce ne sont pas les mêmes types d'habitants du désert, ici nous avons plus affaire aux nomades des steppes mongoles. Autre source de surprise : la sexualité est absolument présente dans ce livre. Rien d'explicite, mais certains passages invitent sans difficulté les imaginations fertiles à s'égarer. Et pour en citer un autre, allez soyons fous : la magie. Présente, elle est totalement distincte du Pouvoir. Pentacle, chamanisme, vaudou, on sent les inspirations de Jordan.
Bref, sans commune mesure avec l'oeuvre de référence qu'est la Roue du Temps, le Guerrier reste un livre de fantasy plaisant à lire, parfois succinct mais avec un solide background créatif et des idées originales, qu'on retrouvera par la suite chez Jordan. Je me demande bien ce qu'il aurait pensé si ce livre était sorti de son vivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Dupuisalex
  01 février 2020
Le guerrier des Altaii de Robert Jordan.
Ce roman, sorti 13 ans après la mort de l'auteur, fut publié avant la saga phénomène de la roue du temps.
Je souhaitai découvrir l'auteur sur un de ses roman avant de m'attaquer à quelque chose de plus grand, mais ceux-ci a été une mauvaise idée.
J'ai eu du mal à rentré dans l'histoire, aucun attachement au personnage, trop young adulte. On sent que ce roman n'a pas été fignolé par l'auteur. D'où le fait que celui ci n'ai pas été publié avant sa mort.
Wulfgar, seigneur des Altaii, à un destin incertain prédit par les soeurs de là sagesses.Magie,, peuples barbares, cité de Lanta et ses reines jumelle.
La conquête et la survie d'un peuple dépend de son seigneur et de ses choix.
Cette histoire aurai pu être une beau conte, mais ceux-ci n'a été que déception

Commenter  J’apprécie          132
culturevsnews
  05 février 2020
Je suis un grand fan de la série "La roue du temps" de Robert Jordan ; c'est une série que j'ai lue il y a quelques années et qui m'a tellement marqué, que je la considère comme l'une de mes préférées de tous les temps. Ce roman a été écrit dans les années 70 et après quelques tentatives ratées, il n'a jamais été publié officiellement, c'est pourquoi j'avais des doutes quant à sa qualité réelle. Cependant, je m'attendais à quelque chose de nostalgique, qui me donnait l'impression d'être de retour dans le monde de Jordan, quelque chose qui était un fantasme de la vieille école.
Ce livre a-t-il répondu à mes attentes ? Bien sûr que oui, et à vrai dire, j'ai eu plus que ce à quoi je m'attendais. Guerrier des Altaii est merveilleusement sombre, plein d'action, et déborde de personnages mémorables et d'un système magique fascinant. Ce n'était pas seulement une lecture incroyablement nostalgique pour moi ; ce livre m'a captivé du début à la fin. Je ne dis pas que vous allez lire quelque chose d'innovant ici ; il s'agit d'un livre indépendant, écrit à la première personne, donc si vous vous attendez à quelque chose d'aussi élaboré et épique que la Roue du temps, vous serez déçu. .
Je vais maintenant m'intéresser brièvement à ce qu'est le Guerrier de l'Altaï. le peuple des Altaïs est au bord de la ruine. Non seulement les terres arides et désertiques de la plaine les menacent de sécheresse et de famine, mais une nouvelle menace apparaît maintenant. À Lanta, qui réside dans le Palais des Trônes Jumeaux, siègent deux reines jumelles. Elles souhaitent accroître leur domaine et leur force en annihilant les barbares sauvages qu'elles perçoivent comme les Altaïs. Notre principal protagoniste, Wulfgar, chef des guerriers Altaïs, est lié par une prophétie qui prédit qu'il assurera la survie de son peuple, ou que son échec provoquera la chute de son peuple.
Quelle prémisse, n'est-ce pas ? J'ai toujours eu un faible pour les fantasmes qui impliquent des prophéties, j'aime vraiment voir tout cela se dérouler, et bien sûr j'aime les guerriers infâmes, alors mon attention a été immédiatement attirée ! Tout au long du livre, j'ai été surpris par la façon dont Jordan a su rythmer le récit ; il a su équilibrer les scènes de politique et d'action, avec une bonne dose de magie, ce qui a donné lieu à de nombreux moments passionnants qui m'ont tout simplement diverti. Ma partie préférée était la fin, car il y avait une mère de bataille, ce qui, à mon avis, est la fin de tout livre fantastique ! Je plaisante, mais sérieusement, je veux juste faire comprendre qu'il y avait de nombreux aspects de ce livre qui me convenaient parfaitement.
Une chose que j'ai toujours admirée dans le travail de Jordan est qu'il parvient continuellement à créer des personnages enrichis impressionnants. le Guerrier de l'Altaï n'a pas fait exception à la règle. J'ai trouvé que Wulfgar était un personnage très imparfait qui prenait toujours des décisions hâtives. Il était prompt à contrarier les autres quand il sentait son honneur menacé, et parfois cela lui coûtait plus cher que prévu. Pourtant, au fond de lui, il aimait vraiment son peuple, et tout ce qu'il voulait pour lui était de survivre et de s'épanouir. Il y a aussi des personnages féminins fantastiques représentés ici ; qu'ils soient méchants ou alliés du peuple Altaï, ils étaient toujours pleins de puissance et de férocité. Je n'ai pas pu m'empêcher de comparer les Soeurs de la Sagesse du livre (des femmes qui pouvaient utiliser la magie et les runes) comme étant extrêmement proches des Sages dans la Roue du temps. Parmi les personnages féminins les plus marquants, on trouve Mayra, une Soeur de la Sagesse, et Elspeth, une vagabonde venue d'un autre monde.
Je n'entrerai pas trop dans les détails des nombreuses autres comparaisons que j'ai rencontrées avec la série de la Roue du temps, car une partie de la magie de ce livre, pour les fans de la Jordanie, est de les découvrir par vous-même. Je dois préciser ici qu'il n'est pas nécessaire que vous ayez lu la série La Roue du temps ou tout autre livre de la Jordanie, pour que vous puissiez lire ceci, mais il y a beaucoup de graines plantées ici qui ont poussé pour être développées, et je pense que vous découvrirez cela surtout dans la construction du monde et la représentation culturelle. Une grande partie de ce roman comporte des scènes de torture et de punitions ;  c'est un livre sombre, et j'irais même jusqu'à dire que c'est un brillant exemple d'un début de sinistre. Les Altaïs, comme les Latans, ont une hiérarchie culturelle stricte, et ceux qui s'en écartent se font fouetter le visage, ou torturent soit par la magie, soit mentalement. Ici, tout est question de contrôle ; si vous avez lu la Roue du temps, vous saurez instantanément à quelle race cela m'a fait penser !
Enfin, je remercie Bragelonne qui édite ce roman  qui est est vraiment un livre spécial mais qui est un vrai chef d'oeuvre du passé.
Note : 9,5/10
Lien : https://culturevsnews.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Colibrille
  26 mars 2020
Est-ce parce cela faisait un moment que je n'avais pas lu de roman fantasy ou simplement parce que l'histoire ne me correspondait pas ? Toujours est-il que je ne suis pas parvenue à rentrer dans ce roman. J'ai avancé péniblement, chapitre par chapitre, sans jamais arriver à me plonger dans l'histoire. Arrivée à la moitié du livre, j'avais le sentiment de ne toujours pas savoir: quel était le fil conducteur de l'intrigue, pourquoi les personnages agissaient ainsi, quels étaient leurs buts... D'ailleurs, même arrivée à la fin, je n'ai pas compris l'intérêt de certains éléments/événements. Bref, je suis complètement passée à côté de l'histoire et de son sens. Je n'ai aimé ni l'univers, ni les personnages. J'ai trouvé l'ensemble inutilement violent.
Malgré tout, je tiens à remercier sincèrement Babelio et Bragelonne pour l'envoi de ce livre. Si je n'ai moi-même pas su l'apprécier, je suis sûre qu'il saura se faire aimer par d'autres, peut-être par des lecteurs plus habitués à la fantasy et moins sensibles à la violence comme celle représentée dans le livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
eMaginarock   04 mars 2020
Connaisseurs.ses de l’œuvre de Robert Jordan ou non, Le Guerrier des Altaii ravira les passionnés d’aventures épiques, soit pour découvrir la genèse d’un talent soit pour débuter avec les romans de Jordan. Il s’agit vraisemblablement d’un jalon important de sa carrière.
Lire la critique sur le site : eMaginarock
Elbakin.net   17 décembre 2019
Le roman reste plaisant à suivre, pour celles et ceux notamment qui aiment l’action brute, même si l’on ne s’implique jamais vraiment tout à fait dans le destin de ces personnages aux caractères et aux parcours vus et revus. Et sans être bancale, l’aventure proposée ici pâtit de certains choix scénaristiques, quand des éléments parmi les plus intéressants ne sont finalement qu’effleurés.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MissSherlockMissSherlock   23 avril 2020
- Mais tu va renoncer à cette folie, bien sûr... Tu resteras ici, à l'abri.
- J'ai donné ma parole...
- Dans ce cas, tu es un crétin.
- Non, je suis un homme.
- Souvent, je me demande si ces deux mots ne sont pas synonymes.
Commenter  J’apprécie          42
ColibrilleColibrille   24 mars 2020
Scintillant au soleil comme une gemme aux multiples facettes, ses tours cristallines séparées par de longs murs incrustés de pierres précieuses venues de tous les pays du monde, le palais offrait de prime abord une image de beauté un rien frivole. Un trompe-l'œil. car une forteresse se cachait derrière cette splendeur tapageuse.
Commenter  J’apprécie          20
pommerougepommerouge   17 février 2020
- Mais tu vas renoncer à cette folie, bien sûr.. Tu resteras ici, à l'abris.
- J'ai donné ma parole...
- Dans ce cas, tu es un crétin.
- Non, un homme.
- Souvent, je me demande si ces deux mots ne sont pas synonymes.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Robert Jordan (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Jordan

La roue du temps de Robert Jordan : bande-annonce
À l'occasion de la sortie du tome 6 de La roue du temps aux éditions Bragelonne, nous vous proposons une version légèrement corrigée du trailer. La roue du temps tourne et les Âges passent,...
autres livres classés : magieVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1740 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

.. ..