AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811216251
Éditeur : Milady (27/11/2015)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Jeune femme sensée, Abigail Foster s’inquiète pour l’avenir de sa famille depuis qu’elle est ruinée jusqu’à ce qu’un étrange notaire leur propose d’emménager dans un grand manoir, Pembrooke Park, abandonné depuis dix-huit ans. Son père et elle s’y rendent et sont accueillis par le charmant vicaire, William Chapman, qui leur apprend que, selon des rumeurs, une pièce secrète renfermerait un trésor… Aux prises entre de vieux amis et de nouveaux ennemis, Abigail ignore ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
LadyRomance
19 janvier 2017
J'ai réellement pris beaucoup de plaisir à lire Pembrooke Park de Julie Klassen. Je l'ai trouvé original par rapport à d'autres romans de ce style. Il a la particularité de mener aussi bien des intrigues amoureuses que des événements mystérieux relatifs à des drames et secrets familiaux.
L'histoire est celle d'une jeune femme prénommée Abigail et de sa famille qui doivent quitter leur haut train de vie à Londres, le père ayant tout perdu dans un investissement. Abigail, la fille aînée, se sent en partie responsable car elle l'y avait encouragé, persuadée que ce placement serait fructueux.
C'est un membre éloigné de la famille, un mystérieux exécuteur testamentaire, qui leur propose de vivre à Pembrooke Park pour au moins une année souhaitant que le lieu soit habité pour lui redonner vie après vingt ans d'abandon, les frais relatifs au manoir étant financé par cette personne.
J'ai adoré le lieu. C'est un des plus beaux qui m'ait été donné de lire si ce n'est le plus beau. J'adorerais vivre dans un endroit pareil. Pembrooke Park m'a paru tel un personnage à part entière tant sa place est prépondérante dans l'histoire. Il y a le superbe manoir avec sa petite église attenante, la rivière passant à proximité et un immense parc aux abords duquel se trouve une magnifique clairière avec le charmant cottage de la famille de l'intendant. Un lieu idyllique ! Ce fut un véritable plaisir d'y voir évolué les personnages. Et puis, il y a tous ces mystères : des craquements, des lamentations spectrales, un fantôme sans visage qui rôderait et surtout l'ancienne rumeur d'un trésor caché dans le manoir et de sa pièce secrète.
Tous les personnages sont bien dessinés avec leur propre personnalité et on s'attache à toute cette petite communauté de gens plus riches ou plus modestes. Je trouve très intéressant que plusieurs personnages aient eu un rôle très important et une vraie personnalité à offrir dans des genres très différents. Les personnages secondaires sont très soignés et j'ai particulièrement aimé celui de l'adorable et réservée Eleanor, ainsi que la sympathique et touchante Hariet.
J'ai beaucoup aimé l'héroïne, Abigail, pragmatique, intelligente, joviale et curieuse. Sans pourtant véritablement le chercher, mais par une grande curiosité naturelle, elle mène, mine de rien, sa petite enquête tout en finesse et amabilité. Elle vient apporter une grande fraîcheur et de la vie à toute cette communauté.
Abigail est extrêmement serviable envers sa famille. Elle prend en main tout ce qui est organisation et logistique. Sa famille se repose totalement sur elle. Elle est d'un caractère effacé face à sa soeur qui est considérée comme une grande beauté a qui tout est dû, alors qu'Abigail, forte de son altruisme et son humilité, donne de façon naturelle. Cela lui confère un certain sérieux.
Ce qui aurait été parfait, c'est un peu plus d'humour et de fantaisie pour venir agrémenter le tout. le roman en aurait été sublimé et l'aurait rendu plus divertissant encore.
Ce fut pour moi une lecture très agréable dans un lieu magnifique au début du XIXè siècle. C'est le genre de roman que j'adorerais voir à l'écran en images...
Et pour ne rien gâcher, j'ai trouvé la couverture et la reliure avec les couleurs assorties très belles, ce qui en fait un très bel objet. C'est devenu un roman chouchou pour moi pour la jolie romance des héros, pour les intrigues concernant les autres personnages et toute cette ambiance mystérieuse.
C'est une délectation, un roman qui se sirote et permet avec ses 700 pages de passer un sacré bon moment lové dans son fauteuil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LillyMaya
06 juin 2017
Une ambiance austinienne et légèrement downtonesque...un secret bien gardé...des amours contrariées...un grand manoir mystérieux composent entre autre les ingrédients de ce roman qui se lit tout seul.
J'ai même eu l'impression d'y voir un petit clin d'oeil à Anne of Green Gables, à travers le prénom de Gilbert, et les plans réalisés par Abigail de sa future maison de rêve ^^
C'est agréable de retrouver l'ambiance de ces années là. Tout ce protocole, ces bals, ces invitations...La description de la vie en générale dans la bonne société du début XIXe siècle.
Le personnage d'Abigail est attachant, elle a la tête sur les épaules et des talents d'organisation et de gestionnaire...et une âme romantique.
J'ai également beaucoup aimé le personnage de William qui surprend la congrégation avec ses sermons modernes, et trop courts pour certains de ses paroissiens !
J'ai trouvé les personnages crédibles, l'histoire est mystérieuse et passionnante.
J'ai eu un peu peur au début
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bouquissencia
19 mai 2016
En toute sincérité, c'est la couverture qui m'a séduite bien avant que j'ai lu le résumé. Elle est tout bonnement splendide et je trouve qu'elle reflète à la perfection l'histoire qui se trouve à l'intérieur… Mystère et séduction, tels sont les deux mots qui résument la couverture et l'histoire.
Le Secret de Pembrooke Park est certes une romance, mais avant tout un livre qui mêle suspense, drame et mystère. Cela ne veut pas forcément dire que la romance est secondaire et je trouve que, sur ce livre-ci, l'auteure a su équilibrer efficacement amour et intrigue. Mais le point fort reste indubitablement l'intrigue.
En effet, grâce à l'aura de mystère qui plane sur Pembrooke Park et les secrets entretenus par ses habitants, celle-ci est incroyablement prenante (je n'ai même pas vu défiler les 600, c'est pour dire !). le brouillard est épais et les indices arrivant petit à petit, impossible de deviner le fin mot de l'histoire avant l'heure ! J'ai dû me montrer suspicieuse envers tous les personnages au moins une fois et pourtant, la confusion était toujours là :P ! Puis vient un moment où les soupçons commencent à se tourner vers une seule personne précise (voir plusieurs d'ailleurs) et même dans ce cas-là, une pointe de doute continue à persister. La certitude est vraiment un mot à bannir ici tellement l'intrigue a été bien ficelée. J'admire sincèrement le fabuleux travail de Julie Klasse sur ce point-là !
Outre la merveilleuse intrigue qui fait tout le charme de ce livre, il y a les personnages et notamment Abigail. Je suis ravie de trouver un personnage telle qu'Abigail: responsable, intelligente, perspicace, curieuse… Elle a vraiment tout pour plaire et c'est avec plaisir que l'on suit son épanouissement personnel et l'évolution de ses sentiments pour William Chapman. En parlant de ce dernier, j'ai ressenti une légère déception sur son compte. Ne vous méprenez pas, je l'ai apprécié, même beaucoup, et j'ai été de nombreuses fois touchée par sa délicatesse et sa compréhension, mais je ne sais pas… je m'attendais à un peu plus de sa part. Il y a ce petit manque qui perdure après ma lecture. Mais bon, ce n'est pas franchement un reproche car étant vicaire, nous ne pouvions en attendre « plus » comme je le dis, de sa part, non ? Et j'ai été sincèrement ravie que l'auteure nous gratifie de son point de vue. J'ai adoré voir l'impression que faisait la douce et ravissante Miss Foster sur ce pauvre Mr Chapman ;)…
Je tiens également à attirer l'attention sur l'écriture. Inutile de faire des lignes et des lignes de commentaires dessus, elle est superbe. Elle est fine et délicate, fluide et très agréable à lire donc en un mot: irréprochable. Je suis tombée instantanément sous le charme du style de Julie Klassen dès les premières pages et je peux affirmer sans hésiter que je me procurerai un autre de ces livres, quand bien même il serait dans sa langue originale, c'est à dire l'anglais.
En résumé, le Secret de Pembrooke Park a été, pour ma part, une totale surprise. Par le résumé, je m'attendais à quelque chose de complètement différent mais je dois dire que l'histoire a surpassé toutes mes attentes ! Je n'arrivais vraiment pas à me détacher du livre et même s'il était tard dans la nuit, j'ai du me faire violence pour reporter les 100 pages et quelques restantes au lendemain… Et inutile de vous dire quelle était la première chose qui m'est tombée dans la main dès mon réveil :D ! Je vous le conseille chaudement, c'est un livre qui mérite vraiment d'être lu, surtout si vous aimez les énigmes… et la romance bien entendu ;) !
Lien : https://lesoupirduroman.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pinklychee
07 septembre 2016
Avouez... Entre ce résumé plus qu'alléchant et cette sublime couverture, comment résister? Alors certes, c'est une jolie petite brique, mais il se lit tout seul, et plus d'une fois j'ai eu du mal à le reposer tellement j'étais prise par l'histoire.
C'est fluide, bien écrit, dans la pure tradition du roman gothique: il y a une vieille demeure abandonnée, pleine de poussière, avec ses coins sombres, ses fantômes et ses secrets vieux de vingt ans. Un beau programme pour notre héroïne, et du coup pour moi aussi: ce livre n'est pas sans me rappeler ceux de Wilkie Collins, un auteur que j'aime énormément, et ce n'est pas peu dire car à mes yeux peu d'auteurs sont capables de rivaliser avec lui.
Ca a été un vrai plaisir de suivre Abigail, une héroïne attachante, forte, mais aussi sensible, sur qui sa famille a un peu trop tendance à se reposer. Aussi, quand sur son conseil son père investit dans une affaire qui par la suite fait faillite, elle accepte d'en prendre tout le blâme.
Alors qu'elle cherche un logement plus adapté à leurs moyens, voilà que se présente à leur porte un étrange notaire qui leur propose d'emménager à Pembrooke Park, un manoir abandonné depuis dix-huit ans. N'ayant pas vraiment le choix et la demeure appartenant à de la famille éloignée, Abigail accepte...
Pembrooke Park recèle bien évidemment son lot de secrets et de fantômes dans ses placards, et la nature curieuse d'Abigail va la conduire à mener l'enquête. Mais plus elle pose des questions quant au propriétaire, au passé des Pembrooke ou autre, moins elle a de réponses tant certains habitants semblent peu déterminés à remuer le passé.
Les personnages ne sont pas en reste, et ils sont tous intéressants à leur manière, que ce soit le séduisant vicaire, la mystérieuse Jane ou le cousin un peu trop curieux. Chacun a un caractère bien dessiné, même les personnages secondaires ne sont pas en reste, ce qui est fort agréable et nous change des héroïnes au QI d'huître et autres personnages aussi creux qu'une cuillère à soupe.
Il y a également de la romance dans ce récit, mais fort heureusement cela ne prend pas toute la place. Abigail se pose des questions quant à son avenir, notamment amoureux. En effet, elle n'est toujours pas mariée et l'homme qu'elle aime en secret semble lui préférer sa petite soeur, très jolie mais un peu trop frivole. L'entrée en scène de William Chapman bouleverse un peu ses certitudes, car le séduisant vicaire semble être tombé sous son charme et il ne la laisse pas non plus indifférente.
Du coup, j'avoue avoir eu très peur de me retrouver face à un triangle amoureux, mais mes craintes se sont finalement avérées infondées (ouf!!). Abigail hésite, certes, mais ses tergiversations sont on ne peut plus légitimes: entre la ruine, la petite soeur qui attire tous les regards et son amour qu'elle pensait immuable pour Gilbert, Abigail ne sait plus trop où donner de la tête.
Seul tout petit bémol: j'avais plus ou moins deviné le secret d'un des personnages assez tôt dans le roman. Cependant, Julie Klassen a réussi à noyer le poisson et à partir dans une autre direction, ce qui fait que je me suis demandé si mon raisonnement était le bon. du coup, cela n'a en rien gâché ma lecture, puisque je me suis posé des questions jusqu'à la fin, ne criant victoire qu'une fois la confirmation de mes soupçons enfin obtenue.
Bref, ce roman est un habile mélange entre les romans de Jane Austen pour la peinture des coutumes et moeurs de l'époque ainsi que pour la jolie romance, ceux de Wilkie Collins pour le côté enquête, le tout saupoudré d'un peu de l'ambiance torturée et un peu gothique que l'on retrouve dans les romans des soeurs Brontë.
L'auteur n'a donc pas à rougir de la comparaison avec de si illustres auteurs, car c'est fort mérité pour un roman franchement réussi!
Lien : http://pinklychee-millepages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Pixie-Girl
19 mars 2017
En achetant ce roman chez France Loisir(plus pour la couverture que pour le résumé), je ne m'attendais à rien en particulier, mais ce roman de Julie Klassen est un véritable coup de coeur littéraire.
Ici, nous suivons l'histoire d'une jeune noble anglaise, Abigail Foster, qui après avoir conseillé sont père sur un mauvais placement, se retrouve ruinée.
L'époque ne leur fait aucun cadeau et la famille Foster perd tous et doivent vendre rapidement, maison, bijoux, jusqu'au jour ou, un mystérieux Notaire frappe à leur porte, leurs proposant d'habiter dans le manoir de Pembrooke Park.
De cet endroit, on ne sait pas grand chose. L'endroit est abandonné depuis dix-huit ans, la famille Foster doit s'engager à y vivre 12 mois minimum et que la personne qui leur propose se bien, s'engage elle-même a payé les domestiques... Que cache cette proposition qui arrive étrangement à point nommé ? Qui tire les ficelles de ce cadeau étrange ? Et surtout pourquoi Pembrooke Park est-il a l'abandon depuis si longtemps?
L'auteur rend ce début de romance historique, légèrement effrayante et quand avec Abigail, on découvre le manoir, un sentiment de malaise s'installe dès la porte franchie.
Des bruits dans la nuit, des actions de vie figées dans le temps, des voisins et des domestiques silencieux sur ce qui a été le manoir dans son heure de gloire... Julie Klassen pose rapidement le cadre.
Entre retrouvailles et rencontres, mystères et légendes, Abigail va, petit à petit, découvrir la vérité.
Comme vous l'aurez compris, ce roman est un véritable coup de coeur. Son côté historique est une pure réussite et l'intrigue quelque peu "policière", donne plus de cachet a l'histoire, on ne tombe pas directement dans une romance à l'eau de rose. Non, cette fois, l'amour passe au second plan et la chasse aux trésors est la ligne principale de cette histoire.
Une romance haute en couleur ou chaque personnage cache bien son jeu et ou la vérité se trouve à mille lieux de ce que l'on croyait... Ouvrez bien les yeux, la réponse peu très bien se trouver en face de vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
LadyRomanceLadyRomance19 janvier 2017
Le cottage des Chapman était niché à l'orée d'un bois qui bordait le parc de la propriété, sur la même rive que Pembrooke Park. Cela permettait à Mac de protéger l'endroit des visiteurs qui, s'ils ne connaissaient pas le chemin qui contournait la forêt, ne pouvaient faire autrement que traverser le pont pour se présenter au manoir. Abigail avait aperçu la maison de loin lors de sa promenade en compagnie de William Chapman mais, en cette fin d'après-midi, alors qu'elle s'approchait, elle la trouva plus charmante que jamais. Baignée par la lumière dorée du soleil qui filtrait à travers la voûte des tilleuls, elle évoquait un pastel aux tons or, verts, ivoire. Ses fenêtres encadrées de volets verts étaient enjolivées de jardinières débordant de tulipes et de jonquilles. Dans le jardin, clos d'un muret de pierres, foisonnaient en un joyeux mélange des herbes aromatiques et des fleurs printanières. La seule ombre à cet idyllique tableau champêtre était le chenil fermé d'une haute clôture sur un côté. Lorsqu'elle poussa la barrière le chien se mit à aboyer furieusement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
EnnariaEnnaria23 février 2017
« Hésitants, ils s’avancèrent, les traces de leurs pas s’imprimant dans la poussière qui couvrait le sol. La première pièce dans laquelle ils entrèrent se révéla être le petit salon. Il donnait sur la salle à manger où un lustre de cristal, drapé de toiles d’araignées, surplombait une longue table. Au centre de celle-ci, une composition florale – des fleurs, des branches de saule et ce qui semblait être un ananas – s’était desséchée jusqu’à devenir un amas brunâtre de brindilles et de cosses cassantes. Venait ensuite le grand salon. Abigaël survola les lieux du regard avec étonnement. La pièce paraissait avoir été quittée quelques instants à peine avant leur arrivée, sur une table ronde, les fonds des tasses d’un service à thé étaient incrustés de thé séché. Un livre ouvert attendait sur un accoudoir du canapé. Une tapisserie, presque achevée, était coincée sous un fauteuil, retourné. Qu’avait-il bien pu se passer ? Qu’est ce qui avait bien pu pousser les occupants de Pembrook Park à quitter les lieux de façon si soudaine ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pixie-GirlPixie-Girl15 mars 2017
- Merci de ne pas me pousser à venir à l'église.
- L'idée ne m'effleurerait même pas.
S'il avait été un peu déçu de ne pas l'y voir, il n'avait nulle intention de chercher à l'influencer. Au lieu de cela, il lui jeta un coup d'oeil et lui dit avec une ironie enjouée:
- Vous viendrez quand vous serez prête. J'ai entendu dire que les sermons étaient très... instructifs.
Elle lui jeta un regard perplexe. Avait-il piqué son intérêt? Il l'espérait vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui08 janvier 2016
Certains d’entre nous passent leur vie à déployer d’immenses efforts pour accumuler des possessions ou des richesses, en prévision de jours difficiles ou d’un futur incertain. Et si nos revenus sont modestes, nous dépensons notre énergie à essayer de trouver un moyen d’obtenir notre prochain repas
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui08 janvier 2016
Depuis toujours, le leurre du trésor caché est présent dans les contes et les mythes. Qu’il s’agisse des coffres remplis d’or des pirates ou de l’oie qui pondait des œufs d’or. Et nos traditions locales colportent des histoires de trésors à portée de main.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : mystèreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Julie Klassen (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
943 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .