AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782729121815
350 pages
Éditeur : Editions de La Différence (27/08/2015)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Deux Tony Hanssen, parfaits homonymes, flamands l’un et l’autre, tous deux en manque d’argent, dérivent dans des pays lointains.L’un, looser sans illusions, a quitté son milieu bourgeois provincial et ses études universitaires pour courir le monde d’un bateau de croisière à l’autre. Habitué à user de ses charmes auprès de riches passagères, il se trouve à Buenos Aires, gigolo de la vieille épouse d’un mafieux chinois, Bo Xiang, après avoir perdu gros dans la plus gr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ingannmic
  07 novembre 2015
Je suis bien embêtée... je n'ai pas vraiment accroché à "Esclaves heureux", mais j'éprouve quelques difficultés à pointer les raisons de ce manque d'enthousiasme. Est-ce dû à ses personnages si peu attachants ? A sa tonalité, que j'ai trouvé relativement terne ? Au rythme un peu poussif qui plombe le début de l'intrigue ?
Je dois pourtant admettre que ce roman ne compte pas que des défauts... à commencer par sa thématique, et l'originalité de son synopsis.
C'est l'histoire de Tony Hanssen et de Tony Hanssen. Ces deux homonymes ne se connaissent pas, mais les aléas du destin vont les faire se rencontrer dans de curieuses circonstances. En attendant, le récit alterne entre leurs tribulations respectives. Pendant que l'un d'eux lutine laborieusement, dans une chambre de Buenos Aires, la richissime épouse d'un magnat chinois auprès duquel il est endetté, l'autre, clandestinement embusqué dans un parc national sud-africain, tient dans son viseur le rhinocéros qu'il a l'intention d'amputer de sa corne.
Le premier a laissé derrière lui sa Belgique natale et tous ses proches pour rouler sa bosse plusieurs années durant comme steward et gigolo sur un bateau de croisière.
Le second, informaticien brillant et roublard, a pris la fuite pour éviter que la banque qui l'employait lui fasse porter la responsabilité de sa faillite. La vente de la corne devrait lui permettre de se refaire financièrement, et de retrouver sa femme et sa fille qu'il n'a pas vues depuis un an.
Deux individus a priori bien différents...
L'un, désabusé et baroudeur, a souvent joué de malchance. L'autre, avide de réussite sociale, a l'arrogance de ceux qui sont persuadés de leur supériorité.
Et pourtant, ils ont comme point commun de courir après les mêmes chimères dont il finissent par être tous deux victimes. Convaincus du lien entre survie et aisance financière, ils s'accrochent à une idée de l'existence qui s'avère vaine et superficielle, et ne donnent jamais l'impression de s'en rendre compte. Êtres finalement pathétiques, obéissant aveuglément aux règles impitoyables et iniques d'un monde effectivement régi par l'argent, ils semblent se précipiter vers l'inévitable chute que provoquera la rencontre avec plus fort qu'eux...
La volonté de l'auteur de traiter son sujet avec un humour cynique est manifeste, et certains passages sont effectivement réjouissants, car drôles et acerbes à la fois, mais j'ai trouvé que l'ensemble manquait un peu de mordant, notamment la première moitié de l'ouvrage, qui comporte selon moi trop de longueurs. J'ai en davantage apprécié la seconde -qui voit la réunion des deux homonymes-, au rythme plus enlevé.
Je sors par conséquent de cette lecture, qui ne me laissera pas un souvenir marquant, avec un sentiment mitigé...
Lien : http://bookin-inganmic.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
germain33
  15 janvier 2016
Tom Lanoye nous offre un roman dédié aux thèmes du double et de l'identité perdue. Ce livre talentueux ne se limite pas à mêler l'originalité, la profondeur et l'humour ( cf. la séance de thé, p. 316/317 ) ; son auteur n'a pas son pareil pour créer le suspense : le lecteur saisit vite que tout peut basculer à chaque paragraphe, voire à chaque ligne. Avec lucidité, Tom Lanoye restitue la face cachée du monde globalisé/atomisé : " C'est l'avantage de vivre à notre époque. C'est trop écrasant et trop compliqué pour tout le monde. Il n'y a jamais eu un tel besoin de leaders qui vous prennent en main" (p. 324 ). Ses personnages brûlent les planches, à l'instar de l'étonnant policier sud-africain Vusi Khumalo : "La joie de vivre des Noirs avait quelque chose de déstabilisant Surtout au retour dans l'ombilic autoproclamé de la civilisation, votre pays natal, où vous êtes à nouveau confronté à toutes ces voix agressives et ces tronches de pisse-vinaigre..." Ce thriller économico-philosophique voit en nous des "esclaves heureux". « Chaque personnage", explique Tom Lanoye, " est esclave de ses comportements. Mais un esclave heureux de posséder. La consommation est la nouvelle “religion ” du monde. Nous en sommes les esclaves mais heureux donc nous restons esclaves. Et le pouvoir réel est aux mains de quelques grands groupes et banques. Ce n'est même plus du capitalisme. Nous sommes dans un système dictatorial dont le coeur est vide. le mensonge c'est de dire que ce n'est pas vrai. Que faire? Moi j'écris. Ici c'est presque un thriller mais j'y décris ce vide en même temps. Au moins j'ai l'impression d'être utile. » de Buenos Aires à Johannesbourg, de Rio à Guangzhou, cette plongée dans la servitude volontaire met en scène d'effarantes contradictions. Bref, tant au plan artistique qu'intellectuel, la lecture de ce thriller est un vrai régal.
Lien : http://livrescritique.blog4e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jauchatpitre
  14 septembre 2015
Une farce tragi-comique brillamment orchestrée par Tom Lanoye ,
On suivra avec bonheur les péripéties dans lesquels sont entrainés deux anti-héros aux caractères diamétralement : les deux Tony Hanssen, deux Belges : un gigolo de bateau croisière tenu par une dette de jeux : un looser sans ambition, un cador de la finance déchu prêt à tout pour se refaire : un winner en manque de fond. Deux victimes consentantes de leurs propres penchants qui se retrouvent pris tout d'un coup dans une spiral infernale où leurs destins vont se croiser. Oeil goguenard, faconde dans l'écriture, suites de situations coquasses ou graveleuses, crises existentielles et coups de théâtre incroyables, l'auteur nous entraîne dans la farandole, à la Brueghel , des deux personnages en l'Amérique du Sud, Afrique du Sud et Asie. Choc des cultures? certes, Préjugés et de part et d'autres? bien entendu ! Mais tout ce monde, se retrouve claquemuré dans le petit théâtre uniformisant de la globalisation, où se jouent les besoins impétueux de réussite matérielle et de paraître ...
Une comédie des moeurs grinçante et intelligente sans vindicte revendicative, un agréable moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DominiqueD
  03 août 2018
Deux belges, anti-héros, issus de milieux radicalement différents, vivant des histoires complètement différentes se retrouvent tristement happés par les grands rouages de la globalisation, mais persistent néanmoins dans leurs buts de réussite matérielle et de paraître. Ils ne se connaissent pas, mais leur aventure qui les trimballe d'Afrique du Sud en Amérique latine et en Asie pourrait être tirée de la presse quotidienne. Bref un vrai thriller économico-philosophique, où chacun est esclave de ses comportements, un esclave finalement heureux de posséder et où la consommation est la nouvelle religion, quel qu'en soit le prix.
Commenter  J’apprécie          30
mpsoriano
  12 avril 2016
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
DominiqueDDominiqueD   10 février 2019
Grâce à son expérience avec les passagers de croisière, qui peuvent entamer d'interminables conversations dont le seul but est que vous les approuviez chaleureusement même si vous n'avez pas la moindre idée de ce qu'ils racontent, Tony sait que lorsqu'on est coincé, il ne reste qu'une solution. La vérite. Retouchée ou non.
Commenter  J’apprécie          00
jauchatpitrejauchatpitre   14 septembre 2015
La banque avait fait faillite et avait entrainé dans son trou noir toutes ses filiales étrangères. Un avoir plus important que le budget de certains Etats industriels d’Europe s’envolait en fumée. Ne laissant pas plus de trace qu’un pet dans l’univers
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Tom Lanoye (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tom Lanoye
Tom Lanoye présente le livre Curzio Malaparte, "Kaputt", Denoël Kaputt est un livre cruel et gai. Sa gaîté cruelle est la plus extraordinaire expérience que j'aie tirée du spectacle de l'Europe au cours de ces années de guerre. Parmi les protagonistes de ce livre, la guerre n'en joue pas moins le rôle d''un personnage secondaire. Si les prétextes inévitables, n'appartenaient pas à l'ordre de la fatalité, on pourrait dire qu'elle n'a de valeur que de prétexte. Dans KAPUTT la guerre vaut don comme fatalié. Elle n'y entre pas autrement. Je puis dire qu'elle n'y entre pas comme protagoniste, mais comme spectatrice, dans le sens où un paysage est spectateur. La guerre c'est le paysage objectif de ce livre. (extrait de la préface)
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature belgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1824 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre