AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841004775
Éditeur : Bartillat (10/06/2010)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Ce livre cherche à faire comprendre la genèse de la pensée du général de Gaulle, sa structure, ses filiations et ses arborescences, et surtout ses sources directes et ses idées-forces. La recherche a consisté à partir des textes écrits à repérer toute trace de référence ou d'allusion littéraire au sens large, à les identifier avec précision et à en suivre le cheminement et l'utilisation. On découvre ainsi la prodigieuse culture du Général avec ses principales tendan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
EricB
  03 janvier 2015
Cet ouvrage constitue une somme impressionnante. Tout ce que l'on souhaite savoir sur les lectures du général De Gaulle, sur ses relations épistolaires avec les meilleurs écrivains de son temps, on le trouvera dans cet "inventaire". L'analyse de sa pensée, sa foi, sa philosophie politique, n'est pas moins profonde et atteste, si besoin, la haute culture et l'humanisme de cet homme d'exception.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
EricBEricB   02 janvier 2015
Toute sa vie il a cherché à retrouver, à conserver ou à amplifier l'union nationale, l'indépendance et la grandeur de la France.
La France par son Histoire et sa situation a depuis Clovis un rôle, un "rang" à tenir. Elle a dans les grands bouleversements à indiquer la direction, à tenir le flambeau. La France venue "du fond des âges" doit être exemplaire, inspiratrice ; c'est en cela que l'Histoire de France, des croisades, et de Valmy est une.
Il lui est nécessaire d'entretenir quelque grand rêve national, quelque espérance, quelque idéal, quelque passion commune, quelque grand dessein. Il estime aussi que le génie de la France lui commande d'entretenir un grand idéal humain : "Voilà qui serait beau, et en même temps profitable."
En 1944 il affirme que l'idéalisme est depuis l'origine des temps, comme la seconde nature de la France. Il a pensé qu'il fallait "confondre l'intérêt permanent de la France avec un grand idéal humain" et cherché à "convaincre que la France pouvait... exercer une grande action, prendre une grande figure, savoir grandement son intérêt et celui du genre humain".
C'est pourquoi il faut "accepter l'action collective pourvu qu'elle tende à quelque chose de grand". "La France a l'habitude de la gloire et de la grandeur..." "La véritable vocation française est celle de la grandeur." "La France ne peut être la France sans la grandeur." Cette idée de grandeur, écrivait Bernanos, qui n'a jamais rassuré les imbéciles...
Selon l'expression heureuse de Malraux, il est bien le dernier grand homme qu'ait hanté la France...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EricBEricB   02 janvier 2015
De même que Barrès s'est retrouvé aux côtés de Déroulède comme un républicain nationaliste, de Gaulle est très proche des sentiments du chantre du patriotisme "cocardier", fondateur et inlassable tribun de la Ligue des Patriotes, mais aussi disciple de Gambetta, républicain, certes plébiscitaire mais authentique républicain.
A deux reprises, le Général parle de ces Français qui versent des larmes aux revues du 14 juillet et qui chantent les vers de Déroulède ou les chansons de Paulus, qui lisent les romans d'Erckmann-Chatrian, des écoliers qui récitent la "Ballade des Epées". C'est l'époque où la nation "caresse des espoirs de revanche", où "on attend sans hâte, mais non sans ardeur, le jour où le tambour battra".
Henri de Gaulle connaissait Déroulède, probablement à l'occasion des conférences faites par le tribun aux élèves des grandes écoles.
Charles de Gaulle l'a approché (en 1912 ou 1913) puisque dans sa conférence intitulée justement "Du patriotisme", parlant de cette "admiration naturelle de tous pour les gloires de la nation qui les a vus naître", il rappelle que "comme me l'a dit à moi-même il y a six mois" celui que M. de Freycinet appelait "le plus grand patriote du siècle, Déroulède" : "Celui qui n'aime pas sa mère plus que les autres mères et sa patrie plus que les autres patries n'aime ni sa mère, ni sa patrie."
Il aimait particulièrement le poème : "Dans la France que tout divise / quel Français a pris pour devise / chacun pour tous / tous pour l'Etat / le soldat !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EricBEricB   03 janvier 2015
De Gaulle affirmera que les plus nobles principes du monde ne valent que par l'action. Mais il y faut des règles, de la rigueur, de l'ordre donc de l'autorité. L'autorité est bien naturelle et nécessaire : "Les hommes ne se passent point au fond d'être dirigés, non plus que de manger, boire et dormir, et l'anarchie ne mène qu'à la ruine et à la mort." Et rien ne pourra être fait que dans l'ordre, c'est la loi de toutes les réalisations. On retrouve là la relation péguyste entre l'ordre et la liberté. L'autorité ne doit pas être impersonnelle, elle doit être comprise, expliquée, "participative". Mais elle demeure hiérarchisée, chacun en fonction de son niveau de responsabilité. Les buts étant fixés, chacun reste maître à son bord. Le chef responsable doit savoir décider, et c'est le plus difficile. De Gaulle a étudié les vertus du chef et les dons du commandement : "capacité de concevoir l'entreprise, art de fixer à chaque exécutant ce qui est attendu de lui, et par contrainte ou persuasion d'en tirer ce qu'il peut donner". La vertu "consiste à répondre de ce que l'on a fait soi-même et de ce que font les subordonnés". Il faut alors être intransigeant : "C'est en épousant sans ménager rien la cause du salut national que je pourrai trouver l'autorité."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : charles de gaulleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Alain Larcan (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1639 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre