AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021242714
Éditeur : Seuil (17/03/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Les frontières entre fait et fiction, réalité et imaginaire, ont la réputation d’être désormais brouillées. Pourquoi les défendre ? Parce qu’elles sont une nécessité cognitive, conceptuelle et politique ; parce que leur disparition élimine le plaisir de passer d’un monde à l’autre. Françoise Lavocat propose ici de repenser les frontières de la fiction dans la littérature, le cinéma, le théâtre et les jeux vidéo.
La première ambition de son livre réside dans l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
Enroute
  17 juillet 2017
Pour Françoise Lavocat, les frontière entre le réel et la fiction n'ont jamais été aussi nettes que depuis que l'on prétend les avoir fondues. La marque en est le nombre de passages de frontières dans la fiction contemporaine : des auteurs interviennent dans leurs oeuvres, des personnages apparaissent dans des oeuvres où ils suivent d'autres aventures et rencontrent des personnages issus d'autres oeuvres, des personnages de fiction prétendent faire irruption dans le monde réel... Tous ces cas mélangent la nature profonde de ces entités : entités réelles (ou référentielles) avec des animaux fantastiques (licornes ou centaures...) et personnages de fiction (voire entités divines, etc.). le plaisir que nous tirons de ces mélanges et la preuve de la conscience que nous avons du passage d'une frontière, celle entre la réalité (perçue par chaque lecteur comme ontologiquement homogène) et la fiction (qui mélange les natures des entités qui y sont présentées).

Envisager la fiction comme un monde possible qui autorise précisément la rencontre d'entités ontologiquement différentes permet à la fois de se représenter l'"immersion fictionnelle" - le fait de se "plonger" dans un roman - et d' expliquer la raison pour laquelle nous sommes si indulgents vis-à-vis des incohérence du monde fictif - les paradoxes y sont plus que nombreux, mais cela nous amuse justement de trouver des solutions à leur résolution. Un monde possible dont les paradoxes ne s'expliquent pas reste inaccessible : nous ne nous y "plongeons" pas. C'est pourquoi les fictions ne peuvent prétendre modifier nos croyances que de manière limitée : nous sommes sensibles à des évolutions d'une logique habituelle, mais nous refusons d'entrer dans une fiction qui modifie en profondeur les structures de nos certitudes.

S'il faut trouver des explications à l'existence de la fiction et du plaisir qu'on y prend, on pourrait dire qu'il s'agit de la conscience de l'existence de vérité supérieure à la réalité qui ne trouveraient à s'appréhender que sous une forme imaginative (la fiction se rapproche alors de l'origine des textes religieux). Mais dans l'omniprésence de ce thème du passage d'un monde à un autre (métalepses) peut-être faut-il voir la représentation du seul passage que nous sommes assurés de faire : celui du monde des vivants à celui de l'au-delà. A moins que l'immersion fictionnelle, grâce à la fiction représente l'opération cognitive, avérée scientifiquement, de la mobilisation de notre mémoire sémantique (des concepts) à la place de notre mémoire épisodique (celle de notre vie). Ou les trois. le monde de la fiction, en annihilant notre capacité d'action (ce qui permet de différencier une activité non fictionnelle, qui requiert une action, comme les jeux vidéos, d'une activité fictionnelle), pourrait expliquer la démultiplication de nos émotions : les fictions nous émeuvent plus que la vie réelle car notre émotion à la lecture d'une fiction ne trouve pas d'échappatoire dans l'action, contrairement à la vie réelle.
Quoi qu'il en soit, Françoise Lavocat défend et soutient que le monde de la fiction existe, qu'il a précisément pour fonction première de donner une existence à tous les non-existants, qu'il possède en conséquence sa propre ontologie. L'irritation contemporaine de la diffusion du storytelling et du galvaudage des récits référentiels serait la preuve de notre capacité spontanée à matérialiser la différence entre la réalité et la fiction et à exiger que celle-ci soit respectée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
EnrouteEnroute   17 juillet 2017
La fiction prend régulièrement partie contre elle-même. [...] la plupart des mondes fictionnels-dans-la-fiction, habités d'êtres beaux, chastes et plus ou moins immortels, paraissent des succédanés imparfaits des mondes surnaturels.
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   17 juillet 2017
La fiction est un artefact culturel produit par l'imagination et non soumis aux conditions de vériconditionnalité fondées sur la référence au monde empirique.
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   17 juillet 2017
Il est également probable que l'empathie s'exerce plus librement à l'égard des personnages fictionnel, justement parce qu'elle ne nos invite pas à l'action.
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   17 juillet 2017
Enrôlée dans la promotion du soucis de l'autre, la fiction est découverte bénéfique pour l'individu, la société, l'espèce.
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   17 juillet 2017
Le propre de la fiction n'est-il pas de placer le lecteur ou spectateur dans la position de témoin impuissant ?
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
autres livres classés : réseaux sociauxVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Comment je suis devenu Malcolm X (10 exemplaires à gagner)

Quel est le véritable nom de Malcolm X ?

X est son véritable nom
Malcolm Little
Malcolm Xavier
Malcolm Exe

5 questions
828 lecteurs ont répondu
Thème : Comment je suis devenu Malcolm X de Ilyasah ShabazzCréer un quiz sur ce livre