AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782850830167
116 pages
Éditeur : Le Point Références (28/03/2020)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Qu’est-ce qui caractérise le mieux le Japon aux yeux d’un Occidental ? Ses geishas, ses pagodes, ses ponts voûtés dans des jardins moussus aux couleurs d’automne, ses samouraïs, ses mangas, ses sushis, les romans de Murakami ? De tous les pays asiatiques le Japon est celui qui a le plus influencé l’Occident. Mais que connaît-on vraiment de sa culture, de ses croyances, de ses icônes ?

Le Point Références vous invite à découvrir cet archipel qui n’a ce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Osmanthe
  04 avril 2020
En ce deuxième trimestre 2020 qui débute sous de bien sombres auspices et où les courses dans l'hyper du coin peuvent potentiellement sonner le glas de vos espoirs de finir un jour votre immense PAL ici consignée, j'avoue sans honte avoir glissé dans mon caddie un produit dit "non essentiel". Enfin, pour moi, si. La littérature et la culture japonaises sont essentielles dans ma vie. Point. Le Point, plus exactement, qui a eu la bonne idée de consacrer le nouveau numéro de sa collection "Références" aux grands textes de l'archipel nippon et à leurs auteurs.
C'est un plaisir de parcourir cette centaine de pages qui remonte le temps et l'évolution de la pensée littéraire dans le pays à travers ses courants successifs. La présentation formelle est intelligente, claire et agréable proposant en vis-à-vis une explication éclairante par un spécialiste et un extrait de texte, le tout agrémenté de photos et d'illustrations, notamment d'estampes, d'artistes célèbres.
Ce dossier atteint largement ses objectifs à mon sens, c'est une belle synthèse de tout ce qu'il faut savoir, qui met notamment bien en relief le leg immense à cette littérature de deux femmes, les deux grandes prêtresses médiévales que sont Murasaki Shikibu avec son célèbre et extraordinaire "Dit du Genji", et Sei Shônagon avec ses délicieuses "Notes de chevet". Tous les grands noms qui suivront sont là, Akutagawa, Soseki, Tanizaki, Kawabata, Abe, Oe, Inoue, Mishima...
Alors pourquoi pas 5 étoiles ? Parce que, comme le concède d'ailleurs prudemment l'éditorialiste, il y a forcément des manques regrettables, mais inévitables dès lors qu'il faut bien faire des choix pour illustrer les spécificités de cette littérature, et quelque part de l'âme japonaise. Or, si je ne regrette pas particulièrement qu'Haruki Murakami soit très peu évoqué, tout comme d'ailleurs Yôkô Ogawa, après tout on peut convenir qu'ils n'entreront définitivement dans ce panthéon qu'après leur disparition, je vois bien deux grands noms totalement, et injustement absents. Certes, Akira Yoshimura, décédé en 2006, publié en France par Actes sud, n'a peut-être pas la même notoriété chez nous, mais ce Président de la société des écrivains japonais durant quelques années suscitait l'admiration de Mishima, qui le tenait dans les années 1960 pour le plus grand écrivain japonais vivant. Mais surtout, que dire de l'absence de l'immense Shûsaku Endô ? Car lui est mondialement célèbre, évidemment pour Silence, porté à l'écran en 2016 par Martin Scorcese, mais aussi à mon goût pour d'autres très beaux livres bien appréciés ici. Il est vrai qu'Endô était de confession catholique, orientation marginale dans son pays, et ainsi peut-être pas assez emblématique de la spiritualité traditionnelle japonaise. Mais justement, c'était peut-être l'occasion d'illustrer le pont et l'admiration qui existent depuis bien longtemps, malgré les mentalités qui différencient nos peuples, entre nos cultures et nos littératures. On aurait encore pu y ajouter le très talentueux et dépressif Osamu Dazaï, icône dans son pays, où celle qu'on présente comme la Simone de Beauvoir des lettres japonaises, au superbe style classique, Sawako Ariyoshi...
A ces bémols près, ce guide est très réussi, et constitue une porte d'entrée de très bon niveau dans la littérature japonaise, que je vous recommande vivement (les deux, le guide et toute cette littérature) !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
OsmantheOsmanthe   05 avril 2020
Les esprits des gens sont comme des greniers des idées du passé. Toutes les pratiques sociales sont les expressions des idées du passé. Ainsi, lorsque nous voulons créer une nouvelle entreprise, nous devons tout d'abord planter l'idée nécessaire dans les cerveaux, pour qu'elle devienne un jour une idée établie, une idée du passé. Pourquoi ? Une action porte toujours en elle l'immédiat, mais une idée s'enracine toujours dans le passé (...)
Les idées donnent naissance aux actions. Les actions donnent à leur tour naissance à de nouvelles idées. Ce flux éternel est l'essence du chemin du dieu de l'évolution. Le dieu ne se trouve pas dans un temple au-dessus de la société, ni enterré sous ses pieds. Il se love dans les esprits. Il est l'agrégat des idées des gens. Il constitue un grand cercle d'unité et de complétude.

Extrait de "Dialogues politiques entre trois ivrognes", de Nakae Chômin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
OsmantheOsmanthe   04 avril 2020
Ce que montre également cet opus, c'est l'intelligence et l'habileté avec lesquelles les Japonais ont toujours su avancer, en prenant ce qu'il y avait de meilleur chez plus puissants qu'eux. Ils se sont ainsi nourris de l'esprit confucéen, de la culture et de l'art chinois ; ils ont su, sous l'ère Meiji, se plonger dans les sciences et la philosophie occidentales pour, ensuite, en faire des outils innovants, différents, des armes d'un genre nouveau pour mieux conquérir le monde. Les philosophes de l'Ecole de Kyoto, nourris de physique quantique, ont ainsi assimilé le monde pour le réinventer.
Mais la violence, la cruauté, le goût de la soumission, voire de la transgression, traversent aussi ces textes. Ces sentiments sont présents chez Tanizaki, Kawabata, Mishima, bien sûr, et même chez Haruki Murakami, auteur de Kafka sur le rivage, le roi du best-seller nippon. L'esprit du Japon ? Il est complexe, subtil. Il nous oblige à décentrer notre regard, à renoncer à nos certitudes. Ce qui, au-delà de la beauté même qui anime la plupart de ces textes, justifie en soi leur lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
OsmantheOsmanthe   04 avril 2020
Le Dit du Genji, l'une des plus belles oeuvres de la littérature universelle, est l'oeuvre de Murasaki Shikibu, une dame de la cour qui s'est délectée à raconter les mille et une amours d'un Don Juan mélancolique. De même les Notes de chevet sont aussi l'oeuvre d'une femme. Or, parce qu'elles n'avaient pas le droit d'utiliser les caractères chinois, réservés aux hommes, ces femmes raffinées et très éduquées ont innové avec des caractères japonais, contribuant ainsi largement à inventer la langue écrite à un moment où leur pays était culturellement sous domination chinoise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : cultureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
461 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre